Les articles

Les modèles d'éducation et de socialisation dans l'enfance

Les modèles d'éducation et de socialisation dans l'enfance

«Il n'y a pas de transition plus habilitante dans la vie d'une personne que celle« d'apprendre »à parler. Je dois mettre le mot entre guillemets parce que nous avons réalisé (grâce au travail de psychologues et de linguistes) que les enfants humains sont génétiquement modifiés de différentes manières pour le langage. » Daniel Dennett

Historiquement, les processus de socialisation sont établis comme les changements évolutifs qui se produisent à partir de l'interaction avec les autres. Dans cette dimension, ils sont Les processus d'interaction sociale peuvent être abordés à partir des niveaux; anthropologique psychologique et sociale. C'est-à-dire que la socialisation est établie comme un processus global où l'individu, à travers des transactions avec les autres, développe son comportement et ses modèles d'expérience.

De ces circonstances naît le fait que les comportements de l'enfant évoluent en fonction des interactions générées avec un médiateur ou un soignant, avec qui vous menez un processus de socialisation continu. Ce qui permet l'émergence de trois modèles parentaux qui nous ont permis de comprendre le comportement des enfants.

Les trois modèles parentaux

Le modèle du laissez-faire

Ce nom signifie «laissez faire». Dans l'éducation, il définit les parents exerçant peu de contrôle sur les comportements et l'éducation de leurs enfants, étant très permissifs et laissant les petits prendre de nombreuses décisions et initiatives. Défini socialement comme les expressions libres que les enfants ont devant diverses activités, qui sont établies à partir des processus d'enseignement-apprentissage. Gardant à l'esprit que les parents seront les médiateurs qui devraient encourager et renforcer les processus d'exploration de l'enfant, afin que les processus d'apprentissage soient fructueux.

Le modèle de modélisation de l'argile

Historiquement, ce modèle est défini comme un modèle d'argile, où les enfants sont modelés par l'adulte. Les adultes sont principalement responsables des processus de socialisation, au motif que les enfants sont des êtres modelables. Dans cette dimension, la socialisation est un processus initié par des adultes dont le point final est transformer l'enfant en un agent critique et participatif. C'est-à-dire dans un sujet qui habite un espace harmonieux dans les domaines socioculturels.

Le modèle de conflit

Il est défini comme le processus de socialisation dans lequel les enfants expriment leurs positions d'accord et de désaccord sur un thème. Ce qui fait les adultes observent les enfants comme sujets participatifs et critiques dans la construction du monde. De plus, être en conflit pour la société est réduit en ne s'accordant pas avec les notions de la majorité, alors que l'idéal serait de respecter les différentes conceptions du monde qu'a l'autre.

La socialisation de l'enfant

Dans un cadre historique, il faut considérer que la socialisation a été exercée principalement par la mère à l'enfant. Caractérisé par des modèles parentaux et des habitudes alimentaires qui conduisent à des processus de socialisation ou d'interaction sociale, qui établissent des modèles de comportement chez les nourrissons et les adolescents. Dans ce sens Les techniques de contrôle parental sont développées de génération en génération, où la mère qui détermine les processus de socialisation que l'enfant aura en utilisant des objets de transition tels que des jouets. Il est à noter que l'étude des techniques se définit comme l'ensemble des activités qu'une personne utilise pour passer à d'autres activités, afin de changer le comportement du destinataire.

Cette description serait incomplète si la communication des contrôles n’était pas établie à partir du comportement non verbal, qui sert à fournir l'environnement physique pour que l'enfant puisse communiquer. Je veux dire que Le comportement non verbal sert à générer des pratiques langagières qui permettent à l'enfant de renforcer ses capacités de communication et de se manifester.. En outre, l'obéissance implique le choix de: prendre l'action ou l'alternative qui se traduit par la capacité de dire «non» indiquant l'affirmation de soi, c'est rejeter la ligne d'action suggérée par l'adulte en faveur d'une autre produite par l'enfant lui-même. Dans cette dimension, l'obéissance naît chez l'enfant de la sensibilité et de la coopération dans le processus à réaliser, à partir de trois niveaux qui sont l'obéissance d'orientation, l'obéissance de contact et l'obéissance de tâche, qui se traduit par l'enfant Vous devez vous sentir comme un sujet actif et participatif de l'action à réaliser.

Enfin, la petite enfance se résume dans les premières années de la vie. La mère ou le père cessera d'être des tuteurs pour devenir des agents de socialisation qui impliquent l'enfant dans les domaines sociaux qui l'habitent, caractérisé par des processus cognitifs et émotionnels dans l'interaction avec les autres. La tâche doit se concentrer sur la création d'espaces propices qui permettent ce processus d'interaction ou de socialisation à l'intérieur et à l'extérieur des salles de classe de l'école, ce qui garantit un aspect holistique chez les nourrissons.