Informations

La musique répétitive peut-elle aider à se souvenir en augmentant les ondes thêta ?

La musique répétitive peut-elle aider à se souvenir en augmentant les ondes thêta ?

La musique répétitive (minimale) peut-elle aider à se souvenir en augmentant les ondes thêta ?

Autant que je sache, les ondes thêta sont impliquées dans les tâches de mémoire. Si c'est correct, puis-je essayer d'augmenter les ondes thêta avec un neuro-feedback audio pour aider à mémoriser ou à trouver la clarté sur une question ? Je pense à quelque chose de très simple comme jouer de la batterie avec 4 à 6 battements par seconde.

À votre santé! k


Les étudiants qui ont écouté Beethoven pendant les cours et le sommeil ont obtenu de meilleurs résultats aux tests

Sommaire: Écouter de la musique classique pendant une conférence et à nouveau pendant que vous dormez peut aider à améliorer les performances du test.

La source: Université Baylor

Les étudiants universitaires qui ont écouté de la musique classique de Beethoven et Chopin lors d'une conférence interactive sur ordinateur sur la microéconomie — et ont entendu la musique jouée à nouveau cette nuit-là — ont mieux réussi un test le lendemain que leurs pairs qui étaient dans la même conférence , mais j'ai plutôt dormi ce soir-là avec un bruit blanc en arrière-plan.

Sur le long terme, lorsque les étudiants ont passé un test similaire neuf mois plus tard, le coup de pouce n'a pas duré. Les scores sont tombés au niveau plancher, tout le monde ayant échoué et les performances moyennes inférieures à 25 % pour les deux groupes. Cependant, la réactivation ciblée de la mémoire (RTM) peut aider pendant le sommeil profond, lorsque les souvenirs sont théorisés pour être réactivés et déplacés d'un stockage temporaire dans une partie du cerveau à un stockage plus permanent dans d'autres parties, ont déclaré les chercheurs.

L'étude, soutenue par la National Science Foundation et menée par le Baylor's Sleep Neuroscience and Cognition Laboratory (SNAC), est publiée dans la revue Neurobiologie de l'apprentissage et de la mémoire.

"Tous les éducateurs veulent enseigner aux étudiants comment intégrer des concepts, pas seulement mémoriser des détails, mais c'est notoirement difficile à faire", a déclaré Michael K. Scullin, Ph.D., directeur du laboratoire du sommeil et assistant de Baylor. professeur de psychologie et de neurosciences. « Ce que nous avons découvert, c'est qu'en amorçant expérimentalement ces concepts pendant le sommeil, nous avons augmenté les performances aux questions d'intégration de 18 % lors du test du lendemain. Quel élève ne voudrait pas une ou deux augmentations de sa note ? Les effets ont été particulièrement améliorés chez les participants qui ont montré une activité accrue du lobe frontal dans le cerveau pendant le sommeil lent, qui est le sommeil profond.

Il a noté que les effets sont apparus lors de l'utilisation de procédures de référence : ni les participants ni les expérimentateurs ne savaient qui avait reçu un traitement particulier, le sommeil était mesuré à l'aide d'un EEG en laboratoire et le matériel d'apprentissage correspondait à celui qui serait réellement utilisé dans une salle de classe universitaire, en ce cas, un cours de microéconomie de premier cycle.

Un mauvais sommeil est répandu chez les étudiants, 60 pour cent dormant habituellement moins que les sept heures recommandées sur 50 à 65 pour cent des nuits. Alors que les étudiants peuvent être plus préoccupés par les résultats immédiats des tests, et que la TMR peut les aider à se préparer à un examen, l'apprentissage par cœur (mémoire d'items) ne profite normalement pas à la compréhension et à la rétention d'un concept.

Pour l'étude, les chercheurs ont recruté 50 étudiants de niveau collégial âgés de 18 à 33 ans pour une tâche d'apprentissage avec une conférence interactive sur ordinateur à leur rythme et pour deux séances de polysomnographie nocturnes, avec la première nuit une adaptation au laboratoire et un dépistage des troubles du sommeil, et le second fait le soir de la conférence.

Pendant la conférence, des sélections de fond doux ont été jouées à partir d'un ordinateur : le premier mouvement de la Sonate pour piano au clair de lune de Beethoven, le premier mouvement du Concerto pour violon du printemps de Vivaldi et Nocturne de Chopin en mi bémol majeur, op. 9, n°2.

Cette nuit-là, dans le laboratoire du sommeil de Baylor, le personnel de recherche a appliqué des électrodes et utilisé des ordinateurs pour surveiller les habitudes de sommeil des groupes de test et de contrôle. Une fois que les techniciens ont observé qu'une personne était en sommeil profond, ils ont joué soit la musique classique, soit le bruit blanc, selon que la personne faisait partie du groupe de test ou de contrôle, pendant environ 15 minutes.

« Le sommeil profond et lent à ondes lentes ne durera pas très longtemps avant de revenir au sommeil léger, nous ne pouvions donc pas les jouer indéfiniment », a déclaré Scullin. « Si nous l'avions joué pendant un sommeil léger, la musique aurait probablement réveillé les participants. Le premier cycle d'ondes lentes est le plus profond et le plus long.”

Le choix de la musique était important, selon les chercheurs.

"Nous avons exclu le jazz car il est trop sporadique et provoquerait probablement le réveil des gens", a déclaré Scullin. « Nous avons exclu la musique populaire parce que la musique lyrique perturbe les études initiales. Vous ne pouvez pas lire les mots et chanter les paroles, essayez-le. Nous avons également exclu les vagues de l'océan et la musique ambiante, car il est très facile de les ignorer. Vous allez avoir beaucoup de mal à former une forte association entre du matériel d'apprentissage et une chanson fade ou un bruit ambiant.

« Cela nous a laissé la musique classique, que de nombreux étudiants écoutent déjà pendant leurs études », a-t-il déclaré. “Les chansons peuvent être très distinctives et se marient donc bien avec le matériel d'apprentissage.”

Lors de l'examen de microéconomie du lendemain, le TMR de la musique classique a plus que doublé la probabilité de réussir le test par rapport à la condition de contrôle du bruit blanc.

Scullin a mis en garde contre la confusion des résultats de l'étude Baylor avec le soi-disant « Effet Mozart » la conclusion selon laquelle le fait que les élèves écoutent des pièces de Mozart conduisait à de meilleurs scores aux tests d'intelligence. Des tests ultérieurs de l'effet « Mozart » ont révélé qu'il ne se reproduisait pas ou que les amplifications étaient strictement dues à une excitation accrue lors de l'écoute de musique énergique.

Des chercheurs précédents ont découvert que les souvenirs associés à des signaux sensoriels — tels qu'une odeur ou une chanson — sont réactivés lorsque le même indice est reçu plus tard. Lorsque cela se produit pendant le sommeil profond, les souvenirs correspondants sont activés et renforcés, a déclaré le co-chercheur Chenlu Gao, doctorant en psychologie et neurosciences à Baylor.

Le choix de la musique était important, selon les chercheurs. L'image est dans le domaine public.

Les premiers expérimentateurs ont également joué des cassettes audio pendant le sommeil pour tester si les individus peuvent acquérir de nouvelles connaissances pendant leur sommeil. Mais alors que ces expériences n'ont pas réussi à créer de nouveaux souvenirs, "notre étude suggère qu'il est possible de réactiver et de renforcer les souvenirs existants des documents de cours pendant le sommeil", a déclaré Gao.

“Notre prochaine étape consiste à mettre en œuvre cette technique dans les salles de classe — ou dans les cours en ligne pendant que les étudiants terminent leurs études à la maison en raison des mesures de distanciation sociale COVID-19 — afin que nous puissions aider les étudiants à ‘re-étudier’ leur matériel de classe pendant le sommeil.”

"Nous pensons qu'il est possible que l'utilisation de TMR présente des avantages à long terme, mais que vous deviez peut-être répéter la musique plusieurs nuits", a ajouté Scullin. « Après tout, vous n'étudieriez pas le matériel une seule fois et vous vous attendriez à vous en souvenir des mois plus tard pour un examen final. Le meilleur apprentissage est répété à intervalles espacés — et, bien sûr, tout en maintenant de bonnes habitudes de sommeil.”

Le financement: L'étude a été soutenue par la National Science Foundation. Paul Fillmore, professeur adjoint en sciences et troubles de la communication au Baylor’s Robbins College of Health and Human Sciences, était également co-chercheur.


Introduction

Le chant religieux est aussi courant dans les cultures orientales que la prière l'est dans les cultures occidentales. Il est généralement présumé que le chant religieux peut apaiser les peurs et transcender l'esprit, aidant ainsi les individus à faire face aux difficultés 1,2. Néanmoins, les études scientifiques sur le chant religieux sont étonnamment rares. Les mécanismes neurophysiologiques qui sous-tendent l'effet positif que le chant religieux a prétendu exercer n'ont été illustrés par aucune preuve décisive. Pour combler cette lacune dans la recherche, la présente étude a combiné des méthodes électrophysiologiques et de neuroimagerie multimodales avancées pour étudier les corrélats neuronaux du chant Amitābha Buddha 2 .

Chanter dans la foi du Bouddha Amitābha est la forme de chant religieux la plus répandue et l'une des plus anciennes pratiques religieuses documentées qui sont activement préservées à ce jour 3,4 . Il peut être exécuté dans un certain nombre de langues, dont les anciens Indic Prakrit et Sanskrit, ainsi qu'en chinois et en japonais 5 . Sur la base de la croyance bouddhiste Mahayana du Paradis occidental, les moines et les laïcs de différentes écoles Mahayana chantent traditionnellement le nom de Bouddha Amitabha comme un rituel quotidien afin de renaître dans le Paradis occidental, également appelé Terre Pure. Le chant consiste à réciter de manière répétitive les quelques syllabes composant le nom de Bouddha Amitābha, soit silencieusement, soit à haute voix, aussi souvent que possible (typiquement au moins quelques minutes par jour) pour des durées arbitraires 6 . L'exécution du rituel dans un espace calme ou isolé n'est pas obligatoire et les croyants peuvent même chanter en interne en public ou en transit, tant que le chant est exécuté avec une foi et une concentration sincères. En substance, la philosophie du Bouddha Amitābha est simple et accueillante avec une promesse que tous ceux qui invoquent sincèrement ce nom renaîtront dans sa Terre Pure, une philosophie qui se reflète dans la simplicité et l'accessibilité de sa pratique principale 7 . Dans les écritures bouddhistes, Bouddha Amitābha est une figure fantastique associée à la lumière infinie et à la vie infinie 5 , ainsi que le créateur d'un monde d'égalité et de compassion, la Terre Pure, où tous ses croyants et êtres sensibles peuvent renaître et être sauvés en toute justice. conditions qui favorisent l'atteinte de l'illumination 6,8 . Bien que le chant suffise régulièrement pour être considéré comme un croyant religieux, selon d'éminents penseurs bouddhistes, plus un croyant s'engage longtemps et intensément dans le chant du Bouddha Amitābha, plus il devient probable de rester en résonance sympathique avec l'esprit pur du Bouddha et de renaître dans la Terre Pure 8 . Chanter fidèlement Amitābha Buddha sur le long terme est une technique de méditation efficace qui peut susciter des sensations de bonheur et des expériences transcendantales 9 .

Étant une pratique religieuse méditative, le chant religieux peut être considéré à la fois comme une méditation et une prière. La majorité des études neurophysiologiques pertinentes se sont concentrées sur la méditation de pleine conscience et ont principalement démontré une augmentation des ondes alpha et thêta 1 . Des ondes delta très lentes ont été observées dans quelques études EEG sur la méditation de pleine conscience sans résultats cohérents 10 . Une étude précédente sur la méditation de pleine conscience a montré que la respiration consciente peut induire une coordination entre l'activité cérébrale et cardiaque 11 . Le rythme cardiaque peut être modulé par plusieurs facteurs, notamment l'activité du nœud sinusal, la fréquence respiratoire et, plus important encore, le système nerveux autonome. Il a été démontré que l'entraînement à la pleine conscience améliore l'équilibre sympatho-vagal cardiaque 12 .

A ce jour, très peu d'études EEG ont été réalisées sur la pratique tout aussi pertinente de la prière religieuse. Par exemple, Doufesh et ses collègues ont mené une série d'études EEG sur la prière musulmane, révélant une augmentation des ondes alpha dans les régions occipitales et postérieures du cerveau, ainsi que des augmentations de la fréquence élevée (HF) de la variabilité de la fréquence cardiaque (HRV) 13 . Cependant, le paradigme expérimental utilisé comportait un état de repos au lieu d'une condition de contrôle de fausse prière, ce qui rend difficile l'exclusion d'effets de confusion potentiels dus au traitement implicite du langage pendant la prière. Plus important encore, les analyses EEG utilisées ne comportaient pas de localisation de la source et n'ont donc pas fait la lumière sur des régions cérébrales spécifiques impliquées dans les processus neuronaux à l'étude.

Avec des progrès relativement récents dans la localisation de la source, l'EEG haute densité combine une résolution temporelle élevée avec une résolution spatiale améliorée 14 . L'approche traditionnelle consistant à comparer les résultats EEG moyennés entre les participants pour chaque canal d'électrode pose des problèmes potentiels dans la mesure des signaux provenant de sources mixtes ou même de sources différentes, entre les participants, en raison de la variabilité de l'anatomie du cerveau et du positionnement des électrodes. La méthode alternative de calcul des statistiques de groupe basée sur des grappes de composants indépendants de l'activité cérébrale surmonte ces limitations 15,16. Grâce à l'analyse des composants indépendants (ICA), les composants indépendants (IC parfois appelés facteurs, variables latentes ou sources) sont identifiés en minimisant l'information mutuelle des sources de signaux 15,16. Ces composants peuvent ensuite être regroupés entre les participants via un regroupement de composants indépendants et des tests statistiques peuvent comparer la puissance de différentes bandes de fréquences dans différentes conditions. Les bandes de fréquences dans les sources de signaux reflètent l'activité cérébrale rythmique et peuvent être informatives sur différents états d'activité neuronale ou dénoter des transitions entre différents états mentaux 17 . La présente étude visait à adopter cette méthodologie pour illustrer les corrélats neuronaux du chant religieux.

Nous avons émis l'hypothèse que, de la même manière que la méditation, des chants religieux répétitifs entraîneraient des changements importants dans l'activité cérébrale et que de tels changements pourraient être détectés dans les sources d'intérêt à l'aide d'un EEG à haute densité et d'une analyse spectrale. De plus, en raison des émotions positives attribuées au Bouddha Amitabha, nous nous attendions à ce que des changements affectifs se produisent pendant le chant religieux, accompagnés de changements dans les mesures physiologiques périphériques, y compris les indices HRV multi-bandes et le taux de respiration.


Types de sons et de musique

Commençons par examiner les différents types de sons et de musique. Cela va un peu plus loin que les airs habituels que vous avez l'habitude d'entendre sur votre radio.

En fait, il existe de nombreux genres sonores dont vous n'avez peut-être jamais entendu parler auparavant.

Fréquences du solfège

On pensait que les tonalités uniques des fréquences du solfège manifestaient des bénédictions spirituelles lorsqu'elles étaient chantées en harmonie, et chaque tonalité comprend une fréquence qui aide à équilibrer votre énergie.

Le résultat est que votre corps, votre esprit et votre esprit cohabitent en parfaite harmonie. Il existe six fréquences principales de solfège, chacune ayant une signification spécifique :

  • 396 Hz : Cette fréquence du Solfège nous aide à résoudre nos problèmes les plus intimes pour nous libérer de la peur et de la culpabilité.
  • 417 Hz : Aide à rechercher un changement positif et à progresser vers nos objectifs.
  • 528 Hz : Cherche à guérir par des altérations de l'ADN en dehors des limites de la médecine moderne.
  • 639 Hz : Cette fréquence de Solfège nous permet de nous connecter et de nous reconnecter avec d'autres personnes.
  • 714 Hz : C'est la fréquence de résolution de problèmes du Solfège qui nous permet d'exprimer nos sentiments et de trouver des solutions à nos problèmes.
  • 852 Hz : Nous aide à restaurer l'ordre spirituel et, finalement, à libérer notre potentiel en nous rapprochant de notre moi spirituel.

Les fréquences de solfège sont couramment utilisées avec les techniques de méditation des chakras, car les deux pratiques suivent une méthode similaire.

Chaque point de chakra est affecté à un domaine spécifique de notre vie, et les fréquences du solfège fonctionnent de la même manière. Ci-dessous, vous trouverez quelle fréquence de solfège est la mieux adaptée pour un point de chakra spécifique :

  • Chakra racine / 396 Hz : Ces deux-là travaillent ensemble pour refléter le ton vibratoire de la terre et nous libérer de la peur, de la culpabilité et nous aider à poursuivre nos besoins.
  • Chakra sacré / 417 Hz : Lorsqu'ils sont combinés, ceux-ci reflètent le ton du cycle lunaire et aident à renforcer notre désir de changement et de progrès, tout en renforçant notre créativité.
  • Chakra du plexus solaire / 528 Hz : Cette combinaison de guérison des chakras et de fréquence du solfège reflète le ton du soleil, permettant des transformations et des miracles en réparant notre ADN.
  • Chakra du cœur / 639 Hz : Reflète le ton de l'année terrestre pour nous aider à nous connecter avec d'autres personnes et à renforcer nos relations.
  • Chakra de la gorge / 741 Hz : Éveille notre intuition et conduit à établir de meilleures compétences en communication avec les autres en reflétant le ton de la planète Mercure.
  • Chakra du troisième œil / 852 Hz : Reflète le ton de la planète Vénus et nous permet de revenir à notre ordre spirituel en déverrouillant les éléments inconscients de l'esprit.

Il existe également des couleurs spécifiques associées à chaque chakra.

En incorporant ces couleurs (que ce soit à travers des cristaux ou des échantillons de couleurs de chakra de base) et en les plaçant sur certaines parties de votre bord, tout en écoutant les fréquences du solfège, vous pouvez renforcer vos chakras encore plus efficacement.

Les couleurs associées à chaque chakra sont :

Besoins physiques, colère, passion

Plexus solaire (milieu de l'abdomen)

Communication, rester fidèle à soi-même

Chants grégoriens

Les chants grégoriens sont le plus souvent associés à la musique religieuse et, à ce jour, ils sont encore pratiqués dans de nombreux lieux de culte à travers le monde.

Chant grégorien dans le yoga, dans une pratique connue sous le nom de "Kirtan".

Les chants grégoriens sont divisés en différents types de chants en fonction du nombre de notes que chaque syllabe a.

  • Chants syllabiques : Ceux-ci ont pour la plupart une note par syllabe.
  • Chants neumatiques : Ceux-ci ont deux ou trois notes pour chaque syllabe.
  • Chants mélismatiques : Ceux-ci ont beaucoup de notes pour chaque syllabe.

Mais comment chacun de ces types de chants grégoriens est-il bénéfique pour notre santé ? Eh bien, une étude publiée en 2016 a montré que le chant peut apporter des changements psychologiques positifs.

Cela en fait un outil de méditation fantastique pour améliorer notre santé mentale et soulager l'anxiété.

Également connu sous son nom plus long de « réponse automatisée des méridiens sensoriels », ASMR appartient à la catégorie des sons plutôt que de la musique.

Il est devenu assez célèbre ces dernières années avec des influenceurs en ligne créant leurs propres vidéos ASMR, et il existe de nombreuses formes différentes d'ASMR. Ceux-ci incluent des mots parlés chuchotés, des tapotements, des grattages et des froissements.

Peu importe ce qui semble le plus attrayant, ils ont tous une chose en commun, ils produisent une sensation de picotement dans la colonne vertébrale. Cette sensation commence le plus souvent au sommet de la tête et se propage ensuite dans tout le corps.

Mais en quoi cela profite-t-il à notre santé ? La recherche a suggéré que l'ASMR abaisse votre fréquence cardiaque et améliore votre santé et votre bien-être en général.

Sons de la nature

Éteignez toutes les technologies, supprimez l'agitation du monde extérieur et vous vous retrouverez avec les sons de la nature.

Il peut s'agir de pluie, d'un ruisseau bavard ou de gazouillis d'oiseaux au loin.

Chacun d'eux, ainsi que d'autres sons de la nature, nous détend et peut favoriser le sommeil car notre cerveau les considère comme des sons non menaçants.

Une étude récente a également révélé que les personnes vivant dans des zones avec des niveaux élevés de sons de la nature présentaient une amélioration de leur santé, une diminution de la douleur et une amélioration des performances cognitives.

Bien sûr, il n'est pas si facile de se reconnecter aux sons de la nature lorsque vous vivez dans une ville animée.

Mais, grâce aux services de streaming et aux machines à son, écouter les sons de la nature est aussi simple que de créer une liste de lecture et de la laisser apaiser votre esprit.

Tonalités isochrones

Tout comme l'ASMR, les tonalités isochroniques deviennent une forme de thérapie sonore de plus en plus populaire.

Mais quels sont-ils exactement ?

Pour faire simple, les tonalités isochroniques sont un moyen de stimuler votre cerveau rapidement et efficacement tout en modifiant la fréquence de vos ondes cérébrales.

En ce qui concerne le son des tons isochrones, ce sont des battements cohérents et réguliers d'un seul ton qui sont souvent mis en musique.

La vitesse de la tonalité est mesurée en Hertz, et une tonalité isochronique de 10 Hz sera répétée 10 fois sur une période de 1 seconde. Cela crée un rythme rapide, répété et palpitant.

Les tonalités isochroniques fonctionnent en utilisant « l'entraînement des ondes cérébrales ». Ce processus influence l'activité de nos ondes cérébrales et nous permet d'atteindre l'état mental souhaité, car la fréquence de nos ondes cérébrales commence à reproduire le ton répétitif.

Les tonalités isochrones sont un excellent outil basé sur le son pour soulager le stress ou l'anxiété, augmenter votre concentration et améliorer le sommeil.

Battements binauraux

Si vous avez étudié les sons isochroniques comme forme de thérapie sonore, vous avez peut-être également rencontré des battements binauraux.

Celles-ci sont différentes des tonalités isochroniques car le rythme est continu, tandis qu'une tonalité isochronique est activée et désactivée à un rythme rapide.

Les battements binauraux utilisent également deux tonalités avec une fréquence légèrement différente introduite dans chaque oreille. Ceux-ci sont ensuite traités par votre cerveau et la perception d'un rythme spécifique est obtenue.

Ainsi, par exemple, une tonalité de 330 Hz peut être transmise à votre oreille gauche tandis qu'une tonalité d'une fréquence de 300 Hz est transmise à votre oreille droite. Comme ceux-ci sont traités par votre cerveau, le résultat est un battement perçu de 30 Hz.

Une autre chose qui distingue les battements binauraux des tonalités isochroniques est que vous ne pouvez pas cibler un côté spécifique du cerveau. Au lieu de cela, tout le cerveau est stimulé.

Étant donné que deux fréquences différentes sont introduites dans chaque oreille, vous devez également toujours utiliser un casque lorsque vous écoutez des battements binauraux.

Malgré ces différences, les bienfaits pour la santé des battements binauraux sont à peu près les mêmes que les tons isochrones et ils peuvent être utilisés pour soulager l'anxiété, le stress et aider à améliorer le sommeil.

Entraînement des ondes cérébrales

Les tonalités isochroniques et les battements binauraux entrent dans la catégorie « entraînement des ondes cérébrales ».

Pour le dire le plus simplement possible, l'entraînement des ondes cérébrales est un moyen de synchroniser vos ondes cérébrales avec la fréquence souhaitée pour atteindre un certain état d'esprit.

L'écoute de l'entraînement des ondes cérébrales via des tonalités isochrones ou des battements binauraux permet aux deux hémisphères de notre cerveau de se synchroniser sur la même fréquence, plutôt que de travailler indépendamment l'un de l'autre.

Et, lorsque l'énergie électrique dans votre cerveau est équilibrée et que les deux hémisphères sont à la même fréquence, plusieurs avantages pour la santé sont obtenus. Ceux-ci inclus:

  • Diminution du stress et de l'anxiété
  • Amélioration de la mémoire
  • Fatigue réduite
  • Sommeil amélioré
  • Fonction du système immunitaire améliorée
  • Performances athlétiques améliorées
  • Mise au point améliorée

Pour y parvenir, cependant, il est important que vous utilisiez un entraînement des ondes cérébrales adapté à la fréquence de certaines ondes cérébrales. Nous allons examiner cela en profondeur ci-dessous.

Ondes Alpha, Bêta, Delta, Thêta

Pour vraiment comprendre comment fonctionne l'entraînement des ondes cérébrales, ainsi que comment d'autres types de sons et de musique peuvent être bénéfiques pour notre santé, nous devons examiner les fréquences des ondes cérébrales.

Nos fréquences d'ondes cérébrales reflètent notre état émotionnel et physique. Lorsque nous nous sentons somnolents et détendus, nous avons un nombre plus élevé d'ondes cérébrales plus lentes.

Lorsque nous sommes énergisés ou concentrés sur quelque chose, nous avons un nombre plus élevé d'ondes cérébrales plus rapides.

En ce qui concerne les entraînements des ondes cérébrales tels que les tonalités isochrones et les battements binauraux, nous pouvons stimuler et produire une fréquence spécifique qui rend certaines ondes cérébrales plus dominantes.

Ainsi, par exemple, si vous vous sentez particulièrement stressé, écouter des sons isochroniques à vitesse plus lente vous aidera à vous calmer et à réduire votre niveau de stress.

Les fréquences des ondes cérébrales sont classées en différents états, et en comprenant ces catégories, vous pouvez choisir le meilleur type de fréquence d'entraînement cérébral pour influencer votre activité d'ondes cérébrales.

Examinons plus en détail chacune de ces catégories :

  • Ondes Alpha : Celles-ci ont une fréquence de 8 Hz à 12 Hz et lorsque les ondes alpha sont plus dominantes, vous vous sentirez généralement calme et détendu. Ainsi, écouter l'entraînement des ondes cérébrales avec une fréquence de 8 Hz à 12 Hz réduira le stress et l'anxiété. Cela peut également aider à stimuler la créativité et à améliorer votre capacité à mémoriser des informations.
  • Ondes bêta : Les ondes bêta sont plus dominantes pendant la journée lorsque nous sommes éveillés, concentrés et énergisés. Ils ont une fréquence de 12 Hz à 40 Hz, et écouter l'entraînement des ondes cérébrales à l'intérieur de cette fréquence augmentera le nombre d'ondes bêta produites par votre cerveau et vous permettra de devenir plus alerte et éveillé en cas de besoin.
  • Ondes Delta : Celles-ci sont très lentes et basses et ont une fréquence de 0,5 Hz à 4 Hz. Les ondes delta sont plus présentes lorsque vous êtes dans un sommeil profond et lorsque votre corps est suffisamment reposé pour guérir et régénérer les cellules. Si vous avez besoin d'aide pour vous endormir profondément, écouter l'entraînement des ondes cérébrales avec une fréquence de 0,5 Hz à 4 Hz encouragera les ondes delta à dominer votre cerveau.
  • Ondes Thêta : Les ondes thêta sont également dominantes pendant que vous dormez et elles nous encouragent également à un sommeil profond. Ils ont une faible fréquence de 4 Hz à 8 Hz, donc encore une fois, écouter l'entraînement des ondes cérébrales à l'intérieur de cette fréquence améliorera vos chances d'atteindre un état de relaxation profond et de vous endormir naturellement.

Bruit blanc

Vous avez peut-être déjà rencontré le terme «bruit blanc» et vous l'avez probablement même entendu sans même vous en rendre compte.

Le bruit blanc est ce bourdonnement que vous entendez lorsque vous essayez de basculer entre les stations de radio ou lorsque votre connexion à la télévision est soudainement coupée.

Le bruit blanc est créé lorsque plusieurs fréquences se combinent avec le même niveau d'intensité à la fois. C'est aussi l'un de ces bruits « j'aime ou je déteste ».

Certaines personnes trouvent le bourdonnement relaxant, tandis que d'autres peuvent le trouver extrêmement ennuyeux.

Quelle que soit votre opinion sur le bruit blanc, certains avantages pour la santé découlent de son écoute, notamment un meilleur sommeil. Il a même été démontré qu'il améliore la concentration et la concentration chez les enfants atteints de TDAH.

Musique ambiante

La musique d'ambiance nous permet de nous immerger pleinement dans un environnement de guérison musicale.

C'est aussi une forme de musique assez éclectique.

Elle peut être classique ou électronique, mais la seule chose que tous les types de musique ambiante ont en commun, c'est qu'il n'y a pas de rythme persistant.

En supprimant un rythme répétitif, la musique est capable d'améliorer notre humeur ou de nous transporter dans une certaine atmosphère.

C'est cette capacité qui fait de la musique d'ambiance un excellent outil de détente et de guérison, et elle est particulièrement utile si vous avez du mal à vous endormir la nuit.

Ce n'est pas seulement bon pour se détendre, cependant. Certaines musiques d'ambiance sont conçues pour nous dynamiser et nous motiver, ce qui en fait un excellent choix d'écoute pour s'entraîner ou courir.

Et, comme nous le savons tous, notre santé s'améliore grandement lorsque nous faisons de l'exercice régulièrement.

Musique de méditation

La musique de méditation n'est pas si différente de la musique ambiante, mais elle est beaucoup plus axée sur la relaxation du corps et de l'esprit.

Cela en fait un excellent choix pour soulager le stress, s'étirer après une séance de yoga ou calmer votre esprit avant de vous installer au lit pour la nuit.

Écouter de la musique de méditation peut également vous aider à concentrer votre esprit, ce qui en fait un bon choix pour étudier ou pour toute autre tâche où vous avez vraiment besoin que votre concentration soit à un niveau maximal. Il a également été démontré qu'il améliore vos capacités cognitives.

Musique classique

Qu'il s'agisse d'instrumentaux gonflés ou de morceaux plus légers de violoniste solo, l'écoute de la musique classique présente de nombreux avantages pour la santé. Pour commencer, il peut diminuer votre taux de cortisol et abaisser votre tension artérielle.

Donc, si vous avez constaté que les sons de la nature et la musique de méditation ne fonctionnent tout simplement pas pour vous, la musique classique est une excellente alternative à essayer. Voici quelques-uns des meilleurs morceaux de musique classique pour s'endormir :

  • Satie – « Gymnopédie No.1 »
  • Holst – « Vénus la porteuse de la paix (les planètes) »
  • Chopin – "Nocturne No.2, Op.9"
  • Ravel – « Concerto pour piano en sol majeur (2e mouvement) »
  • Beethoven – « Sonate au clair de lune (1er mouvement) »
  • Bill Evans – « Morceau de paix »
  • J.S Bach – "Prélude n°1"
  • Massenet – « Méditation »
  • Debussy – "Rêverie"
  • Mozart – « Concerto pour flûte et harpe (2e mouvement) »

La musique classique a également des avantages pour la santé des bébés, sous la forme de l'effet Mozart.

Pour le dire en termes simples, L'effet Mozart montre que les bébés et les jeunes enfants qui étaient régulièrement exposés à la musique classique avaient un développement cognitif accru.


La thérapie par le son : un outil incroyable pour changer votre état d'esprit et améliorer votre bien-être

Certaines des façons les plus intéressantes d'y parvenir sont d'utiliser Fréquences de solfège, tonalités isochroniques et binaurales. Vous connaissez peut-être déjà la thérapie par le son, mais si vous ne l'êtes pas, vous DEVEZ l'essayer.

J'ai récemment ajouté ces « thérapies sonores » à ma routine quotidienne et je suis émerveillée par le changement que j'ai vécu dans mon état d'esprit et mon bien-être général.

Encore plus étonnant, c'est le fait que j'ai "senti" un changement positif en seulement quelques minutes. Je devais découvrir comment et pourquoi ces sons faisaient ce qu'ils faisaient et partager mes découvertes avec les autres.

La loi des vibrations

Cette loi de la nature stipule que tout bouge, tout vibre et rien ne repose. Ces vibrations peuvent être plus faibles (vibrations plus lentes) ou plus élevées (vibrations plus rapides). Ces niveaux d'énergie vibratoire sont connus sous le nom de "fréquences” et sont mesurés en Hertz (Hz). Un Hertz est égal à UN cycle vibratoire par seconde.

Je n'entrerai pas trop dans les leçons de physique ici, mais il est intéressant de noter que Dr Colin W.F. McClare (Bio-Physicien), a découvert que les fréquences de l'énergie vibrante sont environ 100 fois plus efficaces pour relayer l'information au sein d'un système biologique que les signaux physiques, tels que les hormones, les neurotransmetteurs et d'autres facteurs de croissance (Lipton 2008).

ça expliquerait comment différentes fréquences peuvent avoir un impact sur nos humeurs et nos émotions et sur les humeurs et les émotions de ceux qui nous entourent. On pense que les sentiments de tristesse, de colère, de peur et d'effroi, par exemple, ont une fréquence faible alors que les sentiments d'amour, de bonheur, de gratitude, etc. ont une fréquence élevée.

Fréquences du solfège

Tout le monde aujourd'hui peut facilement reconnaître le échelle de 7 notes attribué aux syllabes Do-Re-Mi-Fa-So-La-Ti, mais l'ancienne version était un échelle de 6 notes attribué aux syllabes ascendantes Ut-Re-Mi-Fa-Sol-La.

C'est l'ancienne gamme de solfège. Cette ancienne gamme de 6 notes a été créée par un moine bénédictin, Guido d'Arezzo (991 après JC - 1050 après JC).

L'échelle a été utilisée comme outil pédagogique pour aider les autres à apprendre plus facilement des chants et des chansons. Chaque ton de la gamme produit une fréquence spécifique. On a découvert que ces fréquences avaient impacts très spécifiques sur le corps.

  • UT-396 Hz = transformer le chagrin en joie, libérer la culpabilité et la peur : recherche les blocages cachés, les croyances négatives subconscientes et les idées qui ont conduit à vos situations actuelles.
  • RE-417 Hz = dénouer des situations et faciliter le changement : vous met en contact avec une source d'énergie inépuisable qui vous permet de changer de vie.
  • MI-528 Hz = transformation et miracles (réparation de l'ADN) : augmentation de la quantité d'énergie vitale, clarté d'esprit, conscience, créativité éveillée ou activée, états extatiques comme la paix intérieure profonde, la danse et la célébration. En outre, activez votre imagination, votre intention et votre intuition pour fonctionner dans votre but le plus élevé et le meilleur.
  • FA-639 Hz = reconnexion et équilibre, relations : améliore la communication, la compréhension, la tolérance et l'amour.
  • Sol-741 Hz = résolution de problèmes, expressions/solutions : conduit à une vie plus saine, plus simple, et aussi à des changements d'alimentation. En outre, vous conduit au pouvoir de l'expression de soi, ce qui se traduit par une vie pure et stable.
  • LA-852 Hz = éveil de l'intuition, retour à l'ordre spirituel : la capacité de voir à travers les illusions de votre vie, telles que les agendas cachés des personnes, des lieux et des choses. Il ouvre une personne à la communication avec l'Esprit qui embrasse tout et élève la conscience et vous permet de revenir à l'ordre spirituel.

En plus de l'original 6 ci-dessus, Il a été démontré que 3 autres tons ont des propriétés curatives. Ensemble, les 9 constituent les fréquences du solfège.

  • SI-963 Hz = éveille tout système à son état originel parfait : permet l'expérience directe, le retour à l'Unité.
  • 174 Hz = anesthésique naturel : réduit la douleur physiquement et énergétiquement.
  • 285 Hz = aide à remettre les tissus dans leur forme d'origine : influence les champs énergétiques, leur envoie un message pour restructurer les organes endommagés. Il laisse également votre corps rajeuni et énergisé.

Tonalités isochroniques et binaurales

Dénommé "entraînement des ondes cérébrales”, ces tonalités et rythmes sont des impulsions sonores distinctives qui sont souvent combinées à des sons apaisants ou à de la musique.

Ils ont un impact direct sur votre activité cérébrale changer la fréquence de vos ondes cérébrales, afin que vous puissiez entraîner votre cerveau à entrer dans divers états mentaux et niveaux de conscience.

Ces états sont similaire à ce que le cerveau éprouve pendant la méditation et peut avoir des avantages similaires sur le corps. On dit que les battements/tonalités isochrones et binauraux cibler et travailler sur diverses fréquences d'ondes cérébrales pour obtenir divers impacts sur le corps.

  • Ondes cérébrales bêta – 12 Hz à 30 Hz = aide à réguler et à stabiliser votre conscience de veille normale. L'entraînement de vos ondes bêta peut également être utilisé pour augmenter votre capacité de concentration et peut même améliorer votre QI.
  • Ondes cérébrales alpha – 8 Hz à 12 Hz = états de relaxation, améliore la créativité, la clarté mentale et le cerveau est plus réceptif aux informations. Alpha est idéal pour le soulagement du stress et la relaxation.
  • Ondes cérébrales thêta – 4 Hz à 7 Hz = état de méditation/relaxation profonde : concentration améliorée, réductions majeures du stress et meilleure rétention de la mémoire. La pression artérielle, la respiration et le rythme cardiaque ralentiront tous à un niveau beaucoup plus reposant et sain qui favorise la guérison naturelle.
  • Ondes cérébrales delta – 0,1 Hz à 4 Hz = état de relaxation complète le plus profond : état de sommeil sans rêve et complètement inconscient qui permet à votre corps et à votre cerveau de se reposer et de se réparer. C'est le moyen le plus efficace d'encourager votre esprit à se libérer d'un état de veille hyperactif et à entrer dans un état de sommeil.

Les tonalités binaurales jouent des fréquences légèrement différentes dans chaque oreille, donc écouteurs sont indispensables pour qu'ils travaillent !

Avec des tonalités isochrones, les oreilles reçoivent la même impulsion sonore simple, donc les écouteurs ne sont pas nécessaires, mais ils peuvent améliorer l'expérience.

Le cerveau a besoin d'environ 7 minutes complètes pour ces tonalités pour commencer à travailler, mais pour en retirer et en ressentir les bienfaits. Au moins 15-30 minutes sont recommandés.

Avec ces tons, il est sage de noter que vous ne devez les écouter que lorsque vous avez le temps de vous détendre ou de méditer. Ne pas écouter en conduisant une voiture ou en utilisant des machines.

Certaines personnes, celles qui sont touchées par des convulsions ou d'autres problèmes de santé similaires, ne devraient pas écouter ces tonalités.

Ces thérapies sonores peuvent être un excellent outil pour ceux qui commencent les pratiques de méditation ou par toute personne souhaitant compléter ses rituels de bien-être quotidiens. Quel que soit votre objectif, les conseils ci-dessus sont d'excellents moyens de vous détendre et d'améliorer votre humeur rapidement ! Être bien!

  1. La biologie de la croyance : libérer le pouvoir de la conscience, de la matière et des miracles. Bruce H. Lipton, Ph.D., Hay House, 2008

Copyright © 2012-2021 L'esprit d'apprentissage. Tous les droits sont réservés. Pour obtenir l'autorisation de réimprimer, contactez-nous.

Partagez cette histoire ! Partager ce contenu

Cet article a 26 commentaires

Merci pour ça. Je suis allé sur le site du solfège et en ai téléchargé quelques-uns. De plus, Sharry Edwards guérit aussi avec des sons. Fait une guérison incroyable avec les anciens combattants, mais c'est pour tous. http://www.soundhealthinc.com/index.html

fonctionneront-ils si je les écoute en dormant ?

Absolument! J'utilise souvent des rythmes binauraux pour un sommeil profond (gratuit sur Youtube) et je dors très bien & #8230Si je me réveille également en me sentant rafraîchi et énergique. Essayez-le !

Vous le pouvez bien sûr ! Lisez le commentaire d'Ashley ci-dessous. Ils fonctionnent très bien pendant le sommeil!

Je suis tellement d'accord avec ce sujet, diagnostiqué avec la SEP en 2003 et dit en fauteuil roulant en 10 ans, j'ai passé 5 ans à étudier cette thérapie par fréquences sonores et cela a inversé ma SEP de 10 fois. Je n'aurais jamais pensé trouver quelqu'un qui pense comme moi – merci !

C'est une si belle histoire personnelle, Doug ! Merci d'avoir partagé! Heureux d'entendre à quel point vous vous débrouillez bien. Rester bien! ??

Poste génial. En tant qu'étudiant en physique, son et musique, cet aspect particulier de la psychologie a toujours été si fascinant ! Merci pour cet article.

Merci et merci pour le partage ! ??

Excellent article! J'utilise ces modalités depuis un certain temps maintenant et je les trouve également extrêmement bénéfiques ! Parfois, j'ajoute simplement des tons purs à la musique que j'aime pour un coup de pouce supplémentaire…

Merci, Ashley ! Je les aime aussi!

Ça sonne bien, y a-t-il un échantillon disponible ?
Puis-je l'écouter en faisant du jogging ou dois-je me concentrer ?

Je recommanderais de les écouter avant une course pour vous motiver ou après votre course pour vous détendre. Vous n'avez pas besoin de vous concentrer en soi, mais certains tons peuvent trop vous détendre ou vous donner une sensation presque intoxiquée, ce qui peut entraîner un plus grand risque de blessure. Ils ne sont pas non plus recommandés pendant la conduite. En ce qui concerne les échantillons, YouTube en propose de nombreux gratuitement. Amazon Music en propose également des tonnes gratuitement pour les membres Amazon Prime. Vous pouvez également les télécharger à partir des magasins d'applications. Prendre plaisir! ??

Cet article m'a vraiment inspiré – vraiment intéressé à essayer les battements binauraux maintenant! Juste par intérêt pour ces programmes de battements binauraux, lequel recommanderiez-vous à un débutant ? http://www.lifeimproving.com/a-run-down-of-the-best-brainwave-entrainment-software-2014/ Je pense obtenir le numéro 3 ?
James.

Ça a l'air super ! Il n'y a pas de règle établie pour les débutants, il suffit d'en trouver qui vous plaisent !

qu'en est-il de la psy-trance ou encore mieux. Style dur. quel effet auraient-ils ?

Je ne connais pas grand-chose à la psy-trance ou au hardstyle, mais j'imagine qu'ils auraient un effet similaire.

Amie, j'ai un terrible problème d'acouphènes (bourdonnements dans les oreilles) Je mentirais pour savoir comment cela peut aider?

Bonjour Kevin, Désolé d'apprendre que vous souffrez d'acouphènes. La thérapie par le son peut vous être bénéfique Je vous propose un lien vers une information qui pourra vous aider à répondre à vos questions. Être bien! http://journals.lww.com/thehearingjournal/Fulltext/2010/11000/Tinntrain__A_multifactorial_treatment_for_tinnitus.7.aspx

Centre médical J & S, 9 1/4 chemin Retirement

J'expérimente actuellement le phénomène d'entraînement des ondes cérébrales et j'ai reçu des battements binauraux à essayer et à partager. Un collègue médecin et associé en affaires a récemment participé à une séance de 40 minutes avec moi et a conclu qu'il en avait définitivement retiré quelque chose. Nous espérons faire avancer ce travail par le biais de la British Jamaican Association of Integrative Medicine (B.J.A.I.M.).

Salut Amie iv, je viens de tomber sur votre page twitter..je suis très intéressé par ce que vous avez à offrir, je fais beaucoup de méditation pour m'aider avec mon anxiété.. merci keith

C'est super, Keith merci et merci pour le partage!

Bonjour, j'ai écouté une vidéo youtube à 528 Hz pour des problèmes de conflit. Cependant, cela a aggravé mes acouphènes. Est-ce possible ou courant ? En lisant plus loin, il est mentionné que la musique sur une telle fréquence aide à lutter contre les acouphènes. .Toute aide ou clarification serait appréciée.Merci.

S'il vous plaît, que diriez-vous d'un presque sourd de l'oreille droite?

Bonjour. Cet article était extrêmement fascinant,
en particulier parce que je cherchais des réflexions sur cette question dimanche dernier.

Laisser une réponse Annuler la réponse

À PROPOS DE L'APPRENTISSAGE DE L'ESPRIT

Learning Mind est un blog créé par Anna LeMind, B.A., dans le but de vous donner matière à réflexion et des solutions pour vous comprendre et vivre une vie plus significative. Learning Mind compte plus de 50 000 abonnés par e-mail et plus de 1,5 million de followers sur les réseaux sociaux.

Joignez-vous à notre liste d'envoi

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ

Tout le contenu publié sur ce site Web est uniquement destiné à des fins d'information. Learning Mind ne fournit pas de conseils, de diagnostics ou de traitements médicaux, psychologiques ou de tout autre type.


5 façons puissantes dont la musique peut améliorer votre mémoire

Ne souhaitez-vous pas vous souvenir de tout ce que vous voulez ? Bien qu'il soit à peu près impossible de le faire, la bonne nouvelle est que vous pouvez vous en approcher de très près ! Dans cet article, vous découvrirez l'effet de la musique sur la mémoire et comment l'utiliser à votre avantage…

Nous aimons penser que la mémoire est un indicateur clé de nos capacités intellectuelles. Après tout, c'est ce qui fait de nous une espèce si capable. Sans mémoire, nous ne serions pas en mesure de transmettre l'information de génération en génération, c'est ainsi que nous évoluons. Par conséquent, nous aimons croire que la mémoire n'est liée qu'à la raison et à l'intellect.

Cependant, des études récentes ont révélé que d'autres facteurs - tels que les émotions, le stress, la nourriture et les hormones - peuvent avoir un impact énorme sur la façon dont nous nous souvenons des informations. C'est pourquoi nous visons à mieux comprendre l'effet de la musique sur la mémoire. La musique est l'un des rares éléments que nous pouvons réellement manipuler afin de créer des souvenirs plus robustes.

Avant de recommander comment vous pouvez utiliser la musique qui stimule la mémoire dans vos études, examinons d'abord le raisonnement scientifique derrière l'effet de la musique sur la mémoire.

La science derrière la musique qui stimule la mémoire

Afin de vraiment comprendre la science, commençons par un exemple : vous passerez un test demain et vous lisez les mêmes vieilles notes, mais vous ne semblez pas vous souvenir de quoi que ce soit.

Et c'est surprenant, car nous savons que se concentrer suffisamment longtemps et intensément sur quelque chose nous fait nous en souvenir. Quel est le raisonnement derrière cela? Eh bien, les informations sur lesquelles nous nous concentrons sont transformées en impulsions électriques qui voyagent entre les neurones du cerveau par le biais de synapses. Cela signifie que si nous répétons quelque chose souvent, nous renforcerons le lien entre les neurones et créerons une mémoire.

Mais pourquoi n'arrivez-vous pas à vous souvenir de quelque chose que vous voulez vraiment, surtout lorsque vous essayez de vous concentrer avec toute votre attention ? Les souvenirs à long terme sont stockés par l'hippocampe, une région du cerveau qui est également influencée par le bon entretien de la "mémoire de travail". La mémoire de travail elle-même est influencée par l'attention.

Cependant, l'attention dans ce cas n'est pas équivalente à la concentration, mais à un état plus méditatif, affecté par la production d'ondes alpha et thêta par le cerveau. Les ondes alpha permettent une concentration profonde, tandis que les ondes thêta apportent calme et relaxation.

La raison pour laquelle nous ne pouvons pas nous souvenir des choses

Voici donc la réponse : souvent, le stress est ce qui déconcerte notre cerveau, ce qui nous empêche d'apprendre de nouvelles choses. Pour contrer les effets négatifs du stress sur notre mémoire, nous devons créer le même calme pour nous-mêmes.

Cela dit, les scientifiques ont découvert que la musique induit un état de méditation et détend le cerveau. Ainsi, l'effet de la musique sur la mémoire est qu'elle permet à notre cerveau de devenir plus désengagé, ou plus libre de « débris » qui entravent son bon fonctionnement.

Si vous voulez que vos résultats aux tests soient aussi élevés que possible, pensez à écouter de la musique pendant vos études.

Qu'en est-il de la mémoire à long terme ?

Outre le stress momentané (ou stress aigu) causé par les tâches génératrices de nervosité, le stress chronique est un autre perturbateur de la formation des souvenirs à long terme. Le stress chronique est pire que le stress aigu car il provoque de réels problèmes de santé, comme l'hypertension artérielle et les maladies cardiaques.

En jouant avec nos hormones, le stress chronique peut entraîner une perte de matière cérébrale, affectant les synapses déjà formées (c'est-à-dire les souvenirs à long terme). La même conséquence est déclenchée par la dépression, une affection corrélée à de faibles niveaux de dopamine et de sérotonine (ceux-ci sont appelés « neurotransmetteurs »).

Plus précisément, les deux neurotransmetteurs jouent un rôle important dans la formation de la mémoire et ils peuvent tous deux être influencés par la musique. Par conséquent, si vous écoutez de la musique adéquate pour stimuler la mémoire pendant vos études, il est probable que vous dépasserez vos propres attentes.

L'effet Mozart

De nombreuses études neurologiques ont été menées à ce sujet, mais certaines d'entre elles présentent des résultats assez contradictoires. En ce qui concerne le célèbre effet Mozart, certains scientifiques ont découvert qu'écouter Mozart avant d'effectuer une certaine tâche améliore la capacité du sujet à le résoudre correctement.

Pendant ce temps, d'autres ont découvert que l'effet Mozart n'affectait pas du tout les résultats des tests. Laissant cela de côté, ils s'accordent tous à dire que nos capacités cognitives sont améliorées lorsque nous écoutant Mozart et de la musique classique en général. Le problème est que nous ne savons pas exactement de combien.

L'effet Vivaldi

Un autre article intéressant du même domaine de recherche montre qu'il existe également un effet Vivaldi. Selon les études, écouter « Spring » de Vivaldi peut stimuler à la fois l'attention et la mémoire. Les participants à cette étude ont écouté tous les concerts « Four Seasons » de Vivaldi, mais la première partie de « Spring » s'est avérée la plus réussie en ce qui concerne ses propriétés de stimulation de la mémoire.

Les résultats

Toutes ces études montrent que la musique classique a un impact certain sur la mémoire et l'attention, même si les améliorations réelles des résultats aux tests sont individuelles et ne peuvent pas être prédites avec précision. Mais d'autres scientifiques soutiennent que l'effet de la musique sur la mémoire n'existe que si vous l'appréciez.

La musique d'ambiance et la musique classique sans paroles s'avèrent être les meilleures à cet égard car elles n'ont pas de paroles distrayantes. Au lieu de cela, ils améliorent votre humeur et détendent votre esprit. En revanche, la musique pop semble diminuer de 14 % les erreurs de correction orthographique !

5 bonnes raisons d'écouter de la musique pour booster la mémoire

Maintenant que vous savez qu'il existe des preuves scientifiques que la musique améliore votre mémoire, examinons cinq merveilleux avantages que vous tirerez de cette pratique. La musique de renforcement de la mémoire :

1) Minimisez votre stress.

Le stress peut provoquer une quantité insupportable de pensées négatives pour bloquer et obscurcir votre cerveau. Cela peut aussi être la raison pour laquelle vous ne vous sentez pas motivé à travailler ou à étudier. Donnez à votre cerveau un peu de repos en utilisant la musique pour vous distraire de votre stress.

2) Améliorez votre humeur.

Écouter de la musique instrumentale joyeuse égayera votre cœur et votre esprit. Offrez à vos oreilles de belles mélodies et n'ayez pas peur de chanter ! Le chant est un excellent moyen d'exercer votre esprit et votre corps.

3) Vous permettre de penser plus clairement.

Laissez vos pensées suivre les modèles et rythmes musicaux organisés pour que vous puissiez mieux vous concentrer. Des études montrent que notre cerveau fonctionne par rythmes. En écoutant les rythmes trouvés dans les chansons qui stimulent la mémoire, vous pourrez étudier de manière claire et calculée.

4) Gardez les yeux sur le but.

Écouter des morceaux de musique plus alertes vous motive davantage et améliore ainsi votre attention. Vous pouvez essentiellement être « gonflé » par une chanson et utiliser cette énergie pour accomplir la tâche à accomplir.

5) Accordez-vous des pauses rapides.

Prendre quelques instants pour fredonner avec votre morceau préféré vous donne le temps de ruminer de nouvelles informations, tout en vous permettant également de vous récompenser. La musique peut être un bon rappel que vous étudiez depuis trop longtemps et que vous avez besoin d'une pause.

Chansons pour booster la mémoire

Les chansons suivantes sont destinées à améliorer votre concentration pendant que vous travaillez ou étudiez. Certains sont plus apaisants que d'autres, et certains sont plus bruyants que d'autres. Jouez avec les différentes sélections et voyez lesquelles améliorent votre réflexion, votre motivation ou tout ce qui concerne la mémoire.

1) Eine Klein Nachtmusik de Mozart

Eine Kleine Nachtmusik a un tempo vif qui vous fera vous sentir plus énergique. Cela augmentera également vos niveaux de dopamine ! Cela vous aidera à mieux vous souvenir des nouvelles informations.

chansons d'amour habituelles). Il y a des paroles, mais la voix du chanteur est vraiment suave et vous ne perdrez pas votre concentration. Cependant, fredonner ici et là peut en fait aider les nouvelles informations à mieux coller.

Intéressé par les cours particuliers ?

Recherchez des milliers d'enseignants pour des cours locaux et en ligne en direct. Inscrivez-vous dès aujourd'hui à des cours privés pratiques et abordables !


Musique

Il a longtemps été démontré que les musiciens et les personnes bilingues ont une meilleure mémoire de travail, et une nouvelle étude commence à identifier pourquoi cela pourrait être le cas.

L'étude d'imagerie cérébrale, impliquant 41 jeunes adultes (âgés de 19 à 35 ans), qui étaient soit des non-musiciens monolingues, soit des musiciens monolingues, soit des non-musiciens bilingues, a révélé que les musiciens et les bilingues avaient besoin de moins de ressources cérébrales pour se souvenir des sons.

Il a été demandé aux participants d'identifier si le son qu'ils entendaient était du même type que le précédent et si le son venait de la même direction que le précédent. Les sons des instruments de musique, de l'environnement et des humains figuraient parmi ceux utilisés dans l'étude.

Les musiciens se souvenaient du type de son plus rapidement que les individus des autres groupes, et les bilingues et les musiciens se sont mieux comportés que les monolingues lors de la tâche de localisation. Bien que les bilingues se souviennent du son à peu près au même niveau que les non-musiciens monolingues, leur cerveau a montré moins d'activité lors de l'accomplissement de la tâche.

Dans les deux tâches et les deux niveaux de difficulté, les musiciens ont montré une activité cérébrale plus faible dans le gyrus frontal préfrontal supérieur et le cortex préfrontal dorsolatéral bilatéralement, ce qui est censé refléter une meilleure utilisation des ressources neurales. Les bilingues ont montré une activité accrue dans les zones liées au langage (DLPFC gauche et gyrus supramarginal gauche), ce qui peut refléter un besoin de supprimer les interférences associées aux activations sémantiques concurrentes de plusieurs langues.

Les résultats démontrent que la formation musicale et le bilinguisme profitent au fonctionnement exécutif et à la mémoire de travail via différentes activités et réseaux.

Nous avons vu un certain nombre d'études montrant la valeur de la formation musicale pour le développement des compétences linguistiques des enfants. Une nouvelle étude a examiné ce qui se passe si la formation ne commence pas avant le lycée.

L'étude a porté sur 40 lycéens de la région de Chicago qui ont été suivis depuis leurs débuts au lycée jusqu'à leur dernière année. Près de la moitié des élèves s'étaient inscrits à des cours d'harmonie, qui impliquaient deux à trois heures par semaine d'enseignement de la musique instrumentale en groupe à l'école. Les autres s'étaient inscrits au Corps de formation des officiers de réserve junior (ROTC), qui mettait l'accent sur les exercices de remise en forme au cours d'une période comparable.

Le groupe de musique a montré une maturation plus rapide de la réponse du cerveau au son et a démontré une sensibilité cérébrale accrue prolongée aux détails sonores. Alors que tous les élèves ont amélioré leurs compétences linguistiques liées à la conscience de la structure sonore, l'amélioration était plus importante pour ceux des cours de musique.

La découverte est encourageante dans la mesure où elle montre que les cerveaux des adolescents sont toujours réceptifs à la formation musicale.

C'est aussi encourageant d'impliquer les étudiants des quartiers défavorisés. Il a été constaté que les enfants issus de familles de statut socio-économique inférieur traitent le son de manière moins efficace, en partie à cause des environnements plus bruyants et également en raison de la privation linguistique. Une petite étude précédente menée par les mêmes chercheurs a examiné les avantages d'un programme de musique communautaire gratuit pour un groupe d'étudiants défavorisés (le projet Harmony). Dans cette petite étude, les étudiants plus engagés dans le programme (tels qu'évalués par l'assiduité et la participation) ont montré une plus grande amélioration après deux ans, dans la façon dont leur cerveau traitait la parole et dans leurs scores en lecture. Ceux qui ont appris à jouer des instruments ont également montré une plus grande amélioration que ceux qui ont participé à des cours d'appréciation de la musique.

Une étude portant sur 124 adolescents a révélé que ceux qui tapaient le plus précisément avec un métronome présentaient également les réponses cérébrales les plus cohérentes à un son de parole synthétisé "da". La découverte est cohérente avec des recherches antérieures montrant des liens entre la capacité de lecture et la capacité de garder le rythme, et entre la capacité de lecture et la cohérence de la réponse du cerveau au son. La découverte fournit également plus de soutien pour les avantages de la formation musicale pour les compétences linguistiques et le traitement auditif.

Je dirais que cela pourrait être particulièrement important pour l'apprentissage d'une langue seconde, soulevant la question intrigante : si vous avez des problèmes pour apprendre une autre langue, pourriez-vous améliorer vos capacités en travaillant votre sens du rythme ?

Vous pouvez en savoir plus sur les travaux du Laboratoire de neurosciences auditives sur http://www.brainvolts.northwestern.edu.

En plus des preuves croissantes des avantages cognitifs à long terme de l'apprentissage de la musique pendant l'enfance, une nouvelle étude a révélé que même quelques années d'apprentissage de la musique pendant l'enfance ont des avantages durables pour la discrimination auditive.

L'étude a porté sur 45 adultes (âgés de 18 à 31 ans), dont 15 n'avaient aucune formation musicale, 15 avaient un à cinq ans de formation et 15 avaient six à onze ans. Les participants ont été présentés avec différents sons complexes allant de la hauteur tandis que l'activité du tronc cérébral était surveillée.

La réponse du tronc cérébral aux sons était significativement plus forte chez ceux qui avaient suivi une formation musicale, par rapport à ceux qui n'avaient jamais suivi de formation musicale. Il s'agissait d'une différence catégorique - les années de formation n'ont pas fait de différence (bien qu'une durée minimale puisse être requise - une seule personne n'avait qu'un an de formation). Cependant, la récence de l'entraînement a fait une différence dans la réponse du tronc cérébral, et il semble qu'une certaine décoloration puisse se produire sur de longues périodes de temps.

Cette différence de réponse du tronc cérébral signifie que les personnes ayant une formation musicale sont mieux à même de reconnaître la fréquence fondamentale (son de fréquence la plus basse). Cela explique pourquoi la formation musicale peut aider à protéger les personnes âgées contre les difficultés auditives - la capacité de discriminer les fréquences fondamentales est cruciale pour comprendre la parole et pour traiter le son dans des environnements bruyants.

J'ai déjà parlé des avantages des cours de musique pour les enfants - plus récemment, par exemple, comment les « dessins animés » d'entraînement basés sur la musique ont amélioré le QI verbal des enfants d'âge préscolaire. Maintenant, une nouvelle étude étend les résultats aux nourrissons.

Dans l'étude, des bébés de 6 mois ont été assignés au hasard à six mois de l'un des deux types de cours de musique hebdomadaires. Les cours duraient une heure et impliquaient une approche active ou passive.

Dans les classes actives, les parents et les nourrissons ont travaillé ensemble pour apprendre à jouer des instruments à percussion et chanter des berceuses et des chansons d'action. Les cours ont mis l'accent sur l'expression musicale, l'écoute pour jouer ou chanter au bon moment, la répétition et la prise de conscience des parents des réactions de leur bébé. Il y avait aussi un CD qu'ils étaient encouragés à jouer à la maison.

Dans les classes passives, les parents et les nourrissons ont écouté des CD de la série Baby Einstein tout en jouant et en interagissant sur des stations de jeu d'art, de livre, de balle, de bloc et de tasses empilables. Les parents ont été encouragés à rapporter à la maison différents CD de la collection chaque semaine.

A la fin du programme, les bébés fréquentant les classes actives ont montré une sensibilité plus précoce au pitch. Contrairement aux nourrissons des classes passives, ils préféraient écouter une pièce de piano jouée en tonalité plutôt qu'une pièce comprenant des notes jouées en fausses tonalités (vous pouvez entendre les deux versions sur http://www.psychology.mcmaster.ca/ljt/ stimuli.htm). Leurs cerveaux ont également montré des réponses plus larges et/ou plus précoces aux tonalités musicales.

Sur le plan cognitif, les bébés des classes actives ont également montré de meilleures capacités de communication précoces, comme pointer du doigt des objets hors de portée ou faire un signe au revoir. Socialement, ces bébés souriaient également plus, étaient plus faciles à apaiser et montraient moins de détresse lorsque les choses ne leur étaient pas familières ou ne se déroulaient pas comme elles le voulaient. On suppose que ces compétences sociales sont dues au développement d'une meilleure interaction sociale entre le parent et l'enfant.

Les cours ont été dispensés dans deux centres – l'un dans une zone socio-économique inférieure et l'autre dans une zone de classe moyenne. Les professeurs des classes ignoraient la nature de l'expérience. Avant le début des cours, tous les bébés avaient montré une communication et un développement social similaires et aucun n'avait déjà participé à d'autres cours de musique pour bébés. Il n'y avait pas d'interaction entre le statut socioéconomique et l'intervention, et les résultats des deux ont ensuite été analysés ensemble. Il y avait 38 familles (sur les 49 initiales au début) qui suivaient encore régulièrement le programme à la fin du programme, et 34 d'entre elles (dont 16 du centre de SSE inférieur) ont terminé le test.

La question passionnante est bien sûr de savoir quels effets à long terme cette « avance » aura sur le développement cognitif et social. J'espère que les chercheurs suivront cela.

J'ai parlé récemment de la façon dont la différence bien établie de capacité spatiale entre les hommes et les femmes a apparemment beaucoup à voir avec la confiance. J'ai également mentionné en passant que des recherches antérieures ont montré que la formation peut combler l'écart entre les sexes. Une étude récente suggère que cette formation ne doit pas nécessairement être spécifique aux compétences spatiales.

Dans l'étude allemande, 120 étudiants ont subi un test de vitesse de traitement et un test de rotation mentale standard. Les étudiants étaient répartis équitablement en trois groupes : musiciens, athlètes et étudiants en éducation qui ne pratiquaient ni le sport ni la musique.

Alors que l'écart attendu entre les sexes a été trouvé parmi les étudiants en éducation, l'écart était plus petit chez les étudiants en sport et inexistant chez les étudiants en musique.

Parmi les étudiants en éducation, les hommes ont eu deux fois plus de problèmes de rotation corrects que les femmes. Parmi les étudiants en sport, les hommes et les femmes ont obtenu de meilleurs résultats que leurs pairs en matière d'éducation, mais comme ils étaient tous les deux à peu près également avantagés, un écart entre les sexes était toujours maintenu. Cependant, parmi les musiciens, seules les femmes en bénéficiaient, les élevant au niveau des hommes.

Ainsi, pour les hommes, les athlètes ont fait le mieux sur la rotation mentale pour les femmes, les musiciens ont fait le mieux.

Même s'il se peut que ceux qui se sont lancés dans la musique ou le sport aient des « capacités naturelles » pertinentes, la quantité d'entraînement dans le sport/la musique a eu un effet significatif. En effet, l'analyse a révélé que l'avantage des étudiants en sport et en musique disparaissait lorsque les heures de pratique et les années de pratique étaient incluses.

Il est également intéressant de noter qu'il y avait un effet de la vitesse de traitement. Bien que dans l'ensemble, les trois groupes ne différaient pas en termes de vitesse de traitement, les musiciens masculins avaient une vitesse de traitement inférieure à celle des musiciennes ou des athlètes masculins (aucun de ces groupes n'était significativement différent les uns des autres).

Il est intéressant de noter que la formation musicale ne devrait profiter qu'aux capacités spatiales des femmes. Cependant, je me souviens que dans les recherches montrant comment quelques heures de formation aux jeux vidéo peuvent aider les femmes à combler l'écart entre les sexes, les femmes ont beaucoup plus bénéficié de la formation que les hommes. La conclusion évidente est que les mâles avaient déjà suffisamment d'expérience, et quelques heures de plus n'étaient ni ici ni là. Peut-être faudrait-il plutôt se poser la question : pourquoi la pratique sportive profite-t-elle aux compétences spatiales des hommes ? Une question qui semble indiquer les avantages de la vitesse de traitement, mais nous devons ensuite nous demander pourquoi le sport n'a pas eu le même effet sur les femmes. Une réponse possible ici est que les femmes s'étaient engagées dans des sports pendant une période significativement plus courte (une moyenne de 10,6 ans contre 17,55), ce qui signifie que les hommes avaient tendance à commencer leur entraînement sportif à un âge beaucoup plus jeune. Il n'y avait pas une telle différence entre les musiciens.

(Pour en savoir plus sur la mémoire spatiale, voir les reportages agrégés)

Pietsch, S., & Jansen, P. (2012). Différentes performances de rotation mentale chez les étudiants en musique, sport et éducation. Apprentissage et différences individuelles, 22(1), 159-163. Elsevier Inc. doi:10.1016/j.lindif.2011.11.012

J'ai déjà parlé de l'association entre la perte auditive chez les personnes âgées et le risque de démence. Bien que nous ne comprenions pas actuellement cette association, il se peut que la prévention de la perte auditive aide également à prévenir le déclin cognitif et la démence. J'ai déjà expliqué comment la formation musicale pendant l'enfance peut aider les personnes âgées à entendre la parole dans un environnement bruyant. Une nouvelle étude s'ajoute à cette preuve.

L'étude s'est penchée sur un aspect spécifique de la compréhension de la parole : la synchronisation auditive du tronc cérébral. Le vieillissement perturbe cette synchronisation, dégradant la capacité d'encoder avec précision le son.

Dans cette étude, les réponses cérébrales automatiques aux sons de la parole ont été mesurées chez 87 adultes entendants normaux, jeunes et plus âgés, alors qu'ils regardaient une vidéo sous-titrée. Il a été constaté que les adultes plus âgés qui avaient commencé une formation musicale avant l'âge de 9 ans et qui s'étaient régulièrement engagés dans des activités musicales tout au long de leur vie (« musiciens ») surpassaient non seulement de manière significative les personnes âgées qui n'avaient pas plus de trois ans de formation musicale (« non-musiciens » ), mais encodait les sons aussi rapidement et précisément que les plus jeunes non-musiciens.

Les chercheurs nuancent cette découverte en disant qu'elle montre seulement que l'expérience musicale affecte sélectivement la synchronisation des éléments sonores qui sont importants pour distinguer une consonne d'une autre, pas nécessairement tous les éléments sonores. Cependant, il semble probable qu'il s'étende plus largement, et dans tous les cas la capacité de comprendre la parole est cruciale pour l'interaction sociale, ce qui pourrait bien sous-tendre au moins une partie de l'association entre la perte auditive et la démence.

La question brûlante pour beaucoup sera de savoir si les avantages de la formation musicale peuvent être accumulés plus tard dans la vie. Nous devrons attendre plus de recherches pour répondre à cette question, mais, comme la formation musicale et le plaisir correspondent à la définition des «activités mentalement stimulantes», cela ajoute certainement une autre raison de poursuivre un tel cours.

La formation musicale « dessins animés » a amélioré le QI verbal des enfants d'âge préscolaire

Une étude dans laquelle 48 enfants d'âge préscolaire (âgés de 4 à 6 ans) ont participé à des programmes de formation cognitive informatisés qui ont été projetés sur un mur de la salle de classe et mettaient en vedette des personnages de dessins animés colorés donnant les leçons, a révélé que 90 % de ceux qui ont reçu de la musique - la formation basée sur les arts visuels a considérablement amélioré leurs scores à un test d'intelligence verbale, contrairement à ceux qui ont reçu une formation basée sur les arts visuels.

La formation basée sur la musique impliquait une combinaison de tâches motrices, perceptives et cognitives, et comprenait une formation sur le rythme, la hauteur, la mélodie, la voix et les concepts musicaux de base. La formation en arts visuels a mis l'accent sur le développement des compétences visuo-spatiales liées à des concepts tels que la forme, la couleur, la ligne, la dimension et la perspective. Chaque groupe a reçu deux sessions de formation d'une heure chaque jour en classe, sur quatre semaines.

Les capacités et la fonction cérébrale des enfants ont été testées avant l'entraînement et cinq à 20 jours après la fin des programmes. Bien qu'il n'y ait eu aucun changement significatif, dans le cerveau ou dans les performances, chez les enfants qui ont participé à la formation en arts visuels, presque tous ceux qui ont suivi la formation basée sur la musique ont montré de grandes améliorations sur une mesure de la connaissance du vocabulaire, ainsi qu'une augmentation précision et temps de réaction. Ceux-ci étaient corrélés avec des changements dans la fonction cérébrale.

Les résultats s'ajoutent aux preuves croissantes des avantages de la formation musicale pour le développement intellectuel, en particulier dans le langage.

L'aptitude musicale est liée à la capacité de lecture grâce à la sensibilité aux modèles sonores

Une autre nouvelle étude pointe vers une raison de la corrélation entre la formation musicale et l'acquisition de la langue. Dans l'étude, 42 enfants (âgés de 8 à 13 ans) ont été testés sur leur capacité à lire et à reconnaître des mots, ainsi que sur leur mémoire de travail auditive (se souvenir d'une séquence de nombres et pouvoir ensuite les citer à l'envers) et leur aptitude musicale. (à la fois la mélodie et le rythme). L'activité cérébrale a également été mesurée.

Il s'est avéré que les aptitudes musicales et l'alphabétisation étaient liées à la réponse du cerveau aux régularités acoustiques de la parole, ainsi qu'à la mémoire de travail auditive et à l'attention. Par rapport aux bons lecteurs, les mauvais lecteurs avaient une activité réduite dans le tronc cérébral auditif à des sons rythmiques plutôt qu'aléatoires. La réactivité aux régularités acoustiques est corrélée à la fois à la capacité de lecture et à l'aptitude musicale. La capacité musicale (largement déterminée par la performance rythmique) était également liée à la capacité de lecture et à la mémoire de travail auditive à ces deux éléments.

Il a été calculé que la compétence musicale, à travers les fonctions qu'elle partage avec la lecture (réactivité du tronc cérébral aux régularités auditives et mémoire de travail auditive) représente 38% de la différence de capacité de lecture entre les enfants.

Ces résultats sont cohérents avec les résultats précédents selon lesquels la mémoire de travail auditive est une composante importante de l'alphabétisation des enfants et qu'il existe des corrélations positives entre la mémoire de travail auditive et les compétences musicales.

Fondamentalement, ce que cela veut dire, c'est que le tronc cérébral auditif (une région sous-corticale - c'est-à-dire sous le cortex cérébral, où nos fonctions « d'ordre supérieur » sont exécutées) stimule l'expérience d'un discours prévisible chez les meilleurs lecteurs. Ce réglage fin peut refléter un contrôle descendant plus fort chez ceux qui ont de meilleures capacités musicales et de meilleures compétences en lecture. Bien qu'il puisse y avoir une contribution génétique, des recherches antérieures montrent clairement que la sensibilité accrue des musiciens aux modèles sonores est au moins en partie due à la formation.

En d'autres termes, donner une formation musicale aux jeunes enfants est un bon premier pas vers l'alphabétisation.

Les enfants ont été évalués comme de bons lecteurs s'ils avaient obtenu un score de 110 ou plus au test d'efficacité de la lecture de mots, et de mauvais lecteurs s'ils avaient obtenu un score de 90 ou moins. Il y avait 8 bons lecteurs et 21 mauvais lecteurs. Les 13 qui ont obtenu un score intermédiaire ont été exclus des analyses de groupe. Les bons et les mauvais lecteurs ne différaient pas en termes d'âge, de sexe, d'éducation maternelle, d'années de formation musicale, d'étendue de l'activité parascolaire ou de QI non verbal. Seuls 6 des 42 enfants avaient eu au moins un an de formation musicale (dont un mauvais lecteur, trois moyen et deux bons).

Les réponses auditives du tronc cérébral ont été recueillies au son de la parole /da/, qui était soit présenté avec une probabilité de 100 %, soit entrecoupé de manière aléatoire avec sept autres sons de la parole. Les enfants ont entendu ces sons à travers un écouteur dans l'oreille droite, tandis qu'ils écoutaient la bande son d'une vidéo choisie avec l'autre oreille.

Détroit, Dana L, Jane Hornickel et Nina Kraus. "Le traitement sous-cortical des régularités de la parole sous-tend l'aptitude à la lecture et à la musique chez les enfants." Fonctions comportementales et cérébrales : BBF 7, no. 1 (17 octobre 2011) : 44. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22005291.

J'ai toujours pensé qu'une meilleure pensée était associée au fait que mon cerveau travaillait «à une vitesse supérieure» - travaillant littéralement à un rythme plus rapide. J'ai donc été particulièrement intrigué par les résultats d'une étude récente sur la souris qui a révélé que les ondes cérébrales associées à l'apprentissage devenaient plus fortes à mesure que les souris couraient plus vite.

Dans l'étude, 12 souris mâles ont été implantées avec des microélectrodes qui surveillaient les ondes gamma dans l'hippocampe, puis entraînées à aller et venir sur une piste linéaire pour une récompense alimentaire. On pense que les ondes gamma aident à synchroniser l'activité neuronale dans diverses fonctions cognitives, notamment l'attention, l'apprentissage, la liaison temporelle et la conscience.

Nous savons que l'hippocampe possède des « cellules de lieu » spécialisées qui enregistrent où nous sommes et nous aident à naviguer. Mais pour naviguer dans le monde, pour créer une carte de l'endroit où se trouvent les choses, nous devons également savoir à quelle vitesse nous avançons. Avoir les mêmes cellules encodant à la fois la vitesse et la position pourrait être problématique, alors les chercheurs ont cherché à savoir comment la vitesse était encodée. À leur grande surprise et excitation, ils ont découvert que la force du rythme gamma augmentait considérablement à mesure que les souris couraient plus vite.

Les résultats ont également confirmé les affirmations récentes selon lesquelles le rythme gamma, qui oscille entre 30 et 120 fois par seconde, peut être divisé en signaux lents et rapides (20-45 Hz vs 45-120 Hz pour les souris, cohérents avec le 30-55 Hz vs. bandes 45-120 Hz trouvées chez les rats) qui proviennent de parties distinctes du cerveau. Les ondes gamma lentes dans la région CA1 de l'hippocampe étaient synchronisées avec les ondes gamma lentes dans CA3, tandis que les ondes gamma rapides dans CA1 étaient synchronisées avec les ondes gamma rapides dans le cortex entorhinal.

Les deux signaux sont devenus de plus en plus séparés avec l'augmentation de la vitesse, car les deux bandes étaient affectées différemment par la vitesse. Alors que les ondes lentes augmentaient linéairement, les ondes rapides augmentaient de manière logarithmique. Cet effet différentiel pourrait avoir à voir avec des mécanismes dans les régions sources (CA3 et le cortex entorhinal médian, respectivement), ou à des mécanismes dans les différentes régions de CA1 où se terminent les entrées (les ondes provenant de CA3 et le cortex entorhinal entrent dans CA1 dans différents lieux).

Dans l'hippocampe, les ondes gamma sont connues pour interagir avec les ondes thêta. Une analyse plus poussée des données a révélé que les effets de la vitesse sur le rythme gamma ne se produisaient que dans une plage étroite de phases thêta - mais cette phase thêta « préférée » changeait également avec la vitesse de course, plus encore pour les ondes gamma lentes que pour les ondes gamma rapides ( ce qui n'est pas incompatible avec le fait que les ondes gamma lentes sont plus affectées par la vitesse de course que les ondes gamma rapides). Ainsi, alors que les rythmes gamma lents et rapides préféraient des phases similaires de thêta à basse vitesse, les deux rythmes sont devenus de plus en plus séparés par des phases avec l'augmentation de la vitesse de course.

Qu'est-ce que tout cela signifie? Des recherches antérieures ont montré que si les entrées de CA3 et du cortex entorhinal pénètrent dans CA1 en même temps, le type de changements à long terme au niveau des synapses qui entraînent l'apprentissage sont plus forts et plus probables dans CA1. Ainsi, à basse vitesse, les entrées synchrones de CA3 et du cortex entorhinal à des phases thêta similaires les rendent plus efficaces pour activer CA1 et induire l'apprentissage. Mais plus vous vous déplacez vite, plus vous devez traiter l'information rapidement. Les ondes gamma plus fortes peuvent vous aider à le faire. De plus, la séparation des phases thêta du gamma lent et rapide qui augmente avec la vitesse de course signifie que l'activité dans CA3 (source gamma lent) anticipe de plus en plus l'activité dans le cortex entorhinal médial (source gamma rapide).

Qu'est-ce que cela signifie au niveau pratique? Eh bien, à ce stade, on ne peut que spéculer sur le fait que bouger / faire de l'exercice peut affecter l'apprentissage et l'attention, mais personnellement, je prends cela en compte. La plupart d'entre nous pensent mieux quand nous marchons. Cela suggère que si vous avez du mal à vous concentrer et que vous n'avez pas le temps pour cela, peut-être que marcher dans le couloir ou même faire du jogging sur place vous aidera à mettre de l'ordre dans vos cellules cérébrales !

Poussant la spéculation encore plus loin, je note que la méditation par des méditants experts a été associée à des changements dans les rythmes gamma et thêta. Et dans une comparaison intrigante de l'effet de la présentation parlée par rapport à la présentation chantée sur l'apprentissage et la mémorisation des listes de mots, le groupe qui a chanté a montré une plus grande cohérence dans les rythmes gamma et thêta (dans les lobes frontaux, certes, mais ils ne regardaient pas ailleurs).

Ainsi, bien que nous soyons loin d'épingler tout cela, il se peut que tout cela - mouvement, méditation, musique - puisse être utile pour synchroniser vos rythmes cérébraux d'une manière qui aide l'attention et l'apprentissage. Cette découverte passionnante sera, espérons-le, le début d'une exploration de ces possibilités.


Super apprentissage & Augmentation de la mémoire | Battements binauraux

L'un des effets observés de BiNaural Beats est une capacité d'apprentissage accrue. Ce qui est maintenant connu sous le nom de super-apprentissage a commencé à la fin des années 1960 et au début des années 1970 avec le travail du psychiatre bulgare Georgi Lozanov. Lozanov a utilisé une relaxation profonde combinée à des rythmes synchronisés dans le cerveau pour amener les élèves à produire des ondes alpha. Il a découvert que les étudiants dans cet état apprenaient plus de cinq fois plus d'informations avec moins de temps d'étude par jour, avec une plus grande rétention à long terme. Dans certains cas, on a appris jusqu'à trente fois plus.

L'orthophoniste Suzanne Evans Morris, Ph.D., décrit la relation entre différents modèles d'ondes cérébrales et l'apprentissage, ainsi que d'autres états connexes tels que la concentration, la résolution de problèmes, la réceptivité et la créativité.

La réceptivité à l'apprentissage est liée à des états de conscience spécifiques. Les schémas prédominants des ondes cérébrales sont associés à différents états de conscience ou de conscience. Par exemple, les fréquences bêta allant de 13 à 26 Hz sont associées à la concentration, et les fréquences alpha de résolution de problèmes d'alerte (8 à 13 Hz) se produisent lorsque les yeux sont fermés et qu'un état de relaxation alerte est présent. associée à une relaxation profonde avec une grande réceptivité aux nouvelles expériences et à l'apprentissage… (15)

Morris décrit également comment les bandes sonores audio contenant des signaux de battement binauraux peuvent être utilisées pour « créer la capacité de maintenir cette période thêta d'ouverture pour l'apprentissage ».

Morris poursuit en disant que "l'introduction des signaux thêta" dans l'environnement d'apprentissage permet théoriquement un traitement plus large et plus profond des informations fournies par l'enseignant" [et] augmente la concentration de l'attention et crée un ensemble mental de réceptivité ouverte. Elle note qu'en utilisant de tels signaux de battement binauraux dans une salle de classe, les enfants ont montré une meilleure concentration de l'attention et une plus grande ouverture et un plus grand enthousiasme pour l'apprentissage. 8221 (15)

Morris décrit en outre ce qui se passe dans le cerveau qui rend ce type d'apprentissage accéléré si efficace :

La présence de motifs thêta (4-7 Hz) dans le cerveau a été associée à des états de réceptivité accrue pour l'apprentissage et à un filtrage réduit de l'information par l'hémisphère gauche. Cet état de conscience est disponible pendant des périodes relativement brèves lorsque l'individu entre dans un état de rêverie ou entre et sort de la phase de sommeil profond du cycle de sommeil de 90 minutes. Les signaux [battements binauraux], cependant, peuvent faciliter un état thêta prolongé pour produire une réceptivité détendue pour l'apprentissage. . . [Ces signaux] créent un état de cohérence dans le cerveau. Les hémisphères droit et gauche ainsi que les zones sous-corticales sont activés en harmonie, reflétés par une fréquence et une amplitude égales des schémas EEG des deux hémisphères. Cela crée un environnement physiologique interne pour l'apprentissage qui implique l'ensemble du cerveau. Le style linéaire et séquentiel de résolution de problèmes préféré par l'hémisphère gauche est mis en équilibre avec le style global et intuitif de l'hémisphère droit et du système limbique (sous-cortex). Cela permet à l'apprenant d'avoir un meilleur accès aux connaissances internes et externes et fournit un milieu pour développer son intuition dans la résolution de problèmes. L'un des sous-produits de la synchronisation hémisphérique semble être un état d'attention très concentré. La capacité à réduire le « bavardage de l'esprit » et à concentrer l'attention est essentielle pour un apprentissage efficace (16).

Des signaux de battement binauraux ont été utilisés en classe pour améliorer la capacité d'apprentissage. Les enseignants des écoles publiques de Tacoma, dans l'État de Washington, sous la direction du psychologue Devon Edrington, ont utilisé des bandes audio contenant une technologie sonore de battement binaural pour influencer la capacité d'apprentissage des élèves. Ils ont constaté que les étudiants qui ont appris, étudié et passé des tests pendant la lecture de ces bandes réussissaient nettement mieux qu'un groupe témoin n'utilisant pas les bandes. (17)

L'état thêta semble également être un état où les changements de comportement et de système de croyances peuvent être plus facilement effectués. Suzanne Evans Morris discute du travail du chercheur en neurotechnologie et biofeedback Thomas Budzynski, (1981) dans lequel il a décrit l'état thêta comme

…une zone de transition entre l'éveil et le sommeil dans laquelle on peut absorber de nouvelles informations de manière non critique et non analytique. [Budzynski] a émis l'hypothèse que cela permet à l'hémisphère droit de prendre en compte de nouvelles informations en contournant les filtres critiques de l'hémisphère gauche. Ainsi, les informations conduisant à un changement du concept de soi deviendraient plus disponibles, la modification des comportements habituels ou la prise en compte de son système de croyances pourraient se produire plus facilement si des alternatives étaient présentées pendant une période d'activité thêta. (18)

Le chercheur médical, le Dr Gene W. Brockopp, pense également que la modification du comportement est améliorée lorsque le sujet peut être placé dans des schémas d'ondes cérébrales plus lents et plus réceptifs. Il spécule que l'utilisation de la technologie pour induire des changements d'ondes cérébrales peut

….induisent activement un état de désactivation dans lequel le cerveau est passif, mais pas endormi éveillé, mais pas impliqué dans le « fouillis » d'une existence en cours. Si cela est vrai, alors il peut s'agir d'un état dans lequel de nouvelles stratégies cognitives pourraient être conçues et développées. la capacité de l'individu à permettre plus de variations dans son fonctionnement en brisant les schémas au niveau neuronal. Cela peut les aider à développer la capacité de changer de vitesse ou de « navette » et de les éloigner des comportements habituels pour devenir plus flexibles et créatifs et développer des stratégies de fonctionnement élégantes (19).

De nombreux autres chercheurs ont décrit les avantages des états des ondes cérébrales alpha et thêta. Budzynski a mené des recherches approfondies sur l'apprentissage et la suggestion lorsque le cerveau est dans un état thêta. Le thêta, a suggéré Budzynski, est l'état dans lequel le superapprentissage a lieu - lorsqu'en thêta, les gens sont capables d'apprendre de nouvelles langues, d'accepter des suggestions de changements de comportement et d'attitudes, ou de mémoriser de grandes quantités d'informations. Il dit : "Nous profitons du fait que l'état hypnagogique [thêta], l'état crépusculaire" a ces propriétés d'acceptation non critique du matériel verbal, ou de presque tout matériel qu'il peut traiter. Dans cet état, Budzynski dit, « beaucoup de travail est fait très rapidement.” (20, 21)

Budzynski et le psychobiologiste Dr James McGaugh de l'Université de Californie à Irvine ont tous deux découvert que l'information est également plus facilement traitée et rappelée dans un état thêta. Les chercheurs renommés Elmer et Alyce Green, de la Menninger Foundation, ont également étudié ce phénomène, constatant que les souvenirs vécus dans un état thêta n'étaient pas comme traverser un souvenir dans l'esprit mais plutôt comme une expérience, une revitalisation. Les individus produisant des ondes thêta avaient également des idées nouvelles et valides ou une synthèse d'idées, non pas principalement par déduction, mais jaillissant par intuition de sources inconscientes.

Dans leur livre fondateur, Beyond Biofeedback, les Verts ont discuté en outre de nombreux effets remarquables de l'état des ondes cérébrales thêta. Ils ont découvert que ceux qui produisaient des ondes thêta devenaient très créatifs. Ils ont eu des idées qui ont changé leur vie, ce que les Verts ont appelé des « expériences intégratives menant à des sentiments de bien-être psychologique. , et étaient plus auto-acceptants et créatifs. Un autre effet remarquable était que ces sujets sont devenus en très bonne santé. Sur le plan émotionnel, ces personnes avaient des relations améliorées avec les autres ainsi qu'une plus grande tolérance, compréhension et amour de soi et de son monde (22).

Il a également été démontré que les états alpha et thêta facilitent la récupération de la dépendance. Le Dr Eugene Peniston et le Dr Paul Kulkosky, de l'Université du sud du Colorado, ont formé un groupe d'alcooliques à entrer dans les états alpha et thêta. Ces alcooliques ont montré un taux de récupération de plusieurs ordres de grandeur supérieur à celui d'un groupe témoin. Treize mois plus tard, ce groupe alpha-thêta a montré une « prévention durable des rechutes », et ces résultats ont été confirmés dans une étude de suivi trois ans plus tard. De plus, ce groupe a montré une transformation marquée de la personnalité, y compris des augmentations significatives des qualités telles que la chaleur, la stabilité, la conscience, l'audace, l'imagination et la maîtrise de soi, ainsi qu'une diminution de la dépression et de l'anxiété. (23)

Au niveau de la configuration des ondes cérébrales à la jonction entre les rythmes alpha et thêta, souvent appelée le point de croisement par les neuroscientifiques, les sujets ont subi des changements remarquables. Le thérapeute de Houston, William Beckwith, a rapporté que chez ses clients, l'expérience de ce point de croisement s'accompagne souvent de "résolutions apparemment miraculeuses de problèmes psychologiques complexes".

D'autres études ont suggéré que les états de synchronisation cérébrale augmentent la mémoire. Les recherches de McGaugh sur la mémoire et les ondes thêta ont montré que « plus les ondes thêta apparaissaient dans l'EEG d'un animal après une séance d'entraînement, plus il se souvenait. Cela était vrai dans tous les cas. Apparemment, le meilleur prédicteur de la mémoire était la quantité d'ondes thêta enregistrées dans le cerveau de l'animal. [Les ondes thêta] montrent que le cerveau est dans le bon état pour traiter et stocker des informations.” (25)

Les scientifiques ont découvert que pour que les souvenirs se forment, le cerveau doit subir un processus appelé potentialisation à long terme (LTP), impliquant des changements électriques et chimiques dans les neurones associés à la mémoire. Sans LTP, les informations entrantes ne sont pas stockées, mais plutôt rapidement et totalement oubliées. Le neurophysiologiste Dr Gary Lynch et ses associés de l'Université de Californie à Irvine ont découvert que la clé de la LTP est le schéma des ondes cérébrales thêta. “Nous avons trouvé le rythme magique qui fait LTP. Il existe un rythme magique, le rythme thêta. Selon Lynch, il s'agit du rythme naturel de l'hippocampe, la partie du cerveau essentielle à la formation et au stockage de nouveaux souvenirs et au rappel des anciens souvenirs (26).

D'autres études ont confirmé les avantages incroyables de l'état thêta. Dans des expériences menées au Monroe Institute of Applied Science, les sujets qui ont produit des ondes thêta (mesurées sur un EEG) en réponse à des battements binauraux ont invariablement émergé de l'expérience rapportant tous les phénomènes mentaux associés à l'état thêta, tels que l'hypnagogie vive. images, pensées créatives, expériences intégratives et souvenirs spontanés (27).

Comment ces incroyables changements mentaux et émotionnels se produisent-ils ? De nombreux chercheurs pensent que différents modèles d'ondes cérébrales sont liés à la production dans le cerveau de divers produits neurochimiques associés à la relaxation et à la libération du stress, à l'augmentation de l'apprentissage et de la créativité, à la mémoire et à d'autres avantages souhaitables. Ces substances neurochimiques comprennent les bêta-endorphines, l'acétylcholine, la vasopressine et la sérotonine.

Le Dr Margaret Patterson, en collaboration avec le biochimiste Dr Ifor Capel, du département de recherche de la Marie Curie Cancer Memorial Foundation, à Surrey, en Angleterre, a montré que certaines fréquences dans le cerveau accélèrent considérablement la production d'une variété de neurotransmetteurs, différentes fréquences différentes. produits chimiques du cerveau. Par exemple, un schéma d'ondes cérébrales de 10 Hz (alpha) augmente la production et le taux de renouvellement de la sérotonine, un messager chimique qui augmente la relaxation et soulage la douleur, tandis que les catécholamines, vitales pour la mémoire et l'apprentissage, répondent à environ 4 Hz (thêta).

Selon Capel, pour autant que nous puissions en juger, chaque centre cérébral génère des impulsions à une fréquence spécifique en fonction du neurotransmetteur prédominant qu'il sécrète. En d'autres termes, le système de communication interne du cerveau - son langage, si vous voulez - est basé sur la fréquence. Vraisemblablement, lorsque nous envoyons des ondes d'énergie électrique à, disons, 10 Hz, certaines cellules du tronc cérébral inférieur réagiront parce ils tirent normalement dans cette plage de fréquences.” (28)
Le Dr William Bauer, l'un des plus grands experts dans le domaine de l'électromédecine, précise :

Ce qui se passe, je pense, c'est qu'en envoyant la bonne fréquence, la bonne forme d'onde et le bon courant, nous avons tendance à changer la configuration de la membrane cellulaire. Les cellules qui sont à des niveaux sous-optimaux sont stimulées pour « s'allumer » et produire ce qu'elles sont censées produire, probablement grâce à l'ADN, qui est stimulé à travers la membrane cellulaire… Vous chargez les cellules par un processus biochimique qui peut équilibrez éventuellement l'acétylcholine ou tout autre neurotransmetteur qui doit être activé. . . (29)

La production accrue de ces différents produits neurochimiques peut grandement améliorer la mémoire et l'apprentissage. Une équipe de recherche du Veterans Administration Hospital de Palo Alto a découvert qu'un groupe de sujets humains normaux, recevant des substances qui augmentaient la production d'acétylcholine dans le cerveau, présentaient une grande amélioration de la mémoire à long terme, tandis qu'au MIT, les étudiants prenant des activateurs d'acétylcholine ont connu une amélioration mémoire et une capacité accrue à apprendre des listes de mots. (30) Le chercheur Lester A. Henry a noté que l'acétylcholine « est essentielle à des processus mentaux supérieurs tels que l'apprentissage et la mémoire. » (31)

Des études récentes montrent qu'une insuffisance d'acétylcholine provoque une perte de mémoire et réduit l'apprentissage et l'intelligence. Le manque d'acétylcholine a été lié en partie à la confusion et à la perte de mémoire chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer (32, 33). D'autres études ont montré que lorsque les individus reçoivent des substances qui augmentent la quantité d'acétylcholine, ils montrent des augmentations significatives des scores aux tests de mémoire et d'intelligence (34, 35).

L'acétylcholine a également été associée à un plus grand nombre de neurones dans le cortex et également à une plus grande taille du cerveau, les humains ayant la plus forte densité d'acétylcholine dans le cerveau. Le chercheur de l'UC Berkeley, Mark Rosenzweig, a montré un lien direct entre l'acétylcholine et l'intelligence. (36)

D'autres substances neurochimiques produites dans le cerveau en réponse aux battements binauraux ont été associées à une mémoire, à un apprentissage et à d'autres avantages accrus. Les hommes dans la cinquantaine prenant de la vasopressine, un neurochimique étroitement lié aux endorphines, ont montré une amélioration significative de la mémoire, de l'inclinaison et du temps de réaction. Dans une autre étude, seize sujets normaux et sains d'intelligence moyenne ont reçu plusieurs fois de la vasopressine, après quoi ils ont montré une amélioration spectaculaire de leur capacité à apprendre et à se souvenir. (37) Des scientifiques néerlandais ont en outre découvert que la vasopressine avait un effet « cimentant » à long terme sur la consolidation des informations. (38)

À l'Institut national de la santé mentale (NIMH), des recherches ont indiqué que la vasopressine stimule la mémoire, permettant aux sujets de mieux « fragmenter » et coder les informations. (Le découpage fait référence à la capacité de regrouper de grandes quantités d'informations en bits plus faciles à mémoriser). Le NIMH a découvert que la diminution de la vasopressine est associée à des déficits de mémoire. La vasopressine est également associée à et améliore la production d'ondes thêta qui sont associées à un accès accru aux souvenirs et à une créativité accrue. La vasopressine stimule également la libération d'endorphines et a restauré la mémoire chez les victimes d'amnésie (39, 40).

15.Morris, Suzanne. La facilitation de l'apprentissage. Manuscrit publié à titre privé, 1989, p. 16.

16.Morris, Suzanne. La facilitation de l'apprentissage. Manuscrit publié à titre privé, 1989, p. 16-17.

17.Edrington, Devon. Un palliatif pour l'attention errante. Manuscrit non publié, 1984.

18.Morris, Suzanne. La facilitation de l'apprentissage. Manuscrit publié à titre privé, 1989, p. 16.

19.Brockopp, Gene W. Examen de la recherche sur la stimulation sensorielle multimodale avec implication clinique et propositions de recherche. MS., 1984.

20.Budzynski, Thomas. “Tuning on the Twilight Zone.” Psychology Today, août 1977.

21.Budzynski, Thomas. “A Brain Lateralization Model for REST.” Communication présentée à la première conférence internationale sur le REST et l'autorégulation, Denver, Colorado, mars 1983.

22.Green, Elmer et Alyce. Au-delà du biofeedback. New York, Delacourt. 1977.

23.Peniston, E.G., et P.J. Kulkowski. “Alpha-Theta Brainwave Training et niveaux de bêta-endorphine chez les alcooliques.”Alcoholism 13 : 271-79. 1989.

24.Hutchison, Megabrain Power. New York : Hyperion, 1994. p. 31

25.Pins, Maya. Les changeurs de cerveau : les scientifiques et le nouveau contrôle mental. New York : Harcourt Brace Jovanovich, 1973.

26.Lynch, Gary et Michael Baudry. “La biochimie de la mémoire : une hypothèse nouvelle et spécifique.”Science 224 (1984) : 1057–63.

28.McAuliffe, Kathleen. “Brain Tuner.”Omni, janvier 1983.

29.Harvey, Ruth S. “Le miracle de l'électromédecine.” National Institute of Electromedical Information, Inc. Digest Bulletin, hiver 1985.

30.Starr, Douglas. “Brain Drugs.”Omni, février 1983.

31.Lester, Henry A. “The Response to Acetylcholine.”Scientific American, février 1977.

32.Flood, J.F., G.E. Smith, & A. Cherkin. “Rétention de la mémoire : potentialisation des combinaisons de médicaments cholinergiques chez la souris.”Neurobiology of Aging, Vol. 4 #17, 1978.

34. Sitaram, H., H. Weingartner, J.C. Gillin. “Choline : Apprentissage et codage des mots à faible imagerie chez l'homme…” Life Sciences, Vol. 22, 1978, pages 1555-1560.

35.Sitaram, Gillin. “Apprentissage en série humain : amélioration avec l'arécholine et la choline et déficience avec la scopolamine avec des performances sous placebo.” Science, vol. 201, 1978, p. 274-276.

38.Bylinski, Gene. Contrôle de l'humeur. New York : Scribner, 1978.

39. Koob, George F., Floyd E. Bloom. “Behavior Effects of Neuropeptides: Endorphines and Vasopressin.”Annual Review of Physiology. 1982.

40.Legros, et al. “Influences de la vasopressine sur la mémoire et l'apprentissage.” Lancet. 7 janvier 1978.


Les 5 états des ondes cérébrales et leurs avantages

Comme expliqué ci-dessus, nous pouvons écouter des battements binauraux pour encourager le cerveau à produire des ondes cérébrales d'un type (état) spécifique. Il existe cinq principaux états des ondes cérébrales, comme suit :

  1. Delta : 1-4 Hz
  2. Thêta : 4-8 Hz
  3. Alpha : 8-14 Hz
  4. Bêta : 14-30 Hz
  5. Gamma : 30-100 Hz

Les états montent en termes de vitesse, en commençant par les ondes de fréquence les plus lentes, delta, jusqu'aux ondes de fréquence les plus rapides, gamma.

L'effet de l'écoute des battements binauraux sur votre cerveau dépend de la fréquence de la piste et des ondes cérébrales dont elle stimule la production.

Par exemple : Pour induire une relaxation profonde, nous pouvons écouter de la musique à ondes Thêta.

Et pour favoriser un sommeil plus profond, nous pouvons écouter de la musique à ondes Delta.

Le graphique ci-dessous montre les cinq principales catégories d'états d'ondes cérébrales utilisées dans la musique de battements binauraux, et leurs avantages associés :

Les avantages énumérés sous chaque état d'ondes cérébrales sont des associations générales. Il ne faut pas supposer que toutes les fréquences dans la plage d'un État produiront tous les avantages énumérés.

Il existe des fréquences spécifiques associées à des états d'esprit spécifiques, et en effet des résultats différents peuvent être observés dans les zones hautes, moyennes et basses de chaque état d'ondes cérébrales.


Le rythme continue ?

Segil dit que les battements binauraux sont commercialisés comme un «mécanisme de biofeedback moderne». Et même s'il pense qu'il ne peut y avoir de mal à les écouter - tant que les gens ne montent pas le volume pendant de longues périodes et n'endommagent pas leur audition - il s'empresse de souligner: "Les avantages sont moins clairs."

"Les battements binauraux peuvent être bons pour la méditation et la détente, mais c'est probablement tout ce qu'ils sont bons", dit Segil. "Il est difficile de dire qu'écouter ces tonalités va provoquer la synchronisation des ondes cérébrales d'une personne, mesurées sur un EEG (électroencéphalogramme), avec les fréquences de la tonalité."

Les voies cérébrales des pistes sonores traversent le tronc cérébral, puis dans le thalamus, puis dans le cortex auditif. Segil dit qu'il n'est au courant d'aucune recherche légitime selon laquelle les notes des battements binauraux stimulent cette voie pas plus que le bruit blanc ou la musique apaisante. (Les deux ontété largement étudiée.)

"Écouter de la musique apaisante dans nos vies bien remplies réduit probablement le stress et l'anxiété, mais il est difficile de dire que ces tons peuvent augmenter la concentration, la concentration ou la confiance", ajoute-t-il. "Je pense qu'écouter de la" musique d'ascenseur ", de la musique classique et de la musique comme Enya est tout aussi susceptible d'avoir ces avantages."

L'année dernière, Smith et l'une de ses étudiantes, Lynn Cameron, ont étudié les effets des battements binauraux sur la mémoire à long terme. La première expérience n'a pas montré que l'écoute de battements binauraux avait un effet mesurable. Le second non plus. Ou le troisième.

Mais au cours de cette dernière expérience, qui a surveillé les participants avec des EEG, ils ont remarqué quelque chose d'intéressant.

Lorsque les participants ont écouté des battements binauraux, leur neuroactivité a changé. "Les battements binauraux semblaient changer la façon dont le cerveau des participants traitait les informations au cours de l'étude, mais cela ne l'améliorait pas nécessairement", explique Smith.

En d'autres termes, les battements binauraux ne quelque chose au cerveau, mais exactement ce qui n'est pas encore clair.

Si quelqu'un essaie des rythmes binauraux et pense que cela répond à ses attentes - quelles qu'elles soient, "il se peut qu'il soit informé de la partie du changement qui a fonctionné pour lui", explique Smith, "mais nous n'avons aucune idée de ce qui fonctionne pour certaines personnes et pas d'autres.


Types de sons et de musique

Commençons par examiner les différents types de sons et de musique. Cela va un peu plus loin que les airs habituels que vous avez l'habitude d'entendre sur votre radio.

En fait, il existe de nombreux genres sonores dont vous n'avez peut-être jamais entendu parler auparavant.

Fréquences du solfège

On pensait que les tonalités uniques des fréquences du solfège manifestaient des bénédictions spirituelles lorsqu'elles étaient chantées en harmonie, et chaque tonalité comprend une fréquence qui aide à équilibrer votre énergie.

Le résultat est que votre corps, votre esprit et votre esprit cohabitent en parfaite harmonie. Il existe six fréquences principales de solfège, chacune ayant une signification spécifique :

  • 396 Hz : Cette fréquence du Solfège nous aide à résoudre nos problèmes les plus intimes pour nous libérer de la peur et de la culpabilité.
  • 417 Hz : Aide à rechercher un changement positif et à progresser vers nos objectifs.
  • 528 Hz : Cherche à guérir par des altérations de l'ADN en dehors des limites de la médecine moderne.
  • 639 Hz : Cette fréquence de Solfège nous permet de nous connecter et de nous reconnecter avec d'autres personnes.
  • 714 Hz : C'est la fréquence de résolution de problèmes du Solfège qui nous permet d'exprimer nos sentiments et de trouver des solutions à nos problèmes.
  • 852 Hz : Nous aide à restaurer l'ordre spirituel et, finalement, à libérer notre potentiel en nous rapprochant de notre moi spirituel.

Les fréquences de solfège sont couramment utilisées avec les techniques de méditation des chakras, car les deux pratiques suivent une méthode similaire.

Chaque point de chakra est affecté à un domaine spécifique de notre vie, et les fréquences du solfège fonctionnent de la même manière. Ci-dessous, vous trouverez quelle fréquence de solfège est la mieux adaptée pour un point de chakra spécifique :

  • Chakra racine / 396 Hz : Ces deux-là travaillent ensemble pour refléter le ton vibratoire de la terre et nous libérer de la peur, de la culpabilité et nous aider à poursuivre nos besoins.
  • Chakra sacré / 417 Hz : Lorsqu'ils sont combinés, ceux-ci reflètent le ton du cycle lunaire et aident à renforcer notre désir de changement et de progrès, tout en renforçant notre créativité.
  • Chakra du plexus solaire / 528 Hz : Cette combinaison de guérison des chakras et de fréquence du solfège reflète le ton du soleil, permettant des transformations et des miracles en réparant notre ADN.
  • Chakra du cœur / 639 Hz : Reflète le ton de l'année terrestre pour nous aider à nous connecter avec d'autres personnes et à renforcer nos relations.
  • Chakra de la gorge / 741 Hz : Éveille notre intuition et conduit à établir de meilleures compétences en communication avec les autres en reflétant le ton de la planète Mercure.
  • Chakra du troisième œil / 852 Hz : Reflète le ton de la planète Vénus et nous permet de revenir à notre ordre spirituel en déverrouillant les éléments inconscients de l'esprit.

Il existe également des couleurs spécifiques associées à chaque chakra.

En incorporant ces couleurs (que ce soit à travers des cristaux ou des échantillons de couleurs de chakra de base) et en les plaçant sur certaines parties de votre bord, tout en écoutant les fréquences du solfège, vous pouvez renforcer vos chakras encore plus efficacement.

Les couleurs associées à chaque chakra sont :

Besoins physiques, colère, passion

Plexus solaire (milieu de l'abdomen)

Communication, rester fidèle à soi-même

Chants grégoriens

Les chants grégoriens sont le plus souvent associés à la musique religieuse et, à ce jour, ils sont encore pratiqués dans de nombreux lieux de culte à travers le monde.

Chant grégorien dans le yoga, dans une pratique connue sous le nom de "Kirtan".

Les chants grégoriens sont divisés en différents types de chants en fonction du nombre de notes que chaque syllabe a.

  • Chants syllabiques : Ceux-ci ont pour la plupart une note par syllabe.
  • Chants neumatiques : Ceux-ci ont deux ou trois notes pour chaque syllabe.
  • Chants mélismatiques : Ceux-ci ont beaucoup de notes pour chaque syllabe.

Mais comment chacun de ces types de chants grégoriens est-il bénéfique pour notre santé ? Eh bien, une étude publiée en 2016 a montré que le chant peut apporter des changements psychologiques positifs.

Cela en fait un outil de méditation fantastique pour améliorer notre santé mentale et soulager l'anxiété.

Également connu sous son nom plus long de « réponse automatisée des méridiens sensoriels », ASMR appartient à la catégorie des sons plutôt que de la musique.

Il est devenu assez célèbre ces dernières années avec des influenceurs en ligne créant leurs propres vidéos ASMR, et il existe de nombreuses formes différentes d'ASMR. Ceux-ci incluent des mots parlés chuchotés, des tapotements, des grattages et des froissements.

Peu importe ce qui semble le plus attrayant, ils ont tous une chose en commun, ils produisent une sensation de picotement dans la colonne vertébrale. Cette sensation commence le plus souvent au sommet de la tête et se propage ensuite dans tout le corps.

Mais en quoi cela profite-t-il à notre santé ? La recherche a suggéré que l'ASMR abaisse votre fréquence cardiaque et améliore votre santé et votre bien-être en général.

Sons de la nature

Éteignez toutes les technologies, supprimez l'agitation du monde extérieur et vous vous retrouverez avec les sons de la nature.

Il peut s'agir de pluie, d'un ruisseau bavard ou de gazouillis d'oiseaux au loin.

Chacun d'eux, ainsi que d'autres sons de la nature, nous détend et peut favoriser le sommeil car notre cerveau les considère comme des sons non menaçants.

Une étude récente a également révélé que les personnes vivant dans des zones avec des niveaux élevés de sons de la nature présentaient une amélioration de leur santé, une diminution de la douleur et une amélioration des performances cognitives.

Bien sûr, il n'est pas si facile de se reconnecter aux sons de la nature lorsque vous vivez dans une ville animée.

Mais, grâce aux services de streaming et aux machines à son, écouter les sons de la nature est aussi simple que de créer une liste de lecture et de la laisser apaiser votre esprit.

Tonalités isochrones

Tout comme l'ASMR, les tonalités isochroniques deviennent une forme de thérapie sonore de plus en plus populaire.

Mais quels sont-ils exactement ?

Pour faire simple, les tonalités isochroniques sont un moyen de stimuler votre cerveau rapidement et efficacement tout en modifiant la fréquence de vos ondes cérébrales.

En ce qui concerne le son des tons isochrones, ce sont des battements cohérents et réguliers d'un seul ton qui sont souvent mis en musique.

La vitesse de la tonalité est mesurée en Hertz, et une tonalité isochronique de 10 Hz sera répétée 10 fois sur une période de 1 seconde. Cela crée un rythme rapide, répété et palpitant.

Les tonalités isochroniques fonctionnent en utilisant « l'entraînement des ondes cérébrales ». Ce processus influence l'activité de nos ondes cérébrales et nous permet d'atteindre l'état mental souhaité, car la fréquence de nos ondes cérébrales commence à reproduire le ton répétitif.

Les tonalités isochrones sont un excellent outil basé sur le son pour soulager le stress ou l'anxiété, augmenter votre concentration et améliorer le sommeil.

Battements binauraux

Si vous avez étudié les sons isochroniques comme forme de thérapie sonore, vous avez peut-être également rencontré des battements binauraux.

Celles-ci sont différentes des tonalités isochroniques car le rythme est continu, tandis qu'une tonalité isochronique est activée et désactivée à un rythme rapide.

Les battements binauraux utilisent également deux tonalités avec une fréquence légèrement différente introduite dans chaque oreille. Ceux-ci sont ensuite traités par votre cerveau et la perception d'un rythme spécifique est obtenue.

Ainsi, par exemple, une tonalité de 330 Hz peut être transmise à votre oreille gauche tandis qu'une tonalité d'une fréquence de 300 Hz est transmise à votre oreille droite. Comme ceux-ci sont traités par votre cerveau, le résultat est un battement perçu de 30 Hz.

Une autre chose qui distingue les battements binauraux des tonalités isochroniques est que vous ne pouvez pas cibler un côté spécifique du cerveau. Au lieu de cela, tout le cerveau est stimulé.

Étant donné que deux fréquences différentes sont introduites dans chaque oreille, vous devez également toujours utiliser un casque lorsque vous écoutez des battements binauraux.

Malgré ces différences, les bienfaits pour la santé des battements binauraux sont à peu près les mêmes que les tons isochrones et ils peuvent être utilisés pour soulager l'anxiété, le stress et aider à améliorer le sommeil.

Entraînement des ondes cérébrales

Les tonalités isochroniques et les battements binauraux entrent dans la catégorie « entraînement des ondes cérébrales ».

Pour le dire le plus simplement possible, l'entraînement des ondes cérébrales est un moyen de synchroniser vos ondes cérébrales avec la fréquence souhaitée pour atteindre un certain état d'esprit.

L'écoute de l'entraînement des ondes cérébrales via des tonalités isochrones ou des battements binauraux permet aux deux hémisphères de notre cerveau de se synchroniser sur la même fréquence, plutôt que de travailler indépendamment l'un de l'autre.

Et, lorsque l'énergie électrique dans votre cerveau est équilibrée et que les deux hémisphères sont à la même fréquence, plusieurs avantages pour la santé sont obtenus. Ceux-ci inclus:

  • Diminution du stress et de l'anxiété
  • Amélioration de la mémoire
  • Fatigue réduite
  • Sommeil amélioré
  • Fonction du système immunitaire améliorée
  • Performances athlétiques améliorées
  • Mise au point améliorée

Pour y parvenir, cependant, il est important que vous utilisiez un entraînement des ondes cérébrales adapté à la fréquence de certaines ondes cérébrales. Nous allons examiner cela en profondeur ci-dessous.

Ondes Alpha, Bêta, Delta, Thêta

Pour vraiment comprendre comment fonctionne l'entraînement des ondes cérébrales, ainsi que comment d'autres types de sons et de musique peuvent être bénéfiques pour notre santé, nous devons examiner les fréquences des ondes cérébrales.

Nos fréquences d'ondes cérébrales reflètent notre état émotionnel et physique. Lorsque nous nous sentons somnolents et détendus, nous avons un nombre plus élevé d'ondes cérébrales plus lentes.

Lorsque nous sommes énergisés ou concentrés sur quelque chose, nous avons un nombre plus élevé d'ondes cérébrales plus rapides.

En ce qui concerne les entraînements des ondes cérébrales tels que les tonalités isochrones et les battements binauraux, nous pouvons stimuler et produire une fréquence spécifique qui rend certaines ondes cérébrales plus dominantes.

Ainsi, par exemple, si vous vous sentez particulièrement stressé, écouter des sons isochroniques à vitesse plus lente vous aidera à vous calmer et à réduire votre niveau de stress.

Les fréquences des ondes cérébrales sont classées en différents états, et en comprenant ces catégories, vous pouvez choisir le meilleur type de fréquence d'entraînement cérébral pour influencer votre activité d'ondes cérébrales.

Examinons plus en détail chacune de ces catégories :

  • Ondes Alpha : Celles-ci ont une fréquence de 8 Hz à 12 Hz et lorsque les ondes alpha sont plus dominantes, vous vous sentirez généralement calme et détendu. Ainsi, écouter l'entraînement des ondes cérébrales avec une fréquence de 8 Hz à 12 Hz réduira le stress et l'anxiété. Cela peut également aider à stimuler la créativité et à améliorer votre capacité à mémoriser des informations.
  • Ondes bêta : Les ondes bêta sont plus dominantes pendant la journée lorsque nous sommes éveillés, concentrés et énergisés. Ils ont une fréquence de 12 Hz à 40 Hz, et écouter l'entraînement des ondes cérébrales à l'intérieur de cette fréquence augmentera le nombre d'ondes bêta produites par votre cerveau et vous permettra de devenir plus alerte et éveillé en cas de besoin.
  • Ondes Delta : Celles-ci sont très lentes et basses et ont une fréquence de 0,5 Hz à 4 Hz. Les ondes delta sont plus présentes lorsque vous êtes dans un sommeil profond et lorsque votre corps est suffisamment reposé pour guérir et régénérer les cellules. Si vous avez besoin d'aide pour vous endormir profondément, écouter l'entraînement des ondes cérébrales avec une fréquence de 0,5 Hz à 4 Hz encouragera les ondes delta à dominer votre cerveau.
  • Ondes Thêta : Les ondes thêta sont également dominantes pendant que vous dormez et elles nous encouragent également à un sommeil profond. Ils ont une faible fréquence de 4 Hz à 8 Hz, donc encore une fois, écouter l'entraînement des ondes cérébrales à l'intérieur de cette fréquence améliorera vos chances d'atteindre un état de relaxation profond et de vous endormir naturellement.

Bruit blanc

Vous avez peut-être déjà rencontré le terme «bruit blanc» et vous l'avez probablement même entendu sans même vous en rendre compte.

Le bruit blanc est ce bourdonnement que vous entendez lorsque vous essayez de basculer entre les stations de radio ou lorsque votre connexion à la télévision est soudainement coupée.

Le bruit blanc est créé lorsque plusieurs fréquences se combinent avec le même niveau d'intensité à la fois. C'est aussi l'un de ces bruits « j'aime ou je déteste ».

Certaines personnes trouvent le bourdonnement relaxant, tandis que d'autres peuvent le trouver extrêmement ennuyeux.

Quelle que soit votre opinion sur le bruit blanc, certains avantages pour la santé découlent de son écoute, notamment un meilleur sommeil. Il a même été démontré qu'il améliore la concentration et la concentration chez les enfants atteints de TDAH.

Musique ambiante

La musique d'ambiance nous permet de nous immerger pleinement dans un environnement de guérison musicale.

C'est aussi une forme de musique assez éclectique.

Elle peut être classique ou électronique, mais la seule chose que tous les types de musique ambiante ont en commun, c'est qu'il n'y a pas de rythme persistant.

En supprimant un rythme répétitif, la musique est capable d'améliorer notre humeur ou de nous transporter dans une certaine atmosphère.

C'est cette capacité qui fait de la musique d'ambiance un excellent outil de détente et de guérison, et elle est particulièrement utile si vous avez du mal à vous endormir la nuit.

Ce n'est pas seulement bon pour se détendre, cependant. Certaines musiques d'ambiance sont conçues pour nous dynamiser et nous motiver, ce qui en fait un excellent choix d'écoute pour s'entraîner ou courir.

Et, comme nous le savons tous, notre santé s'améliore grandement lorsque nous faisons de l'exercice régulièrement.

Musique de méditation

La musique de méditation n'est pas si différente de la musique ambiante, mais elle est beaucoup plus axée sur la relaxation du corps et de l'esprit.

Cela en fait un excellent choix pour soulager le stress, s'étirer après une séance de yoga ou calmer votre esprit avant de vous installer au lit pour la nuit.

Écouter de la musique de méditation peut également vous aider à concentrer votre esprit, ce qui en fait un bon choix pour étudier ou pour toute autre tâche où vous avez vraiment besoin que votre concentration soit à un niveau maximal. Il a également été démontré qu'il améliore vos capacités cognitives.

Musique classique

Qu'il s'agisse d'instrumentaux gonflés ou de morceaux plus légers de violoniste solo, l'écoute de la musique classique présente de nombreux avantages pour la santé. Pour commencer, il peut diminuer votre taux de cortisol et abaisser votre tension artérielle.

Donc, si vous avez constaté que les sons de la nature et la musique de méditation ne fonctionnent tout simplement pas pour vous, la musique classique est une excellente alternative à essayer. Voici quelques-uns des meilleurs morceaux de musique classique pour s'endormir :

  • Satie – « Gymnopédie No.1 »
  • Holst – « Vénus la porteuse de la paix (les planètes) »
  • Chopin – "Nocturne No.2, Op.9"
  • Ravel – « Concerto pour piano en sol majeur (2e mouvement) »
  • Beethoven – « Sonate au clair de lune (1er mouvement) »
  • Bill Evans – « Morceau de paix »
  • J.S Bach – "Prélude n°1"
  • Massenet – « Méditation »
  • Debussy – "Rêverie"
  • Mozart – « Concerto pour flûte et harpe (2e mouvement) »

La musique classique a également des avantages pour la santé des bébés, sous la forme de l'effet Mozart.

Pour le dire en termes simples, L'effet Mozart montre que les bébés et les jeunes enfants qui étaient régulièrement exposés à la musique classique avaient un développement cognitif accru.


Les étudiants qui ont écouté Beethoven pendant les cours et le sommeil ont obtenu de meilleurs résultats aux tests

Sommaire: Écouter de la musique classique pendant une conférence et à nouveau pendant que vous dormez peut aider à améliorer les performances du test.

La source: Université Baylor

Les étudiants universitaires qui ont écouté de la musique classique de Beethoven et Chopin lors d'une conférence interactive sur ordinateur sur la microéconomie — et ont entendu la musique jouée à nouveau cette nuit-là — ont mieux réussi un test le lendemain que leurs pairs qui étaient dans la même conférence , mais j'ai plutôt dormi ce soir-là avec un bruit blanc en arrière-plan.

Sur le long terme, lorsque les étudiants ont passé un test similaire neuf mois plus tard, le coup de pouce n'a pas duré. Les scores sont tombés au niveau plancher, tout le monde ayant échoué et les performances moyennes inférieures à 25 % pour les deux groupes. Cependant, la réactivation ciblée de la mémoire (RTM) peut aider pendant le sommeil profond, lorsque les souvenirs sont théorisés pour être réactivés et déplacés d'un stockage temporaire dans une partie du cerveau à un stockage plus permanent dans d'autres parties, ont déclaré les chercheurs.

L'étude, soutenue par la National Science Foundation et menée par le Baylor's Sleep Neuroscience and Cognition Laboratory (SNAC), est publiée dans la revue Neurobiologie de l'apprentissage et de la mémoire.

"Tous les éducateurs veulent enseigner aux étudiants comment intégrer des concepts, pas seulement mémoriser des détails, mais c'est notoirement difficile à faire", a déclaré Michael K. Scullin, Ph.D., directeur du laboratoire du sommeil et assistant de Baylor. professeur de psychologie et de neurosciences. « Ce que nous avons découvert, c'est qu'en amorçant expérimentalement ces concepts pendant le sommeil, nous avons augmenté les performances aux questions d'intégration de 18 % lors du test du lendemain. Quel élève ne voudrait pas une ou deux augmentations de sa note ? Les effets ont été particulièrement améliorés chez les participants qui ont montré une activité accrue du lobe frontal dans le cerveau pendant le sommeil lent, qui est le sommeil profond.

Il a noté que les effets sont apparus lors de l'utilisation de procédures de référence : ni les participants ni les expérimentateurs ne savaient qui avait reçu un traitement particulier, le sommeil était mesuré à l'aide d'un EEG en laboratoire et le matériel d'apprentissage correspondait à celui qui serait réellement utilisé dans une salle de classe universitaire, en ce cas, un cours de microéconomie de premier cycle.

Un mauvais sommeil est répandu chez les étudiants, 60 pour cent dormant habituellement moins que les sept heures recommandées sur 50 à 65 pour cent des nuits. Alors que les étudiants peuvent être plus préoccupés par les résultats immédiats des tests, et que la TMR peut les aider à se préparer à un examen, l'apprentissage par cœur (mémoire d'items) ne profite normalement pas à la compréhension et à la rétention d'un concept.

Pour l'étude, les chercheurs ont recruté 50 étudiants de niveau collégial âgés de 18 à 33 ans pour une tâche d'apprentissage avec une conférence interactive sur ordinateur à leur rythme et pour deux séances de polysomnographie nocturnes, avec la première nuit une adaptation au laboratoire et un dépistage des troubles du sommeil, et le second fait le soir de la conférence.

Pendant la conférence, des sélections de fond doux ont été jouées à partir d'un ordinateur : le premier mouvement de la Sonate pour piano au clair de lune de Beethoven, le premier mouvement du Concerto pour violon du printemps de Vivaldi et Nocturne de Chopin en mi bémol majeur, op. 9, n°2.

Cette nuit-là, dans le laboratoire du sommeil de Baylor, le personnel de recherche a appliqué des électrodes et utilisé des ordinateurs pour surveiller les habitudes de sommeil des groupes de test et de contrôle. Une fois que les techniciens ont observé qu'une personne était en sommeil profond, ils ont joué soit la musique classique, soit le bruit blanc, selon que la personne faisait partie du groupe de test ou de contrôle, pendant environ 15 minutes.

« Le sommeil profond et lent à ondes lentes ne durera pas très longtemps avant de revenir au sommeil léger, nous ne pouvions donc pas les jouer indéfiniment », a déclaré Scullin. « Si nous l'avions joué pendant un sommeil léger, la musique aurait probablement réveillé les participants. Le premier cycle d'ondes lentes est le plus profond et le plus long.”

Le choix de la musique était important, selon les chercheurs.

"Nous avons exclu le jazz car il est trop sporadique et provoquerait probablement le réveil des gens", a déclaré Scullin. « Nous avons exclu la musique populaire parce que la musique lyrique perturbe les études initiales. Vous ne pouvez pas lire les mots et chanter les paroles, essayez-le. Nous avons également exclu les vagues de l'océan et la musique ambiante, car il est très facile de les ignorer. Vous allez avoir beaucoup de mal à former une forte association entre du matériel d'apprentissage et une chanson fade ou un bruit ambiant.

« Cela nous a laissé la musique classique, que de nombreux étudiants écoutent déjà pendant leurs études », a-t-il déclaré. “Les chansons peuvent être très distinctives et se marient donc bien avec le matériel d'apprentissage.”

Lors de l'examen de microéconomie du lendemain, le TMR de la musique classique a plus que doublé la probabilité de réussir le test par rapport à la condition de contrôle du bruit blanc.

Scullin a mis en garde contre la confusion des résultats de l'étude Baylor avec le soi-disant « Effet Mozart » la conclusion selon laquelle le fait que les élèves écoutent des pièces de Mozart conduisait à de meilleurs scores aux tests d'intelligence. Des tests ultérieurs de l'effet « Mozart » ont révélé qu'il ne se reproduisait pas ou que les amplifications étaient strictement dues à une excitation accrue lors de l'écoute de musique énergique.

Des chercheurs précédents ont découvert que les souvenirs associés à des signaux sensoriels — tels qu'une odeur ou une chanson — sont réactivés lorsque le même indice est reçu plus tard. Lorsque cela se produit pendant le sommeil profond, les souvenirs correspondants sont activés et renforcés, a déclaré le co-chercheur Chenlu Gao, doctorant en psychologie et neurosciences à Baylor.

Le choix de la musique était important, selon les chercheurs. L'image est dans le domaine public.

Les premiers expérimentateurs ont également joué des cassettes audio pendant le sommeil pour tester si les individus peuvent acquérir de nouvelles connaissances pendant leur sommeil. Mais alors que ces expériences n'ont pas réussi à créer de nouveaux souvenirs, "notre étude suggère qu'il est possible de réactiver et de renforcer les souvenirs existants des documents de cours pendant le sommeil", a déclaré Gao.

“Notre prochaine étape consiste à mettre en œuvre cette technique dans les salles de classe — ou dans les cours en ligne pendant que les étudiants terminent leurs études à la maison en raison des mesures de distanciation sociale COVID-19 — afin que nous puissions aider les étudiants à ‘re-étudier’ leur matériel de classe pendant le sommeil.”

"Nous pensons qu'il est possible que l'utilisation de TMR présente des avantages à long terme, mais que vous deviez peut-être répéter la musique plusieurs nuits", a ajouté Scullin. « Après tout, vous n'étudieriez pas le matériel une seule fois et vous vous attendriez à vous en souvenir des mois plus tard pour un examen final. Le meilleur apprentissage est répété à intervalles espacés — et, bien sûr, tout en maintenant de bonnes habitudes de sommeil.”

Le financement: L'étude a été soutenue par la National Science Foundation. Paul Fillmore, professeur adjoint en sciences et troubles de la communication au Baylor’s Robbins College of Health and Human Sciences, était également co-chercheur.


La thérapie par le son : un outil incroyable pour changer votre état d'esprit et améliorer votre bien-être

Certaines des façons les plus intéressantes d'y parvenir sont d'utiliser Fréquences de solfège, tonalités isochroniques et binaurales. Vous connaissez peut-être déjà la thérapie par le son, mais si vous ne l'êtes pas, vous DEVEZ l'essayer.

J'ai récemment ajouté ces « thérapies sonores » à ma routine quotidienne et je suis émerveillée par le changement que j'ai vécu dans mon état d'esprit et mon bien-être général.

Encore plus étonnant, c'est le fait que j'ai "senti" un changement positif en seulement quelques minutes. Je devais découvrir comment et pourquoi ces sons faisaient ce qu'ils faisaient et partager mes découvertes avec les autres.

La loi des vibrations

Cette loi de la nature stipule que tout bouge, tout vibre et rien ne repose. Ces vibrations peuvent être plus faibles (vibrations plus lentes) ou plus élevées (vibrations plus rapides). Ces niveaux d'énergie vibratoire sont connus sous le nom de "fréquences” et sont mesurés en Hertz (Hz). Un Hertz est égal à UN cycle vibratoire par seconde.

Je n'entrerai pas trop dans les leçons de physique ici, mais il est intéressant de noter que Dr Colin W.F. McClare (Bio-Physicien), a découvert que les fréquences de l'énergie vibrante sont environ 100 fois plus efficaces pour relayer l'information au sein d'un système biologique que les signaux physiques, tels que les hormones, les neurotransmetteurs et d'autres facteurs de croissance (Lipton 2008).

ça expliquerait comment différentes fréquences peuvent avoir un impact sur nos humeurs et nos émotions et sur les humeurs et les émotions de ceux qui nous entourent. On pense que les sentiments de tristesse, de colère, de peur et d'effroi, par exemple, ont une fréquence faible alors que les sentiments d'amour, de bonheur, de gratitude, etc. ont une fréquence élevée.

Fréquences du solfège

Tout le monde aujourd'hui peut facilement reconnaître le échelle de 7 notes attribué aux syllabes Do-Re-Mi-Fa-So-La-Ti, mais l'ancienne version était un échelle de 6 notes attribué aux syllabes ascendantes Ut-Re-Mi-Fa-Sol-La.

C'est l'ancienne gamme de solfège. Cette ancienne gamme de 6 notes a été créée par un moine bénédictin, Guido d'Arezzo (991 après JC - 1050 après JC).

L'échelle a été utilisée comme outil pédagogique pour aider les autres à apprendre plus facilement des chants et des chansons. Chaque ton de la gamme produit une fréquence spécifique. On a découvert que ces fréquences avaient impacts très spécifiques sur le corps.

  • UT-396 Hz = transformer le chagrin en joie, libérer la culpabilité et la peur : recherche les blocages cachés, les croyances négatives subconscientes et les idées qui ont conduit à vos situations actuelles.
  • RE-417 Hz = dénouer des situations et faciliter le changement : vous met en contact avec une source d'énergie inépuisable qui vous permet de changer de vie.
  • MI-528 Hz = transformation et miracles (réparation de l'ADN) : augmentation de la quantité d'énergie vitale, clarté d'esprit, conscience, créativité éveillée ou activée, états extatiques comme la paix intérieure profonde, la danse et la célébration. En outre, activez votre imagination, votre intention et votre intuition pour fonctionner dans votre but le plus élevé et le meilleur.
  • FA-639 Hz = reconnexion et équilibre, relations : améliore la communication, la compréhension, la tolérance et l'amour.
  • Sol-741 Hz = résolution de problèmes, expressions/solutions : conduit à une vie plus saine, plus simple, et aussi à des changements d'alimentation. En outre, vous conduit au pouvoir de l'expression de soi, ce qui se traduit par une vie pure et stable.
  • LA-852 Hz = éveil de l'intuition, retour à l'ordre spirituel : la capacité de voir à travers les illusions de votre vie, telles que les agendas cachés des personnes, des lieux et des choses. Il ouvre une personne à la communication avec l'Esprit qui embrasse tout et élève la conscience et vous permet de revenir à l'ordre spirituel.

En plus de l'original 6 ci-dessus, Il a été démontré que 3 autres tons ont des propriétés curatives. Ensemble, les 9 constituent les fréquences du solfège.

  • SI-963 Hz = éveille tout système à son état originel parfait : permet l'expérience directe, le retour à l'Unité.
  • 174 Hz = anesthésique naturel : réduit la douleur physiquement et énergétiquement.
  • 285 Hz = aide à remettre les tissus dans leur forme d'origine : influence les champs énergétiques, leur envoie un message pour restructurer les organes endommagés. Il laisse également votre corps rajeuni et énergisé.

Tonalités isochroniques et binaurales

Dénommé "entraînement des ondes cérébrales”, ces tonalités et rythmes sont des impulsions sonores distinctives qui sont souvent combinées à des sons apaisants ou à de la musique.

Ils ont un impact direct sur votre activité cérébrale changer la fréquence de vos ondes cérébrales, afin que vous puissiez entraîner votre cerveau à entrer dans divers états mentaux et niveaux de conscience.

Ces états sont similaire à ce que le cerveau éprouve pendant la méditation et peut avoir des avantages similaires sur le corps. On dit que les battements/tonalités isochrones et binauraux cibler et travailler sur diverses fréquences d'ondes cérébrales pour obtenir divers impacts sur le corps.

  • Ondes cérébrales bêta – 12 Hz à 30 Hz = aide à réguler et à stabiliser votre conscience de veille normale. L'entraînement de vos ondes bêta peut également être utilisé pour augmenter votre capacité de concentration et peut même améliorer votre QI.
  • Ondes cérébrales alpha – 8 Hz à 12 Hz = états de relaxation, améliore la créativité, la clarté mentale et le cerveau est plus réceptif aux informations. Alpha est idéal pour le soulagement du stress et la relaxation.
  • Ondes cérébrales thêta – 4 Hz à 7 Hz = état de méditation/relaxation profonde : concentration améliorée, réductions majeures du stress et meilleure rétention de la mémoire. La pression artérielle, la respiration et le rythme cardiaque ralentiront tous à un niveau beaucoup plus reposant et sain qui favorise la guérison naturelle.
  • Ondes cérébrales delta – 0,1 Hz à 4 Hz = état de relaxation complète le plus profond : état de sommeil sans rêve et complètement inconscient qui permet à votre corps et à votre cerveau de se reposer et de se réparer. C'est le moyen le plus efficace d'encourager votre esprit à se libérer d'un état de veille hyperactif et à entrer dans un état de sommeil.

Les tonalités binaurales jouent des fréquences légèrement différentes dans chaque oreille, donc écouteurs sont indispensables pour qu'ils travaillent !

Avec des tonalités isochrones, les oreilles reçoivent la même impulsion sonore simple, donc les écouteurs ne sont pas nécessaires, mais ils peuvent améliorer l'expérience.

Le cerveau a besoin d'environ 7 minutes complètes pour ces tonalités pour commencer à travailler, mais pour en retirer et en ressentir les bienfaits. Au moins 15-30 minutes sont recommandés.

Avec ces tons, il est sage de noter que vous ne devez les écouter que lorsque vous avez le temps de vous détendre ou de méditer. Ne pas écouter en conduisant une voiture ou en utilisant des machines.

Certaines personnes, celles qui sont touchées par des convulsions ou d'autres problèmes de santé similaires, ne devraient pas écouter ces tonalités.

Ces thérapies sonores peuvent être un excellent outil pour ceux qui commencent les pratiques de méditation ou par toute personne souhaitant compléter ses rituels de bien-être quotidiens. Quel que soit votre objectif, les conseils ci-dessus sont d'excellents moyens de vous détendre et d'améliorer votre humeur rapidement ! Être bien!

  1. La biologie de la croyance : libérer le pouvoir de la conscience, de la matière et des miracles. Bruce H. Lipton, Ph.D., Hay House, 2008

Copyright © 2012-2021 L'esprit d'apprentissage. Tous les droits sont réservés. Pour obtenir l'autorisation de réimprimer, contactez-nous.

Partagez cette histoire ! Partager ce contenu

Cet article a 26 commentaires

Merci pour ça. Je suis allé sur le site du solfège et en ai téléchargé quelques-uns. De plus, Sharry Edwards guérit aussi avec des sons. Fait une guérison incroyable avec les anciens combattants, mais c'est pour tous. http://www.soundhealthinc.com/index.html

fonctionneront-ils si je les écoute en dormant ?

Absolument! J'utilise souvent des rythmes binauraux pour un sommeil profond (gratuit sur Youtube) et je dors très bien & #8230Si je me réveille également en me sentant rafraîchi et énergique. Essayez-le !

Vous le pouvez bien sûr ! Lisez le commentaire d'Ashley ci-dessous. Ils fonctionnent très bien pendant le sommeil!

Je suis tellement d'accord avec ce sujet, diagnostiqué avec la SEP en 2003 et dit en fauteuil roulant en 10 ans, j'ai passé 5 ans à étudier cette thérapie par fréquences sonores et cela a inversé ma SEP de 10 fois. Je n'aurais jamais pensé trouver quelqu'un qui pense comme moi – merci !

C'est une si belle histoire personnelle, Doug ! Merci d'avoir partagé! Heureux d'entendre à quel point vous vous débrouillez bien. Rester bien! ??

Poste génial. En tant qu'étudiant en physique, son et musique, cet aspect particulier de la psychologie a toujours été si fascinant ! Merci pour cet article.

Merci et merci pour le partage ! ??

Excellent article! J'utilise ces modalités depuis un certain temps maintenant et je les trouve également extrêmement bénéfiques ! Parfois, j'ajoute simplement des tons purs à la musique que j'aime pour un coup de pouce supplémentaire…

Merci, Ashley ! Je les aime aussi!

Ça sonne bien, y a-t-il un échantillon disponible ?
Puis-je l'écouter en faisant du jogging ou dois-je me concentrer ?

Je recommanderais de les écouter avant une course pour vous motiver ou après votre course pour vous détendre. Vous n'avez pas besoin de vous concentrer en soi, mais certains tons peuvent trop vous détendre ou vous donner une sensation presque intoxiquée, ce qui peut entraîner un plus grand risque de blessure. Ils ne sont pas non plus recommandés pendant la conduite. En ce qui concerne les échantillons, YouTube en propose de nombreux gratuitement. Amazon Music en propose également des tonnes gratuitement pour les membres Amazon Prime. Vous pouvez également les télécharger à partir des magasins d'applications. Prendre plaisir! ??

Cet article m'a vraiment inspiré – vraiment intéressé à essayer les battements binauraux maintenant! Juste par intérêt pour ces programmes de battements binauraux, lequel recommanderiez-vous à un débutant ? http://www.lifeimproving.com/a-run-down-of-the-best-brainwave-entrainment-software-2014/ Je pense obtenir le numéro 3 ?
James.

Ça a l'air super ! Il n'y a pas de règle établie pour les débutants, il suffit d'en trouver qui vous plaisent !

qu'en est-il de la psy-trance ou encore mieux. Style dur. quel effet auraient-ils ?

Je ne connais pas grand-chose à la psy-trance ou au hardstyle, mais j'imagine qu'ils auraient un effet similaire.

Amie, j'ai un terrible problème d'acouphènes (bourdonnements dans les oreilles) Je mentirais pour savoir comment cela peut aider?

Bonjour Kevin, Désolé d'apprendre que vous souffrez d'acouphènes. La thérapie par le son peut vous être bénéfique Je vous propose un lien vers une information qui pourra vous aider à répondre à vos questions. Être bien! http://journals.lww.com/thehearingjournal/Fulltext/2010/11000/Tinntrain__A_multifactorial_treatment_for_tinnitus.7.aspx

Centre médical J & S, 9 1/4 chemin Retirement

J'expérimente actuellement le phénomène d'entraînement des ondes cérébrales et j'ai reçu des battements binauraux à essayer et à partager. Un collègue médecin et associé en affaires a récemment participé à une séance de 40 minutes avec moi et a conclu qu'il en avait définitivement retiré quelque chose. Nous espérons faire avancer ce travail par le biais de la British Jamaican Association of Integrative Medicine (B.J.A.I.M.).

Salut Amie iv, je viens de tomber sur votre page twitter..je suis très intéressé par ce que vous avez à offrir, je fais beaucoup de méditation pour m'aider avec mon anxiété.. merci keith

C'est super, Keith merci et merci pour le partage!

Bonjour, j'ai écouté une vidéo youtube à 528 Hz pour des problèmes de conflit. Cependant, cela a aggravé mes acouphènes. Est-ce possible ou courant ? En lisant plus loin, il est mentionné que la musique sur une telle fréquence aide à lutter contre les acouphènes. .Toute aide ou clarification serait appréciée.Merci.

S'il vous plaît, que diriez-vous d'un presque sourd de l'oreille droite?

Bonjour. Cet article était extrêmement fascinant,
en particulier parce que je cherchais des réflexions sur cette question dimanche dernier.

Laisser une réponse Annuler la réponse

À PROPOS DE L'APPRENTISSAGE DE L'ESPRIT

Learning Mind est un blog créé par Anna LeMind, B.A., dans le but de vous donner matière à réflexion et des solutions pour vous comprendre et vivre une vie plus significative. Learning Mind compte plus de 50 000 abonnés par e-mail et plus de 1,5 million de followers sur les réseaux sociaux.

Joignez-vous à notre liste d'envoi

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ

Tout le contenu publié sur ce site Web est uniquement destiné à des fins d'information. Learning Mind ne fournit pas de conseils, de diagnostics ou de traitements médicaux, psychologiques ou de tout autre type.


Introduction

Le chant religieux est aussi courant dans les cultures orientales que la prière l'est dans les cultures occidentales. Il est généralement présumé que le chant religieux peut apaiser les peurs et transcender l'esprit, aidant ainsi les individus à faire face aux difficultés 1,2. Néanmoins, les études scientifiques sur le chant religieux sont étonnamment rares. Les mécanismes neurophysiologiques qui sous-tendent l'effet positif que le chant religieux a prétendu exercer n'ont été illustrés par aucune preuve décisive. Pour combler cette lacune dans la recherche, la présente étude a combiné des méthodes électrophysiologiques et de neuroimagerie multimodales avancées pour étudier les corrélats neuronaux du chant Amitābha Buddha 2 .

Chanter dans la foi du Bouddha Amitābha est la forme de chant religieux la plus répandue et l'une des plus anciennes pratiques religieuses documentées qui sont activement préservées à ce jour 3,4 . Il peut être exécuté dans un certain nombre de langues, dont les anciens Indic Prakrit et Sanskrit, ainsi qu'en chinois et en japonais 5 . Sur la base de la croyance bouddhiste Mahayana du Paradis occidental, les moines et les laïcs de différentes écoles Mahayana chantent traditionnellement le nom de Bouddha Amitabha comme un rituel quotidien afin de renaître dans le Paradis occidental, également appelé Terre Pure. Le chant consiste à réciter de manière répétitive les quelques syllabes composant le nom de Bouddha Amitābha, soit silencieusement, soit à haute voix, aussi souvent que possible (typiquement au moins quelques minutes par jour) pour des durées arbitraires 6 . L'exécution du rituel dans un espace calme ou isolé n'est pas obligatoire et les croyants peuvent même chanter en interne en public ou en transit, tant que le chant est exécuté avec une foi et une concentration sincères. En substance, la philosophie du Bouddha Amitābha est simple et accueillante avec une promesse que tous ceux qui invoquent sincèrement ce nom renaîtront dans sa Terre Pure, une philosophie qui se reflète dans la simplicité et l'accessibilité de sa pratique principale 7 . Dans les écritures bouddhistes, Bouddha Amitābha est une figure fantastique associée à la lumière infinie et à la vie infinie 5 , ainsi que le créateur d'un monde d'égalité et de compassion, la Terre Pure, où tous ses croyants et êtres sensibles peuvent renaître et être sauvés en toute justice. conditions qui favorisent l'atteinte de l'illumination 6,8 . Bien que le chant suffise régulièrement pour être considéré comme un croyant religieux, selon d'éminents penseurs bouddhistes, plus un croyant s'engage longtemps et intensément dans le chant du Bouddha Amitābha, plus il devient probable de rester en résonance sympathique avec l'esprit pur du Bouddha et de renaître dans la Terre Pure 8 . Chanter fidèlement Amitābha Buddha sur le long terme est une technique de méditation efficace qui peut susciter des sensations de bonheur et des expériences transcendantales 9 .

Étant une pratique religieuse méditative, le chant religieux peut être considéré à la fois comme une méditation et une prière. La majorité des études neurophysiologiques pertinentes se sont concentrées sur la méditation de pleine conscience et ont principalement démontré une augmentation des ondes alpha et thêta 1 . Des ondes delta très lentes ont été observées dans quelques études EEG sur la méditation de pleine conscience sans résultats cohérents 10 . Une étude précédente sur la méditation de pleine conscience a montré que la respiration consciente peut induire une coordination entre l'activité cérébrale et cardiaque 11 . Le rythme cardiaque peut être modulé par plusieurs facteurs, notamment l'activité du nœud sinusal, la fréquence respiratoire et, plus important encore, le système nerveux autonome. Il a été démontré que l'entraînement à la pleine conscience améliore l'équilibre sympatho-vagal cardiaque 12 .

A ce jour, très peu d'études EEG ont été réalisées sur la pratique tout aussi pertinente de la prière religieuse. Par exemple, Doufesh et ses collègues ont mené une série d'études EEG sur la prière musulmane, révélant une augmentation des ondes alpha dans les régions occipitales et postérieures du cerveau, ainsi que des augmentations de la fréquence élevée (HF) de la variabilité de la fréquence cardiaque (HRV) 13 . Cependant, le paradigme expérimental utilisé comportait un état de repos au lieu d'une condition de contrôle de fausse prière, ce qui rend difficile l'exclusion d'effets de confusion potentiels dus au traitement implicite du langage pendant la prière. Plus important encore, les analyses EEG utilisées ne comportaient pas de localisation de la source et n'ont donc pas fait la lumière sur des régions cérébrales spécifiques impliquées dans les processus neuronaux à l'étude.

Avec des progrès relativement récents dans la localisation de la source, l'EEG haute densité combine une résolution temporelle élevée avec une résolution spatiale améliorée 14 . L'approche traditionnelle consistant à comparer les résultats EEG moyennés entre les participants pour chaque canal d'électrode pose des problèmes potentiels dans la mesure des signaux provenant de sources mixtes ou même de sources différentes, entre les participants, en raison de la variabilité de l'anatomie du cerveau et du positionnement des électrodes. La méthode alternative de calcul des statistiques de groupe basée sur des grappes de composants indépendants de l'activité cérébrale surmonte ces limitations 15,16. Grâce à l'analyse des composants indépendants (ICA), les composants indépendants (IC parfois appelés facteurs, variables latentes ou sources) sont identifiés en minimisant l'information mutuelle des sources de signaux 15,16. Ces composants peuvent ensuite être regroupés entre les participants via un regroupement de composants indépendants et des tests statistiques peuvent comparer la puissance de différentes bandes de fréquences dans différentes conditions. Les bandes de fréquences dans les sources de signaux reflètent l'activité cérébrale rythmique et peuvent être informatives sur différents états d'activité neuronale ou dénoter des transitions entre différents états mentaux 17 . La présente étude visait à adopter cette méthodologie pour illustrer les corrélats neuronaux du chant religieux.

Nous avons émis l'hypothèse que, de la même manière que la méditation, des chants religieux répétitifs entraîneraient des changements importants dans l'activité cérébrale et que de tels changements pourraient être détectés dans les sources d'intérêt à l'aide d'un EEG à haute densité et d'une analyse spectrale.De plus, en raison des émotions positives attribuées au Bouddha Amitabha, nous nous attendions à ce que des changements affectifs se produisent pendant le chant religieux, accompagnés de changements dans les mesures physiologiques périphériques, y compris les indices HRV multi-bandes et le taux de respiration.


5 façons puissantes dont la musique peut améliorer votre mémoire

Ne souhaitez-vous pas vous souvenir de tout ce que vous voulez ? Bien qu'il soit à peu près impossible de le faire, la bonne nouvelle est que vous pouvez vous en approcher de très près ! Dans cet article, vous découvrirez l'effet de la musique sur la mémoire et comment l'utiliser à votre avantage…

Nous aimons penser que la mémoire est un indicateur clé de nos capacités intellectuelles. Après tout, c'est ce qui fait de nous une espèce si capable. Sans mémoire, nous ne serions pas en mesure de transmettre l'information de génération en génération, c'est ainsi que nous évoluons. Par conséquent, nous aimons croire que la mémoire n'est liée qu'à la raison et à l'intellect.

Cependant, des études récentes ont révélé que d'autres facteurs - tels que les émotions, le stress, la nourriture et les hormones - peuvent avoir un impact énorme sur la façon dont nous nous souvenons des informations. C'est pourquoi nous visons à mieux comprendre l'effet de la musique sur la mémoire. La musique est l'un des rares éléments que nous pouvons réellement manipuler afin de créer des souvenirs plus robustes.

Avant de recommander comment vous pouvez utiliser la musique qui stimule la mémoire dans vos études, examinons d'abord le raisonnement scientifique derrière l'effet de la musique sur la mémoire.

La science derrière la musique qui stimule la mémoire

Afin de vraiment comprendre la science, commençons par un exemple : vous passerez un test demain et vous lisez les mêmes vieilles notes, mais vous ne semblez pas vous souvenir de quoi que ce soit.

Et c'est surprenant, car nous savons que se concentrer suffisamment longtemps et intensément sur quelque chose nous fait nous en souvenir. Quel est le raisonnement derrière cela? Eh bien, les informations sur lesquelles nous nous concentrons sont transformées en impulsions électriques qui voyagent entre les neurones du cerveau par le biais de synapses. Cela signifie que si nous répétons quelque chose souvent, nous renforcerons le lien entre les neurones et créerons une mémoire.

Mais pourquoi n'arrivez-vous pas à vous souvenir de quelque chose que vous voulez vraiment, surtout lorsque vous essayez de vous concentrer avec toute votre attention ? Les souvenirs à long terme sont stockés par l'hippocampe, une région du cerveau qui est également influencée par le bon entretien de la "mémoire de travail". La mémoire de travail elle-même est influencée par l'attention.

Cependant, l'attention dans ce cas n'est pas équivalente à la concentration, mais à un état plus méditatif, affecté par la production d'ondes alpha et thêta par le cerveau. Les ondes alpha permettent une concentration profonde, tandis que les ondes thêta apportent calme et relaxation.

La raison pour laquelle nous ne pouvons pas nous souvenir des choses

Voici donc la réponse : souvent, le stress est ce qui déconcerte notre cerveau, ce qui nous empêche d'apprendre de nouvelles choses. Pour contrer les effets négatifs du stress sur notre mémoire, nous devons créer le même calme pour nous-mêmes.

Cela dit, les scientifiques ont découvert que la musique induit un état de méditation et détend le cerveau. Ainsi, l'effet de la musique sur la mémoire est qu'elle permet à notre cerveau de devenir plus désengagé, ou plus libre de « débris » qui entravent son bon fonctionnement.

Si vous voulez que vos résultats aux tests soient aussi élevés que possible, pensez à écouter de la musique pendant vos études.

Qu'en est-il de la mémoire à long terme ?

Outre le stress momentané (ou stress aigu) causé par les tâches génératrices de nervosité, le stress chronique est un autre perturbateur de la formation des souvenirs à long terme. Le stress chronique est pire que le stress aigu car il provoque de réels problèmes de santé, comme l'hypertension artérielle et les maladies cardiaques.

En jouant avec nos hormones, le stress chronique peut entraîner une perte de matière cérébrale, affectant les synapses déjà formées (c'est-à-dire les souvenirs à long terme). La même conséquence est déclenchée par la dépression, une affection corrélée à de faibles niveaux de dopamine et de sérotonine (ceux-ci sont appelés « neurotransmetteurs »).

Plus précisément, les deux neurotransmetteurs jouent un rôle important dans la formation de la mémoire et ils peuvent tous deux être influencés par la musique. Par conséquent, si vous écoutez de la musique adéquate pour stimuler la mémoire pendant vos études, il est probable que vous dépasserez vos propres attentes.

L'effet Mozart

De nombreuses études neurologiques ont été menées à ce sujet, mais certaines d'entre elles présentent des résultats assez contradictoires. En ce qui concerne le célèbre effet Mozart, certains scientifiques ont découvert qu'écouter Mozart avant d'effectuer une certaine tâche améliore la capacité du sujet à le résoudre correctement.

Pendant ce temps, d'autres ont découvert que l'effet Mozart n'affectait pas du tout les résultats des tests. Laissant cela de côté, ils s'accordent tous à dire que nos capacités cognitives sont améliorées lorsque nous écoutant Mozart et de la musique classique en général. Le problème est que nous ne savons pas exactement de combien.

L'effet Vivaldi

Un autre article intéressant du même domaine de recherche montre qu'il existe également un effet Vivaldi. Selon les études, écouter « Spring » de Vivaldi peut stimuler à la fois l'attention et la mémoire. Les participants à cette étude ont écouté tous les concerts « Four Seasons » de Vivaldi, mais la première partie de « Spring » s'est avérée la plus réussie en ce qui concerne ses propriétés de stimulation de la mémoire.

Les résultats

Toutes ces études montrent que la musique classique a un impact certain sur la mémoire et l'attention, même si les améliorations réelles des résultats aux tests sont individuelles et ne peuvent pas être prédites avec précision. Mais d'autres scientifiques soutiennent que l'effet de la musique sur la mémoire n'existe que si vous l'appréciez.

La musique d'ambiance et la musique classique sans paroles s'avèrent être les meilleures à cet égard car elles n'ont pas de paroles distrayantes. Au lieu de cela, ils améliorent votre humeur et détendent votre esprit. En revanche, la musique pop semble diminuer de 14 % les erreurs de correction orthographique !

5 bonnes raisons d'écouter de la musique pour booster la mémoire

Maintenant que vous savez qu'il existe des preuves scientifiques que la musique améliore votre mémoire, examinons cinq merveilleux avantages que vous tirerez de cette pratique. La musique de renforcement de la mémoire :

1) Minimisez votre stress.

Le stress peut provoquer une quantité insupportable de pensées négatives pour bloquer et obscurcir votre cerveau. Cela peut aussi être la raison pour laquelle vous ne vous sentez pas motivé à travailler ou à étudier. Donnez à votre cerveau un peu de repos en utilisant la musique pour vous distraire de votre stress.

2) Améliorez votre humeur.

Écouter de la musique instrumentale joyeuse égayera votre cœur et votre esprit. Offrez à vos oreilles de belles mélodies et n'ayez pas peur de chanter ! Le chant est un excellent moyen d'exercer votre esprit et votre corps.

3) Vous permettre de penser plus clairement.

Laissez vos pensées suivre les modèles et rythmes musicaux organisés pour que vous puissiez mieux vous concentrer. Des études montrent que notre cerveau fonctionne par rythmes. En écoutant les rythmes trouvés dans les chansons qui stimulent la mémoire, vous pourrez étudier de manière claire et calculée.

4) Gardez les yeux sur le but.

Écouter des morceaux de musique plus alertes vous motive davantage et améliore ainsi votre attention. Vous pouvez essentiellement être « gonflé » par une chanson et utiliser cette énergie pour accomplir la tâche à accomplir.

5) Accordez-vous des pauses rapides.

Prendre quelques instants pour fredonner avec votre morceau préféré vous donne le temps de ruminer de nouvelles informations, tout en vous permettant également de vous récompenser. La musique peut être un bon rappel que vous étudiez depuis trop longtemps et que vous avez besoin d'une pause.

Chansons pour booster la mémoire

Les chansons suivantes sont destinées à améliorer votre concentration pendant que vous travaillez ou étudiez. Certains sont plus apaisants que d'autres, et certains sont plus bruyants que d'autres. Jouez avec les différentes sélections et voyez lesquelles améliorent votre réflexion, votre motivation ou tout ce qui concerne la mémoire.

1) Eine Klein Nachtmusik de Mozart

Eine Kleine Nachtmusik a un tempo vif qui vous fera vous sentir plus énergique. Cela augmentera également vos niveaux de dopamine ! Cela vous aidera à mieux vous souvenir des nouvelles informations.

chansons d'amour habituelles). Il y a des paroles, mais la voix du chanteur est vraiment suave et vous ne perdrez pas votre concentration. Cependant, fredonner ici et là peut en fait aider les nouvelles informations à mieux coller.

Intéressé par les cours particuliers ?

Recherchez des milliers d'enseignants pour des cours locaux et en ligne en direct. Inscrivez-vous dès aujourd'hui à des cours privés pratiques et abordables !


Le rythme continue ?

Segil dit que les battements binauraux sont commercialisés comme un «mécanisme de biofeedback moderne». Et même s'il pense qu'il ne peut y avoir de mal à les écouter - tant que les gens ne montent pas le volume pendant de longues périodes et n'endommagent pas leur audition - il s'empresse de souligner: "Les avantages sont moins clairs."

"Les battements binauraux peuvent être bons pour la méditation et la détente, mais c'est probablement tout ce qu'ils sont bons", dit Segil. "Il est difficile de dire qu'écouter ces tonalités va provoquer la synchronisation des ondes cérébrales d'une personne, mesurées sur un EEG (électroencéphalogramme), avec les fréquences de la tonalité."

Les voies cérébrales des pistes sonores traversent le tronc cérébral, puis dans le thalamus, puis dans le cortex auditif. Segil dit qu'il n'est au courant d'aucune recherche légitime selon laquelle les notes des battements binauraux stimulent cette voie pas plus que le bruit blanc ou la musique apaisante. (Les deux ontété largement étudiée.)

"Écouter de la musique apaisante dans nos vies bien remplies réduit probablement le stress et l'anxiété, mais il est difficile de dire que ces tons peuvent augmenter la concentration, la concentration ou la confiance", ajoute-t-il. "Je pense qu'écouter de la" musique d'ascenseur ", de la musique classique et de la musique comme Enya est tout aussi susceptible d'avoir ces avantages."

L'année dernière, Smith et l'une de ses étudiantes, Lynn Cameron, ont étudié les effets des battements binauraux sur la mémoire à long terme. La première expérience n'a pas montré que l'écoute de battements binauraux avait un effet mesurable. Le second non plus. Ou le troisième.

Mais au cours de cette dernière expérience, qui a surveillé les participants avec des EEG, ils ont remarqué quelque chose d'intéressant.

Lorsque les participants ont écouté des battements binauraux, leur neuroactivité a changé. "Les battements binauraux semblaient changer la façon dont le cerveau des participants traitait les informations au cours de l'étude, mais cela ne l'améliorait pas nécessairement", explique Smith.

En d'autres termes, les battements binauraux ne quelque chose au cerveau, mais exactement ce qui n'est pas encore clair.

Si quelqu'un essaie des rythmes binauraux et pense que cela répond à ses attentes - quelles qu'elles soient, "il se peut qu'il soit informé de la partie du changement qui a fonctionné pour lui", explique Smith, "mais nous n'avons aucune idée de ce qui fonctionne pour certaines personnes et pas d'autres.


Musique

Il a longtemps été démontré que les musiciens et les personnes bilingues ont une meilleure mémoire de travail, et une nouvelle étude commence à identifier pourquoi cela pourrait être le cas.

L'étude d'imagerie cérébrale, impliquant 41 jeunes adultes (âgés de 19 à 35 ans), qui étaient soit des non-musiciens monolingues, soit des musiciens monolingues, soit des non-musiciens bilingues, a révélé que les musiciens et les bilingues avaient besoin de moins de ressources cérébrales pour se souvenir des sons.

Il a été demandé aux participants d'identifier si le son qu'ils entendaient était du même type que le précédent et si le son venait de la même direction que le précédent. Les sons des instruments de musique, de l'environnement et des humains figuraient parmi ceux utilisés dans l'étude.

Les musiciens se souvenaient du type de son plus rapidement que les individus des autres groupes, et les bilingues et les musiciens se sont mieux comportés que les monolingues lors de la tâche de localisation. Bien que les bilingues se souviennent du son à peu près au même niveau que les non-musiciens monolingues, leur cerveau a montré moins d'activité lors de l'accomplissement de la tâche.

Dans les deux tâches et les deux niveaux de difficulté, les musiciens ont montré une activité cérébrale plus faible dans le gyrus frontal préfrontal supérieur et le cortex préfrontal dorsolatéral bilatéralement, ce qui est censé refléter une meilleure utilisation des ressources neurales. Les bilingues ont montré une activité accrue dans les zones liées au langage (DLPFC gauche et gyrus supramarginal gauche), ce qui peut refléter un besoin de supprimer les interférences associées aux activations sémantiques concurrentes de plusieurs langues.

Les résultats démontrent que la formation musicale et le bilinguisme profitent au fonctionnement exécutif et à la mémoire de travail via différentes activités et réseaux.

Nous avons vu un certain nombre d'études montrant la valeur de la formation musicale pour le développement des compétences linguistiques des enfants. Une nouvelle étude a examiné ce qui se passe si la formation ne commence pas avant le lycée.

L'étude a porté sur 40 lycéens de la région de Chicago qui ont été suivis depuis leurs débuts au lycée jusqu'à leur dernière année. Près de la moitié des élèves s'étaient inscrits à des cours d'harmonie, qui impliquaient deux à trois heures par semaine d'enseignement de la musique instrumentale en groupe à l'école. Les autres s'étaient inscrits au Corps de formation des officiers de réserve junior (ROTC), qui mettait l'accent sur les exercices de remise en forme au cours d'une période comparable.

Le groupe de musique a montré une maturation plus rapide de la réponse du cerveau au son et a démontré une sensibilité cérébrale accrue prolongée aux détails sonores. Alors que tous les élèves ont amélioré leurs compétences linguistiques liées à la conscience de la structure sonore, l'amélioration était plus importante pour ceux des cours de musique.

La découverte est encourageante dans la mesure où elle montre que les cerveaux des adolescents sont toujours réceptifs à la formation musicale.

C'est aussi encourageant d'impliquer les étudiants des quartiers défavorisés. Il a été constaté que les enfants issus de familles de statut socio-économique inférieur traitent le son de manière moins efficace, en partie à cause des environnements plus bruyants et également en raison de la privation linguistique. Une petite étude précédente menée par les mêmes chercheurs a examiné les avantages d'un programme de musique communautaire gratuit pour un groupe d'étudiants défavorisés (le projet Harmony). Dans cette petite étude, les étudiants plus engagés dans le programme (tels qu'évalués par l'assiduité et la participation) ont montré une plus grande amélioration après deux ans, dans la façon dont leur cerveau traitait la parole et dans leurs scores en lecture. Ceux qui ont appris à jouer des instruments ont également montré une plus grande amélioration que ceux qui ont participé à des cours d'appréciation de la musique.

Une étude portant sur 124 adolescents a révélé que ceux qui tapaient le plus précisément avec un métronome présentaient également les réponses cérébrales les plus cohérentes à un son de parole synthétisé "da". La découverte est cohérente avec des recherches antérieures montrant des liens entre la capacité de lecture et la capacité de garder le rythme, et entre la capacité de lecture et la cohérence de la réponse du cerveau au son. La découverte fournit également plus de soutien pour les avantages de la formation musicale pour les compétences linguistiques et le traitement auditif.

Je dirais que cela pourrait être particulièrement important pour l'apprentissage d'une langue seconde, soulevant la question intrigante : si vous avez des problèmes pour apprendre une autre langue, pourriez-vous améliorer vos capacités en travaillant votre sens du rythme ?

Vous pouvez en savoir plus sur les travaux du Laboratoire de neurosciences auditives sur http://www.brainvolts.northwestern.edu.

En plus des preuves croissantes des avantages cognitifs à long terme de l'apprentissage de la musique pendant l'enfance, une nouvelle étude a révélé que même quelques années d'apprentissage de la musique pendant l'enfance ont des avantages durables pour la discrimination auditive.

L'étude a porté sur 45 adultes (âgés de 18 à 31 ans), dont 15 n'avaient aucune formation musicale, 15 avaient un à cinq ans de formation et 15 avaient six à onze ans. Les participants ont été présentés avec différents sons complexes allant de la hauteur tandis que l'activité du tronc cérébral était surveillée.

La réponse du tronc cérébral aux sons était significativement plus forte chez ceux qui avaient suivi une formation musicale, par rapport à ceux qui n'avaient jamais suivi de formation musicale. Il s'agissait d'une différence catégorique - les années de formation n'ont pas fait de différence (bien qu'une durée minimale puisse être requise - une seule personne n'avait qu'un an de formation). Cependant, la récence de l'entraînement a fait une différence dans la réponse du tronc cérébral, et il semble qu'une certaine décoloration puisse se produire sur de longues périodes de temps.

Cette différence de réponse du tronc cérébral signifie que les personnes ayant une formation musicale sont mieux à même de reconnaître la fréquence fondamentale (son de fréquence la plus basse). Cela explique pourquoi la formation musicale peut aider à protéger les personnes âgées contre les difficultés auditives - la capacité de discriminer les fréquences fondamentales est cruciale pour comprendre la parole et pour traiter le son dans des environnements bruyants.

J'ai déjà parlé des avantages des cours de musique pour les enfants - plus récemment, par exemple, comment les « dessins animés » d'entraînement basés sur la musique ont amélioré le QI verbal des enfants d'âge préscolaire. Maintenant, une nouvelle étude étend les résultats aux nourrissons.

Dans l'étude, des bébés de 6 mois ont été assignés au hasard à six mois de l'un des deux types de cours de musique hebdomadaires. Les cours duraient une heure et impliquaient une approche active ou passive.

Dans les classes actives, les parents et les nourrissons ont travaillé ensemble pour apprendre à jouer des instruments à percussion et chanter des berceuses et des chansons d'action. Les cours ont mis l'accent sur l'expression musicale, l'écoute pour jouer ou chanter au bon moment, la répétition et la prise de conscience des parents des réactions de leur bébé. Il y avait aussi un CD qu'ils étaient encouragés à jouer à la maison.

Dans les classes passives, les parents et les nourrissons ont écouté des CD de la série Baby Einstein tout en jouant et en interagissant sur des stations de jeu d'art, de livre, de balle, de bloc et de tasses empilables. Les parents ont été encouragés à rapporter à la maison différents CD de la collection chaque semaine.

A la fin du programme, les bébés fréquentant les classes actives ont montré une sensibilité plus précoce au pitch. Contrairement aux nourrissons des classes passives, ils préféraient écouter une pièce de piano jouée en tonalité plutôt qu'une pièce comprenant des notes jouées en fausses tonalités (vous pouvez entendre les deux versions sur http://www.psychology.mcmaster.ca/ljt/ stimuli.htm). Leurs cerveaux ont également montré des réponses plus larges et/ou plus précoces aux tonalités musicales.

Sur le plan cognitif, les bébés des classes actives ont également montré de meilleures capacités de communication précoces, comme pointer du doigt des objets hors de portée ou faire un signe au revoir. Socialement, ces bébés souriaient également plus, étaient plus faciles à apaiser et montraient moins de détresse lorsque les choses ne leur étaient pas familières ou ne se déroulaient pas comme elles le voulaient. On suppose que ces compétences sociales sont dues au développement d'une meilleure interaction sociale entre le parent et l'enfant.

Les cours ont été dispensés dans deux centres – l'un dans une zone socio-économique inférieure et l'autre dans une zone de classe moyenne. Les professeurs des classes ignoraient la nature de l'expérience. Avant le début des cours, tous les bébés avaient montré une communication et un développement social similaires et aucun n'avait déjà participé à d'autres cours de musique pour bébés. Il n'y avait pas d'interaction entre le statut socioéconomique et l'intervention, et les résultats des deux ont ensuite été analysés ensemble. Il y avait 38 familles (sur les 49 initiales au début) qui suivaient encore régulièrement le programme à la fin du programme, et 34 d'entre elles (dont 16 du centre de SSE inférieur) ont terminé le test.

La question passionnante est bien sûr de savoir quels effets à long terme cette « avance » aura sur le développement cognitif et social.J'espère que les chercheurs suivront cela.

J'ai parlé récemment de la façon dont la différence bien établie de capacité spatiale entre les hommes et les femmes a apparemment beaucoup à voir avec la confiance. J'ai également mentionné en passant que des recherches antérieures ont montré que la formation peut combler l'écart entre les sexes. Une étude récente suggère que cette formation ne doit pas nécessairement être spécifique aux compétences spatiales.

Dans l'étude allemande, 120 étudiants ont subi un test de vitesse de traitement et un test de rotation mentale standard. Les étudiants étaient répartis équitablement en trois groupes : musiciens, athlètes et étudiants en éducation qui ne pratiquaient ni le sport ni la musique.

Alors que l'écart attendu entre les sexes a été trouvé parmi les étudiants en éducation, l'écart était plus petit chez les étudiants en sport et inexistant chez les étudiants en musique.

Parmi les étudiants en éducation, les hommes ont eu deux fois plus de problèmes de rotation corrects que les femmes. Parmi les étudiants en sport, les hommes et les femmes ont obtenu de meilleurs résultats que leurs pairs en matière d'éducation, mais comme ils étaient tous les deux à peu près également avantagés, un écart entre les sexes était toujours maintenu. Cependant, parmi les musiciens, seules les femmes en bénéficiaient, les élevant au niveau des hommes.

Ainsi, pour les hommes, les athlètes ont fait le mieux sur la rotation mentale pour les femmes, les musiciens ont fait le mieux.

Même s'il se peut que ceux qui se sont lancés dans la musique ou le sport aient des « capacités naturelles » pertinentes, la quantité d'entraînement dans le sport/la musique a eu un effet significatif. En effet, l'analyse a révélé que l'avantage des étudiants en sport et en musique disparaissait lorsque les heures de pratique et les années de pratique étaient incluses.

Il est également intéressant de noter qu'il y avait un effet de la vitesse de traitement. Bien que dans l'ensemble, les trois groupes ne différaient pas en termes de vitesse de traitement, les musiciens masculins avaient une vitesse de traitement inférieure à celle des musiciennes ou des athlètes masculins (aucun de ces groupes n'était significativement différent les uns des autres).

Il est intéressant de noter que la formation musicale ne devrait profiter qu'aux capacités spatiales des femmes. Cependant, je me souviens que dans les recherches montrant comment quelques heures de formation aux jeux vidéo peuvent aider les femmes à combler l'écart entre les sexes, les femmes ont beaucoup plus bénéficié de la formation que les hommes. La conclusion évidente est que les mâles avaient déjà suffisamment d'expérience, et quelques heures de plus n'étaient ni ici ni là. Peut-être faudrait-il plutôt se poser la question : pourquoi la pratique sportive profite-t-elle aux compétences spatiales des hommes ? Une question qui semble indiquer les avantages de la vitesse de traitement, mais nous devons ensuite nous demander pourquoi le sport n'a pas eu le même effet sur les femmes. Une réponse possible ici est que les femmes s'étaient engagées dans des sports pendant une période significativement plus courte (une moyenne de 10,6 ans contre 17,55), ce qui signifie que les hommes avaient tendance à commencer leur entraînement sportif à un âge beaucoup plus jeune. Il n'y avait pas une telle différence entre les musiciens.

(Pour en savoir plus sur la mémoire spatiale, voir les reportages agrégés)

Pietsch, S., & Jansen, P. (2012). Différentes performances de rotation mentale chez les étudiants en musique, sport et éducation. Apprentissage et différences individuelles, 22(1), 159-163. Elsevier Inc. doi:10.1016/j.lindif.2011.11.012

J'ai déjà parlé de l'association entre la perte auditive chez les personnes âgées et le risque de démence. Bien que nous ne comprenions pas actuellement cette association, il se peut que la prévention de la perte auditive aide également à prévenir le déclin cognitif et la démence. J'ai déjà expliqué comment la formation musicale pendant l'enfance peut aider les personnes âgées à entendre la parole dans un environnement bruyant. Une nouvelle étude s'ajoute à cette preuve.

L'étude s'est penchée sur un aspect spécifique de la compréhension de la parole : la synchronisation auditive du tronc cérébral. Le vieillissement perturbe cette synchronisation, dégradant la capacité d'encoder avec précision le son.

Dans cette étude, les réponses cérébrales automatiques aux sons de la parole ont été mesurées chez 87 adultes entendants normaux, jeunes et plus âgés, alors qu'ils regardaient une vidéo sous-titrée. Il a été constaté que les adultes plus âgés qui avaient commencé une formation musicale avant l'âge de 9 ans et qui s'étaient régulièrement engagés dans des activités musicales tout au long de leur vie (« musiciens ») surpassaient non seulement de manière significative les personnes âgées qui n'avaient pas plus de trois ans de formation musicale (« non-musiciens » ), mais encodait les sons aussi rapidement et précisément que les plus jeunes non-musiciens.

Les chercheurs nuancent cette découverte en disant qu'elle montre seulement que l'expérience musicale affecte sélectivement la synchronisation des éléments sonores qui sont importants pour distinguer une consonne d'une autre, pas nécessairement tous les éléments sonores. Cependant, il semble probable qu'il s'étende plus largement, et dans tous les cas la capacité de comprendre la parole est cruciale pour l'interaction sociale, ce qui pourrait bien sous-tendre au moins une partie de l'association entre la perte auditive et la démence.

La question brûlante pour beaucoup sera de savoir si les avantages de la formation musicale peuvent être accumulés plus tard dans la vie. Nous devrons attendre plus de recherches pour répondre à cette question, mais, comme la formation musicale et le plaisir correspondent à la définition des «activités mentalement stimulantes», cela ajoute certainement une autre raison de poursuivre un tel cours.

La formation musicale « dessins animés » a amélioré le QI verbal des enfants d'âge préscolaire

Une étude dans laquelle 48 enfants d'âge préscolaire (âgés de 4 à 6 ans) ont participé à des programmes de formation cognitive informatisés qui ont été projetés sur un mur de la salle de classe et mettaient en vedette des personnages de dessins animés colorés donnant les leçons, a révélé que 90 % de ceux qui ont reçu de la musique - la formation basée sur les arts visuels a considérablement amélioré leurs scores à un test d'intelligence verbale, contrairement à ceux qui ont reçu une formation basée sur les arts visuels.

La formation basée sur la musique impliquait une combinaison de tâches motrices, perceptives et cognitives, et comprenait une formation sur le rythme, la hauteur, la mélodie, la voix et les concepts musicaux de base. La formation en arts visuels a mis l'accent sur le développement des compétences visuo-spatiales liées à des concepts tels que la forme, la couleur, la ligne, la dimension et la perspective. Chaque groupe a reçu deux sessions de formation d'une heure chaque jour en classe, sur quatre semaines.

Les capacités et la fonction cérébrale des enfants ont été testées avant l'entraînement et cinq à 20 jours après la fin des programmes. Bien qu'il n'y ait eu aucun changement significatif, dans le cerveau ou dans les performances, chez les enfants qui ont participé à la formation en arts visuels, presque tous ceux qui ont suivi la formation basée sur la musique ont montré de grandes améliorations sur une mesure de la connaissance du vocabulaire, ainsi qu'une augmentation précision et temps de réaction. Ceux-ci étaient corrélés avec des changements dans la fonction cérébrale.

Les résultats s'ajoutent aux preuves croissantes des avantages de la formation musicale pour le développement intellectuel, en particulier dans le langage.

L'aptitude musicale est liée à la capacité de lecture grâce à la sensibilité aux modèles sonores

Une autre nouvelle étude pointe vers une raison de la corrélation entre la formation musicale et l'acquisition de la langue. Dans l'étude, 42 enfants (âgés de 8 à 13 ans) ont été testés sur leur capacité à lire et à reconnaître des mots, ainsi que sur leur mémoire de travail auditive (se souvenir d'une séquence de nombres et pouvoir ensuite les citer à l'envers) et leur aptitude musicale. (à la fois la mélodie et le rythme). L'activité cérébrale a également été mesurée.

Il s'est avéré que les aptitudes musicales et l'alphabétisation étaient liées à la réponse du cerveau aux régularités acoustiques de la parole, ainsi qu'à la mémoire de travail auditive et à l'attention. Par rapport aux bons lecteurs, les mauvais lecteurs avaient une activité réduite dans le tronc cérébral auditif à des sons rythmiques plutôt qu'aléatoires. La réactivité aux régularités acoustiques est corrélée à la fois à la capacité de lecture et à l'aptitude musicale. La capacité musicale (largement déterminée par la performance rythmique) était également liée à la capacité de lecture et à la mémoire de travail auditive à ces deux éléments.

Il a été calculé que la compétence musicale, à travers les fonctions qu'elle partage avec la lecture (réactivité du tronc cérébral aux régularités auditives et mémoire de travail auditive) représente 38% de la différence de capacité de lecture entre les enfants.

Ces résultats sont cohérents avec les résultats précédents selon lesquels la mémoire de travail auditive est une composante importante de l'alphabétisation des enfants et qu'il existe des corrélations positives entre la mémoire de travail auditive et les compétences musicales.

Fondamentalement, ce que cela veut dire, c'est que le tronc cérébral auditif (une région sous-corticale - c'est-à-dire sous le cortex cérébral, où nos fonctions « d'ordre supérieur » sont exécutées) stimule l'expérience d'un discours prévisible chez les meilleurs lecteurs. Ce réglage fin peut refléter un contrôle descendant plus fort chez ceux qui ont de meilleures capacités musicales et de meilleures compétences en lecture. Bien qu'il puisse y avoir une contribution génétique, des recherches antérieures montrent clairement que la sensibilité accrue des musiciens aux modèles sonores est au moins en partie due à la formation.

En d'autres termes, donner une formation musicale aux jeunes enfants est un bon premier pas vers l'alphabétisation.

Les enfants ont été évalués comme de bons lecteurs s'ils avaient obtenu un score de 110 ou plus au test d'efficacité de la lecture de mots, et de mauvais lecteurs s'ils avaient obtenu un score de 90 ou moins. Il y avait 8 bons lecteurs et 21 mauvais lecteurs. Les 13 qui ont obtenu un score intermédiaire ont été exclus des analyses de groupe. Les bons et les mauvais lecteurs ne différaient pas en termes d'âge, de sexe, d'éducation maternelle, d'années de formation musicale, d'étendue de l'activité parascolaire ou de QI non verbal. Seuls 6 des 42 enfants avaient eu au moins un an de formation musicale (dont un mauvais lecteur, trois moyen et deux bons).

Les réponses auditives du tronc cérébral ont été recueillies au son de la parole /da/, qui était soit présenté avec une probabilité de 100 %, soit entrecoupé de manière aléatoire avec sept autres sons de la parole. Les enfants ont entendu ces sons à travers un écouteur dans l'oreille droite, tandis qu'ils écoutaient la bande son d'une vidéo choisie avec l'autre oreille.

Détroit, Dana L, Jane Hornickel et Nina Kraus. "Le traitement sous-cortical des régularités de la parole sous-tend l'aptitude à la lecture et à la musique chez les enfants." Fonctions comportementales et cérébrales : BBF 7, no. 1 (17 octobre 2011) : 44. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22005291.

J'ai toujours pensé qu'une meilleure pensée était associée au fait que mon cerveau travaillait «à une vitesse supérieure» - travaillant littéralement à un rythme plus rapide. J'ai donc été particulièrement intrigué par les résultats d'une étude récente sur la souris qui a révélé que les ondes cérébrales associées à l'apprentissage devenaient plus fortes à mesure que les souris couraient plus vite.

Dans l'étude, 12 souris mâles ont été implantées avec des microélectrodes qui surveillaient les ondes gamma dans l'hippocampe, puis entraînées à aller et venir sur une piste linéaire pour une récompense alimentaire. On pense que les ondes gamma aident à synchroniser l'activité neuronale dans diverses fonctions cognitives, notamment l'attention, l'apprentissage, la liaison temporelle et la conscience.

Nous savons que l'hippocampe possède des « cellules de lieu » spécialisées qui enregistrent où nous sommes et nous aident à naviguer. Mais pour naviguer dans le monde, pour créer une carte de l'endroit où se trouvent les choses, nous devons également savoir à quelle vitesse nous avançons. Avoir les mêmes cellules encodant à la fois la vitesse et la position pourrait être problématique, alors les chercheurs ont cherché à savoir comment la vitesse était encodée. À leur grande surprise et excitation, ils ont découvert que la force du rythme gamma augmentait considérablement à mesure que les souris couraient plus vite.

Les résultats ont également confirmé les affirmations récentes selon lesquelles le rythme gamma, qui oscille entre 30 et 120 fois par seconde, peut être divisé en signaux lents et rapides (20-45 Hz vs 45-120 Hz pour les souris, cohérents avec le 30-55 Hz vs. bandes 45-120 Hz trouvées chez les rats) qui proviennent de parties distinctes du cerveau. Les ondes gamma lentes dans la région CA1 de l'hippocampe étaient synchronisées avec les ondes gamma lentes dans CA3, tandis que les ondes gamma rapides dans CA1 étaient synchronisées avec les ondes gamma rapides dans le cortex entorhinal.

Les deux signaux sont devenus de plus en plus séparés avec l'augmentation de la vitesse, car les deux bandes étaient affectées différemment par la vitesse. Alors que les ondes lentes augmentaient linéairement, les ondes rapides augmentaient de manière logarithmique. Cet effet différentiel pourrait avoir à voir avec des mécanismes dans les régions sources (CA3 et le cortex entorhinal médian, respectivement), ou à des mécanismes dans les différentes régions de CA1 où se terminent les entrées (les ondes provenant de CA3 et le cortex entorhinal entrent dans CA1 dans différents lieux).

Dans l'hippocampe, les ondes gamma sont connues pour interagir avec les ondes thêta. Une analyse plus poussée des données a révélé que les effets de la vitesse sur le rythme gamma ne se produisaient que dans une plage étroite de phases thêta - mais cette phase thêta « préférée » changeait également avec la vitesse de course, plus encore pour les ondes gamma lentes que pour les ondes gamma rapides ( ce qui n'est pas incompatible avec le fait que les ondes gamma lentes sont plus affectées par la vitesse de course que les ondes gamma rapides). Ainsi, alors que les rythmes gamma lents et rapides préféraient des phases similaires de thêta à basse vitesse, les deux rythmes sont devenus de plus en plus séparés par des phases avec l'augmentation de la vitesse de course.

Qu'est-ce que tout cela signifie? Des recherches antérieures ont montré que si les entrées de CA3 et du cortex entorhinal pénètrent dans CA1 en même temps, le type de changements à long terme au niveau des synapses qui entraînent l'apprentissage sont plus forts et plus probables dans CA1. Ainsi, à basse vitesse, les entrées synchrones de CA3 et du cortex entorhinal à des phases thêta similaires les rendent plus efficaces pour activer CA1 et induire l'apprentissage. Mais plus vous vous déplacez vite, plus vous devez traiter l'information rapidement. Les ondes gamma plus fortes peuvent vous aider à le faire. De plus, la séparation des phases thêta du gamma lent et rapide qui augmente avec la vitesse de course signifie que l'activité dans CA3 (source gamma lent) anticipe de plus en plus l'activité dans le cortex entorhinal médial (source gamma rapide).

Qu'est-ce que cela signifie au niveau pratique? Eh bien, à ce stade, on ne peut que spéculer sur le fait que bouger / faire de l'exercice peut affecter l'apprentissage et l'attention, mais personnellement, je prends cela en compte. La plupart d'entre nous pensent mieux quand nous marchons. Cela suggère que si vous avez du mal à vous concentrer et que vous n'avez pas le temps pour cela, peut-être que marcher dans le couloir ou même faire du jogging sur place vous aidera à mettre de l'ordre dans vos cellules cérébrales !

Poussant la spéculation encore plus loin, je note que la méditation par des méditants experts a été associée à des changements dans les rythmes gamma et thêta. Et dans une comparaison intrigante de l'effet de la présentation parlée par rapport à la présentation chantée sur l'apprentissage et la mémorisation des listes de mots, le groupe qui a chanté a montré une plus grande cohérence dans les rythmes gamma et thêta (dans les lobes frontaux, certes, mais ils ne regardaient pas ailleurs).

Ainsi, bien que nous soyons loin d'épingler tout cela, il se peut que tout cela - mouvement, méditation, musique - puisse être utile pour synchroniser vos rythmes cérébraux d'une manière qui aide l'attention et l'apprentissage. Cette découverte passionnante sera, espérons-le, le début d'une exploration de ces possibilités.


Super apprentissage & Augmentation de la mémoire | Battements binauraux

L'un des effets observés de BiNaural Beats est une capacité d'apprentissage accrue. Ce qui est maintenant connu sous le nom de super-apprentissage a commencé à la fin des années 1960 et au début des années 1970 avec le travail du psychiatre bulgare Georgi Lozanov. Lozanov a utilisé une relaxation profonde combinée à des rythmes synchronisés dans le cerveau pour amener les élèves à produire des ondes alpha. Il a découvert que les étudiants dans cet état apprenaient plus de cinq fois plus d'informations avec moins de temps d'étude par jour, avec une plus grande rétention à long terme. Dans certains cas, on a appris jusqu'à trente fois plus.

L'orthophoniste Suzanne Evans Morris, Ph.D., décrit la relation entre différents modèles d'ondes cérébrales et l'apprentissage, ainsi que d'autres états connexes tels que la concentration, la résolution de problèmes, la réceptivité et la créativité.

La réceptivité à l'apprentissage est liée à des états de conscience spécifiques. Les schémas prédominants des ondes cérébrales sont associés à différents états de conscience ou de conscience. Par exemple, les fréquences bêta allant de 13 à 26 Hz sont associées à la concentration, et les fréquences alpha de résolution de problèmes d'alerte (8 à 13 Hz) se produisent lorsque les yeux sont fermés et qu'un état de relaxation alerte est présent. associée à une relaxation profonde avec une grande réceptivité aux nouvelles expériences et à l'apprentissage… (15)

Morris décrit également comment les bandes sonores audio contenant des signaux de battement binauraux peuvent être utilisées pour « créer la capacité de maintenir cette période thêta d'ouverture pour l'apprentissage ».

Morris poursuit en disant que "l'introduction des signaux thêta" dans l'environnement d'apprentissage permet théoriquement un traitement plus large et plus profond des informations fournies par l'enseignant" [et] augmente la concentration de l'attention et crée un ensemble mental de réceptivité ouverte. Elle note qu'en utilisant de tels signaux de battement binauraux dans une salle de classe, les enfants ont montré une meilleure concentration de l'attention et une plus grande ouverture et un plus grand enthousiasme pour l'apprentissage. 8221 (15)

Morris décrit en outre ce qui se passe dans le cerveau qui rend ce type d'apprentissage accéléré si efficace :

La présence de motifs thêta (4-7 Hz) dans le cerveau a été associée à des états de réceptivité accrue pour l'apprentissage et à un filtrage réduit de l'information par l'hémisphère gauche. Cet état de conscience est disponible pendant des périodes relativement brèves lorsque l'individu entre dans un état de rêverie ou entre et sort de la phase de sommeil profond du cycle de sommeil de 90 minutes. Les signaux [battements binauraux], cependant, peuvent faciliter un état thêta prolongé pour produire une réceptivité détendue pour l'apprentissage. . . [Ces signaux] créent un état de cohérence dans le cerveau. Les hémisphères droit et gauche ainsi que les zones sous-corticales sont activés en harmonie, reflétés par une fréquence et une amplitude égales des schémas EEG des deux hémisphères. Cela crée un environnement physiologique interne pour l'apprentissage qui implique l'ensemble du cerveau. Le style linéaire et séquentiel de résolution de problèmes préféré par l'hémisphère gauche est mis en équilibre avec le style global et intuitif de l'hémisphère droit et du système limbique (sous-cortex). Cela permet à l'apprenant d'avoir un meilleur accès aux connaissances internes et externes et fournit un milieu pour développer son intuition dans la résolution de problèmes. L'un des sous-produits de la synchronisation hémisphérique semble être un état d'attention très concentré. La capacité à réduire le « bavardage de l'esprit » et à concentrer l'attention est essentielle pour un apprentissage efficace (16).

Des signaux de battement binauraux ont été utilisés en classe pour améliorer la capacité d'apprentissage. Les enseignants des écoles publiques de Tacoma, dans l'État de Washington, sous la direction du psychologue Devon Edrington, ont utilisé des bandes audio contenant une technologie sonore de battement binaural pour influencer la capacité d'apprentissage des élèves. Ils ont constaté que les étudiants qui ont appris, étudié et passé des tests pendant la lecture de ces bandes réussissaient nettement mieux qu'un groupe témoin n'utilisant pas les bandes. (17)

L'état thêta semble également être un état où les changements de comportement et de système de croyances peuvent être plus facilement effectués. Suzanne Evans Morris discute du travail du chercheur en neurotechnologie et biofeedback Thomas Budzynski, (1981) dans lequel il a décrit l'état thêta comme

…une zone de transition entre l'éveil et le sommeil dans laquelle on peut absorber de nouvelles informations de manière non critique et non analytique.[Budzynski] a émis l'hypothèse que cela permet à l'hémisphère droit de prendre en compte de nouvelles informations en contournant les filtres critiques de l'hémisphère gauche. Ainsi, les informations conduisant à un changement du concept de soi deviendraient plus disponibles, la modification des comportements habituels ou la prise en compte de son système de croyances pourraient se produire plus facilement si des alternatives étaient présentées pendant une période d'activité thêta. (18)

Le chercheur médical, le Dr Gene W. Brockopp, pense également que la modification du comportement est améliorée lorsque le sujet peut être placé dans des schémas d'ondes cérébrales plus lents et plus réceptifs. Il spécule que l'utilisation de la technologie pour induire des changements d'ondes cérébrales peut

….induisent activement un état de désactivation dans lequel le cerveau est passif, mais pas endormi éveillé, mais pas impliqué dans le « fouillis » d'une existence en cours. Si cela est vrai, alors il peut s'agir d'un état dans lequel de nouvelles stratégies cognitives pourraient être conçues et développées. la capacité de l'individu à permettre plus de variations dans son fonctionnement en brisant les schémas au niveau neuronal. Cela peut les aider à développer la capacité de changer de vitesse ou de « navette » et de les éloigner des comportements habituels pour devenir plus flexibles et créatifs et développer des stratégies de fonctionnement élégantes (19).

De nombreux autres chercheurs ont décrit les avantages des états des ondes cérébrales alpha et thêta. Budzynski a mené des recherches approfondies sur l'apprentissage et la suggestion lorsque le cerveau est dans un état thêta. Le thêta, a suggéré Budzynski, est l'état dans lequel le superapprentissage a lieu - lorsqu'en thêta, les gens sont capables d'apprendre de nouvelles langues, d'accepter des suggestions de changements de comportement et d'attitudes, ou de mémoriser de grandes quantités d'informations. Il dit : "Nous profitons du fait que l'état hypnagogique [thêta], l'état crépusculaire" a ces propriétés d'acceptation non critique du matériel verbal, ou de presque tout matériel qu'il peut traiter. Dans cet état, Budzynski dit, « beaucoup de travail est fait très rapidement.” (20, 21)

Budzynski et le psychobiologiste Dr James McGaugh de l'Université de Californie à Irvine ont tous deux découvert que l'information est également plus facilement traitée et rappelée dans un état thêta. Les chercheurs renommés Elmer et Alyce Green, de la Menninger Foundation, ont également étudié ce phénomène, constatant que les souvenirs vécus dans un état thêta n'étaient pas comme traverser un souvenir dans l'esprit mais plutôt comme une expérience, une revitalisation. Les individus produisant des ondes thêta avaient également des idées nouvelles et valides ou une synthèse d'idées, non pas principalement par déduction, mais jaillissant par intuition de sources inconscientes.

Dans leur livre fondateur, Beyond Biofeedback, les Verts ont discuté en outre de nombreux effets remarquables de l'état des ondes cérébrales thêta. Ils ont découvert que ceux qui produisaient des ondes thêta devenaient très créatifs. Ils ont eu des idées qui ont changé leur vie, ce que les Verts ont appelé des « expériences intégratives menant à des sentiments de bien-être psychologique. , et étaient plus auto-acceptants et créatifs. Un autre effet remarquable était que ces sujets sont devenus en très bonne santé. Sur le plan émotionnel, ces personnes avaient des relations améliorées avec les autres ainsi qu'une plus grande tolérance, compréhension et amour de soi et de son monde (22).

Il a également été démontré que les états alpha et thêta facilitent la récupération de la dépendance. Le Dr Eugene Peniston et le Dr Paul Kulkosky, de l'Université du sud du Colorado, ont formé un groupe d'alcooliques à entrer dans les états alpha et thêta. Ces alcooliques ont montré un taux de récupération de plusieurs ordres de grandeur supérieur à celui d'un groupe témoin. Treize mois plus tard, ce groupe alpha-thêta a montré une « prévention durable des rechutes », et ces résultats ont été confirmés dans une étude de suivi trois ans plus tard. De plus, ce groupe a montré une transformation marquée de la personnalité, y compris des augmentations significatives des qualités telles que la chaleur, la stabilité, la conscience, l'audace, l'imagination et la maîtrise de soi, ainsi qu'une diminution de la dépression et de l'anxiété. (23)

Au niveau de la configuration des ondes cérébrales à la jonction entre les rythmes alpha et thêta, souvent appelée le point de croisement par les neuroscientifiques, les sujets ont subi des changements remarquables. Le thérapeute de Houston, William Beckwith, a rapporté que chez ses clients, l'expérience de ce point de croisement s'accompagne souvent de "résolutions apparemment miraculeuses de problèmes psychologiques complexes".

D'autres études ont suggéré que les états de synchronisation cérébrale augmentent la mémoire. Les recherches de McGaugh sur la mémoire et les ondes thêta ont montré que « plus les ondes thêta apparaissaient dans l'EEG d'un animal après une séance d'entraînement, plus il se souvenait. Cela était vrai dans tous les cas. Apparemment, le meilleur prédicteur de la mémoire était la quantité d'ondes thêta enregistrées dans le cerveau de l'animal. [Les ondes thêta] montrent que le cerveau est dans le bon état pour traiter et stocker des informations.” (25)

Les scientifiques ont découvert que pour que les souvenirs se forment, le cerveau doit subir un processus appelé potentialisation à long terme (LTP), impliquant des changements électriques et chimiques dans les neurones associés à la mémoire. Sans LTP, les informations entrantes ne sont pas stockées, mais plutôt rapidement et totalement oubliées. Le neurophysiologiste Dr Gary Lynch et ses associés de l'Université de Californie à Irvine ont découvert que la clé de la LTP est le schéma des ondes cérébrales thêta. “Nous avons trouvé le rythme magique qui fait LTP. Il existe un rythme magique, le rythme thêta. Selon Lynch, il s'agit du rythme naturel de l'hippocampe, la partie du cerveau essentielle à la formation et au stockage de nouveaux souvenirs et au rappel des anciens souvenirs (26).

D'autres études ont confirmé les avantages incroyables de l'état thêta. Dans des expériences menées au Monroe Institute of Applied Science, les sujets qui ont produit des ondes thêta (mesurées sur un EEG) en réponse à des battements binauraux ont invariablement émergé de l'expérience rapportant tous les phénomènes mentaux associés à l'état thêta, tels que l'hypnagogie vive. images, pensées créatives, expériences intégratives et souvenirs spontanés (27).

Comment ces incroyables changements mentaux et émotionnels se produisent-ils ? De nombreux chercheurs pensent que différents modèles d'ondes cérébrales sont liés à la production dans le cerveau de divers produits neurochimiques associés à la relaxation et à la libération du stress, à l'augmentation de l'apprentissage et de la créativité, à la mémoire et à d'autres avantages souhaitables. Ces substances neurochimiques comprennent les bêta-endorphines, l'acétylcholine, la vasopressine et la sérotonine.

Le Dr Margaret Patterson, en collaboration avec le biochimiste Dr Ifor Capel, du département de recherche de la Marie Curie Cancer Memorial Foundation, à Surrey, en Angleterre, a montré que certaines fréquences dans le cerveau accélèrent considérablement la production d'une variété de neurotransmetteurs, différentes fréquences différentes. produits chimiques du cerveau. Par exemple, un schéma d'ondes cérébrales de 10 Hz (alpha) augmente la production et le taux de renouvellement de la sérotonine, un messager chimique qui augmente la relaxation et soulage la douleur, tandis que les catécholamines, vitales pour la mémoire et l'apprentissage, répondent à environ 4 Hz (thêta).

Selon Capel, pour autant que nous puissions en juger, chaque centre cérébral génère des impulsions à une fréquence spécifique en fonction du neurotransmetteur prédominant qu'il sécrète. En d'autres termes, le système de communication interne du cerveau - son langage, si vous voulez - est basé sur la fréquence. Vraisemblablement, lorsque nous envoyons des ondes d'énergie électrique à, disons, 10 Hz, certaines cellules du tronc cérébral inférieur réagiront parce ils tirent normalement dans cette plage de fréquences.” (28)
Le Dr William Bauer, l'un des plus grands experts dans le domaine de l'électromédecine, précise :

Ce qui se passe, je pense, c'est qu'en envoyant la bonne fréquence, la bonne forme d'onde et le bon courant, nous avons tendance à changer la configuration de la membrane cellulaire. Les cellules qui sont à des niveaux sous-optimaux sont stimulées pour « s'allumer » et produire ce qu'elles sont censées produire, probablement grâce à l'ADN, qui est stimulé à travers la membrane cellulaire… Vous chargez les cellules par un processus biochimique qui peut équilibrez éventuellement l'acétylcholine ou tout autre neurotransmetteur qui doit être activé. . . (29)

La production accrue de ces différents produits neurochimiques peut grandement améliorer la mémoire et l'apprentissage. Une équipe de recherche du Veterans Administration Hospital de Palo Alto a découvert qu'un groupe de sujets humains normaux, recevant des substances qui augmentaient la production d'acétylcholine dans le cerveau, présentaient une grande amélioration de la mémoire à long terme, tandis qu'au MIT, les étudiants prenant des activateurs d'acétylcholine ont connu une amélioration mémoire et une capacité accrue à apprendre des listes de mots. (30) Le chercheur Lester A. Henry a noté que l'acétylcholine « est essentielle à des processus mentaux supérieurs tels que l'apprentissage et la mémoire. » (31)

Des études récentes montrent qu'une insuffisance d'acétylcholine provoque une perte de mémoire et réduit l'apprentissage et l'intelligence. Le manque d'acétylcholine a été lié en partie à la confusion et à la perte de mémoire chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer (32, 33). D'autres études ont montré que lorsque les individus reçoivent des substances qui augmentent la quantité d'acétylcholine, ils montrent des augmentations significatives des scores aux tests de mémoire et d'intelligence (34, 35).

L'acétylcholine a également été associée à un plus grand nombre de neurones dans le cortex et également à une plus grande taille du cerveau, les humains ayant la plus forte densité d'acétylcholine dans le cerveau. Le chercheur de l'UC Berkeley, Mark Rosenzweig, a montré un lien direct entre l'acétylcholine et l'intelligence. (36)

D'autres substances neurochimiques produites dans le cerveau en réponse aux battements binauraux ont été associées à une mémoire, à un apprentissage et à d'autres avantages accrus. Les hommes dans la cinquantaine prenant de la vasopressine, un neurochimique étroitement lié aux endorphines, ont montré une amélioration significative de la mémoire, de l'inclinaison et du temps de réaction. Dans une autre étude, seize sujets normaux et sains d'intelligence moyenne ont reçu plusieurs fois de la vasopressine, après quoi ils ont montré une amélioration spectaculaire de leur capacité à apprendre et à se souvenir. (37) Des scientifiques néerlandais ont en outre découvert que la vasopressine avait un effet « cimentant » à long terme sur la consolidation des informations. (38)

À l'Institut national de la santé mentale (NIMH), des recherches ont indiqué que la vasopressine stimule la mémoire, permettant aux sujets de mieux « fragmenter » et coder les informations. (Le découpage fait référence à la capacité de regrouper de grandes quantités d'informations en bits plus faciles à mémoriser). Le NIMH a découvert que la diminution de la vasopressine est associée à des déficits de mémoire. La vasopressine est également associée à et améliore la production d'ondes thêta qui sont associées à un accès accru aux souvenirs et à une créativité accrue. La vasopressine stimule également la libération d'endorphines et a restauré la mémoire chez les victimes d'amnésie (39, 40).

15.Morris, Suzanne. La facilitation de l'apprentissage. Manuscrit publié à titre privé, 1989, p. 16.

16.Morris, Suzanne. La facilitation de l'apprentissage. Manuscrit publié à titre privé, 1989, p. 16-17.

17.Edrington, Devon. Un palliatif pour l'attention errante. Manuscrit non publié, 1984.

18.Morris, Suzanne. La facilitation de l'apprentissage. Manuscrit publié à titre privé, 1989, p. 16.

19.Brockopp, Gene W. Examen de la recherche sur la stimulation sensorielle multimodale avec implication clinique et propositions de recherche. MS., 1984.

20.Budzynski, Thomas. “Tuning on the Twilight Zone.” Psychology Today, août 1977.

21.Budzynski, Thomas. “A Brain Lateralization Model for REST.” Communication présentée à la première conférence internationale sur le REST et l'autorégulation, Denver, Colorado, mars 1983.

22.Green, Elmer et Alyce. Au-delà du biofeedback. New York, Delacourt. 1977.

23.Peniston, E.G., et P.J. Kulkowski. “Alpha-Theta Brainwave Training et niveaux de bêta-endorphine chez les alcooliques.”Alcoholism 13 : 271-79. 1989.

24.Hutchison, Megabrain Power. New York : Hyperion, 1994. p. 31

25.Pins, Maya. Les changeurs de cerveau : les scientifiques et le nouveau contrôle mental. New York : Harcourt Brace Jovanovich, 1973.

26.Lynch, Gary et Michael Baudry. “La biochimie de la mémoire : une hypothèse nouvelle et spécifique.”Science 224 (1984) : 1057–63.

28.McAuliffe, Kathleen. “Brain Tuner.”Omni, janvier 1983.

29.Harvey, Ruth S. “Le miracle de l'électromédecine.” National Institute of Electromedical Information, Inc. Digest Bulletin, hiver 1985.

30.Starr, Douglas. “Brain Drugs.”Omni, février 1983.

31.Lester, Henry A. “The Response to Acetylcholine.”Scientific American, février 1977.

32.Flood, J.F., G.E. Smith, & A. Cherkin. “Rétention de la mémoire : potentialisation des combinaisons de médicaments cholinergiques chez la souris.”Neurobiology of Aging, Vol. 4 #17, 1978.

34. Sitaram, H., H. Weingartner, J.C. Gillin. “Choline : Apprentissage et codage des mots à faible imagerie chez l'homme…” Life Sciences, Vol. 22, 1978, pages 1555-1560.

35.Sitaram, Gillin. “Apprentissage en série humain : amélioration avec l'arécholine et la choline et déficience avec la scopolamine avec des performances sous placebo.” Science, vol. 201, 1978, p. 274-276.

38.Bylinski, Gene. Contrôle de l'humeur. New York : Scribner, 1978.

39. Koob, George F., Floyd E. Bloom. “Behavior Effects of Neuropeptides: Endorphines and Vasopressin.”Annual Review of Physiology. 1982.

40.Legros, et al. “Influences de la vasopressine sur la mémoire et l'apprentissage.” Lancet. 7 janvier 1978.


Les 5 états des ondes cérébrales et leurs avantages

Comme expliqué ci-dessus, nous pouvons écouter des battements binauraux pour encourager le cerveau à produire des ondes cérébrales d'un type (état) spécifique. Il existe cinq principaux états des ondes cérébrales, comme suit :

  1. Delta : 1-4 Hz
  2. Thêta : 4-8 Hz
  3. Alpha : 8-14 Hz
  4. Bêta : 14-30 Hz
  5. Gamma : 30-100 Hz

Les états montent en termes de vitesse, en commençant par les ondes de fréquence les plus lentes, delta, jusqu'aux ondes de fréquence les plus rapides, gamma.

L'effet de l'écoute des battements binauraux sur votre cerveau dépend de la fréquence de la piste et des ondes cérébrales dont elle stimule la production.

Par exemple : Pour induire une relaxation profonde, nous pouvons écouter de la musique à ondes Thêta.

Et pour favoriser un sommeil plus profond, nous pouvons écouter de la musique à ondes Delta.

Le graphique ci-dessous montre les cinq principales catégories d'états d'ondes cérébrales utilisées dans la musique de battements binauraux, et leurs avantages associés :

Les avantages énumérés sous chaque état d'ondes cérébrales sont des associations générales. Il ne faut pas supposer que toutes les fréquences dans la plage d'un État produiront tous les avantages énumérés.

Il existe des fréquences spécifiques associées à des états d'esprit spécifiques, et en effet des résultats différents peuvent être observés dans les zones hautes, moyennes et basses de chaque état d'ondes cérébrales.


Voir la vidéo: La musique minimaliste ou répétitive (Novembre 2021).