Informations

Y a-t-il d'autres phénomènes psychologiques étudiés comme la réactance ?

Y a-t-il d'autres phénomènes psychologiques étudiés comme la réactance ?

Considérez les situations suivantes

  • Vous marchez le long d'une étroite corniche surplombant un vide. Tu sais que tu ne devrais pas baisser les yeux mais… tu le fais
  • Vous avez un petit morceau de nourriture ennuyeux coincé entre vos dents. Vous savez très bien qu'essayer de le lâcher avec votre langue est un effort vain. Mais tu le fais quand même...

Je suis en train de mettre la touche finale à un jeu où la tendance naturelle du joueur à effectuer des actions qui se traduira par des points se traduira en fait par une plus petite victoire. Tout dans le jeu pousse le joueur à forcer une victoire rapide avec un score bas.

J'aimerais passer en revue toutes les études sur de tels phénomènes en psychologie afin de pouvoir tirer davantage parti de l'expérience globale du joueur. La réactance est proche de décrire ce que le joueur est naturellement poussé à faire mais pas tout à fait… Y a-t-il d'autres effets du même acabit qui pourraient se rapprocher ? Si oui, existe-t-il de bonnes études sur ce qui stimule/amplifie ces effets ?


Vous pouvez consulter Steindl, et al. (2015).

Cet article présente un aperçu de la recherche sur la réactance qui a été effectuée depuis l'examen des 40 ans de Miron et Brehm (2006) de toutes les recherches depuis que Brehm a proposé pour la première fois la théorie de la réactance (1966).

Les références

Brehm J.W. (1966). Une théorie de la réactance psychologique. New York, NY : Presse académique.

Miron A. M. & Brehm J. W. (2006). Théorie de la réactance - 40 ans plus tard. Zeitschrift Für Sozialpsychologie/Journal de psychologie sociale, 37(1), 9-18. https://doi.org/10.1024/0044-3514.37.1.9

Steindl, C., Jonas, E., Sittenthaler, S., Traut-Mattausch, E. et Greenberg, J. L. (2015). Comprendre la réactance psychologique : nouveaux développements et découvertes. Zeitschrift fur Psychologie/Journal of Psychology, 223(4), 205-214. https://doi.org/10.1027/2151-2604/a000222


Ce que la sécurité psychologique signifie réellement :

Dans un environnement d'équipe, qu'est-ce que la sécurité psychologique signifie réellement que vous savez que les choses que vous dites et faites ne seront pas utilisées contre vous… tant que vous n'êtes pas malveillant.

Pensez-y comme à l'opposé de ce discours que les flics donnent lorsqu'ils arrêtent quelqu'un, avec une clause supplémentaire "soyez gentil":

Maintenant, l'un des problèmes avec la sécurité psychologique est d'en parler et en fait ayant ce sont deux choses très différentes. Le simple fait de dire aux gens que tout ce qu'ils disent ne sera pas utilisé contre eux ne convainc pas automatiquement les gens que c'est réellement vrai.

C'est pourquoi je pense qu'il est utile de séparer encore plus le terme de sécurité psychologique et d'en parler en termes de confiance.

La différence entre sécurité psychologique et confiance

La différence entre la sécurité psychologique et la confiance

En fin de compte, la sécurité psychologique est la confiance au sein d'un groupe, plutôt qu'entre deux personnes.

Cela signifie que plus le groupe est grand, plus il sera difficile de maintenir la sécurité psychologique. Vous devez avoir confiance en tout le monde dans le groupe afin de pouvoir sortir sur un membre.

Ainsi cadré, ce que signifie pouvoir « prendre des risques » devient un peu plus concret. Parce que nous savons que la confiance se gagne en faisant preuve de trois choses – la capacité, l'intégrité et la bienveillance – bien que seule la bienveillance soit vraiment un facteur décisif. Aucune compétence ou capacité ne peut vous faire faire confiance à quelqu'un qui, selon vous, n'a pas vos intérêts à cœur.

La sécurité de prendre des risques ne signifie pas qu'il est désormais acceptable de faire quoi que ce soit d'horrible, car ce qu'est en réalité la sécurité psychologique, c'est un engagement à se traiter les uns les autres charitablement-dans les deux sens.

Dans un groupe où tout le monde se traite charitablement, les événements suivants se produiront :

  1. Si vous faites une erreur, elle ne sera pas retenue contre vous personnellement.
  2. Si quelque chose ne va pas, vous pouvez le signaler sans qu'il soit utilisé contre vous.
  3. Peu importe d'où viennent les idées tant qu'elles aident l'équipe.
  4. Si vous avez besoin d'aide, vous pouvez la demander sans que les gens se moquent de ça.
  5. Lorsque vous changez d'avis, les gens applaudiront votre humilité intellectuelle plutôt que de l'utiliser contre vous.
  6. Lorsque vous prenez une décision, vous pesez ce qui sera le mieux pour toute l'équipe (et les personnes qui la composent) par rapport à ce qui est le mieux pour vous.
  7. Vous interpréterez également les actions des autres sous leur meilleur jour.

En d'autres termes, si vous voulez qu'un groupe ait une sécurité psychologique, la première chose que vous devez faire est d'amener les gens à se soucier les uns des autres.


Cette technique emploie une personne en qui les gens ont déjà confiance pour témoigner du produit ou du message vendu. La technique remonte aux premiers jours de la publicité, lorsque des clients satisfaits pouvaient être montrés décrivant comment un médicament breveté a guéri leur bataille de toute une vie contre les « nerfs » ou comment la brosse à cheveux électrique du Dr Scott a guéri leur calvitie (« Mes cheveux (étaient) en train de tomber et je devenais rapidement chauve, mais depuis que j'utilise la brosse, une épaisse pousse de cheveux a fait son apparition, tout à fait égale à celle que j'avais avant sa chute », a rapporté un client satisfait dans une annonce de 1884 pour le produit) . De même, Kodak a fait en sorte que le prince Henri d'Orléans et d'autres approuvent la qualité supérieure de leur appareil photo (« Les résultats sont merveilleux [sic]. Les agrandissements que vous m'avez envoyés sont superbes », a déclaré le prince Henri D'Orléans dans une publicité de 1888).

Les mentions de célébrités sont fréquentes dans les publicités destinées aux enfants. La pratique a suscité des préoccupations éthiques considérables, et la recherche montre que cette préoccupation est justifiée. Dans une étude financée par la Federal Trade Commission, plus de 400 enfants âgés de 8 à 14 ans ont vu l'une des diverses publicités pour un ensemble de course modèle. Certaines publicités présentaient une approbation d'un célèbre pilote de course automobile, certaines incluaient de vraies séquences de course, et d'autres n'incluaient ni l'une ni l'autre. Les enfants qui regardaient l'endosseur célèbre non seulement préféraient davantage les voitures jouets, mais étaient convaincus que l'endosseur était un expert en matière de jouets. Cela était vrai pour les enfants de tous âges. De plus, ils pensaient que les voitures de course miniatures étaient plus grosses, plus rapides et plus complexes que les vraies voitures de course qu'ils voyaient sur le film. Ils étaient également moins susceptibles de croire que la publicité était une mise en scène (Ross et al., 1984).


Faits intéressants sur la psychologie humaine

Vos fonctions et actions mentales dépendent de qui vous êtes et de la façon dont votre psychologie interprète les choses. Il est fascinant de savoir comment différents humains ont différentes façons de penser.

Voici quelques faits intéressants sur la psychologie humaine

1. La psychologie humaine dépend de la méthode scientifique

La plupart des gens ont un mythe sur la psychologie selon lequel c'est juste du bon sens. La recherche psychologique scientifique réelle a changé la perception de son bon sens non seulement. Les chercheurs utilisent des méthodes empiriques pour étudier différentes questions psychologiques et parvenir à une conclusion.

En utilisant cette méthode, les chercheurs peuvent établir une relation entre diverses variables. Il existe une gamme de techniques pour étudier l'esprit humain et son comportement. Il comprend des études de cas, des expériences, des questionnaires et des observations naturalistes. Ces faits sur la psychologie humaine nous aideront à mieux connaître nos mécanismes mentaux.

2. C'est plus que de la santé mentale

La psychologie est une étude de l'esprit humain, de ses actions et de son comportement. Elle est différente de la santé mentale, même si les deux sont liées à l'esprit humain. Les psychologues ne travaillent pas tout le temps dans le domaine de la santé mentale.

Le psychologue fait des choses qui aident l'esprit humain à se concentrer, y compris la motivation. Ils aident également à concevoir des produits sûrs et utiles. De plus, ses connaissances donnent lieu à diverses stratégies utilisées pour les entreprises sur la façon d'influencer les clients.

3. Connaissiez-vous Clinomania ?

Selon la psychologie humaine, la clinomanie est une tendance d'un individu à rester au lit toute la journée. Les personnes atteintes de clinomanie n'ont aucun trouble du sommeil. Leurs habitudes de sommeil sont simples. Ils ne se sentent pas mal quand l'alarme les réveille. Ce qui les fait se sentir mal, c'est de se lever du lit. Ce trouble n'est pas lié au sommeil.

C'est un trouble anxieux. La personne n'a aucune intention de se réveiller. S'ils le souhaitent, ces personnes peuvent s'accrocher à leur lit toute la journée sans en sortir. C'est aussi l'un des faits de la psychologie humaine qui nous surprend.

4. Faire des choses qui vous font peur vous rend plus heureux

Selon le psychologue, faire des choses qui vous font flipper conduit à des résultats exceptionnels. Comme il y a le nombre optimal de stress pour l'apprentissage et la croissance, de même, une certaine peur vous pousse à avoir des performances plus élevées.

Par conséquent, il y a aussi une citation, "Faites une chose chaque jour qui vous fait peur." La peur signale toujours les conséquences auxquelles vous serez confronté. Par conséquent, il exerce un effort pour des performances élevées. Ces faits sur la psychologie humaine comprennent la plupart des informations inédites sur l'esprit.

5. Votre sens de l'habillement est lié à votre humeur

Saviez-vous que la façon dont vous vous habillez détermine votre humeur ? Ce n'est pas seulement la couleur que vous choisissez de porter. Cela dépend aussi de la façon dont vous vous habillez. Bien s'habiller maintient l'humeur et les émotions de votre esprit stables. De même, les émotions et les souvenirs attachés à nos vêtements peuvent évoquer des choses agréables ou pires lorsque nous les portons.

Votre sens de l'habillement affecte également votre personnalité et montre qui vous êtes. Cela peut améliorer votre humeur, votre style de caractère et votre réflexion envers l'autre personne. Les gens qui portent des vêtements clairs et qui sont bruyants sont des extravertis. Toutes ces conclusions et jugements dépendent de la façon dont vous les portez.

6. Vos souvenirs peuvent être facilement manipulés

Habituellement, les faits, suggestions, idées et autres informations liées à la plupart des événements peuvent manipuler nos souvenirs. Selon l'étude, dans un laps de temps de 3 heures, votre esprit peut être convaincu à tort que vous avez commis un crime au cours de votre adolescence.

Cependant, nous avons aussi le contrôle sur nos souvenirs. Selon l'étude, nous pouvons contrôler nos impulsions cérébrales et signaler de faire ou de ne pas faire certaines choses. Par conséquent, cela dépend de la façon dont vous laissez les autres manipuler votre mémoire ou la gérer vous-même. Ce sont des faits inédits et inconnus sur la psychologie humaine qui changeront notre perspective de pensée.

7. Votre esprit a toujours tendance à enfreindre les règles strictes

Selon la psychologie humaine, le phénomène de réactance affecte souvent le point de vue des gens sur les règles. Les esprits humains ne veulent pas seulement détruire les règles, mais aussi faire plus que cela. Ceux-ci font partie des faits psychologiques. Vous savez que la plupart des adolescents utilisent souvent le téléphone en classe et mâchent des chewing-gums pendant les cours.

8. Avoir un plan B peut ruiner votre plan A

Nous essayons souvent de mettre un plan de sauvegarde pour nos objectifs futurs ou quoi que ce soit dans la vie de tous les jours. Selon la recherche, une série d'expériences a révélé que les personnes qui ont préparé un plan de sauvegarde avant de faire la tâche ont fait moins bien que celles qui n'ont pas fait de plan B. Garder un plan de sauvegarde est assez bon, mais se concentrer davantage sur le plan B plutôt que sur A. peut ruiner vos objectifs.

9. Les tests aident l'esprit humain à mieux se souvenir

Les tests peuvent être un outil efficace pour le processus d'apprentissage. Selon l'étude, tout individu se souvient mieux lorsqu'il est testé ou examiné plutôt que d'étudier seulement. Donc, avant d'aller passer des examens, il vaut mieux se faire tester. Il peut également être efficace de mémoriser.

10. Pleurer peut être bénéfique

Selon les psychologues, les personnes qui pleurent quand elles en ont envie peuvent réduire le stress et l'anxiété. Votre esprit sera soulagé une fois que vous aurez ôté votre fardeau en pleurant. Cela pourrait même aider votre corps à rester en bonne santé en raison de la réduction du stress.

11. La dépendance aux réseaux sociaux est un schéma psychologique

Si vous êtes accro aux réseaux sociaux, c'est le résultat de phénomènes psychologiques. Vous devez avoir fait l'expérience de perdre votre temps précieux à simplement faire défiler vos histoires et vos flux sur les réseaux sociaux. Cela se produit lorsque votre cerveau ne reçoit aucun signal d'arrêt.

12. Les gens deviennent souvent obsédés par les choses que vous n'avez pas

Vous avez peut-être eu envie de quelque chose qui vous manque ou n'a pas. L'argent est l'un des meilleurs exemples. Selon la psychologie, le cerveau humain est sensible à la pénurie et ressent constamment ce que vous n'avez pas. Réaliser quelque chose qui vous manque rend votre cerveau plus créatif.


Un problème est survenu lors de la fourniture du contenu que vous avez demandé

Lorsqu'un seul produit ou service du type souhaité est disponible, le consommateur n'aura que deux libertés : la réactance et le refus d'aider les autres. Dans deux études, ils ont trouvé le meilleur ajustement pour le modèle entrelacé. Ainsi, la réactance est un état possédant une force de motivation énorme qui induit des résultats indésirables tels que le désaccord ou la dévaluation. Rapports de recherche en communication, — Les partenaires conjugaux peuvent percevoir des menaces à leurs libertés de la part de leurs conjoints. Dynamisation et attractivité des objectifs Chez Pervin L.

Réactance psychologique : théorie et applications par Jack W. Brehm

Je suppose que même si certains utilisateurs ont pu être incommodés, la véritable force de leur réponse est venue de la menace implicite pesant sur toutes leurs utilisations de la bibliothèque. Examiner le rôle de l'attitude envers la colère. Si, par exemple, je perds ou égare un livre, mon s de se référer ou de lire ce livre est menacé ou perdu, mais psychologique n'a aucun effet sur mes autres libertés.

Fait intéressant, les participants à faible réactance dispositionnelle ont montré les meilleures performances s'ils étaient prêts à travailler dur.


Déclarations éthiques

Conflit d'intérêt

Au nom de tous les auteurs, l'auteur correspondant déclare qu'il n'y a pas de conflit d'intérêts.

Approbation éthique

Toutes les procédures effectuées dans les études impliquant des participants humains étaient conformes aux normes éthiques du comité de recherche institutionnel et/ou national et à la déclaration d'Helsinki de 1964 et ses amendements ultérieurs ou à des normes éthiques comparables. Cet article ne contient aucune étude sur des animaux réalisée par l'un des auteurs.

Consentement éclairé

Le consentement éclairé a été obtenu de tous les participants individuels inclus dans l'étude.


POURQUOI VOUS VOULEZ CE QUE VOUS NE POUVEZ PAS AVOIR

&ldquoVous pouvez&rsquot toujours obtenir ce que vous voulez . . .&rdquo Les Rolling Stones chanteront bientôt ce refrain dans des salles du monde entier, alors qu'ils se lancent dans une tournée de concerts d'un an en août.

Cette chanson, maintenant vieille de plusieurs décennies, aborde une vérité universelle. Voici le reste du refrain :

Vous ne pouvez pas toujours obtenir ce que vous voulez. . .
Mais si tu essaies parfois
Vous pourriez juste trouver
Vous obtenez ce dont vous avez besoin.

Qu'est-ce que vous vouliez vraiment et que vous avez obtenu ? L'affection d'une personne qui était avec quelqu'un d'autre ? Ce travail de rêve ? Le dernier bagel cannelle-raisin happé par le client devant vous ?

Ces scénarios vont de triviaux à potentiellement bouleversants, mais ils ont tous un point commun :

QUAND VOUS N'OBTENEZ PAS CE QUE VOUS VOULEZ, VOUS LE VOULEZ ENCORE PLUS.

Voici trois raisons pour lesquelles il en est ainsi :

1. Attention accrue : lorsque quelque chose est difficile à obtenir (ou interdit), vous y prêtez immédiatement plus d'attention. Notez que lorsque vous suivez un régime restreint, vous vous concentrez parfois trop sur ce que vous mangez. Cette attention accrue - qui peut dégénérer en obsession - fait que la nourriture interdite semble très importante. Votre enfant intérieur en profite et essaie de vous convaincre que vous DEVEZ avoir ce chocolat ou cette pizza.

2. Pénurie perçue : lorsqu'une chose est rare ou en quantité insuffisante, sa valeur perçue augmente. Vous le voulez plus parce que vous pensez que les autres le veulent aussi. Si vous avez déjà fait des enchères lors d'enchères ou sur eBay, vous connaissez l'expérience de cette excitation de dernière minute lorsque vous regardez les enchères monter en flèche. Plus il y a de personnes qui enchérissent, plus vous êtes prêt à payer pour l'article. Votre gamin intérieur le veut à tout prix.

3. « Réactance psychologique » : les gens n'aiment pas qu'on leur dise qu'ils peuvent avoir ou peuvent faire quelque chose. C'est lié au fait de ne pas vouloir être contrôlé par les autres, surtout si la situation semble injuste ou arbitraire. La &ldquoréactance&rdquo est à la fois émotionnelle et comportementale.

La partie émotionnelle est votre gamin intérieur qui dit, &ldquoOh ouais ? Je peux&rsquot avoir ce que je veux ? Essayez juste de m'arrêter !&rdquo

La composante comportementale est ce que vous faites à ce sujet, ce qui implique généralement un type de réaction rebelle. Vous voyez cela avec des adolescents dont les parents leur ont interdit de sortir avec certaines personnes. Reactance explique également pourquoi un signe &ldquoWet Paint&rdquo invite toujours les empreintes digitales indésirables sur la surface nouvellement peinte.

La prochaine fois que vous n'obtiendrez pas ce que vous voulez, demandez-vous si l'un des facteurs ci-dessus a influencé votre désir. Si c'est le cas, abandonnez la poursuite. Votre gamin intérieur ne sera pas heureux, mais en fin de compte (selon les mots des Rolling Stones), vous trouverez peut-être que vous obtenez ce dont vous avez besoin.


Faits intéressants sur la psychologie humaine

Vos fonctions et actions mentales dépendent de qui vous êtes et de la façon dont votre psychologie interprète les choses. Il est fascinant de savoir comment différents humains ont différentes façons de penser.

Voici quelques faits intéressants sur la psychologie humaine

1. La psychologie humaine dépend de la méthode scientifique

La plupart des gens ont un mythe sur la psychologie selon lequel c'est juste du bon sens. La recherche psychologique scientifique réelle a changé la perception de son bon sens non seulement. Les chercheurs utilisent des méthodes empiriques pour étudier différentes questions psychologiques et parvenir à une conclusion.

En utilisant cette méthode, les chercheurs peuvent établir une relation entre diverses variables. Il existe une gamme de techniques pour étudier l'esprit humain et son comportement. Il comprend des études de cas, des expériences, des questionnaires et des observations naturalistes. Ces faits sur la psychologie humaine nous aideront à mieux connaître nos mécanismes mentaux.

2. C'est plus que de la santé mentale

La psychologie est une étude de l'esprit humain, de ses actions et de son comportement. Elle est différente de la santé mentale, même si les deux sont liées à l'esprit humain. Les psychologues ne travaillent pas tout le temps dans le domaine de la santé mentale.

Le psychologue fait des choses qui aident l'esprit humain à se concentrer, y compris la motivation. Ils aident également à concevoir des produits sûrs et utiles. De plus, ses connaissances donnent lieu à diverses stratégies utilisées pour les entreprises sur la façon d'influencer les clients.

3. Connaissiez-vous Clinomania ?

Selon la psychologie humaine, la clinomanie est une tendance d'un individu à rester au lit toute la journée. Les personnes atteintes de clinomanie n'ont aucun trouble du sommeil. Leurs habitudes de sommeil sont simples. Ils ne se sentent pas mal quand l'alarme les réveille. Ce qui les fait se sentir mal, c'est de se lever du lit. Ce trouble n'est pas lié au sommeil.

C'est un trouble anxieux. La personne n'a aucune intention de se réveiller. S'ils le souhaitent, ces personnes peuvent s'accrocher à leur lit toute la journée sans en sortir. C'est aussi l'un des faits de la psychologie humaine qui nous surprend.

4. Faire des choses qui vous font peur vous rend plus heureux

Selon le psychologue, faire des choses qui vous font flipper conduit à des résultats exceptionnels. Comme il existe un nombre optimal de stress pour l'apprentissage et la croissance, de même, une certaine peur vous pousse à avoir des performances plus élevées.

Par conséquent, il y a aussi une citation, "Faites une chose chaque jour qui vous fait peur." La peur signale toujours les conséquences auxquelles vous serez confronté. Par conséquent, il exerce un effort pour des performances élevées. Ces faits sur la psychologie humaine comprennent la plupart des informations inédites sur l'esprit.

5. Votre sens de l'habillement est lié à votre humeur

Saviez-vous que la façon dont vous vous habillez détermine votre humeur ? Ce n'est pas seulement la couleur que vous choisissez de porter. Cela dépend aussi de la façon dont vous vous habillez. Bien s'habiller maintient l'humeur et les émotions de votre esprit stables. De même, les émotions et les souvenirs attachés à nos vêtements peuvent évoquer des choses agréables ou pires lorsque nous les portons.

Votre sens de l'habillement affecte également votre personnalité et montre qui vous êtes. Cela peut améliorer votre humeur, votre style de caractère et votre réflexion envers l'autre personne. Les gens qui portent des vêtements clairs et qui sont bruyants sont des extravertis. Toutes ces conclusions et jugements dépendent de la façon dont vous les portez.

6. Vos souvenirs peuvent être facilement manipulés

Habituellement, les faits, suggestions, idées et autres informations liées à la plupart des événements peuvent manipuler nos souvenirs. Selon l'étude, dans un laps de temps de 3 heures, votre esprit peut être convaincu à tort que vous avez commis un crime au cours de votre adolescence.

Cependant, nous avons aussi le contrôle sur nos souvenirs. Selon l'étude, nous pouvons contrôler nos impulsions cérébrales et signaler de faire ou de ne pas faire certaines choses. Par conséquent, cela dépend de la façon dont vous laissez les autres manipuler votre mémoire ou la gérer vous-même. Ce sont des faits inédits et inconnus sur la psychologie humaine qui changeront notre perspective de pensée.

7. Votre esprit a toujours tendance à enfreindre les règles strictes

Selon la psychologie humaine, le phénomène de réactance affecte souvent le point de vue des gens sur les règles. Les esprits humains ne veulent pas seulement détruire les règles, mais aussi faire plus que cela. Ceux-ci font partie des faits psychologiques. Vous savez que la plupart des adolescents utilisent souvent le téléphone en classe et mâchent des chewing-gums pendant les cours.

8. Avoir un plan B peut ruiner votre plan A

Nous essayons souvent de mettre un plan de sauvegarde pour nos objectifs futurs ou quoi que ce soit dans la vie de tous les jours. Selon la recherche, une série d'expériences a révélé que les personnes qui ont préparé un plan de sauvegarde avant de faire la tâche ont fait moins bien que celles qui n'ont pas fait de plan B. Garder un plan de sauvegarde est assez bon, mais se concentrer davantage sur le plan B que sur A. peut ruiner vos objectifs.

9. Les tests aident l'esprit humain à mieux se souvenir

Les tests peuvent être un outil efficace pour le processus d'apprentissage. Selon l'étude, tout individu se souvient mieux lorsqu'il est testé ou examiné plutôt que d'étudier seulement. Donc, avant d'aller passer des examens, il vaut mieux se faire tester. Il peut également être efficace de mémoriser.

10. Pleurer peut être bénéfique

Selon les psychologues, les personnes qui pleurent quand elles en ont envie peuvent réduire le stress et l'anxiété. Votre esprit sera soulagé une fois que vous aurez retiré votre fardeau de pleurer. Cela pourrait même aider votre corps à rester en bonne santé en raison de la réduction du stress.

11. La dépendance aux réseaux sociaux est un schéma psychologique

Si vous êtes accro aux réseaux sociaux, c'est le résultat de phénomènes psychologiques. Vous devez avoir fait l'expérience de perdre votre temps précieux à simplement faire défiler vos histoires et vos flux sur les réseaux sociaux. Cela se produit lorsque votre cerveau ne reçoit aucun signal d'arrêt.

12. Les gens deviennent souvent obsédés par les choses que vous n'avez pas

Vous avez peut-être eu envie de quelque chose qui vous manque ou n'a pas. L'un des meilleurs exemples peut être l'argent. Selon la psychologie, le cerveau humain est sensible à la pénurie et ressent constamment ce que vous n'avez pas. Réaliser quelque chose qui vous manque rend votre cerveau plus créatif.


POURQUOI VOUS VOULEZ CE QUE VOUS NE POUVEZ PAS AVOIR

&ldquoVous pouvez&rsquot toujours obtenir ce que vous voulez . . .&rdquo Les Rolling Stones chanteront bientôt ce refrain dans des salles du monde entier, alors qu'ils se lancent dans une tournée de concerts d'un an en août.

Cette chanson, maintenant vieille de plusieurs décennies, aborde une vérité universelle. Voici le reste du refrain :

Vous ne pouvez pas toujours obtenir ce que vous voulez. . .
Mais si tu essaies parfois
Vous pourriez juste trouver
Vous obtenez ce dont vous avez besoin.

Qu'est-ce que vous vouliez vraiment et que vous avez obtenu ? L'affection d'une personne qui était avec quelqu'un d'autre ? Ce travail de rêve ? Le dernier bagel cannelle-raisin happé par le client devant vous ?

Ces scénarios vont de triviaux à potentiellement bouleversants, mais ils ont tous un point commun :

QUAND VOUS N'OBTENEZ PAS CE QUE VOUS VOULEZ, VOUS LE VOULEZ ENCORE PLUS.

Voici trois raisons pour lesquelles il en est ainsi :

1. Une attention accrue : lorsque quelque chose est difficile à obtenir (ou interdit), vous y prêtez immédiatement plus d'attention. Notez que lorsque vous suivez un régime restreint, vous vous concentrez parfois trop sur ce que vous mangez. Cette attention accrue - qui peut dégénérer en obsession - fait que la nourriture interdite semble très importante. Votre gamin intérieur en profite et essaie de vous convaincre que vous DEVEZ avoir ce chocolat ou cette pizza.

2. Pénurie perçue : lorsqu'une chose est rare ou en quantité insuffisante, sa valeur perçue augmente. Vous le voulez plus parce que vous pensez que les autres le veulent aussi. Si vous avez déjà fait des enchères lors d'enchères ou sur eBay, vous connaissez l'expérience de cette excitation de dernière minute lorsque vous regardez les enchères monter en flèche. Plus il y a de personnes qui enchérissent, plus vous êtes prêt à payer pour l'article. Votre gamin intérieur le veut à tout prix.

3. « Réactance psychologique » : les gens n'aiment pas qu'on leur dise qu'ils peuvent avoir ou peuvent faire quelque chose. C'est lié au fait de ne pas vouloir être contrôlé par les autres, surtout si la situation semble injuste ou arbitraire. La &ldquoréactance&rdquo est à la fois émotionnelle et comportementale.

La partie émotionnelle est votre gamin intérieur qui dit, &ldquoOh ouais ? Je peux&rsquot avoir ce que je veux ? Essayez juste de m'arrêter !&rdquo

La composante comportementale est ce que vous faites à ce sujet, ce qui implique généralement un type de réaction rebelle. Vous voyez cela avec des adolescents dont les parents leur ont interdit de sortir avec certaines personnes. Reactance explique également pourquoi un signe &ldquoWet Paint&rdquo invite toujours les empreintes digitales indésirables sur la surface nouvellement peinte.

La prochaine fois que vous n'obtiendrez pas ce que vous voulez, demandez-vous si l'un des facteurs ci-dessus a influencé votre désir. Si c'est le cas, abandonnez la poursuite. Votre gamin intérieur ne sera pas heureux, mais en fin de compte (selon les mots des Rolling Stones), vous trouverez peut-être que vous obtenez ce dont vous avez besoin.


Ce que la sécurité psychologique signifie réellement :

Dans un environnement d'équipe, ce que la sécurité psychologique signifie réellement que vous savez que les choses que vous dites et faites ne seront pas utilisées contre vous… tant que vous n'êtes pas malveillant.

Pensez-y comme à l'opposé de ce discours que les flics donnent lorsqu'ils arrêtent quelqu'un, avec une clause supplémentaire "soyez gentil":

Maintenant, l'un des problèmes avec la sécurité psychologique est d'en parler et en fait ayant ce sont deux choses très différentes. Le simple fait de dire aux gens que tout ce qu'ils disent ne sera pas utilisé contre eux ne convainc pas automatiquement les gens que c'est réellement vrai.

C'est pourquoi je pense qu'il est utile de séparer encore plus le terme de sécurité psychologique et d'en parler en termes de confiance.

La différence entre sécurité psychologique et confiance

La différence entre la sécurité psychologique et la confiance

En fin de compte, la sécurité psychologique est la confiance au sein d'un groupe, plutôt qu'entre deux personnes.

Cela signifie que plus le groupe est grand, plus il sera difficile de maintenir la sécurité psychologique. Vous devez avoir confiance en tout le monde dans le groupe afin de pouvoir sortir sur un membre.

Ainsi cadré, ce que signifie pouvoir « prendre des risques » devient un peu plus concret. Parce que nous savons que la confiance se gagne en faisant preuve de trois choses – la capacité, l'intégrité et la bienveillance – bien que seule la bienveillance soit vraiment un facteur décisif. Aucune compétence ou capacité ne peut vous faire faire confiance à quelqu'un qui, selon vous, n'a pas vos intérêts à cœur.

La sécurité de prendre des risques ne signifie pas qu'il est désormais acceptable de faire quoi que ce soit d'horrible, car ce qu'est en réalité la sécurité psychologique, c'est un engagement à se traiter les uns les autres charitablement-dans les deux sens.

Dans un groupe où tout le monde se traite charitablement, les événements suivants se produiront :

  1. Si vous faites une erreur, elle ne sera pas retenue contre vous personnellement.
  2. Si quelque chose ne va pas, vous pouvez le signaler sans qu'il soit utilisé contre vous.
  3. Peu importe d'où viennent les idées tant qu'elles aident l'équipe.
  4. Si vous avez besoin d'aide, vous pouvez la demander sans que les gens se moquent de ça.
  5. Lorsque vous changez d'avis, les gens applaudiront votre humilité intellectuelle plutôt que de l'utiliser contre vous.
  6. Lorsque vous prenez une décision, vous pesez ce qui sera le mieux pour toute l'équipe (et les personnes qui la composent) par rapport à ce qui est le mieux pour vous.
  7. Vous interpréterez également les actions des autres sous leur meilleur jour.

En d'autres termes, si vous voulez qu'un groupe ait une sécurité psychologique, la première chose que vous devez faire est d'amener les gens à se soucier les uns des autres.


Adams, M.J.D., & Umbach, P.D. (2012). Non-réponse et évaluations en ligne de l'enseignement par les étudiants : Comprendre l'influence de la saillance, de la fatigue et des environnements académiques. Recherche dans l'enseignement supérieur, 53, 576–591.

Andreoli, V.A., Worchel, S., & Folger, R. (1974). Menace implicite à la liberté de comportement. Journal de la personnalité et de la psychologie sociale, 30, 765–771.

Arnow, BA, Manber, R., Blasey, C., Klein, DN, Blalock, JA, Markowitz, JC, Rothbaum, BO, Rush, AJ, Thase, ME, Riso, LP, Vivian, D., McCullough, JP , & Keller, MB (2003). La réactance thérapeutique comme prédicteur de résultat dans le traitement de la dépression chronique. Journal de consultation et de psychologie clinique, 71, 1025–1035.

Bélanger, J.J., Schumpe, B.M., Nisa, C.F., & Moyano, M. (2020). Quand le contre-message se retourne contre lui : le rôle de la passion obsessionnelle dans la réactance psychologique. Sciences de la motivation. Publication en ligne anticipée.

Beutler, L.E., Moleiro, C., & Talebi, H. (2002). Résistance en psychothérapie : quelles conclusions sont appuyées par la recherche ? Journal de psychologie clinique, 58, 207–217.

Blascovich, J. (2008). Défi et menace. Dans A. J. Elliot & A. J. Elliot (Eds.), Manuel d'approche et de motivation d'évitement (pp. 431–445). New York : Presse de psychologie.

Brehm, J.W. (1966). Une théorie de la réactance psychologique. Oxford : Presse académique.

Brehm, J.W., & Cole, A.H. (1966). Effet d'une faveur qui réduit la liberté. Journal de la personnalité et de la psychologie sociale, 3, 420–426.

Brehm, S.S., & Brehm, J.W. (1981). Réactance psychologique : une théorie de la liberté et du contrôle. Londres : Academic Press.

Burgoon, M., Alvaro, E.M., Grandpré, J.R., & Voulodakis, M. (2002). Revisiter la théorie de la réactance psychologique : Communiquer des menaces à la liberté d'attitude. Dans J.P. Dillard & M. Pfau (Eds.), Le manuel de persuasion : évolutions théoriques et pratiques. Mille Chênes : Sage Publications, Inc..

Carver, C.S., & Scheier, M.F. (1981). Attention et autorégulation : Une approche de la théorie du contrôle du comportement humain. New York : Springer. https://doi.org/10.1007/978-1-4612-5887-2.

Crano, W.D., Siegel, J.T., Alvaro, E.M., & Patel, N.M. (2007). Surmonter la résistance des adolescents aux appels anti-inhalation. Psychologie des comportements addictifs, 21, 516–524.

D'Mello, S., & Mills, C. (2014). Émotions lors de l'écriture sur des sujets émotionnels et non émotionnels. Motivation et émotion, 38, 140–156.

Darlington, R. B., & amp Hayes, A. F. (2016). Analyse de régression et modèles linéaires : concepts, applications et implémentation. New York : La Presse Guilford.

Dillard, J.P., & Shen, L. (2005). Sur la nature de la réactance et son rôle dans la communication persuasive sur la santé. Monographies de communication, 72, 144–168.

Engs, R., & Hanson, D.J. (1989). Théorie de la réactance : un test avec la consommation d'alcool collégiale. Rapports psychologiques, 64, 1083–1086.

Faul, F., Erdfelder, E., Lang, A.-G., & Buchner, A. (2007). G*power 3 : Un programme d'analyse de puissance statistique flexible pour les sciences sociales, comportementales et biomédicales. Méthodes de recherche sur le comportement, 39, 175–191.

Fritsche, I., Jonas, V., Kessler, T. (2011). Réactions collectives à la menace : Implications pour les conflits intergroupes et pour la résolution des crises sociétales. Questions sociales et examen des politiques, 5(1), 101–136.

Fromm, E. (1941). Échapper à la liberté. Oxford : Farrar & Rinehart.

Haas, I.J., & Cunningham, W.A. (2014). Le paradoxe de l'incertitude : la menace perçue atténue l'effet de l'incertitude sur la tolérance politique. Psychologie politique, 35, 291–302.

Hart, J. (2014). Vers une théorie intégrative de la défense psychologique. Perspectives sur la science psychologique, 9, 19–39.

Hayes, A. F. (2013). Introduction to mediation, moderation, and conditional process analysis. New York : La Presse Guilford.

Hogg, M. A. (2000). Subjective uncertainty reduction through self-categorization: A motivational theory of social identity processes. European Review of Social Psychology, 11, 223–255.

Hogg, M. A. (2007). Uncertainty-identity theory. In M. P. Zanna (Ed.), Avancées de la psychologie sociale expérimentale (Vol. 39, pp. 69–126). San Diego: Elsevier Academic Press.

Hogg, M. A., Meehan, C., & Farquharson, J. (2010). The solace of radicalism: Self-uncertainty and group identification in the face of threat. Journal of Experimental Social Psychology, 46, 1061–1066.

Hogg, M. A., Sherman, D. K., Dierselhuis, J., Maitner, A. T., & Moffitt, G. (2007). Uncertainty, entitativity, and group identification. Journal of Experimental Social Psychology, 43, 135–142.

Kay, A. C., Gaucher, D., Napier, J. L., Callan, M. J., & Laurin, K. (2008). God and the government: Testing a compensatory control mechanism for the support of external systems. Journal de la personnalité et de la psychologie sociale, 95, 18–35.

Kay, A. C., Sullivan, D., & Landau, M. J. (2015). Psychological importance of beliefs in control and order: Historical and contemporary perspectives in social and personality psychology. In M. Mikulincer, P. R. Shaver, E. Borgida, J. A. Bargh, M. Mikulincer, P. R. Shaver, et al. (Eds.), APA handbook of personality and social psychology, volume 1: Attitudes and social cognition (pp. 309–337). Washington: American Psychological Association.

Kay, A. C., Whitson, J. A., Gaucher, D., & Galinsky, A. D. (2009). Compensatory control: Achieving order through the mind, our institutions, and the heavens. Current Directions in Psychological Science, 18, 264–268.

Lienemann, B. A., & Siegel, J. T. (2015). State psychological reactance to depression public service announcements among people with varying levels of depressive symptomatology. Health Communication. Advance online publication, 31, 102–116. https://doi.org/10.1080/10410236.2014.940668.

Mazis, M. B. (1975). Antipollution measures and psychological reactance theory: A field experiment. Journal of Personality and Social Psychology, 31, 654–660.

Miller, C. H., Lane, L. T., Deatrick, L. M., Young, A. M., & Potts, K. A. (2007). Psychological reactance and promotional health messages: The effects of controlling language, lexical concreteness, and the restoration of freedom. Human Communication Research, 33, 219–240.

Missotten, L. C., Luyckx, K., Branje, S., & Van Petegem, S. (2018). Adolescents’ conflict management styles with mothers: Longitudinal associations with parenting and reactance. Journal of Youth and Adolescence, 47, 260–274.

Moreira, P. A. S., Inman, R. A., & Cloninger, C. R. (2021). Reactance and personality: Assessing psychological reactance using a biopsychosocial and person-centered approach. Psychologie actuelle: A Journal for Diverse Perspectives on Diverse Psychological Issues.

Mullin, B., & Hogg, M. A. (1999). Motivations for group membership: The role of subjective importance and uncertainty reduction. Basic and Applied Social Psychology, 21, 91–102.

Preacher, K. J., Rucker, D. D., & Hayes, A. F. (2007). Addressing moderated mediation hypotheses: Theory, methods, and prescriptions. Multivariate Behavioral Research, 42, 185–227.

Quick, B. L., & Bates, B. R. (2010). The use of gain- or loss-frame messages and efficacy appeals to dissuade excessive alcohol consumption among college students: A test of psychological reactance theory. Journal of Health Communication, 15, 603–628.

Quick, B. L., Shen, L., & Dillard, J. P. (2013). Reactance theory and persuasion. In J. P. Dillard & L. Shen (Eds.), The SAGE handbook of persuasion: Developments in theory and practice (2nd ed., pp. 167–183). Thousand Oaks: Sage Publications, Inc..

Quick, B. L., Stephenson, M. T. (2008). Examining the role of trait reactance and sensation seeking on perceived threat, state reactance, and reactance restoration. Human Communication Research, 34(3), 448–476.

Rains, S. A. (2013). The nature of psychological reactance revisited: A meta-analytic review. Human Communication Research, 39, 47–73.

Rast, D. I., Hogg, M. A., & Giessner, S. R. (2013). Self-uncertainty and support for autocratic leadership. Self and Identity, 12, 635–649.

Rhodewalt, F., & Comer, R. (1982). Coronary-prone behavior and reactance: The attractiveness of an eliminated choice. Personality and Social Psychology Bulletin, 8, 152–158.

Rosenberg, B. D., & Siegel, J. T. (2016). The effect of inconsistency appeals on the influence of direct-to-consumer prescription drug advertisements: An application of goal disruption theory. Journal of Health Communication, 21, 217–227.

Rosenberg, B. D., & Siegel, J. T. (2018). A 50-year review of psychological reactance theory: Do not read this article. Motivation Science, 4, 281–300.

Rotter, J. B. (1966). Generalized expectancies for internal versus external control of reinforcement. Psychological Monographs: General and Applied, 80, 1–28.

Schüz, N., Schüz, B., & Eid, M. (2013). When risk communication backfires: Randomized controlled trial on self-affirmation and reactance to personalized risk feedback in high-risk individuals. Health Psychology, 32, 561–570.

Shen, L. (2010). Mitigating psychological reactance: The role of message-induced empathy in persuasion. Human Communication Research, 36, 397–422.

Shen, L. (2011). The effectiveness of empathy-versus fear-arousing antismoking PSAs. Health Communication, 26, 404–415.

Sherman, D. K., Hogg, M. A., Maitner, A. T. (2009). Perceived polarization: Reconciling ingroup and intergroup perceptions under uncertainty. Group Processes & Intergroup Relations, 12(1), 95–109.

Sittenthaler, S., Steindl, C., & Jonas, E. (2015). Legitimate vs. illegitimate restrictions – a motivational and physiological approach investigating reactance processes. Frontiers in Psychology, 6, 632.

Smith, J. R., Hogg, M. A., Martin, R., Terry, D. J. (2007). Uncertainty and the influence of group norms in the attitude-behaviour relationship. British Journal of Social Psychology, 46(4), 769–792.

Steindl, C., Jonas, E., Sittenthaler, S., Traut-Mattausch, E., & Greenberg, J. (2015). Understanding psychological reactance: New developments and findings. Zeitschrift fur Psychologie Mit Zeitschrift fur Angewandte Psychologie, 223, 205–214.

Straszewski, T., & Siegel, J. T. (2018). Positive emotion infusions: Can savoring increase help-seeking intentions among people with depression? Applied Psychology: Health And Well-Being.

Tabachnick, B. G., & Fidell, L. S. (2019). Using multivariate statistics. Boston: Allyn & Bacon/Pearson Education.

Thrasher, J. F., Swayampakala, K., Borland, R., Nagelhout, G., Yong, H., Hammond, D., et al. (2016). Influences of self-efficacy, response efficacy, and reactance on responses to cigarette health warnings: A longitudinal study of adult smokers in Australia and Canada. Health Communication, 31, 1517–1526.

Tomaka, J., Blascovich, J., Kelsey, R. M., & Leitten, C. L. (1993). Subjective, physiological, and behavioral effects of threat and challenge appraisal. Journal of Personality and Social Psychology, 65, 248–260.

van Prooijen, J. (2016). Sometimes inclusion breeds suspicion: Self-uncertainty and belongingness predict belief in conspiracy theories. European Journal of Social Psychology, 46, 267–279.

Wicklund, R. A., Slattum, V., & Solomon, E. (1970). Effects of implied pressure toward commitment on ratings of choice alternatives. Journal of Experimental Social Psychology, 6, 449–457.

Wortman, C. B., & Brehm, J. W. (1975). Response to uncontrollable outcomes: An integration of reactance theory and the learned helplessness model. In L. Berkowitz (Ed.), Avancées de la psychologie sociale expérimentale (Vol. 8). New York : Presse académique.

Wright, R. A., Agtarap, S. D., & Mlynski, C. (2015). Conversion of reactance motives into effortful goal pursuit: Implications of Brehm’s theory of motivation intensity. Zeitschrift fur Psychologie Mit Zeitschrift fur Angewandte Psychologie, 223, 267–276.


This technique employs someone who people already trust to testify about the product or message being sold. The technique goes back to the earliest days of advertising when satisfied customers might be shown describing how a patent medicine cured their life-long battle with “nerves” or how Dr. Scott’s Electric Hair Brush healed their baldness (“My hair (was) falling out, and I was rapidly becoming bald, but since using the brush a thick growth of hair has made its appearance, quite equal to that I had before previous to its falling out,” reported a satisfied customer in an 1884 ad for the product). Similarly, Kodak had Prince Henri D’Orleans and others endorse the superior quality of their camera (“The results are marvellous[sic]. The enlargements which you sent me are superb,“ stated Prince Henri D’Orleans in a 1888 ad).

Celebrity endorsements are a frequent feature in commercials aimed at children. The practice has aroused considerable ethical concern, and research shows the concern is warranted. In a study funded by the Federal Trade Commission, more than 400 children ages 8 to 14 were shown one of various commercials for a model racing set. Some of the commercials featured an endorsement from a famous race car driver, some included real racing footage, and others included neither. Children who watched the celebrity endorser not only preferred the toy cars more but were convinced the endorser was an expert about the toys. This held true for children of all ages. In addition, they believed the toy race cars were bigger, faster, and more complex than real race cars they saw on film. They were also less likely to believe the commercial was staged (Ross et al., 1984).


There was a problem providing the content you requested

Where only one product or service of the desired kind is available, the consumer will have only two freedoms: Reactance and the unwillingness to help others. In two studies they found the best fit for the intertwined model. Thus, reactance is a state possessing a tremendous motivational force that induces undesirable outcomes such as disagreement or devaluation. Communication Research Reports, — Marital partners may perceive threats to their freedoms from their spouses. Energization and goal attractiveness In Pervin L.

Psychological Reactance: Theory and Applications by Jack W. Brehm

My guess is that while some users may have been inconvenienced, the real strength of their response came from the implied threat to all their uses of the library. Examining the role of attitude toward anger. If, for example, I lose or misplace a book, my s to refer to or read that book is threatened or lost, but psychollgical is no effect on any of my other freedoms.

Interestingly, participants low in dispositional reactance showed the best performance if they were primed to work hard.


Contenu

Susan Fowler, an author writes "Beware that such strategies [of reverse psychology] can backfire. Children can sense manipulation a mile away." She instead recommends leading by example. [4]

The psychology professor John Gottman advises against using reverse psychology on teens, with the presumption that they will rebel, stating that "such strategies are confusing, manipulative, dishonest, and they rarely work". [5]

Reverse psychology is often used on children due to their high tendency to respond with reactance, a desire to restore threatened freedom of action. Some parents feel that the best strategy is sometimes reverse psychology: telling children to stay in the house when you really want them to choose to go outside and play. [6] [ vérification échouée ] Questions have however been raised about such an approach when it is more than merely instrumental, in the sense that "reverse psychology implies a clever manipulation of the misbehaving child" [7] and nothing more. [ vague ]

Closely associated with reverse psychology in psychotherapy is the technique of "the Paradoxical intervention. This technique has also been called 'prescribing the symptom' and 'antisuggestion ' ". [8] The therapist frames their message so that resistance to it promotes change. [9]

Such interventions "can have a similar impact as humor in helping clients cast their problems in a new light. By going avec, not against, the client's resistance, the therapist makes the behavior less attractive". [10] This is referred to as reframing. This means pretending to agree with clients thoughts and beliefs to reaffirm them out loud to make the clients themselves realize their fallibility. [11]

Some people value things or people more if those things or people are unavailable to them or who pretend to be unavailable: they want what they can't have. [12] However, being emotionally unavailable to one's partner will damage the health of a long-term romantic relationship. [13]

"In a world where it is expected that all things should be available . less availability" has emerged as a new selling point: "by engaging in such a restricted anti-marketing ploy the brand has won kudos". [14] The result can be "what the Japanese call a secret brand . no regular retail outlets, no catalog, no web presence apart from a few cryptic mentions . people like it because it's almost impossible to find". [15] Such an example of a brand is Cayce Pollard's "The Gabriel Hounds". [16]

Theodor Adorno and Max Horkheimer characterized the effect of the culture industry as "psychoanalysis in reverse". Their analysis began with the dialectic which operated in Germany when heirs of the Romantic movement became seekers of "Strength through Joy", only to have their movement co-opted by a combination of the mass media and National Socialism. A modern example begins with the "fitness and jogging" boom in the United States in the 1970s. The "running craze" at the Boston Marathon and in California, dialectically, was the thesis that one did not have to be "Rocky" in a sweaty gym to be physically fit, and that body acceptance was the key to effective aerobic training. The culture industry responded to the thesis with major advertising campaigns from Calvin Klein and others, using images featuring exceptionally toned models. People compared themselves to these models, which created a sense of competition, and many high school students avoid jogging because of the resultant body shame.

The culture industry mass-produces standardized material. This would not be dangerous if the material was meaningless, but it frequently offers and reinforces ideals and norms representing implied criticism of those who fail to match up. Empirical studies show that mass culture products can lower confidence and self-esteem, and cause humiliation among men and women whose particular characteristics fall outside the normalised range for appearance, behaviour, religion, ethnicity etc. Similarly, advertising frequently seeks to create a need to buy by showing differences between réel et ideal situations. The intention is usually to induce dissatisfaction with the present situation and to induce expectations of satisfaction through the acquisition of products which will transform the actual reality into the idealized reality. Hence, if the peer group buys, all those who cannot afford the products will feel additional unhappiness and frustration until they eventually join the group. Thus, sometimes the process of advocacy for the one outcome intends to produce the opposite outcome as the motivation for purchase.

However, more often than not, the cause and effect are unintended. Marxist logic applied to the culture industry indicates that it is, en soi, a dialectic in which declining profit margins and increasing costs make investors anxious for "sure things". Repeating winning formulas and stereotyping create the lowest common denominator products with the lowest costs. But the less creative the input, the more likely it becomes that roles will be cast in ways which match, rather than challenge, common prejudices which can inadvertently (or quite deliberately) damage the esteem of those in the marginalized groups. [17] [18] [ page nécessaire ]

Classic examples of reverse psychology in popular culture include a large, bright red button with a sign next to it saying "Do not push", or a sign saying "Jump at your own risk".

There are numerous examples of reverse psychology in fiction, cinema, and cartoons, including William Shakespeare's Jules César where Mark Antony uses reverse psychology to get the townspeople to cause a riot. Mark Antony pretends to side with Brutus by complimenting his deeds which have led to Caesar's murder, while actually inciting the crowd's anger. [19]

In one of Joel Chandler Harris's Uncle Remus stories, Br'er Rabbit escaped from Br'er Fox by repeatedly pleading "Please, Br'er Fox, don't fling me in that briar patch." "The fox did so, which allowed the rabbit to escape: The Rabbit used 'reverse psychology' to outsmart the Fox." [20]

In Edgar Allan Poe's The Cask of Amontillado, Montresor uses reverse psychology to persuade Fortunato to enter his vaults. [21] He says that Fortunato is too tired and should get some rest and that he should find someone else to help him with his wine tasting problem. Montresor knew that Fortunato would disagree and insisted on entering the vault, leading him into his death by immurement.

The Swedish fictional character Alfie Atkins uses reverse psychology in the children's book You're a Sly One, Alfie Atkins! from 1977. [22] He exaggerates his own childishness in order to convince his older cousins to sit at the grown-up table.

In the 1988 film Who Framed Roger Rabbit, Eddie Valiant, in order to save Roger from being executed by Judge Doom, tricks him into drinking liquor (which Roger is allergic to) by using reverse psychology.

In the 1992 Disney film Aladdin, the titular character, upon freeing the Genie from the lamp, uses reverse psychology to trick the Genie into freeing him from the Cave of Wonders, without using one of his 3 wishes to do so.


Déclarations éthiques

Conflit d'intérêt

Au nom de tous les auteurs, l'auteur correspondant déclare qu'il n'y a pas de conflit d'intérêts.

Ethical Approval

All procedures performed in studies involving human participants were in accordance with the ethical standards of the institutional and/or national research committee and with the 1964 Helsinki declaration and its later amendments or comparable ethical standards. This article does not contain any studies with animals performed by any of the authors.

Informed Consent

Informed consent was obtained from all individual participants included in the study.


Voir la vidéo: Elle Dit: Jai Un Copain. Et Tu Dis..Comment répondre quand la fille te dit quelle a un copain (Décembre 2021).