Informations

Chercher des soins de santé mentale : faire le premier pas effrayant

Chercher des soins de santé mentale : faire le premier pas effrayant

Malgré une acceptation et une sensibilisation croissantes du public, il existe toujours une stigmatisation associée à la recherche d'aide auprès de professionnels de la santé mentale. Bien que le dépistage et le traitement de la santé mentale puissent améliorer considérablement la qualité de vie d'une personne, il y a souvent encore une très forte résistance à l'idée.

Les gens peuvent avoir peur d'être « fous » ou que les autres les méprisent pour cela. Ils peuvent avoir une peur irrationnelle d'être enfermés. La vérité est que la recherche d'une aide professionnelle est un plan d'action approprié dans de nombreuses situations.

Si vous résistez à demander de l'aide en santé mentale, il y a quelques choses qui peuvent vous aider à aller de l'avant.

Découvrez pourquoi vous êtes réticent

Certaines personnes peuvent indiquer des choses très spécifiques qui leur enseignent qu'elles ne devraient pas s'engager dans la recherche d'aide en santé mentale, mais d'autres personnes n'ont qu'une résistance forte et inconsidérée à l'idée. Si votre esprit évite automatiquement de penser à cette possibilité, demandez-vous pourquoi. Avez-vous peur de la façon dont vous serez vu? Êtes-vous préoccupé par l'idée d'être mis sur des médicaments qui vous affecteront négativement? Une fois que vous avez compris pourquoi vous êtes opposé à l'idée, vous pouvez aller de l'avant.

Utiliser les lignes d'aide anonymes

Il existe un certain nombre de lignes d'assistance anonymes où des conseillers qualifiés peuvent aider les personnes en détresse ou suggérer des moyens de gérer les problèmes de santé mentale. Bien que les lignes directes pour le suicide soient les plus connues, il y en a d'autres qui vous aideront à comprendre les services de santé mentale et vous mettront en contact avec les organisations dont vous avez besoin. Il n'y a aucune pression à appeler une hotline anonyme, et vous constaterez que cela peut vous rendre beaucoup plus enclin à parler de l'obtention de l'aide dont vous avez besoin.

Arrêtez d'utiliser un langage péjoratif

Beaucoup de gens qui ont peur de demander de l'aide pour une maladie mentale parlent de manière désobligeante de ceux qui le font. Ils utilisent des mots tels que « fou », « psychotique » ou « poubelle folle ». Non seulement cela fait honte aux personnes qui pourraient écouter, mais cela crée également une distance entre eux et quelque chose qui pourrait potentiellement les aider. Lorsque vous vous surprenez à vous traiter de fou ou à quelqu'un d'autre, arrêtez-vous. À tout le moins, cela pourrait vous donner une idée de la façon dont vous vous comportez.

Demande autour de toi

Il peut être difficile de trouver un professionnel de la santé mentale qui vous convient. Par exemple, si vous faites face à des problèmes liés à des modes de vie alternatifs, à la sexualité ou à des abus, vous voulez vous assurer que vous avez affaire à un professionnel compétent en la matière. Si vos amis ou les membres de votre famille consultent régulièrement un thérapeute, demandez-leur conseil. Si vous sentez que vous ne pouvez pas parler à quelqu'un qui vous connaît, allez en ligne. Beaucoup de gens passent en revue leurs conseillers sur Internet, et cela peut vous aider à trouver quelqu'un qui peut vous aider.

Parlez-en

Exprimez vos peurs avec un ami sympathique. Trouvez quelqu'un que vous connaissez qui est au courant de problèmes comme celui-ci, ou au moins quelqu'un que vous connaissez sera compréhensif. Parfois, cela peut être un bon moyen pour vous de surmonter vos peurs ; d'autres peuvent être en mesure de signaler des choses qui vous manquent. Il peut également être très libérateur de parler à quelqu'un de quelque chose que vous pouvez percevoir comme honteux ou problématique. C'est quelque chose qui peut vous donner le courage dont vous avez besoin pour aller de l'avant.

Demander une entreprise

Si vous faites vos premiers pas vers la recherche d'une aide psychologique professionnelle, vous constaterez qu'il peut même être difficile de sortir. Vous pourriez vous retrouver à retarder le voyage ou à le reporter à plusieurs reprises. Faire ce premier pas est difficile, et parfois, c'est une bonne idée de s'assurer que vous avez un ami qui peut vous aider. Demandez à un ami de vous accompagner lors de votre premier voyage dans un centre de santé mentale. Ils peuvent simplement vous y conduire ou y attendre avec vous. Cela peut être assez réconfortant si vous êtes inquiet ou si vous avez des problèmes d'anxiété. Vos amis veulent être là pour vous, alors n'oubliez pas de les laisser faire.

Tenir un journal

Parfois, les gens ont la mémoire très courte en ce qui concerne leur santé mentale. Ils peuvent avoir une bonne idée et, à certains égards, ils oublient simplement qu'ils en ont déjà eu de mauvaises. C'est une balançoire périlleuse. Ils ne reçoivent pas d'aide lorsqu'ils sont contrariés parce qu'ils manquent de volonté ou de motivation, mais lorsqu'ils se sentent heureux, ils ne reçoivent pas d'aide parce qu'ils sont convaincus qu'ils seront toujours heureux. Tenir un journal qui suit vos humeurs peut vous aider à établir des schémas qui vous aideront à comprendre ce qui se passe. De plus, un journal est une excellente chose à donner à un professionnel de la santé mentale, car il montre où vous avez été et ce que vous avez vécu.

Pensez aux groupes de soutien

Si vous connaissez le domaine dans lequel vous luttez, il peut être avantageux pour vous d'aller à un groupe de soutien. Les groupes de soutien sont souvent animés par des personnes ayant reçu une formation en santé mentale. Dans certains cas, un groupe de soutien est moins intimidant parce que vous pouvez rester en retrait avant de participer et que l'accent n'est pas nécessairement sur vous. Si vous habitez dans une grande ville, les groupes de soutien sont souvent assez nombreux, mais si vous habitez dans une petite ville ou une zone rurale, ils peuvent demander un certain effort pour y assister. N'oubliez pas que la participation à un groupe de soutien est purement volontaire, et que vous pouvez quitter à tout moment de la réunion que vous souhaitez.

Considérez à quoi vous attendre

Les gens sont souvent nerveux à l'idée de demander de l'aide psychologique parce qu'ils ont peur de l'inconnu. Ils peuvent penser que quelqu'un portera un jugement rapide sur leur cas, et ils peuvent craindre de ne pas être en mesure de négocier leurs besoins. Lorsque vous vous présentez à un rendez-vous en santé mentale, on vous demandera de remplir un questionnaire sur vous-même et sur les raisons de votre demande de traitement. Ensuite, un thérapeute vous parlera et, si cela est approprié, présentera ses idées de traitement. Rien de tout cela n'est contraignant et vous êtes autorisé à indiquer vos préférences.

Définir des limites

Certaines personnes ont l'impression d'être complètement impuissantes lorsqu'elles ont affaire à un conseiller. La vérité est qu'à moins que vous ne parliez de faire quelque chose d'illégal ou que vous alliez vous faire du mal, un professionnel de la santé mentale ne peut vous détenir de quelque façon que ce soit, ni vous imposer un traitement. Si vous ne voulez pas prendre de médicaments, vous pouvez définir cela comme limite, et s'il y a des choses qui vous dérangent ou vous perturbent, vous pouvez également définir des limites. Les professionnels de la santé mentale devraient toujours encourager de bonnes limites.

La santé mentale peut être un problème effrayant à traiter, mais en apprendre davantage à ce sujet peut vous rendre beaucoup plus sain et plus heureux.


Les qualifications en assurance-vie peuvent entraver les soins de santé mentale

Sarah Fielding est une rédactrice indépendante qui couvre une gamme de sujets en mettant l'accent sur la santé mentale et les problèmes des femmes.

Nick Blackmer est un vérificateur de faits et un chercheur possédant une vaste expérience dans le domaine de la santé.

Points clés à retenir

  • Un diagnostic de santé mentale peut empêcher les gens d'être admissibles à l'assurance-vie ou d'augmenter leur régime actuel.
  • Certains thérapeutes s'éloignent de la souscription d'assurance, en partie à cause de ce problème.
  • Les patients peuvent faire appel des décisions des compagnies d'assurance-vie en expliquant pourquoi leurs soins de santé mentale sont nécessaires.

Il y a plusieurs années, Djuna Osborne suivait un traitement contre la dépression lorsqu'elle a tenté d'augmenter sa police d'assurance-vie et celle de son mari. En décidant de facturer son assurance maladie pour les séances, il y avait un dossier public de son diagnostic.

En tant que psychothérapeute, elle savait que révéler sa dépression était un risque coûteux. Cependant, au lieu d'augmenter uniquement ses honoraires, la société a refusé l'assurance-vie à Osborne pendant un an.

Osborne est loin d'être la seule personne confrontée à des obstacles ou à la peur d'obtenir une assurance-vie en raison de problèmes de santé mentale. Dans un rapport de juillet 2020, les chercheurs ont découvert que 56% des participants aimeraient plus de clarté sur la façon dont leur expérience de santé mentale affecterait leur candidature. Un autre 86% ont déclaré qu'ils ne savaient pas à qui s'adresser pour obtenir des conseils indépendants sur la déclaration de problèmes de santé mentale dans les demandes d'assurance.

"Je ne sais pas s'ils attendaient que je me suicide ou non, mais mon diagnostic de santé mentale était plus remarquable que n'importe quel problème de santé physique, même si j'étais complètement stabilisé avec un traitement, que je n'avais cessé de travailler, ou eu un congé autorisé ou déposé pour tout type d'invalidité », explique Osborne. "J'étais choqué et en colère qu'il y ait une telle stigmatisation et une incompréhension totale des nuances du diagnostic, du traitement et du fonctionnement de la santé mentale."

Parmi ceux qui ont demandé une assurance-vie et se sont vu refuser la couverture, 68% ont déclaré qu'ils pensaient avoir été injustement discriminés en raison de leur santé mentale, et 52% ont déclaré qu'ils envisageraient de minimiser leur maladie mentale s'ils demandaient à nouveau une assurance. En plus de cela, 54% ont déclaré ne pas avoir reçu d'explication et 52% ont déclaré que la justification de la décision n'était pas claire.


Blogs les plus tendances

Répondez à 4 questions sur l'aide psychiatrique

Avec l'augmentation des maladies cognitives et des problèmes de santé mentale dans le monde, la demande d'emplois d'aide psychiatrique augmente en conséquence. Si vous réfléchissez, lisez la suite

7 étapes pour devenir dermatologue : une carrière en plein essor dans le domaine médical

Les dermatologues fournissent des diagnostics médicaux et des traitements efficaces qui apportent des résultats positifs à de nombreuses personnes. Parce que la dermatologie est l'une des plus compétitives lire la suite

5 raisons pour lesquelles les médecins de famille aiment leur travail

Bien que chaque emploi dans le domaine de la santé ait ses propres avantages, il existe des avantages formidables que vous n'obtiendrez peut-être pas dans d'autres domaines de la médecine comme les médecins de famille. Découvrez pourquoi en savoir plus

Les meilleures compétences que vous devez avoir pour devenir adjoints au médecin

Un assistant médical est un type de soins de santé de niveau intermédiaire avec un revenu élevé cette fois. Ils ne doivent pas être confondus avec un médecin, alors que faut-il lire plus

Top 5 des carrières en soins de santé axées sur les enfants pour les amoureux des enfants

Si vous êtes intéressé par les carrières en santé et que vous aimez passer du temps avec les enfants, les carrières suivantes axées sur les enfants peuvent vous convenir parfaitement. Enfant-Ou en savoir plus

MA vs PCT : 6 différences pour choisir sa carrière

MA vs PCT Vous creusez dans le travail de la santé et réalisez qu'ils ont beaucoup de titres d'emploi qui semblent avoir les mêmes fonctions que l'assistant médical et en savoir plus

Phlébotomiste - Un travail en demande pour les candidats sans diplôme

La phlébotomie joue un rôle important dans les soins de santé modernes. Même si les phlébotomistes ne sont pas tenus d'obtenir un diplôme, ils doivent tout de même obtenir une certification lire la suite

EMT à Paramedic: Comment faire progresser votre carrière médicale

Une certification paramédicale vous donne accès à d'excellentes opportunités d'emploi qu'un emploi EMT ne peut pas. Si vous envisagez de passer d'un EMT à un paramédical, lisez la suite

Évolution de carrière : devriez-vous devenir assistant médical ?

Assistant médical Les assistants médicaux jouent un rôle important en aidant les soins aux patients et en aidant les professionnels de la santé à compléter les tâches administratives et c read more

15 signes que votre travail a compromis votre santé mentale | Travail .

Publié : (il y a 3 jours) 19 juil. 2019 · Recherche d'aide. Si vous pensez que votre santé mentale souffre, veuillez en parler à un professionnel de la santé mentale. Si vous avez des pensées suicidaires, veuillez appeler immédiatement la ligne de vie nationale pour la prévention du suicide au 1-800-273-TALK.

Emplois et carrières pour les personnes atteintes de maladie mentale | SAGE .

Publié : (il y a 8 jours) Pour de nombreuses personnes atteintes d'une maladie mentale, trouver un emploi valorisant les aidera à se rétablir et leur permettra de mener une vie autonome et épanouissante. Chez WISE, nous adoptons une approche ciblée et consultative pour vous rencontrer et trouver l'emploi le mieux adapté à vos besoins. Inscrivez-vous en tant que demandeur d'emploi WISE Obtenez de l'aide avant de commencer à travailler

Offres d'emploi Mft à Corona, CA - Postulez maintenant | Constructeur de carrière

Publié: (il y a 6 jours) Recherchez CareerBuilder for Mft ​​Jobs in Corona, CA et parcourez notre plateforme. Postulez maintenant pour les emplois qui embauchent près de chez vous.

En route vers le rétablissement : Emploi et maladie mentale

Publié : (il y a 3 jours) De nombreuses personnes trouvent que la divulgation de leur maladie mentale a un effet dissuasif sur l'embauche et l'avancement professionnel, même si les aménagements en milieu de travail pour la maladie mentale sont peu coûteux et faciles à mettre en œuvre. La plupart des personnes vivant avec une maladie mentale préfèrent un emploi rémunéré…


Centre Austen Riggs

Par Eric M. Plakun, MD, directeur médical associé et directeur du plaidoyer biopsychosocial

Cet article a été initialement publié dans le numéro d'hiver 2017-18 d'ARC News.

De nombreuses personnes ont eu la malheureuse expérience de se voir refuser une couverture d'assurance pour un traitement de santé mentale qu'elles-mêmes, leur famille et le médecin considèrent comme médicalement nécessaires. Les démentis attrayants peuvent être compliqués, frustrants, déroutants et difficiles à naviguer.

Si vous recevez un refus de votre compagnie d'assurance pour un traitement de santé mentale que vous et votre clinicien traitant jugez médicalement nécessaire, il existe trois outils importants pour maximiser les chances de succès d'un appel :

  1. Utiliser la voix du patient en tant que partie à un contrat contraignant
  2. Anchor fait appel à des ressources tierces
  3. Invoquer la loi de la parité

Utiliser la voix du patient en tant que partie à un contrat juridiquement contraignant pour fournir des soins

Le contrat prend généralement en charge l'accès aux soins médicalement nécessaires, répondant aux normes généralement acceptées. Insistez pour avoir accès aux critères écrits utilisés pour déterminer la nécessité médicale du traitement que vous recherchez et auxquels ils disent que votre cas ne répond pas.

Votre voix et les voix de ceux qui soutiennent votre traitement sont importantes. Vous, les membres de votre famille et vos cliniciens traitants et référents pouvez écrire des lettres expliquant votre besoin de traitement en vous basant, dans la mesure du possible, sur la contestation des raisons spécifiques du refus. L'agent d'assurance qui a vendu la police, un gestionnaire d'avantages sociaux (si votre régime d'assurance en a un) ou le comité d'examen des assurances de votre État (le cas échéant) peuvent également être en mesure de vous aider.

Quelles que soient les actions que vous entreprenez, documentez entièrement toutes les interactions que vous avez avec votre compagnie d'assurance ou l'agence d'examen, y compris les temps d'attente, les références à d'autres numéros de téléphone, etc. Montrez que vous avez la volonté et les moyens de défendre vos droits.

Anchor fait appel à des ressources tierces

La recherche et d'autres points de repère pour étayer les allégations de nécessité médicale sont utiles dans le processus d'appel. Il existe des instruments pour guider les décisions relatives au niveau de soins (comme l'accès à des programmes de soins ambulatoires intensifs ou résidentiels) en utilisant une méthodologie objective, comme le système d'utilisation du niveau de soins (LOCUS) développé par l'American Association of Community Psychiatrists et utilisé dans 26 États et dans plusieurs pays (et disponible en ligne sur : providersearch.mhnet.com/Portals/0/LOCUS.pdf). En outre, les directives de pratique clinique de l'American Psychiatric Association (APA) présentent souvent des éléments de traitement fondés sur des preuves pour de nombreux troubles. Le LOCUS et les lignes directrices de pratique clinique de l'APA peuvent fournir un cadre de référence objectif – en fait, de nombreuses compagnies d'assurance et agences d'évaluation prétendent utiliser les deux pour développer leurs propres critères.

Les recherches actuelles évaluées par des pairs peuvent également ancrer les appels à une base de données probantes pour des types de traitement spécifiques. Comme vous pouvez le lire dans la section « Notre traitement fonctionne-t-il ? » section de notre site Web, Riggs a organisé un vaste corpus de recherches soutenant le type de traitement résidentiel à long terme que nous proposons. Citer des ressources comme celles-ci peut aider à établir un dossier pour un traitement que vous et votre clinicien traitant jugez médicalement nécessaire.

Invoquer la loi de la parité

La Mental Health Parity and Addiction Equity Act (MHPAEA) exige que les limites quantitatives (p. ex., nombre de visites au cabinet, ou de jours d'hospitalisation, etc.) et non quantitatives (p. les soins de santé mentale soient comparables à ceux appliqués à la couverture médicale.

Par exemple, si une compagnie d'assurance maladie déclare qu'une personne souffrant d'un problème de santé mentale ne peut pas recevoir de traitement à moins qu'elle ne cesse de boire, mais continue de couvrir le traitement d'une personne atteinte de diabète qui ne suit pas son régime alimentaire, la police n'est probablement pas conforme à la loi sur la parité. . De même, si un niveau de soins « intermédiaire » comme le traitement résidentiel est exclu, sauf pour ceux qui répondent aux critères d'un traitement hospitalier aigu, mais que des niveaux de soins intermédiaires sont couverts, par exemple, pour les patients victimes d'un AVC qui n'ont plus besoin d'un traitement hospitalier, mais ont besoin d'un niveau de soins pour retrouver la capacité de marcher, de parler et de prendre soin de soi, la politique est probablement non conforme à la loi sur la parité.

Si vous pensez qu'un refus n'est pas conforme à la loi sur la parité, soulevez cette préoccupation dans l'appel. Vous souhaiterez peut-être parler à un avocat familiarisé avec les violations de la loi sur la parité ou au bureau du procureur général de votre État.

Bien que les outils décrits ici n'abordent pas la question plus large de la mise en œuvre complète de la loi sur la parité en santé mentale (cela peut nécessiter des recours collectifs pour ce faire), j'espère qu'ils seront utiles pour les personnes faisant appel des refus d'assurance pour les soins qu'elles et leurs cliniciens traitants croit être médicalement nécessaire. N'oubliez pas que même si le processus est intimidant, n'abandonnez pas les bons outils, le soutien et la persévérance peuvent faire la différence.


Conseillers

Kristen Dale Boice, M.A., LMFT, formée à l'EMDR et au Brainspotting, animatrice certifiée Daring Way™, RYT-200, hôte de podcast Close the Chapter
Kristen apporte une énergie chaleureuse, compatissante et attentionnée à ses clients. Elle se spécialise dans l'amélioration de l'estime de soi, l'aide aux couples et aux familles à résoudre les conflits et à développer de puissantes compétences en communication, des stratégies parentales efficaces, des transitions de vie, le deuil et la perte, la réduction de l'anxiété et la gestion des traumatismes. Plus important encore, elle instille l'espoir, vous aide à créer des possibilités et à développer un sentiment de paix intérieure.

Sa philosophie de conseil est d'écouter sans jugement et d'essayer de comprendre qui vous êtes, de vous accompagner avec compassion et de vous fournir des conseils et des commentaires authentiques en vous accompagnant tout au long du processus de création de solutions. Elle travaille à renforcer et à améliorer les relations. Elle croit que tout le monde veut se sentir aimé, digne, connecté, important et valorisé et c'est là que vous trouvez la guérison et la liberté.

Kristen a obtenu une maîtrise ès arts en thérapie conjugale et familiale, diplômée avec mention de l'Indiana Wesleyan et a reçu son baccalauréat ès arts de l'Université Butler. Elle est thérapeute conjugale et familiale agréée (LMFT), membre de l'American Association of Family and Marriage Therapy (AAMFT), de l'American Counselling Association (ACA) et de l'EMDR International Association (EMDRIA) et une clinicienne formée en EMDR. Elle est également facilitatrice certifiée Daring Way™ (CDWF).

Avant d'entrer dans le domaine du conseil, Kristen était cadre dans une entreprise Fortune 500. Elle est passionnée d'aider ses clients à atteindre leurs objectifs et de présenter des ateliers sur une variété de sujets. Kristen adore être propriétaire de Pathways to Healing Counseling, encadrer d'autres conseillers et les voir grandir.

Rachel L. Hall, MS., LMHC, EMDR et Brain Spotting Formée
Rachel Hall est une conseillère en santé mentale agréée qui fournit des conseils aux adultes et aux familles. Elle sait qu'il peut être difficile de faire les premiers pas pour demander de l'aide et son désir est de marcher aux côtés de chaque personne dans son cheminement vers la compréhension et la liberté. Elle croit que chaque personne a une histoire unique et sait que la compréhension de cette histoire est essentielle au processus thérapeutique. Considérer chaque client comme un individu lui permet d'élaborer un plan qui utilise ses forces et ses talents pour progresser vers ses objectifs de traitement. Rachel travaille avec diligence pour fournir un espace sûr et sans jugement où les clients peuvent faire l'expérience de la croissance personnelle et du bien-être. Elle croit qu'avec les bons conseils et le bon soutien et avec un peu de travail acharné, chaque personne peut réaliser le potentiel que Dieu lui a donné dans la vie.

Rachel utilise de nombreuses techniques de conseil, notamment la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie axée sur les solutions et les stratégies comportementales dialectiques pour aider ceux qui luttent contre l'anxiété, la dépression, le chagrin et la honte, ainsi que d'autres défis. Elle est particulièrement passionnée d'aider ceux qui ont été touchés par un traumatisme à surmonter leurs expériences traumatisantes. En utilisant la thérapie EMDR, Rachel pense que les victimes peuvent devenir des vainqueurs, non plus contrôlées par les souvenirs et les croyances qui les hantent depuis des années.

Elle a obtenu son baccalauréat ès arts du Hanover College, sa maîtrise en orientation scolaire de l'Université Butler et sa certification post-maîtrise en santé mentale communautaire de l'Université Indiana Wesleyan. Elle pratique depuis 2005.

Matthew Stach, M.S., LMHCA, NCC, EMDR et Brainspotting Formé
Matt est motivé par une véritable curiosité pour comprendre le point de vue unique de chaque personne. Il croit qu'une thérapie réussie commence par fournir aux individus un espace pour être authentique et vulnérable. Il considère le conseil comme une conversation sur votre histoire, un processus pour vous donner les moyens de donner un sens à vos expériences. Matt pense que tous les clients ont la capacité de se découvrir et de résoudre des problèmes. Par conséquent, il travaille en collaboration avec des préadolescents, des adolescents, des adultes et des couples pour améliorer la régulation émotionnelle, développer l'acceptation de soi et cultiver des relations épanouissantes. Il soutient également les personnes qui cherchent à se libérer des dépendances.

Matt est un conseiller en santé mentale agréé (LMHCA), un conseiller national agréé (NCC) et un conseiller scolaire agréé. Il est membre professionnel de l'American Counselling Association (ACA). Il a obtenu sa maîtrise en counseling scolaire et en counseling en santé mentale à l'Université Butler. Avant d'obtenir son permis d'exercice, Matt était un père au foyer et a travaillé au soutien du développement des élèves dans l'enseignement public de la maternelle à la 12e année, l'enseignement supérieur, l'éducation des adultes et l'athlétisme intercollégial.

Mary Maas, M.A., LMFTA, EMDR et Brainspotting Formée
Mary est une thérapeute chaleureuse et authentique qui trouve une grande joie à aider les autres à faire face aux défis de la vie. Mary s'efforce d'offrir à ses clients un endroit sûr où ils font l'expérience de l'acceptation et de la compréhension alors qu'ils travaillent à la guérison et à la liberté. Elle vous aidera à explorer les problèmes plus profonds, généralement liés à des blessures relationnelles passées ou à des expériences traumatisantes, qui ont conduit aux symptômes et aux émotions actuels. Le désir de Marie est de raviver l'espoir car elle est capable de voir votre potentiel dans qui vous avez été créé pour être et dans la capacité de Dieu de racheter même les circonstances les plus difficiles.

Son approche est centrée sur le client, car elle vous rencontre là où vous êtes, développant des plans de traitement individualisés qui découlent d'un partenariat client-thérapeute. Mary est très passionnée par le travail avec les couples et les adultes. Avec les couples, elle s'efforce de créer une compréhension mutuelle afin de surmonter la détresse relationnelle, les problèmes de confiance et les difficultés de communication. Avec les adultes, elle se spécialise dans le travail avec ceux qui sont aux prises avec l'anxiété, les problèmes de famille d'origine et une mauvaise image de soi.

Mary a obtenu une maîtrise ès arts en thérapie conjugale et familiale, diplômée avec mention de l'Université Indiana Wesleyan, et a obtenu son baccalauréat ès sciences de l'Université de l'Illinois. Elle est membre de l'American Association of Marriage and Family Therapy (AAMFT) et de l'American Association of Christian Counselors (AACC). Elle et son mari sont mariés depuis plus de 25 ans et ont 5 enfants adultes et adolescents.

Roxie Stone, MS, LCSW, ACSW, LCAC, EMDR et Brainspotting Formées
Roxie est une thérapeute compatissante et sans jugement qui aime vraiment aider les autres à dire leurs vérités, à grandir et à apprendre. Elle marchera avec vous depuis le début où vous pouvez avoir le sentiment d'être dépassé et incapable de faire face à la transformation pour devenir le meilleur de vous-même. En cours de route, elle vous aidera à mieux comprendre vos problèmes, à explorer vos réponses à vos problèmes, à identifier et à revendiquer vos forces, et à acquérir ou revoir des compétences pour vous aider à faire face aux défis de la vie.

Elle voit des adultes et des adolescents plus âgés en thérapie pour traiter des problèmes qui incluent, sans s'y limiter, la dépression, l'anxiété, les traumatismes, les problèmes relationnels, la gestion du stress, les problèmes de limites interpersonnelles, les difficultés de communication, le deuil et la prise en charge. Les gens sont uniques et ont des objectifs différents. Par conséquent, elle pense qu'une approche « taille unique » ne fonctionne pas en thérapie. Elle a de l'expérience et une formation dans les modalités de traitement, notamment la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), la thérapie comportementale dialectique (TCD), la thérapie d'acceptation et d'engagement (ACT) et l'entretien motivationnel.

Elle a plus de 30 ans d'expérience réussie en counseling dans divers milieux de pratique à tous les niveaux de soins. Dans le passé, elle a enseigné à l'Université d'Indiana à Kokomo et est actuellement membre auxiliaire du corps professoral du programme d'études supérieures en santé mentale de l'Université Butler d'Indianapolis. Elle a obtenu un MSW de l'Université d'Indiana et un BA de l'Université DePauw. Elle a également 10 ans d'expérience en gestion dans une entreprise Fortune 500. Roxie est disponible pour des allocutions.

Missy Snyder, MSW, LCSW, EMDR et Brainspotting formées
Missy est une authentique thérapeute qui aborde tous les individus avec gentillesse, sensibilité, respect et sans jugement. Elle sait que faire le premier pas pour demander de l'aide peut être effrayant et comprend le privilège que c'est de marcher aux côtés des gens dans leur cheminement vers la liberté personnelle. Missy est passionnée par l'apport d'un soutien et d'un encouragement authentiques aux personnes qui font face à des problèmes tels que l'anxiété, la dépression, les transitions de la vie, le deuil et les traumatismes. Son désir est que les individus quittent chaque séance de thérapie avec un sentiment d'espoir renouvelé.

La présence compatissante de Missy cultive un espace sûr où les gens se sentent vus, entendus et valorisés lorsqu'ils partagent leurs histoires personnelles. Elle utilise une approche thérapeutique intégrée et aime travailler avec les adolescents, les jeunes adultes et les adultes. Missy encourage les individus à découvrir leurs forces uniques et le but donné par Dieu.

Missy est une assistante sociale clinicienne agréée qui a obtenu son baccalauréat à l'Université d'Indiana Wesleyan et sa maîtrise en travail social à l'Université d'Indiana. Elle pratique en santé mentale communautaire depuis plus de 20 ans et est formatrice en premiers soins en santé mentale. Elle termine sa formation en EMDR et utilise la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie comportementale dialectique et de nombreuses autres techniques thérapeutiques. En outre, Missy est professeure auxiliaire à l'Université Indiana Wesleyan à Marion, Indiana.

Renee Day, MSW, LCSW, EMDR et Brainspotting formées
Renée comprend le courage qu'il faut pour suivre une thérapie et faire confiance à un étranger (qualifié) avec vos luttes. Elle croit que parfois commencer, croire en la possibilité que les choses peuvent s'améliorer ou avoir la force de franchir la porte peut être l'un des plus grands obstacles au changement. Ainsi, à son tour, elle a un grand respect dès le début pour ceux qu'elle rencontre. Elle apporte une présence chaleureuse et un esprit de non-jugement au processus de thérapie et croit profondément en votre cheminement vers la guérison.

Renee a de l'expérience dans le traitement d'une variété de problèmes, notamment l'anxiété, la dépression, la gestion du stress, les traumatismes, les ajustements et les transitions de la vie, la navigation dans les relations, la perte, l'infertilité et l'exploration de la connexion esprit / corps dans les problèmes de santé ou de santé chroniques. Renée comprend que si une formation spécialisée est importante, votre capacité à vous sentir à l'aise et connectée à votre thérapeute l'est tout autant. Renee est passionnée par le fait de vous rencontrer là où vous êtes, de laisser votre objectif guider la discussion sur la thérapie et de maintenir un dialogue ouvert tout au long du processus sur ce qui est utile et ce qui ne l'est pas. Renee croit qu'il faut trouver de l'espace pour l'espoir, le sens, la foi et le sens de l'humour dans le voyage de guérison.

Renee adopte une approche centrée sur la personne tout en utilisant également la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie comportementale dialectique et d'autres techniques fondées sur des preuves. Renée est formée en EMDR et membre de l'Association Internationale EMDR (EMDRIA). Renee est une travailleuse sociale clinique agréée (LCSW) et a travaillé dans le domaine de la santé mentale au cours des 10 dernières années. Renee a obtenu la certification ACORN Criteria for Effectiveness (ACE), ce qui signifie que ses résultats cliniques ont atteint ou dépassé les critères d'efficacité. Renee est titulaire d'un baccalauréat ès arts en psychologie de l'Université Purdue et d'une maîtrise en travail social de l'Université d'Indiana.

Renee est mariée au plus grand fan d'athlétisme Purdue au monde, mère d'un petit garçon très actif et soigneuse de trop de chats. Renee aime boire du café Starbucks pendant son temps libre.

Jason M. Tarnow M.A., LMHC, NCC, EMDR et Brainspotting Formé

Jason croit qu'il faut équiper les gens pour qu'ils découvrent une vie remplie de guérison, d'espoir et de paix. Il se spécialise dans le traitement des troubles liés à l'anxiété, des traumatismes/TSPT, des troubles de l'alimentation, des dépendances et de la dépression. Il aime aider les individus, les couples et les familles.

Jason comprend le pouvoir de connaître vos émotions, comportements, pensées et stratégies d'adaptation actuels et espère vous donner les moyens d'apprendre à vivre la vie que vous désirez. Il sait que vos expériences actuelles ne sont souvent que l'expression extérieure d'une douleur plus profonde que vous avez peut-être portée pendant des années. Jason aime aider à découvrir les causes profondes de cette douleur afin de créer une guérison durable. Il favorise une relation de collaboration avec ses clients et les accompagne pour atteindre de nouveaux paliers de transformation. Jason espère que le résultat de la thérapie pour vous est que vous découvrirez votre valeur innée et extraordinaire.

Jason est un thérapeute EMDR et intègre une variété d'autres interventions thérapeutiques, notamment des techniques de systèmes familiaux internes, somatiques et de Gestalt. Il est également formé en thérapie cognitivo-comportementale et comportementale émotive rationnelle. Jason a obtenu un baccalauréat ès sciences, un baccalauréat ès arts et une maîtrise ès arts en counseling clinique en santé mentale de l'Université Indiana Wesleyan.

Jason est un conseiller agréé en santé mentale (LMHC) et un conseiller national certifié (NCC). Pendant son temps libre, il aime passer du temps avec sa femme et ses enfants.

Liz Howerth, M.A., LMHC, EMDR et Brainspotting Formée (Broad Ripple Office)

Liz a un cœur sincère pour les gens. Sa passion est de fournir un espace sûr, diversifié et inclusif pour tout le monde à table, permettant à chaque client de venir tel qu'il est afin de vraiment trouver la liberté et la guérison dans sa vie.

Elle propose des conseils, des outils et des stratégies pour réécrire les récits de vie, en collaborant avec les clients pour atteindre leurs objectifs sur le chemin de la découverte de soi. En utilisant des techniques basées sur les forces et centrées sur la personne, Liz se spécialise dans l'aide aux clients pour surmonter les traumatismes, la honte, l'anxiété, la dépression, le deuil, la perte, les transitions de vie et les difficultés relationnelles. Elle a une expérience de travail avec des clients aussi jeunes que sept ans jusqu'aux adultes et comprend également les exigences et les défis uniques des athlètes.

Liz earned both her bachelor's degree in Elementary Education and master’s degree in Clinical Mental Health Counseling from Indiana Wesleyan University. She is a licensed Mental Health Counselor (LMHC) trained in Eye Movement Desensitization and Reprocessing (EMDR) and has received specific training with Attachment Theory and Trauma-Focused Cognitive Behavioral Therapy (TF-CBT).

Her counseling background includes private practice, as well as university and school-based settings. She is an Adjunct Professor at Indiana Wesleyan University. Prior to entering the counseling field, Liz was a collegiate athlete and taught abroad in Prague, Czech Republic. She enjoys CrossFit, experiencing other cultures, laughing with friends, and spending as much time outside as possible.

Taylor Ellis, MSW, LSW, EMDR and Brainspotting Trained

Taylor is a warm, compassionate counselor who cultivates a safe environment where teens and young adults can feel known and heard. She seeks to demonstrate grace and patience to clients, knowing that it takes tremendous courage to begin counseling and talk about difficulties you’re experiencing. Taylor is passionate about partnering with her clients to discover the root beliefs and experiences that are connected to current challenges. She recognizes that often times trauma happens within the context of relationships therefore a large part of growth and healing take place in safe relationships. Above all, Taylor believes in God’s ability to bring redemption, restoration, and hope within people’s unique stories

Taylor’s approach is client-centered and strengths-based. She sees each client as an individual, created with unique strengths and gifts that can be utilized in the therapeutic process and built upon moving forward. Taylor cares deeply about helping teens with anxiety, depression, relational difficulties, and trauma. She seeks to help them grow in knowing their inherent worth and value, connect to their emotions, practice vulnerability, and build healthy relationships.

Taylor is a Licensed Social Worker who earned her Masters in Social Work from IUPUI, with a concentration in children, youth, and families. She is completing her EMDR training. Taylor has previously worked as a victim advocate for three years, serving teenage girls who have been trafficked or sexually exploited. In this role, she specialized in providing psychoeducation to teens on values, boundaries, communication, sexual exploitation, healthy dating and friendships, and social media safety. In her free time, Taylor enjoys reading, working out, and spending time with her friends and church community.

Kara Clayton, LCSW, EMDR-Trained, Brainspotting

Kara Clayton is a Licensed Clinical Social Worker with over 13 years' experience in the mental health field. Kara recognizes the courage and strength of each client who seeks counseling. Operating from a client-centered approach and unconditional positive regard for all, she considers it an honor to co-create a therapeutic environment of trust and safety.

Clients describe Kara's therapy style as calm, understanding, non-judgmental, and insightful, and through meeting with her, they feel heard and accepted. The focus and pace of therapy is flexible and based on individual needs and goals. Kara hopes to empower clients to grow and make the changes they desire for their lives.

Kara works with children and adolescents, adults and families, who represent diverse abilities and backgrounds. She works with clients working through depression, anxiety and panic, trauma, grief and loss, addictions, ADHD, relationship and boundary issues, questioning identity and purpose, and life transitions. Kara uses mindfulness and self-compassion to transform barriers such as emotional overwhelm, guilt and shame. Examining self-care routines also serves to create a foundation of wellness. In these ways, clients can simultaneously address both their long-term, big-picture goals along with developing a toolbox of day-to-day strategies for coping with stress and building resilience.

Kara graduated from Purdue University with a bachelor's degree in sociology, and gained a master's degree in social work from Indiana University. She has completed the following trainings: EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), CBT (Cognitive Behavioral Therapy), Motivational Interviewing, Brainspotting and a strengths-based approach.

Chelsea McCloskey, M.A., LMFTA, Brainspotting-Trained

Chelsea has a genuine love and care for others. She specializes in working with teens, couples, and families. Chelsea also has experience working with veterans and their families. Chelsea has a passion for working with those who have experienced grief, trauma, relational distress, intimacy challenges, and families who have a loved one with a disability.

She builds a positive therapeutic relationship by showing empathy, warmth and authenticity. Chelsea fosters an atmosphere of caring, respect, trust and safety. She utilizes a collaborative approach with the client during sessions, encouraging and supporting clients on their journey towards healing and discovery.

Chelsea graduated from Ball State University with a bachelor’s degree in special education with a focus on intense interventions (K-12) and mild interventions (K-6) before working as a middle school teacher for five years with students who had multiple disabilities. Chelsea received her master’s degree in marriage and family therapy from Indiana Wesleyan University. She is Brainspotting Trained.

Kristen Dresbach, LMSW, EMDR-Trained

Kristen is excited for anyone starting therapy and honored to walk alongside you in this process. She understands you are about to start something important in your life. It takes courage to begin the healing journey. Kristen strives to create a safe place for people to feel heard, seen and understood. Her hope is you can come as you are and feel empowered to face whatever may feel daunting or scary.

Kristen is passionate about seeing individuals come to know their worth and value. For anyone who's been through trauma, connecting what you know in your head and in your heart can be a major hurdle. She helps others learn how to engage with their emotions and provides a warm, supportive space to face memories, relationships and emotions that feel too big or scary. She finds EMDR is especially helpful in processing and moving through life's challenges. Kristen enjoys working with teens, young adults and adult individuals.

Kristen graduated from Taylor University with a bachelors in social work before graduating from Indiana Wesleyan with honors earning her masters in social work. She is trained in EMDR and has experience working with kindergarten through college, individuals, and families. Prior to working at Pathways, she worked with college students and in community mental health.

Kristen is married to a high school teacher, and they have one daughter. She loves spending time in the sun with her friends and family. You can often find her outside on a walk or run.


Your struggles are real, your feelings are valid and seeking help does not make you weak

bareWell offers therapy for individuals and families, as well as group therapy services. We are a team of down to earth people, who also happen to be professional, culturally competent, compassionate and dedicated therapists.

At bareWell we understand how overwhelming and scary it can be to start the process of healing. It takes courage and strength to face your struggles and past experiences, especially when it causes you pain, but you don’t have to do it alone anymore. We will meet you where you are, work together to create a secure and trusting alliance and then collaborate with you to figure out how we can best help. We provide a safe, compassionate and judgement free space where you can begin your journey toward healing and growth.

The team at bareWell believes that safe and meaningful relationships are essential to our overall health, and this includes the therapeutic relationship. Through a genuine and safe therapeutic relationship, we will build upon your capacity for developing trusting, healthy and secure relationships in your life. We will work together to help you make sense of your thoughts, feelings and experiences while learning to process and work through overwhelming emotions that have been buried or ignored. In our work together we can also help you learn necessary skills for problem-solving, decision making and to better understand your passions and life goals. Whatever you are facing we are with you throughout your journey.

We know life gets super busy and days can be stretched thin, between work, family, and other important commitments. Don’t put your mental health last on the “to do list” anymore. We offer evening, weekend, and daytime appointment times to try and accommodate your busy schedule.

We also recognize the impact finances can have on people taking the next step. That’s why we offer reduced fee options for clients in need. Don’t wait to take the next step, schedule your free consultation and intake screening today.


Office for Professional Mental Health

The Office for Professional Mental Health is designed to meet the needs of Penn State College of Medicine professionals with compassion, honesty and confidentiality. All issues are taken seriously – no problem is “too small” to talk about.

The office is now offering a wide range of virtual services. See details here.

Training and working in the area of health care is one of the most gratifying career paths however, life as a health care provider can add significant amounts of distress during a crisis such as COVID-19. During these times, individuals may find it helpful to have additional support and encouragement. The office is available to provide assistance and guidance to achieve academic and professional success. See COVID-19 self-care tips here.

Jump to topic

Chercher

Commitment to Social Justice

There can never be enough voices in support of empathy or too many speaking out against hatred, bigotry and racism.

The Office of Professional Mental Health believes in the collective power of social justice and stand with those, including Penn State College of Medicine students, residents, physicians and faculty, who have been oppressed, marginalized and misunderstood.

The Office for Professional Mental Health remains a space of hope and healing for all in need.

Email the office to join the Allyship Support Group:

Crisis Resources

Help in mental health emergencies

Office of Professional Mental Health providers work on an appointment basis, but in most instances, providers should be able to respond to a mental health emergency during business hours. If a particularly urgent situation (suicidal thoughts, assault, extreme panic) presents itself during these hours, contact the office and indicate the need for immediate attention. The office will then make every effort to respond promptly.

24/7/365 options for crisis situations include:

  • Penn State Crisis Line: 877-229-6400
  • Crisis Text Line: Text “LIONS” to 741-741
  • Dauphin County Crisis Intervention: 717-232-7511
  • YWCA/Rape Crisis and Domestic Violence Services: 717-238-7273
  • TrevorLifeline for LGBTQ Youth: 1-866-488-7386
  • National Suicide Prevention Lifeline: 800-273-8255
  • Veterans’ Crisis Line: 800-273-8255
  • Physician Support Line: 888-409-0141 and physiciansupportline.com

The Penn State Crisis Line is an extension of the services offered by the Office of Professional Mental Health. Reports from calls made to this crisis line are received by the office.

Those experiencing a life-threatening emergency should call ext. 8888 if on campus, and 911 for off-campus emergencies, or go to the nearest emergency room.

Red Folder Guide

The “Red Folder” guide was produced by Penn State’s Student Affairs/Counseling and Psychological Services and Commonwealth Fee Board, and updated with Hershey-specific information by the Office for Professional Mental Health at Penn State College of Medicine.

The folder is a quick-reference guide to help faculty, staff and students recognize, respond to and refer to those in distress, especially students.

Mental Health and Counseling Services

The Office for Professional Mental Health provides counseling services free of charge to the following groups:

  • College of Medicine graduate, MD and PA students
  • Penn State Health Milton S. Hershey Medical Center medical residents and fellows
  • Penn State Health Milton S. Hershey Medical Center physicians
  • College of Medicine faculty

Appointments are scheduled and based on counselor availability. Counselors offer flexible appointment times, which include evening availability. The office encourages everyone to come in and talk, even if they are not sure that counseling is what they need. During the initial meeting, participants will develop a course of action with their counselor.

In addition to students on campus in Hershey, services are also available to Penn State College of Medicine MD students enrolled in the University Park Curriculum. Students in the University Park Curriculum may access services from providers by coming to the Hershey campus and/or making appointments when members of the Office for Professional Mental Health visit University Park for outreach programing. After an initial intake, teletherapy services may be used by these students. Additionally, students at University Park may make use of the Counseling and Psychological Services at University Park.

When referrals are made to mental health providers outside of the Office for Professional Mental Health, these service are normally covered under the provision of the student or employee’s health insurance policy.

There are many concerns that may lead someone to seek support from the Office of Professional Mental Health:

  • Mood disorders, such as depression and bipolar disorder
  • Anxiety
  • Adjustment to the College of Medicine (medical school)
  • Interpersonal/relationship difficulties
  • Personal or family crisis
  • Grief and loss
  • Academic performance and motivation
  • Personal growth and development
  • Anger problems
  • Sexualité
  • Identity development and issues related to diversity
  • Spirituality concerns
  • Eating behaviors and body image
  • Alcohol and substance use concerns, relapse prevention
  • Trauma/assault

Providers within the Office for Professional Mental Health strive to uphold strict confidentiality. As such, all information shared during counseling is confidential. No one outside of the office may have access to the specifics of sessions without the written consent of students, except in situations where there is a threat or danger to life. Records are not a part of the student’s academic file.

The most common clinical services in the Office for Professional Mental Health include:

  • Individual counseling
  • Couples counseling
  • Psychiatric evaluation and medication management
  • Brief case management (providing referrals to other agencies and assisting with accessing resources in the community)

Short-term, goal-directed counseling is available to all whose concerns that fall within the Office for Professional Mental Health’s scope of practice. The majority of clients will finish their individual counseling within 16 sessions or less. In the rare instances in which longer-term services are needed, the Office for Professional Mental Health must be able to accommodate the current demand. No formal limit of services is set, and those seeking services will receive appointments, referrals and consultation based on student need and service availability.

There are many benefits to counseling, including improved relationships with friends and family, better ability to manage stress, and increased academic success.

Psychiatric evaluation and medication management is provided primarily by Dr. Martha Peaslee Levine. These services are available to the following groups:

  • College of Medicine graduate, MD and PA students
  • Penn State Health Milton S. Hershey Medical Center medical residents and fellows

Those learners who are unable to meet with Dr. Levine because of her role in their education and are in need of psychiatric services will be referred to Pennsylvania Psychiatric Institute (PPI) Division Street Clinic. Psychiatric providers at this location are not involved in education and will not create educational conflicts for students or trainees.

The Office for Professional Mental Health strives to provide as many clinical services as possible. However, because some services take tremendous personnel resources, present a conflict of interest, are beyond the scope of the group’s mission or require specialization, there are some services not provided, including:

  • Services to alumni
  • Services to students enrolled at Penn State’s Commonwealth Campuses or World Campus
  • Clinical services to staff
  • Specialty care
  • Intensive substance-abuse treatment
  • Intensive outpatient treatment
  • Testing for learning disabilities and/or attention deficit and hyperactivity disorder
  • Assessment and documentation for service or emotional support animals
  • Forensic evaluations
  • Neuropsychological evaluations
  • Court-ordered treatment or treatment that is the stipulation of probation
  • Fitness for Duty evaluations required by the Academic Progress Committee or other College of Medicine/Hershey Medical Center entity
  • Evaluations for attorneys or courts related to difficulties such as alcohol infractions (par exemple., driving under the influence) or other domestic matters such as parents seeking custodial authority of a student
  • Services to those who are not medically stable or require intensive medical treatment
  • Services to those with a desire to be seen more frequently than the Office for Professional Mental Health resources can provide (par exemple., more than weekly), or on a long-term basis
  • Services to those for whom a short-term treatment model (par exemple., up to 16 sessions) would be detrimental or inappropriate to the diagnosis or clinical issues
  • Services for those who needs fall outside of the clinical expertise of Office for Professional Mental Health staff
  • Services for those who engage in inappropriate, harassing, menacing, threatening or violent behaviors toward Office for Professional Mental Health staff

All students, residents/fellows, physicians, and faculty seeking services will receive an initial appointment. Additional appointments (extended assessment, second opinion, etc.) may be needed to determine the appropriateness of services. After the assessment is concluded, a decision will be made about whether or not the needs fall within the role and scope of the Office for Professional Mental Health. If a need does not fall within the role and scope of the Office for Professional Mental Health, the office will work with the person requesting support to help them access necessary resources within the community.

The Office of Professional Mental Health is working primarily remotely due to COVID-19 but is still available.

Virtual service overview

  • Services are offered via telephone and Zoom.
  • Contact a provider to schedule an appointment.

Outreach Programming

PMH staff can join your group for Zoom-based education, training or discussion. Please contact us via email with your request.

Drop-In Support Options

  • PSU Counseling and Psychological Services (CAPS) at University Park is offering a twice-daily drop-in support opportunity for all Penn State students at all campuses in its “Virtual Life Hacks” series. These run weekdays at 10 a.m. and 3:30 p.m. for one hour, and include a 20- to 25-minute presentation about transitions, stress management and coping skills associated with COVID-19, and small-group discussions. It is designed for all students, both undergrad and graduate, and run by CAPS staff. This is not a therapy group. See details here.

Additional Penn State resources

    – This is a 24/7 self-assessment and self-treatment for anxiety. – This is a way to find a mental health provider nearby.

Other Services and Resources

Take care of your body

Try to eat healthy well-balanced meals, exercise regularly and get plenty of sleep. Avoid alcohol, tobacco and other drugs.

Connect with others

Share your concerns and how you are feeling with a friend or family member. Maintain healthy relationships and build a strong support system.

Prendre des pauses

Make time to unwind and remind yourself that strong feelings will fade. Try taking deep breaths. Try to do activities you usually enjoy.

Stay informed

When you feel that you are missing information, you may become more stressed or nervous. Watch, listen to or read the news for updates from officials. Be aware that there may be rumors during a crisis, especially on social media. Always check your sources and turn to reliable sources of information like your local government authorities.

Click the image to download a printable version of these tips from Box.

Avoid too much exposure to news

Take breaks from watching, reading or listening to news stories. It can be upsetting to hear about the crisis and see images repeatedly. Try to do enjoyable activities and return to normal life as much as possible, and check for updates in breaks.

Seek help when needed

If distress impacts activities of your daily life for several days or weeks, talk to a clergy member counselor, a doctor or contact the SAMHSA helpline at 800-985-5990.

Other resources

  • Shine & Mental Health America resources created for this situation: https://www.virusanxiety.com
  • Free Drop-In Mindfulness for Stress Management and Resilience online sessions during coronavirus – https://www.korudevelopment.co.uk
  • Lisa Wilhelm’s Peace & Compassion Meditation cloud recording – https://zoom.us/rec/share/v9V0frLRsWdIR9KOsl74a-kbIIG6eaa81XAW-PEImU-A5pu4YtaIN9V5GBsEGGPf
  • National Suicide Life Line – 800-273-8255
  • Crisis Text Line – 741-741
  • Penn State Crisis Line – 877-229-6400

The Office for Professional Mental Health seeks to improve the overall well-being of students on campus by offering programs that will aid students in improving their own mental health and that will decrease the stigma associated with seeking support for mental health concerns.

Workshops and Presentations

The office provides workshops, presentations and discussion groups. Providers within the office are open to supporting other offices, programs and department through consultation and providing lectures/programs that aid with increase mental well-being across the campus.

Topics that have been provided in the past include: Beating Anxiety, Depression and Suicide Awareness, Burnout Recovering and Prevention, Stress Management and Reflective Journaling.

Conversation réelle

The Real Talk program has been established to increase contact between Office for Professional Mental Health providers and students, and to address issues that are common for students in the College of Medicine. Real Talk is series of group meetings for graduate students, medical students and physician assistant students with the goal of providing safe and open atmosphere to discuss the challenges associated with being a student. Topics have included stress management, self-care, imposter syndrome, mindfulness and burnout.

Mental Health Band-Aid

Mental Health Band-Aid is a two-hour workshop created to briefly review several common mental health concerns, and signs and symptoms of mental illness. In this course, attendees learn simple ways that can help and support others with these concerns. These courses are also offered to the faculty, staff and others in the PSU community.

Mental Health First Aid

Mental Health First Aid training is an eight-hour course that gives people the skills to help someone who is developing a mental health problem or experiencing a mental health crisis. The National Counsel for Behavioral Health offers a certification in Mental Health First Aid USA, which will be provided to participants if they complete the entire course and if more than five individuals attend the course.

QPR Training

QPR stands for Question, Persuade and Refer – three simple steps anyone can learn to help save a life from suicide. QPR is not a form of counseling or treatment. Rather, it is intended to offer hope through positive action. Those who learn QPR will come to recognize the warning signs, clues and suicidal communications of people in trouble, and skills to act vigorously to prevent a possible tragedy. Learn more about the QPR course and certification.

Providers within the Office for Professional Mental Health may choose to become involved with committees and programs across the campus or within the community that aid with increased well-being and decrease the stigma related to mental health. Email Dr. Martha Peaslee Levine for details at [email protected]


    Resource for parents and people to deepen anti-racism efforts
    Katie Couric speaks with Stanford psychologist Dr. Jennifer L. Eberhardt about hidden prejudices
    Anti-racism reading list and schedule
    Confronting Racism and Supporting Asian American Communities in the Wake of COVID-19
    This article explores some of the aspects of culture that promote white supremacy.
    A short paper from Francis E. Kendall, PhD, a consultant for organizational change, on the roots and effects of white privilege.

    Self-care when police brutality has you questioning humanity & social media is not enough. This article gives tips and ideas for battling with overload from social media and examples for self-care. Some ideas for self-care are:
  • Take a Break
  • Méditer
  • Exercer
  • Débrancher
  • Donner
  • Play with animals
  • Get Silly
  • Obtenir de l'aide

The Office for Professional Mental Health has compiled many resources designed to help those in the College of Medicine and Penn State Health community improve their mental health.

Resources include websites, apps for both Apple and Android devices, tip sheets on stress management, guides to improving communication and short audio guided relaxation activities.

The Office for Professional Mental Health offers a variety of events through the academic year. Events offered by the office as well as others relevant to the topic of mental health and wellness are listed here when they are available.

Click or touch each one for details and to add it to a calendar.

Anonymous Self-Check Assessment Questionnaire

  • Is entirely anonymous, confidential and completely voluntary
  • Is a safe and easy way to find out if stress, anxiety or depression may be present
  • Is a free service from the Office for Professional Mental Health

There are three easy steps:

    .
  • A program counselor will post a personal response on the secure website with information, recommendations and options for next steps.
  • The person taking the questionnaire has the option of communicating with the counselor through the website, on the phone or in person, or choose to do nothing further.

Mental Health America screenings

Free, anonymous, online mental health screenings are available through Mental Health America’s website. Following screening, those completing the questionnaires will be provided with information, resources and tools to discuss the results with a provider and can contact the office to make an appointment in the Office for Professional Mental Health.

  • Dépression
    https://screening.mhanational.org/screening-tools/depression
  • Anxiety
    https://screening.mhanational.org/screening-tools/anxiety
  • Bipolar
    https://screening.mhanational.org/screening-tools/bipolar
  • TSPT
    https://screening.mhanational.org/screening-tools/ptsd
  • Addicition
    https://screening.mhanational.org/screening-tools/addiction
  • Psychose
    https://screening.mhanational.org/screening-tools/psychosis

The Office for Professional Mental Health at Penn State College of Medicine offers a monthly newsletter called the Wellness Well.

The newsletter offers another way for College of Medicine students to engage with mental health and wellness resources. The newsletter is perfect for the student who is committed to their mental health and wellness but who may not have the need or desire to come in for a counseling session.

The Professional Mental Health team plans to cover an array of topics in the Wellness Well, including stress management, academic performance, financial stress, diet, exercise and creating margin for fun.

Sign Up for Email Updates

Meet the Providers

Dr. Stephanie “Stevie” Falk is a licensed staff psychologist in the Office of Professional Mental Health.

Dr. Falk earned her PhD in counseling psychology from Loyola University of Chicago and has more than 20 years of experience as a licensed psychologist in Pennsylvania.

Dr. Falk has worked in a variety of clinical settings including college counseling centers, hospitals, private practice and family practice.

Currently, her professional interests include using mindfulness to improve performance and reduce anxiety exploring family of origin dysfunction to improve current relationships and healing complex trauma. She specializes in treating anxiety, depression, eating disorders, sexual assault and other traumas.

Dr. Falk was born and raised and currently lives in Lebanon, Pa., but likes to travel abroad to sample the local cuisine and culture. She spends her free time practicing yoga and mindfulness walking her dog and enjoying great coffee, music and TV/movies.

Chad Lauro is a licensed clinical social worker in the Office for Professional Mental Health.

Lauro earned his master’s degree in social work from the University of South Carolina. He has experience working in multiple clinical settings, including a VA outpatient clinic, private practice and community mental health. He is a certified cognitive processing therapy provider. He also has training in dialectical behavioral therapy and motivational interviewing.

Lauro uses a strength-based therapeutic approach. He enjoys reflecting back to his clients strengths that they may not see in themselves. He uses a collaborative strategy to support clients’ changes. His goal is to help individuals live their life to the fullest.

Dr. Martha Peaslee Levine is a board-certified psychiatrist who works in the Office for Professional Mental Health.

Dr. Levine earned her MD from Tulane School of Medicine and completed her psychiatric residency at NYU. She has experience working in a variety of clinical settings and is pleased to offer her clinical skills and experience in helping students improve their overall health and well-being. She has assisted many students as they tackle the stress of school and works to help them define healthy coping strategies. She can offer evaluation and treatment of a variety of issues including depression, anxiety and concentration difficulties.

Dr. Levine believes that sometimes everyone needs a little help to navigate life stresses. She offers a willingness to listen and wants to work with individuals so they can discover their strengths and maximize their abilities.

Penn State has partnered with ThrivingCampus to help make it easier to know the options for care in the broader community around campus.

A list of other counselors in the area is available by emailing [email protected]

Contact the Office for Professional Mental Health

General Contact Information

Office location: Suite C1746, Penn State College of Medicine, Hershey, Pa.

Office phone: 717-531-8658

Office manager: Trudi Middleton-Flynn, [email protected]

Scheduling an Appointment

Appointments should be made by contacting the preferred provider directly.

The Office for Professional Mental Health is located within the College of Medicine.

Offices for certain providers are in the Office for Professional Mental Health suite, C1746 in the Humanities hallway.


Safety Planning and Suicide Prevention

In the past, safety planning has been reserved for people who are experiencing suicidal thoughts. Limiting safety planning to folks with extreme symptoms has made safety planning gain a reputation for being a rather intense and serious thing. While responding to suicidal thoughts and behaviors is, absolutely, a very serious thing indeed, the document itself doesn&rsquot have to be cold, clinical, and alienating. Actually, the uses for a safety plan go far beyond just a response to suicidal thoughts and behaviors. Safety plans can be appropriate to have on hand for:

  • responding to urges for self-harm
  • responding to urges for substance use
  • responding to personal relationship crisis
  • responding to very low mood due to mental health symptoms
  • providing emotional support during a physical health crisis

Safety Planning Foundations: Anti-Suicide Behavior Contracts

Healthcare providers have always struggled with how to respond to an individual expressing suicidal intent. An overly-reactive response, such as forcing someone with passive suicidal thoughts (example, &ldquowanting to die,&rdquo but having no intent, plan, or means to bring that about) to go to the ER, can break trust and prevent the person from honestly engaging with providers in the future. A too-casual response, such as not taking a statement of active intent seriously enough to warrant extra supportive care can risk the life of the person expressing the thoughts, while also exposing the practitioner to liability issues.

In the early 1970&rsquos, three psychiatrists published a paper proposing &ldquono-suicide contracts&rdquo with at-risk patients. In the decades that followed, the practice was widely adopted (despite no significant research showing that these contracts were effective). The idea was that if a person could sign a contract promising that they wouldn&rsquot hurt themselves &ndash or would contact emergency services before doing so &ndash people would be less likely to act on their thoughts.

Although some parenting manuals and even some mental health clinicians still use behavior contracts or &ldquono-suicide contracts&rdquo in response to individuals expressing a desire, intent, and/or plan to harm themselves, new research suggests an alternative might be more effective: crisis plans and commitments to treatment. In a 2005 paper, M. David Rudd and fellow researchers describe the commitment to treatment statement as &ldquomaking a commitment to living by engaging in treatment and accessing emergency services if needed.&rdquo You can read more about the commitment to treatment via the link above or through reading about the pioneering work of Marsha M. Linehan, who developed Dialectical Behavioral Therapy and, with it, these commitment to treatment statements.

Commitment to treatment statements are something that belong, exclusively, in a treatment relationship (like therapist or psychiatrist with a client) but I believe the partner document, the Mental Health Crisis Plan, is a tool that can be used for self-care, relationship building, and for supporting mental health for those of us who know what it is like to have a Very Bad Day&trade now and then.

In the 2005 Baylor University journal article referenced above, the authors propose that a formulaic crisis plan could look like this:

One Version of a Standard Blank Crisis Plan [source]

Étape 1. I will try to identify specifically what&rsquos upsetting me.
Étape 2. Write out and review more reasonable responses to my suicidal thoughts,
including thoughts about myself, others, and the future.
Étape 3. Review all the conclusions I&rsquove come to about these thoughts in the past in
my treatment log. For example, that abuse I experienced wasn&rsquot my fault and I don&rsquot
have anything to feel ashamed of.
Étape 4. Try and do the things that help me feel better for at least 30 minutes (listening
to music, going to work out, calling my best friend).
Étape 5. Repeat all of the above at least one more time.
Étape 6. If the thoughts continue, get specific, and I find myself preparing to do
something, I&rsquoll call the emergency call person at (phone number: _____).
Étape 7. If I still feel suicidal and don&rsquot feel like I can control my behavior, I&rsquoll go to
the emergency room located at __________, phone number __________.

Image Description: Blue background with a white, spiral-bound notebook in the center. On the open page of the notebook is written &ldquoMy Personal Crisis Plan.&rdquo On the left side of the page is a prompt that reads, &ldquoI know I&rsquom triggered when I notice:&rdquo with lines for recording information below. Underneath is a prompt that reads, &ldquoSome safe people I can reach out to are:&rdquo with three numbered lines for recording names below. On the right, top side of the page is written &ldquoSome good ways to distract myself are:&rdquo with three horizontally-aligned boxes for drawing/recording ways to distract oneself provided. Below this is a prompt that reads, &ldquoThings that help me when I feel this way are:&rdquo with three vertically-stacked rectangles below for recording information. Next to this is a prompt that reads, &ldquoWays to keep myself and my space safe:&rdquo with bulleted lines below for recording information. At the bottom of the page is a prompt that reads, &ldquoOther resources I can use to get myself care:&rdquo with three numbered boxes for recording resources. The third box has the Crisis Text Line filled in &ndash &ldquotext HOME to 741741.&rdquo


Carly Farrell, LCSW, CCHT

Carly Farrell is a Licensed Clinical Social Worker (LCSW) in the state of Georgia with many years of clinical experience with children, adolescents, and adults. She is a graduate of the University of Georgia with a Master's degree in Social Work. Carly also holds a gerontology certificate from the University of Georgia. She has extensive education, training, and applied experience in many aspects of mental health, people experiencing depression and anxiety, grief, and crisis work.

Carly has worked in Hospice Care, Home Health, emergency room, and inpatient psychiatric units, along with her therapy work.

Carly believes in meeting people where they are. Life is full of hurdles and she hopes to assist patients with getting over the hurdles and helping them live a more happy, successful life. Carly hopes to help individuals and couples to find solutions that work best for them.

Areas of Special Expertise:

  • Anxiety
  • Dépression
  • Grief
  • Traumatisme
  • TSPT
  • Conflict Resolution
  • Dissociative Identity Disorder
  • Schizophrénie
  • Crisis Management
  • Children
  • Teenagers
  • Adultes
  • Families
  • Des couples
  • Disabled

Book Now
Accepting:
  • Aetna
  • Anthem
  • Blue Cross Blue Shield
  • Cigna
  • Magellan
  • Optum
  • United Behavioral Health
Pending:
Self Pay Rate: $120


Voir la vidéo: Système de santé (Décembre 2021).