Informations

Existe-t-il des études sur l'effet des patchs à la nicotine sur la vivacité des rêves et le rappel des rêves ?

Existe-t-il des études sur l'effet des patchs à la nicotine sur la vivacité des rêves et le rappel des rêves ?

L'acétylcholine joue un rôle important pendant le sommeil paradoxal. Je cite une réponse à la question « Pourquoi les rêves perdent-ils rapidement de la clarté au fil du temps après notre réveil ? » :

L'activité du PFC pendant le sommeil peut être modulée par les niveaux d'acétylcholine, de dopamine et d'autres neurotransmetteurs.

Voir les références et les liens là-bas. La nicotine se lie également aux récepteurs ACh.

Existe-t-il des études sur l'effet des patchs à la nicotine portés pendant le sommeil sur la vivacité des rêves et le rappel des rêves ?


Voici le seul qui est facile à trouver dans Google Scholar, mais il pourrait y en avoir plus :

Page, F., Coleman, G. et Conduit, R. (2006). L'effet des timbres transdermiques de nicotine sur le sommeil et les rêves. Physiologie & Comportement, 88(4), 425-432.


Introduction

La consolidation de nombreux types de mémoire s'améliore après le sommeil, que ce soit la nuit ou pendant une sieste diurne, alors que des gains similaires ne se produisent pas après des périodes d'éveil équivalentes (Fenn et al., 2003 Walker et Stickgold, 2004 Walker et al., 2002 ). Des recherches soutenant un rôle essentiel du sommeil paradoxal (REM) dans l'apprentissage sont apparues peu de temps après la découverte de l'association du sommeil paradoxal avec le rêve vif (Aserinsky et Kleitman, 1953), mais des preuves plus récentes soulignent également l'importance du sommeil non-REM (NREM). (pour revue, voir Rasch et Born, 2013 ). Les stades de sommeil REM et NREM sont fréquemment associés à des types qualitativement distincts de systèmes de mémoire (voir la revue dans Rauchs et al., 2005 Stickgold et Walker, 2005 ). Le sommeil paradoxal a été le plus souvent lié à l'apprentissage de la discrimination visuelle (Karni et al., 1994), la mémoire spatiale et une variété de processus basés sur les émotions, y compris la réactivité émotionnelle, l'amorçage émotionnel, la consolidation de la mémoire émotionnelle, le conditionnement de la peur et l'extinction de la peur. Le sommeil NREM, en revanche, a été principalement associé à la précision de la reconnaissance, à la mémoire procédurale et à la mémoire déclarative, y compris, en particulier, la mémoire épisodique. Cependant, le sommeil REM et le sommeil NREM ont été associés aux mêmes systèmes de mémoire dans diverses études pour ne citer qu'un exemple : la mémoire procédurale peut être dépendante du REM (par exemple, Goerke et al., 2014 ) ou NREM dépendant (ex. Albouy et al., 2013 ).

Malgré l'incertitude persistante de ces associations REM/NREM avec des systèmes de mémoire spécifiques, bon nombre des associations les plus couramment décrites trouvent des parallèles dans les rêves échantillonnés après les réveils REM et NREM, ces parallèles sont cohérents avec l'idée que l'organisation différentielle de l'activité cognitive dans REM et NREM le sommeil participe également de manière différentielle aux processus de consolidation de la mémoire. Pour illustrer, les rêves échantillonnés après les réveils du sommeil REM (« rêves REM ») ont tendance à consister en des scènes spatiales saillantes avec une grande clarté visuelle et qui évoquent des réactions émotionnelles – souvent effrayantes –, tandis que ceux échantillonnés après le sommeil NREM (« rêves NREM ») sont plus typiquement pensifs ou conceptuels dans leur contenu (Antrobus, 1983 Nielsen, 2000 ), et puisent plus souvent leur contenu dans des mémoires épisodiques (Baylor et Cavallero, 2001 ). Les rêves REM et NREM peuvent contenir des mouvements fictifs, bien que ceux-ci soient moins répandus chez ces derniers (Porte et Hobson, 1996 ). Ainsi, nous proposons que l'organisation spatiale, visuelle et émotionnelle des rêves REM contribue à la consolidation de la consolidation de la mémoire spatiale, visuelle et émotionnelle pendant le sommeil REM, tandis que l'organisation épisodique moins pensée des rêves NREM peut contribuer à la processus de consolidation de la mémoire associés au sommeil NREM.

Certaines découvertes, en fait, soutiennent l'idée générale que le rêve joue un rôle dans l'amélioration de la mémoire dépendante du sommeil (voir les critiques dans Smith, 2010 Wamsley, 2014), bien que les processus liés spécifiquement au sommeil paradoxal et NREM restent mal compris. Par exemple, les participants formés à une tâche de navigation dans le labyrinthe et autorisés à faire une sieste de 90 minutes s'amélioraient davantage lors d'un nouveau test (par rapport à un contrôle de sillage) s'ils rapportaient également des rêves NREM liés à la tâche (Wamsley et al., 2010 ). Ces auteurs ont proposé que le contenu des rêves liés aux tâches et l'amélioration des performances émergent d'un processus sous-jacent de réactivation et de consolidation de la mémoire pendant le sommeil. Malgré de telles découvertes, cependant, les recherches répliquées soutenant un lien entre le rêve et la consolidation de la mémoire sont rares.

On ignore également si les niveaux habituels de rappel des rêves sont associés à des effets d'apprentissage sensibles au sommeil. L'association du rêve à la consolidation de la mémoire peut être différente pour les personnes qui ne rapportent presque jamais de rêves - peut-être parce qu'elles produisent moins de rêves, produisent des rêves moins vifs ou moins saillants, encodent plus mal leurs rêves en mémoire ou les récupèrent de la mémoire moins efficacement. Bien que les mécanismes précis de la consolidation de la mémoire liée au rêve restent inconnus, une observation avec un certain soutien empirique est que les références liées aux tâches incorporées dans le contenu du rêve sont associées à la consolidation (Smith, 2010 Wamsley et al., 2010 ). Les personnes qui se souviennent de rêves fréquents et détaillés peuvent donc avoir plus de références de ce type (indiquant une meilleure consolidation), tandis que les personnes qui ont des rêves moins nombreux et moins détaillés peuvent avoir moins de références liées aux tâches (indiquant une pire consolidation). Aucune étude n'a encore évalué de telles possibilités parmi les rappels de rêves à haute et basse fréquence, bien qu'il existe des preuves que ces deux groupes diffèrent dans l'organisation fonctionnelle globale du cerveau pendant tous les états de sommeil (Eichenlaub et al., 2014a ). Par exemple, par rapport aux rappels de rêves faibles, les rappels élevés présentent une activité plus élevée du flux sanguin cérébral régional (rCBF) dans la jonction temporo-pariétale pendant le sommeil paradoxal, le sommeil et l'éveil NREM et une activité rCBF plus élevée dans le cortex préfrontal médian pendant le sommeil paradoxal et l'éveil ( Eichenlaub et al., 2014b). Une étude plus approfondie des rappels de rêves à haute et basse fréquence est clairement nécessaire pour élucider comment de telles différences peuvent être liées aux processus de consolidation de la mémoire.

Le Mirror Tracing Task (MTT) est particulièrement adapté à l'étude de l'implication du rêve dans la mémoire. La tâche nécessite plusieurs systèmes de mémoire qui sont impliqués dans le sommeil paradoxal et, vraisemblablement, dans le rêve aussi : discrimination visuelle, motricité visuospatiale, coordination œil-main et mémoire émotionnelle dans la mesure où la tâche est relativement induisant un stress (par exemple, Richardson et Vanderkaay Tomasulo, 2011). Le MTT a déjà une validité substantielle pour une utilisation dans les études du sommeil et de la mémoire (voir la revue dans Javadi et al., 2011 ). En particulier, il a une association démontrée avec le sommeil paradoxal dans plusieurs études (par exemple Aubrey et al., 1999 Plihal et Né, 1997 Plihal et al., 1999 Smith et al., 2004 ). Plus récemment, il a été démontré que l'amélioration du MTT était corrélée à la densité REM (Nissen et al., 2011 ) et même d'être induite expérimentalement par stimulation cholinergique du sommeil paradoxal phasique (Hornung et al., 2007 ). Notez, cependant, que dans certaines études, l'amélioration du MTT a également été associée au sommeil NREM (Seeck-Hirschner et al., 2010 Tamaki et al., 2008 ), peut-être en raison de sa composante procédurale.

Nous avions prévu que la tâche MTT serait un indicateur sensible de l'implication du rêve dans les processus de mémoire. C'était, en partie, à cause de son lien démontré avec le sommeil paradoxal, lorsque le rêve vif et émotionnel est le plus répandu (voir Nielsen, 2000 pour une revue) et, en partie, à cause de son caractère visuospatial saillant et de la preuve que les compétences visuospatiales sont corrélées avec rappel de rêve. Tant longitudinal (Foulkes, 1982 ) que transversal (Foulkes, 1982 ) et al., 1990 ) démontrent que le développement des compétences visuospatiales est une condition préalable nécessaire à la production de rêves chez les 5-16 ans. En particulier, dans les deux études précédentes, le sous-test de conception de blocs de l'échelle d'intelligence de l'adulte de Wechsler (WAIS), une mesure de la visualisation spatiale, s'est avéré être le meilleur prédicteur, parmi une grande batterie de tests, du rappel réussi du rêve paradoxal. Le rappel des rêves n'était cependant pas corrélé avec des tests de mémoire ou de compétence verbale, suggérant que l'effet était dû à la production de rêves et non au rappel de rêves. En examinant cette association chez les adultes, Butler et Watson (1985) ont démontré que les mauvais rappeleurs de rêves avec de faibles scores de conception de blocs WAIS se souvenaient moins souvent des rêves REM (48,5 %) que ceux ayant des scores de conception de blocs élevés (83,5 %). D'autres études suggèrent également qu'une fréquence de rappel de rêve (DRF) élevée est associée à un QI visuospatial plus élevé (Butler et Watson, 1985) et à une mémoire visuelle (Butler et Watson, 1985 Schredl et al., 1997 ). Cependant, plusieurs études ne reproduisent pas ces résultats ou montrent des résultats contradictoires (Murri et al., 1989 Waterman, 1991 ). Ainsi, bien qu'aucune étude n'ait encore examiné les différences liées au DRF dans les performances MTT, la littérature disponible est conforme à notre attente que les rappels de rêves peu fréquents démontreront des compétences visuospatiales inférieures à celles des rappels de rêves fréquents.

En raison de la nature stressante du MTT, nous avons évalué et covarié une mesure d'anxiété autodéclarée dans nos analyses. De plus, bien que la performance MTT n'ait pas été liée à des facteurs chronobiologiques ou au chronotype, de nombreux processus cognitifs varient avec l'heure de la journée (Carrier et Monk, 1999 ), et la fréquence de rappel de certains types de rêves (cauchemars) varie en fonction du chronotype ( Nielsen, 2010). Par conséquent, en plus de maintenir les temps de test constants dans nos procédures, nous avons également évalué le chronotype des participants et covarié cette mesure dans les analyses statistiques.

L'objectif de l'étude était donc d'examiner si la performance et l'amélioration pendant la nuit sur une tâche visuomotrice sensible au sommeil paradoxal sont associées de manière différentielle à un DRF habituellement élevé ou faible. En particulier, nous nous attendions à ce que, par rapport aux rappels élevés, les rappels faibles (1) aient de moins bons résultats sur le MTT lors de l'administration de la première tâche (T1) (2) montrent moins d'amélioration du MTT après une nuit de sommeil et (3) présentent ces différences indépendamment des différences de groupe dans l'anxiété et le chronotype. Enfin, nous nous attendions à voir des corrélations entre les performances MTT et le sommeil paradoxal et entre l'amélioration du MTT et le rappel de rêves de laboratoire qui sont longs, mémorisés clairement et contiennent des incorporations de tâches.


Autres herbes et suppléments utiles

Herbes du sommeil

Outre la passiflore, il existe d'autres herbes pour le sommeil, qui peuvent améliorer la qualité du sommeil de diverses manières lorsqu'elles sont prises avant le coucher.

    – cette plante calmante et sédative peut améliorer la qualité du sommeil et aider à lutter contre l'agitation, l'anxiété et les troubles du sommeil. – une nervine relaxante d'intensité modérée et une douce euphorie. – réduit la tension, l'anxiété et le stress et favorise le sommeil. – un sédatif utilisé pour traiter la nervosité, l’insomnie et l’anxiété. – une plante calmante utilisée pour traiter l’anxiété et les troubles du sommeil. – un nervin et hypnotique utilisé pour traiter l'insomnie et l'agitation.
  • Camomille allemande (Matricaria recutita) - un nervine utilisé pour traiter l'insomnie, le stress et l'anxiété. – un relaxant nervin et hypnotique utilisé pour traiter l'anxiété et l'insomnie légère.
  • pavot de Californie (EschscholziaCalifornie) – un nervin et hypnotique utilisé pour traiter l'insomnie chez les enfants.

Adaptogènes

Les adaptogènes sont des herbes qui augmentent la résistance du corps aux facteurs de stress et sa capacité générale à résister aux situations stressantes. Ils doivent être pris le matin car ils peuvent être stimulants/énergisants.

    – aide à combattre l’anxiété, le stress et l’insomnie. Elle est apaisante et favorise un sommeil profond et sans rêves.
  • Ginseng de Sibérie (Eleutherococcus senticosus) – bénéfique contre les effets du stress prolongé comme l'insomnie et améliore le bien-être.
  • Ginseng coréen (Panax ginseng) et le ginseng américain/canadien (Panax quinquefolius)
  • Magnolia-vigne chinois (Schisandra chinensis)
  • Basilic sacré (Ocimum sanctum)

Médecine chinoise

En médecine chinoise, un esprit instable (causé par une déficience du cœur yin/sang), provoque l'insomnie ainsi que des rêves excessifs. Cette condition est traitée avec l'acupuncture, la nutrition et les remèdes à base de plantes stabilisatrices d'esprit ainsi qu'en traitant la cause première.

La chaleur du foie, par exemple, peut provoquer une consommation excessive de yin, laissant le cœur sans yin suffisant pour stabiliser l'esprit. Les herbes spécifiques qui aident à calmer la chaleur/le feu du foie, comprennent :

  • Huang Lian (Coptis spp.) – fait intéressant, cette plante contient de la berbérine, un alcaloïde qui inhibe la tyramine (la substance qui peut être responsable des effets oniriques causés par le fromage)
  • Long Dan Cao (Gentiane spp.)

Les herbes qui calment et nourrissent l'esprit et le cœur comprennent :

  • Suan Zao Ren (Ziziphus jujuba) - utilisé pour traiter l'insomnie ou la difficulté à s'endormir ou à rester endormi, les rêves excessifs, le sommeil superficiel avec une tendance à se réveiller facilement et la fatigue.
  • Yuan Zhi (Polygala spp.) - utilisé pour traiter l'insomnie et les rêves excessifs
  • Ye Jiao Teng (Polygonum multiflorum) - utilisé pour traiter l'insomnie, la difficulté à s'endormir ou à rester endormi et les rêves excessifs.
  • Xiao Mai (Triticum aestivum blé tendre) – utilisé pour traiter Zang Zao, un terme chinois correspondant plus ou moins au SSPT, qui implique des symptômes tels que des inquiétudes excessives, de l'anxiété, des crises de mélancolie et de pleurs fréquents, un sommeil perturbé par les rêves et la dépression.
  • Ci Wu Jia (Eleutherococcus senticosus) - utilisé pour soulager l'insomnie ou le sommeil perturbé par les rêves
  • Wu Wei Zi (Schisandra chinensis) - utilisé pour traiter les carences en yin et en sang avec des symptômes tels que l'anxiété, l'insomnie et le sommeil perturbé par les rêves
  • Lian Zi (Nelumbo nucifera) - utilisé pour traiter l'anxiété, le sommeil perturbé par les rêves et l'insomnie
  • Lian Xu (Nelumbo nucifera) - utilisé pour les rêves excessifs la nuit

Il existe également des mélanges d'herbes chinoises qui peuvent aider à combattre les mauvais rêves grâce à de multiples mécanismes.

Un Mian Pian (comprimé pour le sommeil paisible), par exemple, est utilisé pour :

  • Anxiété
  • Rêves dérangeants
  • Insomnie
  • Beaucoup de rêves
  • Hyperactivité mentale
  • Dépression nerveuse
  • Sommeil agité
  • Agitation
  • Phobie

Bai Zi Yang Xin Wan est une autre formulation qui peut aider avec :

  • Anxiété
  • Rêves dérangeants
  • Insomnie
  • Sueurs nocturnes
  • Sommeil agité

Lévodopa (L-Dopa)

La L-dopa est un acide aminé qui dans le corps est transformé en neurotransmetteur dopamine.

L'augmentation des niveaux de dopamine due à la supplémentation en L-dopa peut rendre les rêves plus vivants et plus longs. Pour certaines personnes, cela peut être un déclencheur de cauchemars, mais d'autres rapportent des rêves dans lesquels on éprouve une confiance extrême et une absence totale de peur.

Les rêves lucides de dopamine se caractérisent par une capacité accrue à contrôler le rêve, ce qui serait bénéfique pour ceux qui suivent une thérapie de rêve lucide.

Mélatonine, 5-HTP & Tryptophane

La mélatonine, le 5-HTP et l'acide aminé tryptophane sont des précurseurs de la sérotonine. Lorsqu'ils sont ingérés, ils pénètrent dans le cerveau, où ils augmentent les niveaux de sérotonine.

L'augmentation des niveaux de sérotonine dans le cerveau pendant le sommeil peut améliorer la qualité du sommeil, mais aussi provoquer des rêves intenses.

Pendant les 1 à 2 premières heures, le sommeil paradoxal est supprimé et on éprouve un sommeil profond réparateur et ininterrompu. Ensuite, lorsque les niveaux de sérotonine commencent à baisser, l'effet de rebond REM se produit et le cerveau compense la perte de REM en créant des périodes de rêve plus longues et plus intenses.

Les rêves de sérotonine ont tendance à être calmes, relaxants et vifs, mais sont parfois plus difficiles à mémoriser.

Combiner un IMAO avec du 5-HTP (ce qui peut être dangereux) ou le prendre après 3-4 heures de sommeil dans les cas où les mauvais rêves surviennent pendant la seconde moitié de la nuit, peut aider à prévenir les mauvais rêves.

Certaines personnes atteintes du SSPT ne font des cauchemars que si elles dorment 3 heures ou plus. C'est parce que normalement les périodes REM, où les cauchemars se produisent, sont courtes pendant la première moitié de la nuit et plus longues pendant la seconde moitié. Régler une alarme pour vous réveiller après 3 heures, puis prendre un suppresseur REM peut fonctionner pour éviter les cauchemars.

Piracétam

Le piracétam est un médicament nootrope ou « intelligent », une substance qui aurait un impact positif sur la fonction cognitive.

Il supprime de manière significative le rêve et inhibe le rappel des rêves.

Vitamine B1 (thiamine)

Nous avons vu que la vitamine B6 peut améliorer le rappel des rêves, ce qui peut vous faire vous souvenir de vos rêves, y compris de vos mauvais rêves.

Une autre vitamine B, la thiamine (vitamine B1), a été utilisée avec succès pour traiter les patients souffrant de troubles anxieux, y compris des symptômes se manifestant par une fatigue chronique, des insomnies, des cauchemars et une dépression.

Homéopathie

L'homéopathie est un système de médecine alternative, qui utilise des quantités extrêmement infimes de substances naturelles, comme des plantes et des minéraux pour stimuler la capacité du corps à se guérir.

Les remèdes homéopathiques qui peuvent aider avec les mauvais rêves comprennent :

  • Ignatia – utilisé pour l'insomnie due à un bouleversement émotionnel, qui s'accompagne de cauchemars longs et troublants.
  • Arsenicum - utilisé pour un sommeil anxieux et perturbé avec des rêves effrayants pleins d'insécurité.
  • Silicea – utilisé pour les rêves anxieux.

Fleurs de Bach

Les fleurs de Bach sont des solutions d'eau-de-vie et d'eau-de-vie, basées sur les principes de l'homéopathie, qui contiennent des dilutions extrêmes de fleurs de plantes sauvages.

Les fleurs de Bach recommandées pour les mauvais rêves comprennent :

  • Tremble – utilisé pour la panique, l'anxiété et les cauchemars.
  • Étoile de Bethléem – utilisée pour traiter les traumatismes.

Décoder les rêves

Nous pouvons tous nous souvenir de rêves étranges. Mais les interpréter et les comprendre peut être délicat.

Certains des rêves les plus courants incluent la chute des dents (indiquant une peur possible de vieillir ou de mourir), la chute (perte de confiance ou menace pour la sécurité) ou la nudité en public (sentiment de vulnérabilité ou exposition de faiblesse). Ce sont des exemples de rêves archétypaux qui existent à travers le temps, la culture et les gens.

Mais la plupart des rêves sont intensément personnels. Ils reflètent les pensées et les sentiments sous-jacents du rêveur. Les symboles - images ou objets ayant une signification évidente dans la vie quotidienne - servent de métaphores, représentant quelque chose de partiellement connu. Un lion dans un rêve, par exemple, peut signifier quelque chose de différent pour un artiste de cirque que pour un adolescent qui le revendique comme son animal en peluche préféré. En examinant chaque élément de rêve et en recherchant des parallèles entre les associations, vous pouvez déchiffrer la signification d'un rêve.

"Même si cela n'a pas de sens au départ, contemplez le rêve, méditez-le, marinez-y", suggère Sullivan Walden. "Faites semblant d'être à la chasse au trésor. Votre intérêt à découvrir le mystère de ce que vos rêves vous disent vous mènera à l'or qui vous attend."

A continué

Barrett dit que vous pouvez explorer vos rêves par vous-même, avec un groupe de rêves dirigé par des pairs ou avec des amis."Nous sommes souvent aveugles à nos propres problèmes et associations. Mais quelqu'un d'autre peut voir les choses objectivement."

Moss vous recommande de jouer au jeu « Quelle partie de moi » – en prétendant que tout dans le rêve fait partie de vous et en remarquant ce que son état ou son comportement peut vous dire sur vous-même. "Dans la maison de vos rêves, par exemple, s'il y a un problème avec la plomberie ou une pièce que vous n'avez jamais explorée, qu'est-ce que cela pourrait dire sur une partie de vous qui a besoin d'être entretenue ou une partie de votre potentiel qui attend d'être reconnu et s'est ouvert."

Une autre technique qu'il propose est d'écouter les jeux de mots et les doubles sens. « S'il y a un train sur les rails dans votre rêve, cela pourrait-il vous inciter à réfléchir à la « piste » sur laquelle vous êtes, à la « ligne » que vous suivez ? Dites que votre rêve comporte des chaussures. Une chaussure a une" semelle ", qui ressemble à « âme », alors peut-être que l'état de vos chaussures dans un rêve en dit long sur l'état de votre énergie vitale. »


Suppléments de mélatonine et rêves vifs

La mélatonine est une hormone produite naturellement par le corps qui soutient le cycle veille-sommeil. Il existe des données contradictoires sur les effets des suppléments de mélatonine et des rêves. Il a été démontré qu'il réduisait les rêves vifs dans certains troubles du sommeil. Par exemple, une étude sur des personnes atteintes de troubles du comportement en sommeil paradoxal a révélé que les suppléments de mélatonine réduisaient les rêves effrayants et d'autres symptômes.

Dans d'autres scénarios, la mélatonine peut augmenter le sommeil paradoxal et, par la suite, la possibilité de faire des rêves vifs. Les effets à long terme de l'utilisation de la mélatonine sont inconnus, alors assurez-vous de demander à un médecin si elle est sûre et appropriée pour vous.


La consommation d'aliments tels que le fromage peut-elle provoquer des rêves vifs ?

L'une des croyances séculaires est que manger du fromage avant de se coucher vous donnera des cauchemars. Mais est-ce vrai et des fromages différents ont-ils des effets différents ?

Bien que les scientifiques ne soient toujours pas sûrs de la relation entre les rêves et manger avant de se coucher, il est clair que manger près du sommeil peut perturber le sommeil. Cela semble dépendre du contenu du repas et de l'heure à laquelle vous mangez ce repas avant d'aller vous coucher.

Selon Medline Plus, manger juste avant de se coucher augmente votre métabolisme, ce qui augmente également l'activité nocturne de votre cerveau, entraînant des rêves et des cauchemars. Alors que certaines substances telles que l'alcool et la nicotine provoquent un sommeil plus léger et empêchent le sommeil paradoxal, ce qui diminue le rêve.

Manger avant de se coucher peut affecter des choses autres que les rêves.

Manger avant de se coucher peut augmenter les brûlures d'estomac, une condition dans laquelle l'acide gastrique fuit de votre estomac dans votre œsophage. Cela peut entraîner des sensations de brûlure et des douleurs thoraciques, perturbant votre sommeil. Selon le National Digestive Diseases Information Clearinghouse, manger juste avant de dormir peut également aggraver le syndrome des vomissements cycliques, dans lequel les individus souffrent d'épisodes de nausées et de vomissements.

Quelle est la différence entre les rêves vifs et lucides

  • Rêves vifs - Des rêves dont vous vous souvenez comme si cela venait de se produire. En règle générale, les rêves les plus vivants sont ceux que vous avez juste avant de vous réveiller. Bien que, parfois, si un rêve a une pertinence très importante pour quelque chose d'important dans votre vie, vous pouvez en faire l'expérience dès le début de l'état de rêve et en garder des souvenirs vifs au réveil.
  • Rêve lucide - Un rêve dans lequel on a conscience qu'on rêve. Dans un rêve lucide, le rêveur a plus de chances d'exercer un certain degré de contrôle sur sa participation au rêve ou de pouvoir manipuler ses expériences imaginaires dans l'environnement du rêve. Les rêves lucides peuvent être réalistes et vivants.

Que pouvez-vous manger avant de vous coucher pour que vos rêves semblent réels ?


uvres d'art abstraites colorées qui peuvent représenter des rêves psychédéliques - Les amoureux et les fous ont un tel cerveau bouillonnant. De tels fantasmes façonnants, qui appréhendent. La raison plus que cool ne comprend jamais. Le Songe d'une nuit d'été, acte 5, scène 1.

  • Fromage : L'une des croyances séculaires est que manger du fromage avant de se coucher vous donnera des cauchemars. Mais est-ce vrai et des fromages différents ont-ils des effets différents ? Eh bien, des chercheurs britanniques ont donné du fromage à 200 personnes tous les soirs pendant une semaine avant de se coucher. Personne n'a fait de cauchemar, mais cela a affecté leurs rêves. Les gens qui mangeaient du cheddar rêvaient de célébrités. Tandis qu'un autre fromage britannique, le Red Leicester, renvoyait les gens à leurs études.
  • Aliments épicés avant le coucher : Quand et ce que nous mangeons peut affecter notre repos nocturne, sinon notre tendance à faire de mauvais rêves. Une étude publiée dans le Revue internationale de psychophysiologie ont demandé à un groupe d'hommes en bonne santé de manger des repas épicés avant de se coucher certains soirs et ont comparé leur qualité de sommeil les nuits où ils prenaient des repas non épicés. Lors des nuits épicées, les sujets passaient plus de temps éveillés et avaient un sommeil de moins bonne qualité. L'explication est que les aliments épicés peuvent élever la température corporelle et ainsi perturber le sommeil. C'est peut-être aussi la raison pour laquelle certaines personnes signalent de mauvais rêves lorsqu'elles mangent trop près de l'heure du coucher. Bien que peu d'études l'aient examiné, manger près de l'heure du coucher augmente le métabolisme et l'activité cérébrale et peut provoquer de mauvais rêves ou des cauchemars.
  • Ail : Il y a quelques personnes qui prétendent que l'ail affecte leur sommeil, en plus de les faire faire des rêves étranges et des cauchemars vraiment vifs.
  • Vitamine B6 - Pyridoxine : Certaines personnes jurent que prendre de la vitamine B6 avant de dormir produira des rêves très vifs. De plus, les scientifiques ont découvert que les rêves intenses sont souvent le symptôme d'un excès de vitamine B6 dans le corps. Les personnes qui prennent beaucoup de vitamine B6 en tant que supplément peuvent remarquer une augmentation des rêves vifs. Les aliments qui contiennent de la vitamine B6 comprennent les bananes, les oranges, le poisson, le foie, les haricots, les noix, les œufs, le poulet, les carottes, les épinards et d'autres aliments sains.
  • Tryptophane : Le tryptophane est un acide aminé absorbé par la vitamine B6 et converti en sérotonine. La sérotonine peut provoquer des rêves extrêmement vifs à des niveaux plus élevés. Le tryptophane se trouve dans des aliments tels que le fromage cheddar, le poulet, le saumon, l'agneau, les œufs, la farine, le riz blanc et le lait. Le fromage cheddar contient le plus de tryptophane.
  • Vinaigre de cidre de pomme : On dit que le vinaigre de cidre de pomme provoque des rêves extrêmement vifs et réalistes. Mélangez 2 cuillères à soupe dans un grand verre d'eau, ajoutez un peu de miel si vous n'aimez pas le goût.

Autres aliments pour vous faire rêver :

  • La pizza avant le coucher est un autre aliment qui, selon de nombreuses personnes, provoque des rêves intenses.
  • Il a également été rapporté que manger du chou ou des choux de Bruxelles près de l'heure du coucher donnerait vie à vos rêves en odorat.
  • Divers suppléments à base de plantes et médicaments peuvent également être une cause de rêves intenses. Par exemple, les personnes qui commencent à prendre des médicaments antidépresseurs remarqueront souvent une augmentation des rêves intenses.
  • Certaines herbes, telles que la racine de valériane et la camomille, qui sont utilisées pour induire le sommeil, peuvent également provoquer des rêves plus vifs.

Patchs à la nicotine : Bien qu'il ne s'agisse certainement pas d'un aliment, l'un des effets secondaires des patchs à la nicotine comprend des rêves hyper vifs qui durent des heures et semblent très réels. Voici un lien (www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16782142) à une étude médicale intitulée "L'effet des timbres transdermiques de nicotine sur le sommeil et les rêves. "

Faits concernant les rêves et le rêve

  • L'étude scientifique des rêves s'appelle l'onirologie.
  • Les femmes ont tendance à se souvenir de leurs rêves plus fréquemment que les hommes.
  • Une petite minorité de personnes dit ne rêver qu'en noir et blanc.
  • La personne moyenne fait trois à cinq rêves par nuit, et certains peuvent en avoir jusqu'à sept.
  • Les rêves peuvent parfois provoquer une pensée créative chez la personne ou lui donner un sentiment d'inspiration.
  • La durée d'un rêve peut varier, ils peuvent durer quelques secondes, ou environ 20 à 30 minutes.
  • Le rappel des rêves est extrêmement peu fiable, bien que ce soit une compétence qui peut être entraînée. Les rêves peuvent généralement être rappelés si une personne est réveillée en rêvant.
  • Un cauchemar est un rêve désagréable qui peut provoquer une forte réaction émotionnelle négative de l'esprit, généralement de la peur et/ou de l'horreur, mais aussi du désespoir, de l'anxiété et une grande tristesse.
  • Les rêves surviennent principalement au stade du sommeil paradoxal (REM), lorsque l'activité cérébrale est élevée et ressemble à celle d'être éveillé. Les rêves peuvent survenir à d'autres stades du sommeil. Cependant, ces rêves ont tendance à être beaucoup moins vivants ou mémorables.
  • Une terreur nocturne, également connue sous le nom de terreur nocturne ou pavor nocturnus, est un trouble de la parasomnie qui affecte principalement les enfants, provoquant des sentiments de terreur ou d'effroi. Les terreurs nocturnes ne doivent pas être confondues avec les cauchemars, qui sont de mauvais rêves qui provoquent un sentiment d'horreur ou de peur.
  • À la fin du 19e siècle, le psychothérapeute Sigmund Freud a développé une théorie selon laquelle le contenu des rêves est motivé par la réalisation inconsciente des souhaits. Freud appelait les rêves la "voie royale vers l'inconscient". Il a émis l'hypothèse que le contenu des rêves reflète l'inconscient du rêveur et plus précisément que le contenu des rêves est façonné par la réalisation de souhaits inconscients.
  • Carl Jung a rejeté de nombreuses théories de Freud. Jung a développé l'idée de Freud selon laquelle le contenu du rêve se rapporte aux désirs inconscients du rêveur. Il a décrit les rêves comme des messages au rêveur et a fait valoir que les rêveurs devraient faire attention pour leur propre bien. Il en est venu à croire que les rêves présentent au rêveur des révélations qui peuvent révéler et aider à résoudre les problèmes et les peurs émotionnels ou religieux.

Rêves lucides et métacognition

Des chercheurs de l'Institut Max Planck pour le développement humain de Berlin et de l'Institut de psychiatrie Max Planck de Munich ont découvert que la zone du cerveau qui permet l'autoréflexion est plus grande chez les rêveurs lucides. Ainsi, les rêveurs lucides sont peut-être aussi plus réfléchis lorsqu'ils sont éveillés. Les rêveurs lucides sont conscients de rêver en rêvant. Parfois, ils peuvent même jouer un rôle actif dans leurs rêves. La plupart d'entre eux, cependant, n'ont cette expérience que plusieurs fois par an et très peu presque chaque nuit. Les forums et les blogs Internet regorgent d'instructions et de conseils sur le rêve lucide. Il est possible que le rêve lucide soit étroitement lié à la capacité humaine d'autoréflexion - la soi-disant métacognition.

Les neuroscientifiques ont comparé les structures cérébrales de rêveurs lucides fréquents et de participants qui n'ont jamais ou rarement des rêves lucides. En conséquence, le cortex préfrontal antérieur, c'est-à-dire la zone du cerveau contrôlant les processus cognitifs conscients et jouant un rôle important dans la capacité d'autoréflexion, est plus grand chez les rêveurs lucides.

Les différences de volumes dans le cortex préfrontal antérieur entre les rêveurs lucides et les rêveurs non lucides suggèrent que le rêve lucide et la métacognition sont en effet étroitement liés. Cette théorie est étayée par des images cérébrales prises lorsque les personnes testées résolvaient des tests métacognitifs tout en étant éveillées. Ces images montrent que l'activité cérébrale dans le cortex préfrontal était plus élevée chez les rêveurs lucides. Les résultats indiquent que l'autoréflexion dans la vie quotidienne est plus prononcée chez les personnes qui peuvent facilement contrôler leurs rêves.

Les chercheurs veulent en outre savoir si les compétences métacognitives peuvent être formées. Dans une étude de suivi, ils ont l'intention de former des volontaires au rêve lucide pour examiner si cela améliore la capacité d'autoréflexion - (Filevich, E., Dresler, M., Brick, T.R., Kuhn, S. - Mécanismes méta-cognitifs sous-jacents au rêve lucide - The Journal of Neuroscience (2015) (DOI: 10.1523/JNEUROSCI.3342-14.201)

À propos de nous

Disabled World est une communauté de personnes handicapées indépendante créée en 2004 pour fournir des nouvelles et des informations sur le handicap aux personnes handicapées, aux personnes âgées, à leur famille et/ou à leurs aidants. Consultez notre page d'accueil pour des critiques informatives, des histoires exclusives et des procédures. Vous pouvez vous connecter avec nous sur les réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook ou en savoir plus sur Disabled World sur notre page à propos de nous.


Variables de sommeil

Même si elle est contre-intuitive, la durée du sommeil n'est pas un facteur prédictif de DRF (21). Étapes du sommeil sommes. En moyenne, le DRF est plus élevé après les réveils en sommeil paradoxal (REM) (82 %) qu'après les réveils en sommeil non paradoxal (NREM) (43 % 0201367 %) (22, 23). Le sommeil est influencé par rythmes circadiens ce qui se traduit par un DRF plus élevé en fin de nuit qu'en début de nuit quels que soient les stades de sommeil (24). Les rapports sur les rêves sont en moyenne plus longs, plus vivants, plus scénarisés et plus bizarres dans la deuxième partie de la nuit. La DRF peut être influencée par les changements circadiens de l'activité corticale (en fonction de l'augmentation de la température corporelle et de la réduction de la mélatonine) et par le rythme ultradien du cycle NREM/REM (17). Chronotype La fréquence matinale-soirée et la fréquence des cauchemars sont corrélées, en particulier chez les femmes (15).

L'éveil intrasommeil est un paramètre décisif concernant la DRF (5, 7, 17). Le seul paramètre de sommeil différenciant les rappels de rêves élevés (HR) des rappels de rêves faibles (LR) est la moyenne durée des réveils intra-sommeil. Tout en restant dans la plage normale, la FC montre des réveils intra-sommeil plus longs (environ 2 min en moyenne) que la LR (environ 0,95 min en moyenne) (7). Des réveils suffisamment longs lorsque le rêve est encore dans la mémoire à court terme semblent nécessaires pour transférer la mémoire du rêve à court terme dans une mémoire à long terme (7, 25).

Le temps écoulé entre le réveil et le rapport de rêve est également important pour la précision et la longueur du rapport, plus c'est court, mieux c'est (26).

L'environnement du dormeur et la stimulation sensorielle pendant le sommeil peuvent également impacter l'activité onirique et notamment son contenu émotionnel (2). C'est par exemple le cas pour les sons (27, 28), les odeurs (29, 30), et les stimuli douloureux ou la soif (31, 32) également pour la position physique du corps (33).

Une évaluation des rythmes veille/sommeil, de la quantité subjective et de la qualité du sommeil à l'aide de l'indice de qualité du sommeil de Pittsburg (34) est donc recommandé dans une étude de rêve. Le chronotype peut être mesuré à l'aide de la version courte des questionnaires matin/soirée (MEQ) (35).


DESCRIPTION DÉTAILLÉE

Lors de l'étude de l'efficacité du donépizil (Aricept®) comme moyen d'améliorer le rêve lucide et la clarté cognitive pendant le sommeil paradoxal chez des sujets normaux, l'expérience suivante a été réalisée avec les résultats suivants : L'essai a été réalisé avec dix volontaires normaux auto-sélectionnés pour leur rappel de rêve élevé et leur intérêt pour les rêves lucides (7 hommes, 3 femmes, âgés de 22 à 55 ans). Les sujets ont collecté le contenu de leurs rêves et d'autres mesures d'auto-évaluation pendant trois nuits, séparées par une période de sevrage d'au moins une semaine. Au coucher, ils prenaient des gélules contenant 0 (placebo), 5 ou 10 mg de donépizil, avec un ordre contrebalancé des trois doses. Après chaque réveil spontané au cours des trois nuits, Ss a évalué le contenu du rêve sur une gamme de mesures comprenant la bizarrerie, la complexité et l'intensité, l'affect, la clarté cognitive, la lucidité et le contrôle. Ils ont également estimé la qualité du sommeil, l'insomnie et le degré d'effets indésirables.

RESULTATS : Neuf des 10 S (90 %) ont rapporté un ou plusieurs rêves lucides lors des nuits expérimentales, avec un seul S rapportant un rêve lucide lors d'une nuit placebo. La clarté cognitive, la lucidité, le rappel, le contrôle, la bizarrerie et la vivacité visuelle étaient tous significativement élevés avec le donépizil par rapport au placebo. Les effets étaient généralement liés à la dose avec 10 mg de donépizil produisant des niveaux significativement plus élevés de ces variables que la dose de 5 mg, qui à son tour a produit des élévations significatives par rapport au placebo. Les chances de rêver lucide pour les trois conditions sont passées de 0,031 pour le placebo à 0,429 pour 5 mg de donépizil et à 0,754 pour 10 mg de donépizil. L'odds ratio de lucidité pour la dose de 10 mg par rapport au placebo était de 24,3 (p<0,001). Le donépizil était également associé à une fréquence significativement élevée de paralysie du sommeil et à une augmentation de 40 % du temps d'éveil estimé pendant la nuit (176 contre 126 min pour une nuit de 9,0 h, p<0,05). L'incidence des événements indésirables, notamment une insomnie légère et des symptômes gastro-intestinaux, était faible et principalement associée à la dose la plus élevée (deux sujets ont signalé des nausées et un vomissement).

Ainsi, par rapport au placebo, les doses de 5 mg et de 10 mg de donépizil améliorent de manière significative la clarté cognitive, l'autoréflexion et la lucidité autodéclarées pendant le rêve. Ces effets peuvent être encore renforcés par la combinaison des inhibiteurs de l'acétylcholinestérase avec des précurseurs de l'acétylcholine, des agonistes et/ou des dispositifs électroniques induisant la lucidité.

[0016] En plus des données du donépizil, nous disposons également de données sur l'Exelon® (dose de rivastigmine 6-12 mg) et la galantamine (Reminyl®, Nivalin® 8-16 mg). Les deux fonctionnent aussi bien qu'Aricept®), mais avec peut-être moins d'effets secondaires. Nous avons également testé l'huperzine avec des résultats prometteurs, mais n'avons pas encore déterminé la correspondance de dose avec Aricept® (mais 5 mg de Donepizil sont plus puissants que 150 Apg d'huperzine).

De plus, nous avons des rapports de succès avec des patchs à la nicotine. Il existe également dans la littérature scientifique des études montrant le déclenchement/l'intensification du sommeil paradoxal avec l'arécoline. De combien de preuves avons-nous besoin pour ces affirmations générales : Il convient de noter que les effets de modification du REM et d'amélioration de la lucidité peuvent être causés par un certain nombre d'effets neurophysiologiques induits par ces « médicaments intelligents » en plus de l'inhibition de l'acétylcholinestérase. Ceux-ci comprennent : 1. L'utilisation d'un agoniste cholinergique (par exemple, la nicotine).

2. Utilisation d'agonistes des récepteurs muscariniques : médicaments qui imitent l'effet de l'ACh sur les récepteurs muscariniques : Inc : agonistes muscariniques (M1), M2 et nicotiniques. (Comme l'arécoline ou la Recoline, un agoniste des récepteurs muscariniques) 3 . Utilisation d'un antagoniste des récepteurs présynaptiques pour activer les neurones à acétylcholine restants. (c'est-à-dire chez le rat, les séquences oligonucléotidiques antisens qui bloquent les récepteurs muscariniques M2 (mais pas M4) augmentent l'acétylcholine extracellulaire. Cet effet (les séquences nucléotidiques antisens sont complémentaires d'une séquence d'ARN messager. Lorsque l'ADN ou l'ARN antisens est ajouté à une cellule, il se lie à une molécule d'ARN messager spécifique et l'inactive.) 4. Utilisation de modulateurs allostériques (tels que les ligands à potentialisation allostérique [APL]) de l'acétylcholine et des récepteurs nicotiniques (médicaments qui interagissent avec le récepteur via des sites de liaison distincts de ceux de l'acétylcholine et des récepteurs nicotiniques agonistes et antagonistes).

D'autres stratégies pour potentialiser la fonction de l'acétylcholine pour l'amélioration de la lucidité des rêves, y compris l'utilisation d'autres classes de composés agissant de manière similaire devraient être évidentes pour l'homme du métier à partir d'un examen des descriptions jointes.


Un guide des suppléments qui peuvent aider Dream Recall ou vous aider à Lucid Dream.

Tout d'abord, je dois commencer par dire que je ne suis PAS un médecin et que je ne vous dis pas de prendre l'un d'entre eux. Vous devez TOUJOURS consulter un médecin avant de prendre quelque chose de nouveau, SURTOUT si vous prenez déjà un médicament sur ordonnance. J'ai tout réglé avec mon médecin.

Je ne publie ceci que parce que je vois beaucoup de messages de personnes ayant des difficultés à se souvenir de leurs rêves ou de personnes demandant quels médicaments peuvent aider. Je vais les diviser en deux groupes. Suppléments que j'ai essayés et certains que je n'ai pas.

Suppléments que j'ai essayés

Mélatonine - Ceci est utilisé comme aide générale au sommeil et peut fournir une petite quantité de rappel de rêve. Mon médecin a dit que la mélatonine agit comme un somnifère, mais peut prendre des semaines voire des mois pour s'accumuler dans votre système. Je l'utilise régulièrement depuis que je souffre d'insomnie. Il y a une légère augmentation du rappel des rêves. Ils viennent généralement en 3-5 mg. Il y a eu des études avec jusqu'à 40 mg, mais je ne prendrais qu'entre 3 et 6 mg et je commencerais bas. Votre tolérance aux médicaments peut être inférieure ou supérieure à la mienne (la mienne est assez élevée)

B6 - On le trouve couramment dans les vitamines et les boissons énergisantes. Pendant la journée, il aide à métaboliser les aliments en énergie, mais lorsqu'il fait noir, il produit de la mélatonine, un signal pour que votre corps s'endorme. Les vitamines ont une quantité infime par rapport à une bouteille de B6 ordinaire. Le B6 que j'ai est de 100 mg, ce qui correspond à 5000% de la VQ, tandis que les vitamines en contiennent environ 2 mg, ce qui correspond à 100% de la VQ.

Huile de poisson/huile de graines de lin - Elles contiennent des acides gras oméga-3. Ils sont merveilleux pour votre cœur et ils aident également à faire fonctionner votre cerveau au mieux de ses capacités. Franchement, je pense que tout le monde devrait prendre cela juste pour ses bienfaits pour la santé globale. Pour rêver, j'ai remarqué une petite augmentation du rappel des rêves.

Valerian - Celui-ci aide un peu à se souvenir des rêves. Ça sent un peu génial, mais ça n'a pas le goût de quoi que ce soit. Il aime aussi la sieste car les chats vont se déchaîner avec. Cela fonctionne pour vous calmer et vous faciliter le sommeil.

DHEA - C'est celui qui est utilisé pour "soutenir une humeur saine et un niveau d'hormones équilibré". Ce n'est PAS quelque chose que vous devriez prendre si vous êtes sous antidépresseur (nous y reviendrons)

5-HTP - Celui-ci semble fonctionner, surtout s'il est pris sur une longue période. Celui-ci "favorise également une humeur positive" et "aide à contrôler l'appétit". Malheureusement, il semble aider à contrôler l'appétit en vous rendant nauséeux. Vous ne devriez pas le prendre l'estomac vide. Pris avec un estomac plein, élimine généralement les nausées. Il agit en créant plus de sérotonine, un neurotransmetteur qui aide à se souvenir des rêves. La majorité de la sérotonine est produite dans la muqueuse de l'estomac, d'où les nausées en cas d'ingestion à jeun.

Lexapro (Escitalopram) - Il s'agit d'un médicament sur ordonnance UNIQUEMENT. C'est un ISRS ou inhibiteur de la recapture de la sérotonine. Il permet à plus de sérotonine d'être dans votre système. La sérotonine est l'hormone du « bien-être », c'est pourquoi elle est utilisée comme antidépresseur. Comme indiqué précédemment, des niveaux élevés de sérotonine favorisent des rêves vivants. Vous ne devriez pas le prendre sur un coup de tête, il ne devrait être prescrit par un médecin que pour une dépression grave. Je l'ai essayé pour la première fois il y a plusieurs années et j'ai découvert que les rêves vifs étaient un bel effet secondaire purement accidentel. Cela, parmi tout le reste, a fourni les rêves les plus vivants que j'aie jamais eus. Si vif que je n'ai eu aucun problème à les contrôler ou à m'en souvenir quand je me suis réveillé. Je pouvais littéralement attendre le lendemain soir et me souvenir encore parfaitement du rêve. Encore une fois, c'est un médicament TRÈS puissant et ne devrait pas être pris à moins que vous n'ayez un grave problème de dépression. (D'autres ISRS ont également un effet similaire, mais j'ai utilisé Lexapro le plus longtemps et c'est l'action la plus rapide 1 à 2 semaines par rapport à 2 à 4 semaines avec d'autres médicaments)

Bitartrate de choline - Ceci est généralement utilisé pour augmenter la mémoire et l'attention. Il affecte les produits chimiques dans le cerveau, d'où une augmentation du rappel des rêves. Je ne pouvais le trouver que dans un magasin GNC, il n'était disponible dans aucun autre magasin que je pouvais trouver.

Diphenhydramine - Elle est vendue en vente libre sous forme de benadryl, d'antihistaminique ou d'aide au sommeil, généralement associée à du tylenol, comme le Tylenol PM (bon conseil, ne dépensez pas d'argent pour des "aides au sommeil" coûteuses. Regardez sur la boîte, c'est juste de la diphenhydramine. Achetez plutôt une marque bon marché de benadryl, c'est la même chose) Certaines personnes rapportent plus de rêves, je n'ai pas remarqué beaucoup de différence, mais cela vous aide à vous endormir plus rapidement si rien d'autre.

Suppléments que je n'ai pas essayé

Chantix (Varenicline) - Mon frère et ma mère ont tous deux pris ceci (ils sont tous les deux fumeurs, je ne le suis pas) et ont signalé des rêves étranges ou vifs. Cela fonctionne à nouveau avec des produits chimiques dans le cerveau. Il s'agit d'un médicament sur ordonnance UNIQUEMENT pour aider à arrêter de fumer.

Galantamine - Celui-ci a été développé à l'origine pour les personnes atteintes d'Alzheimer. Il aide à créer l'acétylcholine, un neurotransmetteur. Certaines personnes prennent cela avec Choline et rapportent un grand succès. Je n'ai pas encore essayé cela car je n'ai pu le trouver qu'en ligne et c'est assez cher à environ 20 $ pour 30 pilules.

Racine de rêve africaine - C'est quelque chose que les tribus utilisent depuis longtemps pour les aider à avoir des "visions" et est censée donner d'excellents résultats dans le rappel des rêves et le rêve lucide. Encore une fois, c'est un peu cher et vous devez trouver un vendeur de bonne réputation.

J'espère que cela a été utile. J'ai peut-être raté certaines choses, mais je suis presque sûr que c'est tout. Ne me croyez pas sur parole pour tout cela. Je vous encourage à faire vos propres recherches. Recherchez-les, voyez comment ils fonctionnent et PARLEZ À VOTRE MÉDECIN. Ceci est juste basé sur mon expérience personnelle et mes recherches. Certaines choses peuvent fonctionner mieux, d'autres moins bien ou même pas du tout. Bonne chance à vous tous!


Comment donner un sens à vos rêves

Si vous êtes curieux au sujet de vos rêves ou si vous souhaitez déterminer leur signification possible, envisagez de tenir un journal de vos rêves.

A continué

Écris le. Gardez un cahier et un stylo à côté de votre lit et enregistrez votre rêve dès la première heure chaque matin, pendant que le souvenir est encore frais. Notez tout ce dont vous vous souvenez et ce que vous ressentez, même si vous ne vous souvenez que d'informations aléatoires.

Journal sans jugement. Les rêves sont parfois étranges et peuvent aller à l'encontre des normes sociétales. Essayez de ne pas vous juger en fonction de vos rêves.

Donnez un titre à chaque rêve. Cela peut aider si vous voulez vous référer à un rêve. Parfois, le titre que vous créez peut donner un aperçu de la raison pour laquelle vous avez eu le rêve ou de la signification qui se cache derrière.

Les rêves fascinent l'humanité depuis la nuit des temps et continueront probablement de nous intriguer. La science nous a permis d'en apprendre beaucoup sur le cerveau humain, mais nous ne saurons peut-être jamais avec certitude la signification de nos rêves.

Sources

Association internationale pour l'étude des rêves : « Questions courantes sur les rêves ».

Fondation nationale du sommeil : "Dans vos rêves", "Rêves et sommeil".

DreamScience.org : "La science du rêve."

Université de Californie à Santa Cruz : « L'étude quantitative des rêves : questions fréquemment posées. »


DESCRIPTION DÉTAILLÉE

Lors de l'étude de l'efficacité du donépizil (Aricept®) comme moyen d'améliorer le rêve lucide et la clarté cognitive pendant le sommeil paradoxal chez des sujets normaux, l'expérience suivante a été réalisée avec les résultats suivants : L'essai a été réalisé avec dix volontaires normaux auto-sélectionnés pour leur rappel de rêve élevé et leur intérêt pour les rêves lucides (7 hommes, 3 femmes, âgés de 22 à 55 ans). Les sujets ont collecté le contenu de leurs rêves et d'autres mesures d'auto-évaluation pendant trois nuits, séparées par une période de sevrage d'au moins une semaine. Au coucher, ils prenaient des gélules contenant 0 (placebo), 5 ou 10 mg de donépizil, avec un ordre contrebalancé des trois doses. Après chaque réveil spontané au cours des trois nuits, Ss a évalué le contenu du rêve sur une gamme de mesures comprenant la bizarrerie, la complexité et l'intensité, l'affect, la clarté cognitive, la lucidité et le contrôle. Ils ont également estimé la qualité du sommeil, l'insomnie et le degré d'effets indésirables.

RESULTATS : Neuf des 10 S (90 %) ont rapporté un ou plusieurs rêves lucides lors des nuits expérimentales, avec un seul S rapportant un rêve lucide lors d'une nuit placebo. La clarté cognitive, la lucidité, le rappel, le contrôle, la bizarrerie et la vivacité visuelle étaient tous significativement élevés avec le donépizil par rapport au placebo. Les effets étaient généralement liés à la dose avec 10 mg de donépizil produisant des niveaux significativement plus élevés de ces variables que la dose de 5 mg, qui à son tour a produit des élévations significatives par rapport au placebo. Les chances de rêver lucide pour les trois conditions sont passées de 0,031 pour le placebo à 0,429 pour 5 mg de donépizil et à 0,754 pour 10 mg de donépizil. L'odds ratio de lucidité pour la dose de 10 mg par rapport au placebo était de 24,3 (p<0,001). Le donépizil était également associé à une fréquence significativement élevée de paralysie du sommeil et à une augmentation de 40 % du temps d'éveil estimé pendant la nuit (176 contre 126 min pour une nuit de 9,0 h, p<0,05). L'incidence des événements indésirables, notamment une insomnie légère et des symptômes gastro-intestinaux, était faible et principalement associée à la dose la plus élevée (deux sujets ont signalé des nausées et un vomissement).

Ainsi, par rapport au placebo, les doses de 5 mg et de 10 mg de donépizil améliorent de manière significative la clarté cognitive, l'autoréflexion et la lucidité autodéclarées pendant le rêve. Ces effets peuvent être encore renforcés par la combinaison des inhibiteurs de l'acétylcholinestérase avec des précurseurs de l'acétylcholine, des agonistes et/ou des dispositifs électroniques induisant la lucidité.

[0016] En plus des données du donépizil, nous disposons également de données sur l'Exelon® (dose de rivastigmine 6-12 mg) et la galantamine (Reminyl®, Nivalin® 8-16 mg). Les deux fonctionnent aussi bien qu'Aricept®), mais avec peut-être moins d'effets secondaires. Nous avons également testé l'huperzine avec des résultats prometteurs, mais n'avons pas encore déterminé la correspondance de dose avec Aricept® (mais 5 mg de Donepizil sont plus puissants que 150 Apg d'huperzine).

De plus, nous avons des rapports de succès avec des patchs à la nicotine. Il existe également dans la littérature scientifique des études montrant le déclenchement/l'intensification du sommeil paradoxal avec l'arécoline. De combien de preuves avons-nous besoin pour ces affirmations générales : Il convient de noter que les effets de modification du REM et d'amélioration de la lucidité peuvent être causés par un certain nombre d'effets neurophysiologiques induits par ces « médicaments intelligents » en plus de l'inhibition de l'acétylcholinestérase. Ceux-ci comprennent : 1. L'utilisation d'un agoniste cholinergique (par exemple, la nicotine).

2. Utilisation d'agonistes des récepteurs muscariniques : médicaments qui imitent l'effet de l'ACh sur les récepteurs muscariniques : Inc : agonistes muscariniques (M1), M2 et nicotiniques. (Comme l'arécoline ou la Recoline, un agoniste des récepteurs muscariniques) 3 . Utilisation d'un antagoniste des récepteurs présynaptiques pour activer les neurones à acétylcholine restants. (c'est-à-dire chez le rat, les séquences oligonucléotidiques antisens qui bloquent les récepteurs muscariniques M2 (mais pas M4) augmentent l'acétylcholine extracellulaire. Cet effet (les séquences nucléotidiques antisens sont complémentaires d'une séquence d'ARN messager. Lorsque l'ADN ou l'ARN antisens est ajouté à une cellule, il se lie à une molécule d'ARN messager spécifique et l'inactive.) 4. Utilisation de modulateurs allostériques (tels que les ligands à potentialisation allostérique [APL]) de l'acétylcholine et des récepteurs nicotiniques (médicaments qui interagissent avec le récepteur via des sites de liaison distincts de ceux de l'acétylcholine et des récepteurs nicotiniques agonistes et antagonistes).

D'autres stratégies pour potentialiser la fonction de l'acétylcholine pour l'amélioration de la lucidité des rêves, y compris l'utilisation d'autres classes de composés agissant de manière similaire devraient être évidentes pour l'homme du métier à partir d'un examen des descriptions jointes.


Autres herbes et suppléments utiles

Herbes du sommeil

Outre la passiflore, il existe d'autres herbes pour le sommeil, qui peuvent améliorer la qualité du sommeil de diverses manières lorsqu'elles sont prises avant le coucher.

    – cette plante calmante et sédative peut améliorer la qualité du sommeil et aider à lutter contre l'agitation, l'anxiété et les troubles du sommeil. – une nervine relaxante d'intensité modérée et une douce euphorie. – réduit la tension, l'anxiété et le stress et favorise le sommeil. – un sédatif utilisé pour traiter la nervosité, l’insomnie et l’anxiété. – une plante calmante utilisée pour traiter l’anxiété et les troubles du sommeil. – un nervin et hypnotique utilisé pour traiter l'insomnie et l'agitation.
  • Camomille allemande (Matricaria recutita) - un nervine utilisé pour traiter l'insomnie, le stress et l'anxiété. – un relaxant nervin et hypnotique utilisé pour traiter l'anxiété et l'insomnie légère.
  • pavot de Californie (EschscholziaCalifornie) – un nervin et hypnotique utilisé pour traiter l'insomnie chez les enfants.

Adaptogènes

Les adaptogènes sont des herbes qui augmentent la résistance du corps aux facteurs de stress et sa capacité générale à résister aux situations stressantes. Ils doivent être pris le matin car ils peuvent être stimulants/énergisants.

    – aide à combattre l’anxiété, le stress et l’insomnie. Elle est apaisante et favorise un sommeil profond et sans rêves.
  • Ginseng de Sibérie (Eleutherococcus senticosus) – bénéfique contre les effets du stress prolongé comme l'insomnie et améliore le bien-être.
  • Ginseng coréen (Panax ginseng) et le ginseng américain/canadien (Panax quinquefolius)
  • Magnolia-vigne chinois (Schisandra chinensis)
  • Basilic sacré (Ocimum sanctum)

Médecine chinoise

En médecine chinoise, un esprit instable (causé par une déficience du cœur yin/sang), provoque l'insomnie ainsi que des rêves excessifs. Cette condition est traitée avec l'acupuncture, la nutrition et les remèdes à base de plantes stabilisatrices d'esprit ainsi qu'en traitant la cause première.

La chaleur du foie, par exemple, peut provoquer une consommation excessive de yin, laissant le cœur sans yin suffisant pour stabiliser l'esprit. Les herbes spécifiques qui aident à calmer la chaleur/le feu du foie, comprennent :

  • Huang Lian (Coptis spp.) – fait intéressant, cette plante contient de la berbérine, un alcaloïde qui inhibe la tyramine (la substance qui peut être responsable des effets oniriques causés par le fromage)
  • Long Dan Cao (Gentiane spp.)

Les herbes qui calment et nourrissent l'esprit et le cœur comprennent :

  • Suan Zao Ren (Ziziphus jujuba) - utilisé pour traiter l'insomnie ou la difficulté à s'endormir ou à rester endormi, les rêves excessifs, le sommeil superficiel avec une tendance à se réveiller facilement et la fatigue.
  • Yuan Zhi (Polygala spp.) - utilisé pour traiter l'insomnie et les rêves excessifs
  • Ye Jiao Teng (Polygonum multiflorum) - utilisé pour traiter l'insomnie, la difficulté à s'endormir ou à rester endormi et les rêves excessifs.
  • Xiao Mai (Triticum aestivum blé tendre) – utilisé pour traiter Zang Zao, un terme chinois correspondant plus ou moins au SSPT, qui implique des symptômes tels que des inquiétudes excessives, de l'anxiété, des crises de mélancolie et de pleurs fréquents, un sommeil perturbé par les rêves et la dépression.
  • Ci Wu Jia (Eleutherococcus senticosus) - utilisé pour soulager l'insomnie ou le sommeil perturbé par les rêves
  • Wu Wei Zi (Schisandra chinensis) - utilisé pour traiter les carences en yin et en sang avec des symptômes tels que l'anxiété, l'insomnie et le sommeil perturbé par les rêves
  • Lian Zi (Nelumbo nucifera) - utilisé pour traiter l'anxiété, le sommeil perturbé par les rêves et l'insomnie
  • Lian Xu (Nelumbo nucifera) - utilisé pour les rêves excessifs la nuit

Il existe également des mélanges d'herbes chinoises qui peuvent aider à combattre les mauvais rêves grâce à de multiples mécanismes.

Un Mian Pian (comprimé pour le sommeil paisible), par exemple, est utilisé pour :

  • Anxiété
  • Rêves dérangeants
  • Insomnie
  • Beaucoup de rêves
  • Hyperactivité mentale
  • Dépression nerveuse
  • Sommeil agité
  • Agitation
  • Phobie

Bai Zi Yang Xin Wan est une autre formulation qui peut aider avec :

  • Anxiété
  • Rêves dérangeants
  • Insomnie
  • Sueurs nocturnes
  • Sommeil agité

Lévodopa (L-Dopa)

La L-dopa est un acide aminé qui dans le corps est transformé en neurotransmetteur dopamine.

L'augmentation des niveaux de dopamine due à la supplémentation en L-dopa peut rendre les rêves plus vivants et plus longs. Pour certaines personnes, cela peut être un déclencheur de cauchemars, mais d'autres rapportent des rêves dans lesquels on éprouve une confiance extrême et une absence totale de peur.

Les rêves lucides de dopamine se caractérisent par une capacité accrue à contrôler le rêve, ce qui serait bénéfique pour ceux qui suivent une thérapie de rêve lucide.

Mélatonine, 5-HTP & Tryptophane

La mélatonine, le 5-HTP et l'acide aminé tryptophane sont des précurseurs de la sérotonine. Lorsqu'ils sont ingérés, ils pénètrent dans le cerveau, où ils augmentent les niveaux de sérotonine.

L'augmentation des niveaux de sérotonine dans le cerveau pendant le sommeil peut améliorer la qualité du sommeil, mais aussi provoquer des rêves intenses.

Pendant les 1 à 2 premières heures, le sommeil paradoxal est supprimé et on éprouve un sommeil profond réparateur et ininterrompu. Ensuite, lorsque les niveaux de sérotonine commencent à baisser, l'effet de rebond REM se produit et le cerveau compense la perte de REM en créant des périodes de rêve plus longues et plus intenses.

Les rêves de sérotonine ont tendance à être calmes, relaxants et vifs, mais sont parfois plus difficiles à mémoriser.

Combiner un IMAO avec du 5-HTP (ce qui peut être dangereux) ou le prendre après 3-4 heures de sommeil dans les cas où les mauvais rêves surviennent pendant la seconde moitié de la nuit, peut aider à prévenir les mauvais rêves.

Certaines personnes atteintes du SSPT ne font des cauchemars que si elles dorment 3 heures ou plus. C'est parce que normalement les périodes REM, où les cauchemars se produisent, sont courtes pendant la première moitié de la nuit et plus longues pendant la seconde moitié. Régler une alarme pour vous réveiller après 3 heures, puis prendre un suppresseur REM peut fonctionner pour éviter les cauchemars.

Piracétam

Le piracétam est un médicament nootrope ou « intelligent », une substance qui aurait un impact positif sur la fonction cognitive.

Il supprime de manière significative le rêve et inhibe le rappel des rêves.

Vitamine B1 (thiamine)

Nous avons vu que la vitamine B6 peut améliorer le rappel des rêves, ce qui peut vous faire vous souvenir de vos rêves, y compris de vos mauvais rêves.

Une autre vitamine B, la thiamine (vitamine B1), a été utilisée avec succès pour traiter les patients souffrant de troubles anxieux, y compris des symptômes se manifestant par une fatigue chronique, des insomnies, des cauchemars et une dépression.

Homéopathie

L'homéopathie est un système de médecine alternative, qui utilise des quantités extrêmement infimes de substances naturelles, comme des plantes et des minéraux pour stimuler la capacité du corps à se guérir.

Les remèdes homéopathiques qui peuvent aider avec les mauvais rêves comprennent :

  • Ignatia – utilisé pour l'insomnie due à un bouleversement émotionnel, qui s'accompagne de cauchemars longs et troublants.
  • Arsenicum - utilisé pour un sommeil anxieux et perturbé avec des rêves effrayants pleins d'insécurité.
  • Silicea – utilisé pour les rêves anxieux.

Fleurs de Bach

Les fleurs de Bach sont des solutions d'eau-de-vie et d'eau-de-vie, basées sur les principes de l'homéopathie, qui contiennent des dilutions extrêmes de fleurs de plantes sauvages.

Les fleurs de Bach recommandées pour les mauvais rêves comprennent :

  • Tremble – utilisé pour la panique, l'anxiété et les cauchemars.
  • Étoile de Bethléem – utilisée pour traiter les traumatismes.

La consommation d'aliments tels que le fromage peut-elle provoquer des rêves vifs ?

L'une des croyances séculaires est que manger du fromage avant de se coucher vous donnera des cauchemars. Mais est-ce vrai et des fromages différents ont-ils des effets différents ?

Bien que les scientifiques ne soient toujours pas sûrs de la relation entre les rêves et manger avant de se coucher, il est clair que manger près du sommeil peut perturber le sommeil. Cela semble dépendre du contenu du repas et de l'heure à laquelle vous mangez ce repas avant d'aller vous coucher.

Selon Medline Plus, manger juste avant de se coucher augmente votre métabolisme, ce qui augmente également l'activité nocturne de votre cerveau, entraînant des rêves et des cauchemars. Alors que certaines substances telles que l'alcool et la nicotine provoquent un sommeil plus léger et empêchent le sommeil paradoxal, ce qui diminue le rêve.

Manger avant de se coucher peut affecter des choses autres que les rêves.

Manger avant de se coucher peut augmenter les brûlures d'estomac, une condition dans laquelle l'acide gastrique fuit de votre estomac dans votre œsophage. Cela peut entraîner des sensations de brûlure et des douleurs thoraciques, perturbant votre sommeil. Selon le National Digestive Diseases Information Clearinghouse, manger juste avant de dormir peut également aggraver le syndrome des vomissements cycliques, dans lequel les individus souffrent d'épisodes de nausées et de vomissements.

Quelle est la différence entre les rêves vifs et lucides

  • Rêves vifs - Des rêves dont vous vous souvenez comme si cela venait de se produire. En règle générale, les rêves les plus vivants sont ceux que vous avez juste avant de vous réveiller. Bien que, parfois, si un rêve a une pertinence très importante pour quelque chose d'important dans votre vie, vous pouvez en faire l'expérience dès le début de l'état de rêve et en garder des souvenirs vifs au réveil.
  • Rêve lucide - Un rêve dans lequel on a conscience qu'on rêve. Dans un rêve lucide, le rêveur a plus de chances d'exercer un certain degré de contrôle sur sa participation au rêve ou de pouvoir manipuler ses expériences imaginaires dans l'environnement du rêve. Les rêves lucides peuvent être réalistes et vivants.

Que pouvez-vous manger avant de vous coucher pour que vos rêves semblent réels ?


uvres d'art abstraites colorées qui peuvent représenter des rêves psychédéliques - Les amoureux et les fous ont un tel cerveau bouillonnant. De tels fantasmes façonnants, qui appréhendent. La raison plus que cool ne comprend jamais. Le Songe d'une nuit d'été, acte 5, scène 1.

  • Fromage : L'une des croyances séculaires est que manger du fromage avant de se coucher vous donnera des cauchemars. Mais est-ce vrai et des fromages différents ont-ils des effets différents ? Eh bien, des chercheurs britanniques ont donné du fromage à 200 personnes tous les soirs pendant une semaine avant de se coucher. Personne n'a fait de cauchemar, mais cela a affecté leurs rêves. Les gens qui mangeaient du cheddar rêvaient de célébrités. Tandis qu'un autre fromage britannique, le Red Leicester, renvoyait les gens à leurs études.
  • Aliments épicés avant le coucher : Quand et ce que nous mangeons peut affecter notre repos nocturne, sinon notre tendance à faire de mauvais rêves. Une étude publiée dans le Revue internationale de psychophysiologie ont demandé à un groupe d'hommes en bonne santé de manger des repas épicés avant de se coucher certains soirs et ont comparé leur qualité de sommeil les nuits où ils prenaient des repas non épicés. Lors des nuits épicées, les sujets passaient plus de temps éveillés et avaient un sommeil de moins bonne qualité. L'explication est que les aliments épicés peuvent élever la température corporelle et ainsi perturber le sommeil. C'est peut-être aussi la raison pour laquelle certaines personnes signalent de mauvais rêves lorsqu'elles mangent trop près de l'heure du coucher. Bien que peu d'études l'aient examiné, manger près de l'heure du coucher augmente le métabolisme et l'activité cérébrale et peut provoquer de mauvais rêves ou des cauchemars.
  • Ail : Il y a quelques personnes qui prétendent que l'ail affecte leur sommeil, en plus de les faire faire des rêves étranges et des cauchemars vraiment vifs.
  • Vitamine B6 - Pyridoxine : Certaines personnes jurent que prendre de la vitamine B6 avant de dormir produira des rêves très vifs. De plus, les scientifiques ont découvert que les rêves intenses sont souvent le symptôme d'un excès de vitamine B6 dans le corps. Les personnes qui prennent beaucoup de vitamine B6 en tant que supplément peuvent remarquer une augmentation des rêves vifs. Les aliments qui contiennent de la vitamine B6 comprennent les bananes, les oranges, le poisson, le foie, les haricots, les noix, les œufs, le poulet, les carottes, les épinards et d'autres aliments sains.
  • Tryptophane : Le tryptophane est un acide aminé absorbé par la vitamine B6 et converti en sérotonine. La sérotonine peut provoquer des rêves extrêmement vifs à des niveaux plus élevés. Le tryptophane se trouve dans des aliments tels que le fromage cheddar, le poulet, le saumon, l'agneau, les œufs, la farine, le riz blanc et le lait. Le fromage cheddar contient le plus de tryptophane.
  • Vinaigre de cidre de pomme : On dit que le vinaigre de cidre de pomme provoque des rêves extrêmement vifs et réalistes. Mélangez 2 cuillères à soupe dans un grand verre d'eau, ajoutez un peu de miel si vous n'aimez pas le goût.

Autres aliments pour vous faire rêver :

  • La pizza avant le coucher est un autre aliment qui, selon de nombreuses personnes, provoque des rêves intenses.
  • Il a également été rapporté que manger du chou ou des choux de Bruxelles près de l'heure du coucher donnerait vie à vos rêves en odorat.
  • Divers suppléments à base de plantes et médicaments peuvent également être une cause de rêves intenses. Par exemple, les personnes qui commencent à prendre des médicaments antidépresseurs remarqueront souvent une augmentation des rêves intenses.
  • Certaines herbes, telles que la racine de valériane et la camomille, qui sont utilisées pour induire le sommeil, peuvent également provoquer des rêves plus vifs.

Patchs à la nicotine : Bien qu'il ne s'agisse certainement pas d'un aliment, l'un des effets secondaires des patchs à la nicotine comprend des rêves hyper vifs qui durent des heures et semblent très réels. Voici un lien (www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16782142) à une étude médicale intitulée "L'effet des timbres transdermiques de nicotine sur le sommeil et les rêves. "

Faits concernant les rêves et le rêve

  • L'étude scientifique des rêves s'appelle l'onirologie.
  • Les femmes ont tendance à se souvenir de leurs rêves plus fréquemment que les hommes.
  • Une petite minorité de personnes dit ne rêver qu'en noir et blanc.
  • La personne moyenne fait trois à cinq rêves par nuit, et certains peuvent en avoir jusqu'à sept.
  • Les rêves peuvent parfois provoquer une pensée créative chez la personne ou lui donner un sentiment d'inspiration.
  • La durée d'un rêve peut varier, ils peuvent durer quelques secondes, ou environ 20 à 30 minutes.
  • Le rappel des rêves est extrêmement peu fiable, bien que ce soit une compétence qui peut être entraînée. Les rêves peuvent généralement être rappelés si une personne est réveillée en rêvant.
  • Un cauchemar est un rêve désagréable qui peut provoquer une forte réaction émotionnelle négative de l'esprit, généralement de la peur et/ou de l'horreur, mais aussi du désespoir, de l'anxiété et une grande tristesse.
  • Les rêves surviennent principalement au stade du sommeil paradoxal (REM), lorsque l'activité cérébrale est élevée et ressemble à celle d'être éveillé. Les rêves peuvent survenir à d'autres stades du sommeil. Cependant, ces rêves ont tendance à être beaucoup moins vivants ou mémorables.
  • Une terreur nocturne, également connue sous le nom de terreur nocturne ou pavor nocturnus, est un trouble de la parasomnie qui affecte principalement les enfants, provoquant des sentiments de terreur ou d'effroi. Les terreurs nocturnes ne doivent pas être confondues avec les cauchemars, qui sont de mauvais rêves qui provoquent un sentiment d'horreur ou de peur.
  • À la fin du 19e siècle, le psychothérapeute Sigmund Freud a développé une théorie selon laquelle le contenu des rêves est motivé par la réalisation inconsciente des souhaits. Freud appelait les rêves la "voie royale vers l'inconscient". Il a émis l'hypothèse que le contenu des rêves reflète l'inconscient du rêveur et plus précisément que le contenu des rêves est façonné par la réalisation de souhaits inconscients.
  • Carl Jung a rejeté de nombreuses théories de Freud. Jung a développé l'idée de Freud selon laquelle le contenu du rêve se rapporte aux désirs inconscients du rêveur. Il a décrit les rêves comme des messages au rêveur et a fait valoir que les rêveurs devraient faire attention pour leur propre bien. Il en est venu à croire que les rêves présentent au rêveur des révélations qui peuvent révéler et aider à résoudre les problèmes et les peurs émotionnels ou religieux.

Rêves lucides et métacognition

Des chercheurs de l'Institut Max Planck pour le développement humain de Berlin et de l'Institut de psychiatrie Max Planck de Munich ont découvert que la zone du cerveau qui permet l'autoréflexion est plus grande chez les rêveurs lucides. Ainsi, les rêveurs lucides sont peut-être aussi plus réfléchis lorsqu'ils sont éveillés. Les rêveurs lucides sont conscients de rêver en rêvant. Parfois, ils peuvent même jouer un rôle actif dans leurs rêves. La plupart d'entre eux, cependant, n'ont cette expérience que plusieurs fois par an et très peu presque chaque nuit. Les forums et les blogs Internet regorgent d'instructions et de conseils sur le rêve lucide. Il est possible que le rêve lucide soit étroitement lié à la capacité humaine d'autoréflexion - la soi-disant métacognition.

Les neuroscientifiques ont comparé les structures cérébrales de rêveurs lucides fréquents et de participants qui n'ont jamais ou rarement des rêves lucides. En conséquence, le cortex préfrontal antérieur, c'est-à-dire la zone du cerveau contrôlant les processus cognitifs conscients et jouant un rôle important dans la capacité d'autoréflexion, est plus grand chez les rêveurs lucides.

Les différences de volumes dans le cortex préfrontal antérieur entre les rêveurs lucides et les rêveurs non lucides suggèrent que le rêve lucide et la métacognition sont en effet étroitement liés. Cette théorie est étayée par des images cérébrales prises lorsque les personnes testées résolvaient des tests métacognitifs tout en étant éveillées. Ces images montrent que l'activité cérébrale dans le cortex préfrontal était plus élevée chez les rêveurs lucides. Les résultats indiquent que l'autoréflexion dans la vie quotidienne est plus prononcée chez les personnes qui peuvent facilement contrôler leurs rêves.

Les chercheurs veulent en outre savoir si les compétences métacognitives peuvent être formées. Dans une étude de suivi, ils ont l'intention de former des volontaires au rêve lucide pour examiner si cela améliore la capacité d'autoréflexion - (Filevich, E., Dresler, M., Brick, T.R., Kuhn, S. - Mécanismes méta-cognitifs sous-jacents au rêve lucide - The Journal of Neuroscience (2015) (DOI: 10.1523/JNEUROSCI.3342-14.201)

À propos de nous

Disabled World est une communauté de personnes handicapées indépendante créée en 2004 pour fournir des nouvelles et des informations sur le handicap aux personnes handicapées, aux personnes âgées, à leur famille et/ou à leurs aidants. Consultez notre page d'accueil pour des critiques informatives, des histoires exclusives et des procédures. Vous pouvez vous connecter avec nous sur les réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook ou en savoir plus sur Disabled World sur notre page à propos de nous.


Un guide des suppléments qui peuvent aider Dream Recall ou vous aider à Lucid Dream.

Tout d'abord, je dois commencer par dire que je ne suis PAS un médecin et que je ne vous dis pas de prendre l'un d'entre eux. Vous devez TOUJOURS consulter un médecin avant de prendre quelque chose de nouveau, SURTOUT si vous prenez déjà un médicament sur ordonnance. J'ai tout réglé avec mon médecin.

Je ne publie ceci que parce que je vois beaucoup de messages de personnes ayant des difficultés à se souvenir de leurs rêves ou de personnes demandant quels médicaments peuvent aider. Je vais les diviser en deux groupes. Suppléments que j'ai essayés et certains que je n'ai pas.

Suppléments que j'ai essayés

Mélatonine - Ceci est utilisé comme aide générale au sommeil et peut fournir une petite quantité de rappel de rêve. Mon médecin a dit que la mélatonine agit comme un somnifère, mais peut prendre des semaines voire des mois pour s'accumuler dans votre système. Je l'utilise régulièrement depuis que je souffre d'insomnie. Il y a une légère augmentation du rappel des rêves. Ils viennent généralement en 3-5 mg. Il y a eu des études avec jusqu'à 40 mg, mais je ne prendrais qu'entre 3 et 6 mg et je commencerais bas. Votre tolérance aux médicaments peut être inférieure ou supérieure à la mienne (la mienne est assez élevée)

B6 - On le trouve couramment dans les vitamines et les boissons énergisantes. Pendant la journée, il aide à métaboliser les aliments en énergie, mais lorsqu'il fait noir, il produit de la mélatonine, un signal pour que votre corps s'endorme. Les vitamines ont une quantité infime par rapport à une bouteille de B6 ordinaire. Le B6 que j'ai est de 100 mg, ce qui correspond à 5000% de la VQ, tandis que les vitamines en contiennent environ 2 mg, ce qui correspond à 100% de la VQ.

Huile de poisson/huile de graines de lin - Elles contiennent des acides gras oméga-3. Ils sont merveilleux pour votre cœur et ils aident également à faire fonctionner votre cerveau au mieux de ses capacités. Franchement, je pense que tout le monde devrait prendre cela juste pour ses bienfaits pour la santé globale. Pour rêver, j'ai remarqué une petite augmentation du rappel des rêves.

Valerian - Celui-ci aide un peu à se souvenir des rêves. Ça sent un peu génial, mais ça n'a pas le goût de quoi que ce soit. Il aime aussi la sieste car les chats vont se déchaîner avec. Cela fonctionne pour vous calmer et vous faciliter le sommeil.

DHEA - C'est celui qui est utilisé pour "soutenir une humeur saine et un niveau d'hormones équilibré". Ce n'est PAS quelque chose que vous devriez prendre si vous êtes sous antidépresseur (nous y reviendrons)

5-HTP - Celui-ci semble fonctionner, surtout s'il est pris sur une longue période. Celui-ci "favorise également une humeur positive" et "aide à contrôler l'appétit". Malheureusement, il semble aider à contrôler l'appétit en vous rendant nauséeux. Vous ne devriez pas le prendre l'estomac vide. Pris avec un estomac plein, élimine généralement les nausées. Il agit en créant plus de sérotonine, un neurotransmetteur qui aide à se souvenir des rêves. La majorité de la sérotonine est produite dans la muqueuse de l'estomac, d'où les nausées en cas d'ingestion à jeun.

Lexapro (Escitalopram) - Il s'agit d'un médicament sur ordonnance UNIQUEMENT. C'est un ISRS ou inhibiteur de la recapture de la sérotonine. Il permet à plus de sérotonine d'être dans votre système. La sérotonine est l'hormone du « bien-être », c'est pourquoi elle est utilisée comme antidépresseur. Comme indiqué précédemment, des niveaux élevés de sérotonine favorisent des rêves vivants. Vous ne devriez pas le prendre sur un coup de tête, il ne devrait être prescrit par un médecin que pour une dépression grave. Je l'ai essayé pour la première fois il y a plusieurs années et j'ai découvert que les rêves vifs étaient un bel effet secondaire purement accidentel. Cela, parmi tout le reste, a fourni les rêves les plus vivants que j'aie jamais eus. Si vif que je n'ai eu aucun problème à les contrôler ou à m'en souvenir quand je me suis réveillé. Je pouvais littéralement attendre le lendemain soir et me souvenir encore parfaitement du rêve. Encore une fois, c'est un médicament TRÈS puissant et ne devrait pas être pris à moins que vous n'ayez un grave problème de dépression. (D'autres ISRS ont également un effet similaire, mais j'ai utilisé Lexapro le plus longtemps et c'est l'action la plus rapide 1 à 2 semaines par rapport à 2 à 4 semaines avec d'autres médicaments)

Bitartrate de choline - Ceci est généralement utilisé pour augmenter la mémoire et l'attention. Il affecte les produits chimiques dans le cerveau, d'où une augmentation du rappel des rêves. Je ne pouvais le trouver que dans un magasin GNC, il n'était disponible dans aucun autre magasin que je pouvais trouver.

Diphenhydramine - Elle est vendue en vente libre sous forme de benadryl, d'antihistaminique ou d'aide au sommeil, généralement associée à du tylenol, comme le Tylenol PM (bon conseil, ne dépensez pas d'argent pour des "aides au sommeil" coûteuses. Regardez sur la boîte, c'est juste de la diphenhydramine. Achetez plutôt une marque bon marché de benadryl, c'est la même chose) Certaines personnes rapportent plus de rêves, je n'ai pas remarqué beaucoup de différence, mais cela vous aide à vous endormir plus rapidement si rien d'autre.

Suppléments que je n'ai pas essayé

Chantix (Varenicline) - Mon frère et ma mère ont tous deux pris ceci (ils sont tous les deux fumeurs, je ne le suis pas) et ont signalé des rêves étranges ou vifs. Cela fonctionne à nouveau avec des produits chimiques dans le cerveau. Il s'agit d'un médicament sur ordonnance UNIQUEMENT pour aider à arrêter de fumer.

Galantamine - Celui-ci a été développé à l'origine pour les personnes atteintes d'Alzheimer. Il aide à créer l'acétylcholine, un neurotransmetteur. Certaines personnes prennent cela avec Choline et rapportent un grand succès. Je n'ai pas encore essayé cela car je n'ai pu le trouver qu'en ligne et c'est assez cher à environ 20 $ pour 30 pilules.

Racine de rêve africaine - C'est quelque chose que les tribus utilisent depuis longtemps pour les aider à avoir des "visions" et est censée donner d'excellents résultats dans le rappel des rêves et le rêve lucide. Encore une fois, c'est un peu cher et vous devez trouver un vendeur de bonne réputation.

J'espère que cela a été utile. J'ai peut-être raté certaines choses, mais je suis presque sûr que c'est tout. Ne me croyez pas sur parole pour tout cela. Je vous encourage à faire vos propres recherches. Recherchez-les, voyez comment ils fonctionnent et PARLEZ À VOTRE MÉDECIN. Ceci est juste basé sur mon expérience personnelle et mes recherches. Certaines choses peuvent fonctionner mieux, d'autres moins bien ou même pas du tout. Bonne chance à vous tous!


Variables de sommeil

Même si elle est contre-intuitive, la durée du sommeil n'est pas un facteur prédictif de DRF (21). Étapes du sommeil sommes. En moyenne, le DRF est plus élevé après les réveils en sommeil paradoxal (REM) (82 %) qu'après les réveils en sommeil non paradoxal (NREM) (43 % 0201367 %) (22, 23). Le sommeil est influencé par rythmes circadiens ce qui se traduit par un DRF plus élevé en fin de nuit qu'en début de nuit quels que soient les stades de sommeil (24). Les rapports sur les rêves sont en moyenne plus longs, plus vivants, plus scénarisés et plus bizarres dans la deuxième partie de la nuit. La DRF peut être influencée par les changements circadiens de l'activité corticale (en fonction de l'augmentation de la température corporelle et de la réduction de la mélatonine) et par le rythme ultradien du cycle NREM/REM (17). Chronotype La fréquence matinale-soirée et la fréquence des cauchemars sont corrélées, en particulier chez les femmes (15).

L'éveil intrasommeil est un paramètre décisif concernant la DRF (5, 7, 17). Le seul paramètre de sommeil différenciant les rappels de rêves élevés (HR) des rappels de rêves faibles (LR) est la moyenne durée des réveils intra-sommeil. Tout en restant dans la plage normale, la FC montre des réveils intra-sommeil plus longs (environ 2 min en moyenne) que la LR (environ 0,95 min en moyenne) (7). Des réveils suffisamment longs lorsque le rêve est encore dans la mémoire à court terme semblent nécessaires pour transférer la mémoire du rêve à court terme dans une mémoire à long terme (7, 25).

Le temps écoulé entre le réveil et le rapport de rêve est également important pour la précision et la longueur du rapport, plus c'est court, mieux c'est (26).

L'environnement du dormeur et la stimulation sensorielle pendant le sommeil peuvent également impacter l'activité onirique et notamment son contenu émotionnel (2). C'est par exemple le cas pour les sons (27, 28), les odeurs (29, 30), et les stimuli douloureux ou la soif (31, 32) également pour la position physique du corps (33).

Une évaluation des rythmes veille/sommeil, de la quantité subjective et de la qualité du sommeil à l'aide de l'indice de qualité du sommeil de Pittsburg (34) est donc recommandé dans une étude de rêve. Le chronotype peut être mesuré à l'aide de la version courte des questionnaires matin/soirée (MEQ) (35).


Comment donner un sens à vos rêves

Si vous êtes curieux au sujet de vos rêves ou si vous souhaitez déterminer leur signification possible, envisagez de tenir un journal de vos rêves.

A continué

Écris le. Gardez un cahier et un stylo à côté de votre lit et enregistrez votre rêve dès la première heure chaque matin, pendant que le souvenir est encore frais. Notez tout ce dont vous vous souvenez et ce que vous ressentez, même si vous ne vous souvenez que d'informations aléatoires.

Journal sans jugement. Les rêves sont parfois étranges et peuvent aller à l'encontre des normes sociétales. Essayez de ne pas vous juger en fonction de vos rêves.

Donnez un titre à chaque rêve. Cela peut aider si vous voulez vous référer à un rêve. Parfois, le titre que vous créez peut donner un aperçu de la raison pour laquelle vous avez eu le rêve ou de la signification qui se cache derrière.

Les rêves fascinent l'humanité depuis la nuit des temps et continueront probablement de nous intriguer. La science nous a permis d'en apprendre beaucoup sur le cerveau humain, mais nous ne saurons peut-être jamais avec certitude la signification de nos rêves.

Sources

Association internationale pour l'étude des rêves : « Questions courantes sur les rêves ».

Fondation nationale du sommeil : "Dans vos rêves", "Rêves et sommeil".

DreamScience.org : "La science du rêve."

Université de Californie à Santa Cruz : « L'étude quantitative des rêves : questions fréquemment posées. »


Introduction

La consolidation de nombreux types de mémoire s'améliore après le sommeil, que ce soit la nuit ou pendant une sieste diurne, alors que des gains similaires ne se produisent pas après des périodes d'éveil équivalentes (Fenn et al., 2003 Walker et Stickgold, 2004 Walker et al., 2002 ). Des recherches soutenant un rôle essentiel du sommeil paradoxal (REM) dans l'apprentissage sont apparues peu de temps après la découverte de l'association du sommeil paradoxal avec le rêve vif (Aserinsky et Kleitman, 1953), mais des preuves plus récentes soulignent également l'importance du sommeil non-REM (NREM). (pour revue, voir Rasch et Born, 2013 ).Les stades de sommeil REM et NREM sont fréquemment associés à des types qualitativement distincts de systèmes de mémoire (voir la revue dans Rauchs et al., 2005 Stickgold et Walker, 2005 ). Le sommeil paradoxal a été le plus souvent lié à l'apprentissage de la discrimination visuelle (Karni et al., 1994), la mémoire spatiale et une variété de processus basés sur les émotions, y compris la réactivité émotionnelle, l'amorçage émotionnel, la consolidation de la mémoire émotionnelle, le conditionnement de la peur et l'extinction de la peur. Le sommeil NREM, en revanche, a été principalement associé à la précision de la reconnaissance, à la mémoire procédurale et à la mémoire déclarative, y compris, en particulier, la mémoire épisodique. Cependant, le sommeil REM et le sommeil NREM ont été associés aux mêmes systèmes de mémoire dans diverses études pour ne citer qu'un exemple : la mémoire procédurale peut être dépendante du REM (par exemple, Goerke et al., 2014 ) ou NREM dépendant (ex. Albouy et al., 2013 ).

Malgré l'incertitude persistante de ces associations REM/NREM avec des systèmes de mémoire spécifiques, bon nombre des associations les plus couramment décrites trouvent des parallèles dans les rêves échantillonnés après les réveils REM et NREM, ces parallèles sont cohérents avec l'idée que l'organisation différentielle de l'activité cognitive dans REM et NREM le sommeil participe également de manière différentielle aux processus de consolidation de la mémoire. Pour illustrer, les rêves échantillonnés après les réveils du sommeil REM (« rêves REM ») ont tendance à consister en des scènes spatiales saillantes avec une grande clarté visuelle et qui évoquent des réactions émotionnelles – souvent effrayantes –, tandis que ceux échantillonnés après le sommeil NREM (« rêves NREM ») sont plus typiquement pensifs ou conceptuels dans leur contenu (Antrobus, 1983 Nielsen, 2000 ), et puisent plus souvent leur contenu dans des mémoires épisodiques (Baylor et Cavallero, 2001 ). Les rêves REM et NREM peuvent contenir des mouvements fictifs, bien que ceux-ci soient moins répandus chez ces derniers (Porte et Hobson, 1996 ). Ainsi, nous proposons que l'organisation spatiale, visuelle et émotionnelle des rêves REM contribue à la consolidation de la consolidation de la mémoire spatiale, visuelle et émotionnelle pendant le sommeil REM, tandis que l'organisation épisodique moins pensée des rêves NREM peut contribuer à la processus de consolidation de la mémoire associés au sommeil NREM.

Certaines découvertes, en fait, soutiennent l'idée générale que le rêve joue un rôle dans l'amélioration de la mémoire dépendante du sommeil (voir les critiques dans Smith, 2010 Wamsley, 2014), bien que les processus liés spécifiquement au sommeil paradoxal et NREM restent mal compris. Par exemple, les participants formés à une tâche de navigation dans le labyrinthe et autorisés à faire une sieste de 90 minutes s'amélioraient davantage lors d'un nouveau test (par rapport à un contrôle de sillage) s'ils rapportaient également des rêves NREM liés à la tâche (Wamsley et al., 2010 ). Ces auteurs ont proposé que le contenu des rêves liés aux tâches et l'amélioration des performances émergent d'un processus sous-jacent de réactivation et de consolidation de la mémoire pendant le sommeil. Malgré de telles découvertes, cependant, les recherches répliquées soutenant un lien entre le rêve et la consolidation de la mémoire sont rares.

On ignore également si les niveaux habituels de rappel des rêves sont associés à des effets d'apprentissage sensibles au sommeil. L'association du rêve à la consolidation de la mémoire peut être différente pour les personnes qui ne rapportent presque jamais de rêves - peut-être parce qu'elles produisent moins de rêves, produisent des rêves moins vifs ou moins saillants, encodent plus mal leurs rêves en mémoire ou les récupèrent de la mémoire moins efficacement. Bien que les mécanismes précis de la consolidation de la mémoire liée au rêve restent inconnus, une observation avec un certain soutien empirique est que les références liées aux tâches incorporées dans le contenu du rêve sont associées à la consolidation (Smith, 2010 Wamsley et al., 2010 ). Les personnes qui se souviennent de rêves fréquents et détaillés peuvent donc avoir plus de références de ce type (indiquant une meilleure consolidation), tandis que les personnes qui ont des rêves moins nombreux et moins détaillés peuvent avoir moins de références liées aux tâches (indiquant une pire consolidation). Aucune étude n'a encore évalué de telles possibilités parmi les rappels de rêves à haute et basse fréquence, bien qu'il existe des preuves que ces deux groupes diffèrent dans l'organisation fonctionnelle globale du cerveau pendant tous les états de sommeil (Eichenlaub et al., 2014a ). Par exemple, par rapport aux rappels de rêves faibles, les rappels élevés présentent une activité plus élevée du flux sanguin cérébral régional (rCBF) dans la jonction temporo-pariétale pendant le sommeil paradoxal, le sommeil et l'éveil NREM et une activité rCBF plus élevée dans le cortex préfrontal médian pendant le sommeil paradoxal et l'éveil ( Eichenlaub et al., 2014b). Une étude plus approfondie des rappels de rêves à haute et basse fréquence est clairement nécessaire pour élucider comment de telles différences peuvent être liées aux processus de consolidation de la mémoire.

Le Mirror Tracing Task (MTT) est particulièrement adapté à l'étude de l'implication du rêve dans la mémoire. La tâche nécessite plusieurs systèmes de mémoire qui sont impliqués dans le sommeil paradoxal et, vraisemblablement, dans le rêve aussi : discrimination visuelle, motricité visuospatiale, coordination œil-main et mémoire émotionnelle dans la mesure où la tâche est relativement induisant un stress (par exemple, Richardson et Vanderkaay Tomasulo, 2011). Le MTT a déjà une validité substantielle pour une utilisation dans les études du sommeil et de la mémoire (voir la revue dans Javadi et al., 2011 ). En particulier, il a une association démontrée avec le sommeil paradoxal dans plusieurs études (par exemple Aubrey et al., 1999 Plihal et Né, 1997 Plihal et al., 1999 Smith et al., 2004 ). Plus récemment, il a été démontré que l'amélioration du MTT était corrélée à la densité REM (Nissen et al., 2011 ) et même d'être induite expérimentalement par stimulation cholinergique du sommeil paradoxal phasique (Hornung et al., 2007 ). Notez, cependant, que dans certaines études, l'amélioration du MTT a également été associée au sommeil NREM (Seeck-Hirschner et al., 2010 Tamaki et al., 2008 ), peut-être en raison de sa composante procédurale.

Nous avions prévu que la tâche MTT serait un indicateur sensible de l'implication du rêve dans les processus de mémoire. C'était, en partie, à cause de son lien démontré avec le sommeil paradoxal, lorsque le rêve vif et émotionnel est le plus répandu (voir Nielsen, 2000 pour une revue) et, en partie, à cause de son caractère visuospatial saillant et de la preuve que les compétences visuospatiales sont corrélées avec rappel de rêve. Tant longitudinal (Foulkes, 1982 ) que transversal (Foulkes, 1982 ) et al., 1990 ) démontrent que le développement des compétences visuospatiales est une condition préalable nécessaire à la production de rêves chez les 5-16 ans. En particulier, dans les deux études précédentes, le sous-test de conception de blocs de l'échelle d'intelligence de l'adulte de Wechsler (WAIS), une mesure de la visualisation spatiale, s'est avéré être le meilleur prédicteur, parmi une grande batterie de tests, du rappel réussi du rêve paradoxal. Le rappel des rêves n'était cependant pas corrélé avec des tests de mémoire ou de compétence verbale, suggérant que l'effet était dû à la production de rêves et non au rappel de rêves. En examinant cette association chez les adultes, Butler et Watson (1985) ont démontré que les mauvais rappeleurs de rêves avec de faibles scores de conception de blocs WAIS se souvenaient moins souvent des rêves REM (48,5 %) que ceux ayant des scores de conception de blocs élevés (83,5 %). D'autres études suggèrent également qu'une fréquence de rappel de rêve (DRF) élevée est associée à un QI visuospatial plus élevé (Butler et Watson, 1985) et à une mémoire visuelle (Butler et Watson, 1985 Schredl et al., 1997 ). Cependant, plusieurs études ne reproduisent pas ces résultats ou montrent des résultats contradictoires (Murri et al., 1989 Waterman, 1991 ). Ainsi, bien qu'aucune étude n'ait encore examiné les différences liées au DRF dans les performances MTT, la littérature disponible est conforme à notre attente que les rappels de rêves peu fréquents démontreront des compétences visuospatiales inférieures à celles des rappels de rêves fréquents.

En raison de la nature stressante du MTT, nous avons évalué et covarié une mesure d'anxiété autodéclarée dans nos analyses. De plus, bien que la performance MTT n'ait pas été liée à des facteurs chronobiologiques ou au chronotype, de nombreux processus cognitifs varient avec l'heure de la journée (Carrier et Monk, 1999 ), et la fréquence de rappel de certains types de rêves (cauchemars) varie en fonction du chronotype ( Nielsen, 2010). Par conséquent, en plus de maintenir les temps de test constants dans nos procédures, nous avons également évalué le chronotype des participants et covarié cette mesure dans les analyses statistiques.

L'objectif de l'étude était donc d'examiner si la performance et l'amélioration pendant la nuit sur une tâche visuomotrice sensible au sommeil paradoxal sont associées de manière différentielle à un DRF habituellement élevé ou faible. En particulier, nous nous attendions à ce que, par rapport aux rappels élevés, les rappels faibles (1) aient de moins bons résultats sur le MTT lors de l'administration de la première tâche (T1) (2) montrent moins d'amélioration du MTT après une nuit de sommeil et (3) présentent ces différences indépendamment des différences de groupe dans l'anxiété et le chronotype. Enfin, nous nous attendions à voir des corrélations entre les performances MTT et le sommeil paradoxal et entre l'amélioration du MTT et le rappel de rêves de laboratoire qui sont longs, mémorisés clairement et contiennent des incorporations de tâches.


Décoder les rêves

Nous pouvons tous nous souvenir de rêves étranges. Mais les interpréter et les comprendre peut être délicat.

Certains des rêves les plus courants incluent la chute des dents (indiquant une peur possible de vieillir ou de mourir), la chute (perte de confiance ou menace pour la sécurité) ou la nudité en public (sentiment de vulnérabilité ou exposition de faiblesse). Ce sont des exemples de rêves archétypaux qui existent à travers le temps, la culture et les gens.

Mais la plupart des rêves sont intensément personnels. Ils reflètent les pensées et les sentiments sous-jacents du rêveur. Les symboles - images ou objets ayant une signification évidente dans la vie quotidienne - servent de métaphores, représentant quelque chose de partiellement connu. Un lion dans un rêve, par exemple, peut signifier quelque chose de différent pour un artiste de cirque que pour un adolescent qui le revendique comme son animal en peluche préféré. En examinant chaque élément de rêve et en recherchant des parallèles entre les associations, vous pouvez déchiffrer la signification d'un rêve.

"Même si cela n'a pas de sens au départ, contemplez le rêve, méditez-le, marinez-y", suggère Sullivan Walden. "Faites semblant d'être à la chasse au trésor. Votre intérêt à découvrir le mystère de ce que vos rêves vous disent vous mènera à l'or qui vous attend."

A continué

Barrett dit que vous pouvez explorer vos rêves par vous-même, avec un groupe de rêves dirigé par des pairs ou avec des amis. "Nous sommes souvent aveugles à nos propres problèmes et associations. Mais quelqu'un d'autre peut voir les choses objectivement."

Moss vous recommande de jouer au jeu « Quelle partie de moi » – en prétendant que tout dans le rêve fait partie de vous et en remarquant ce que son état ou son comportement peut vous dire sur vous-même. "Dans la maison de vos rêves, par exemple, s'il y a un problème avec la plomberie ou une pièce que vous n'avez jamais explorée, qu'est-ce que cela pourrait dire sur une partie de vous qui a besoin d'être entretenue ou une partie de votre potentiel qui attend d'être reconnu et s'est ouvert."

Une autre technique qu'il propose est d'écouter les jeux de mots et les doubles sens. « S'il y a un train sur les rails dans votre rêve, cela pourrait-il vous inciter à réfléchir à la « piste » sur laquelle vous êtes, à la « ligne » que vous suivez ? Dites que votre rêve comporte des chaussures. Une chaussure a une" semelle ", qui ressemble à « âme », alors peut-être que l'état de vos chaussures dans un rêve en dit long sur l'état de votre énergie vitale. »


Suppléments de mélatonine et rêves vifs

La mélatonine est une hormone produite naturellement par le corps qui soutient le cycle veille-sommeil. Il existe des données contradictoires sur les effets des suppléments de mélatonine et des rêves. Il a été démontré qu'il réduisait les rêves vifs dans certains troubles du sommeil. Par exemple, une étude sur des personnes atteintes de troubles du comportement en sommeil paradoxal a révélé que les suppléments de mélatonine réduisaient les rêves effrayants et d'autres symptômes.

Dans d'autres scénarios, la mélatonine peut augmenter le sommeil paradoxal et, par la suite, la possibilité de faire des rêves vifs. Les effets à long terme de l'utilisation de la mélatonine sont inconnus, alors assurez-vous de demander à un médecin si elle est sûre et appropriée pour vous.


Voir la vidéo: Patchs Nicotiniques: Mon avis de Thérapeute.. (Novembre 2021).