L'information

Devenez intéressant

Devenez intéressant

"Devenir intéressant" Faut-il consolider une relation?

  • Dites que vous êtes occupé aujourd'hui.
  • Ne répondez pas au téléphone.
  • Retard dans l'appel après le premier rendez-vous.
  • Pour dire: "Oh, j'ai oublié de t'appeler, je suis très occupé et avec beaucoup de choses en tête."

- Ne montrez pas de sentiments, ne vous sentez pas harcelé, absorbé, persécuté et je sais combien de choses de plus ...

- Cela vous est-il déjà arrivé? Si cela vous est arrivé, vous comprendrez ce que je veux dire.

Pourquoi devenir intéressant?

1) En premier lieu, on pourrait parler d'une petite réaction artificielle spontanée, qui peut transmettre une certaine peur de me montrer comme je suis.

2) Cela peut-il avoir à voir avec la peur que l'autre me domine, connaisse les points faibles et puisse me blesser?

3) D'un autre côté, "devenir intéressant" montre une certaine prise de conscience que nous valons beaucoup, ce qui peut au contraire conduire à un décalage à cet égard, car, pourquoi faudrait-il prouver à l'autre que je vaux?

4) On sait que quelle que soit l'attitude que nous adoptons influence l'attitude de l'autre, dont on pourrait déduire que "si je deviens intéressant", les choses suivantes peuvent se produire:

a) l'autre s'intéressera de plus en plus à moi, essayant d'attirer mon attention.

b) mais, d'un autre côté, nous pouvons penser à la possibilité que l'autre perçoive notre attitude et réagisse de la même manière et cesse donc de manifester de l'intérêt, faisant usage de la «fierté» populaire. Nous assistons donc à un "pull and release" qui consiste à savoir qui réagit en premier afin de réaliser le contact.

c) ou qu'il se désintéresse parce que cela semble une puérilité de sa part, parce qu'il n'est pas intéressé à suivre son jeu "chat et souris".

Tout d'abord, nous voyons que ces types d'attitudes se répètent régulièrement, donc on peut supposer que cela fait partie de la nature humaine (et doit donc avoir son origine dans le développement évolutif de la personne).

Le problème sous-jacent peut être lié à la faible valeur que les êtres humains accordent à des choses qui ne coûtent pas cher. Nous ne valorisons pas ce que nous obtenons sans effort, nous le voyons au jour le jour lorsqu'il s'agit d'autres types de problèmes.

Nous pourrions porter cette situation aux premiers moments de la vie de l'être humain, sa relation avec le sein de la mère et avec lui à la nourriture.

Si le nourrisson avait le sein toute la journée dans la bouche, il ne l'apprécierait probablement pas. Ceci est lié à la situation de manque et de recherche de nourriture dans les premiers moments de la vie où l'enfant doit pleurer pour allaiter. Pouvons-nous penser que cette attitude peut fonctionner comme un schéma référentiel (évidemment pas consciemment)?

Lic. Psic. Ivonne D. Blanc