Brièvement

Arrête de parler à quelqu'un, une sorte de punition

Arrête de parler à quelqu'un, une sorte de punition

Le silence peut être la réponse à de nombreux conflits. Arrêter de parler à quelqu'un est un moyen que certains utilisent pour exprimer leur colère, leur désaccord ou leurs reproches. Un comportement paradoxal qui sans rien dire, c'est tout dire. Une stratégie de manipulation et de chantage émotionnel que beaucoup de gens utilisent pour punir l'autre. Allons plus loin.

Le contenu

  • 1 L'utilisation du silence comme punition
  • 2 Arrêtez de parler pour manipuler
  • 3 La bonne utilisation du silence

L'utilisation du silence comme punition

Parlez à quelqu'un après conflit Cela semble n'avoir aucune solution, n'est généralement pas agréable. Mais si au lieu d'essayer d'établir un dialogue, le silence est choisi, la situation peut être encore pire. Se taire après une dispute s'accompagne souvent de tensions émotionnelles inconfortables.Une sensation désagréable qui peut conduire à plus de haine et de ressentiment.

Dans certaines situations, les participants peuvent choisir le silence pour réduire leur niveau de colère. Une décision momentanée de se calmer et de reprendre la conversation dans le but d'atteindre un point médian. Dans ces cas, l'utilisation du silence est une stratégie positive pour vous soulager et faire place à une conversation plus calme.

Mais il y a aussi ceux qui, malgré ce qui s'est passé, évitent le dialogue ou rejettent toute tentative de communication de l'autre. Ils ne veulent pas parler et ne gardent même pas le contact visuel. Ils agissent comme si l'autre personne n'existait pas. Cela génère beaucoup de souffrance chez ceux qui essaient de résoudre ce qui s'est passé, car d'une certaine manière ils sont méprisés et ignorés par l'autre, c'est-à-dire aucun.

Dans ces cas, arrêter de parler à quelqu'un est utilisé comme une punition pour que l'autre se plie et se soumette. Un comportement enfantin qui ne résout rien, mais qui génère beaucoup de dégâts et fonctionne comme une gratification égoïste pour celui qui le met en mouvement.

Arrêtez de parler pour manipuler

Parfois, le danger ne se trouve pas seulement dans les mots. Comme nous pouvons le voir, le silence peut également être une épée à double tranchant avec beaucoup de puissance. Une attitude passive-agressive qui viole implicitement l'autre et cela peut même générer des sentiments de culpabilité.

Ce qui semble à première vue être un comportement dépourvu d'informations, comporte de multiples significations. Et pire que tout, rien n'est clair. Le fait de ne pas recevoir de réponse de l'autre génère un sentiment d'incertitude difficile et inconfortable à supporter.

Pour la personne qui cesse de parler, il y a des raisons claires qui justifient son comportement, ainsi que les attentes sur la façon dont tout se terminera. Mais peut-être devraient-ils être remis en question. La chose la plus sûre est que la personne à qui la parole a été refusée ne comprend pas très bien ce qui se passe. Même votre méthode peut ne pas être aussi efficace que vous le pensez, car la seule chose qu'elle génère est la distance.

Les personnes ayant des ressources émotionnelles sauront gérer ces types de situations et même fixer des limites Si la situation va trop loin. Mais ceux qui en manquent peuvent plonger dans une spirale de dépendance et d'inconfort, pris au piège. Celles-ci offriront toutes sortes de choses pour satisfaire l'autre pour finir.

La bonne utilisation du silence

D'un autre côté, Il y a aussi des moments où le silence peut être une bonne option. Surtout dans ceux où la colère nous dépasse et la seule chose que nous considérons est d'accuser, de critiquer ou de blesser l'autre. Dans ce type de situation, rien de mieux que d'arrêter de parler par précaution. Bien que si nous vous avertissons que nous avons besoin de temps, ce sera beaucoup mieux.

Se taire pour retrouver le calme soulagera nos tensions et de cette façon, nous pourrons nous parler plus calmement. Il est vrai que parfois nous devrons faire face au défi du dialogue, même en colère. Mais la solution n'est pas le silence, mais d'essayer de comprendre ce qui s'est passé, en tenant compte à la fois de la perspective de l'autre et de la nôtre.

Converser en désaccord n'est pas facile, mais pas impossible. L'important c'est avoir l'intention de comprendre et non de juger, de parvenir à un accord et de ne pas avoir raison.

La communication non violente ou empathique, développée par Marshall Rosenberg, peut être une bonne alternative. Apprenez à parler avec le cœur, en prenant soin de notre langue. Ce type de communication implique d'aller au-delà de nos besoins, de prendre en compte l'autre, de l'écouter. Une bonne façon d'établir des liens qui établit des ponts plutôt que des barrières.